EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds.

Jeux de rôles par forum basé sur l'univers de Warhammer 40 000 - Rogue Trader.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:34

Gill Haddon a écrit:
Lorsque la passerelle eut confirmation de la survie de l'intégralité des membres de l'expédition Gill eut lui un air badin... "Bref. Timonier suivait la route tracé." Gill se renfonça dans son fauteuil de capitaine pour en goûter les dernières minutes d'utilisation.

Talen lui tendit une communication.
- C'est quoi ?
- Je ne l'ai pas lu Monsieur. Je ne sais pas.
Gill lui lança un regard froid.
- Bah la capitaine veut savoir où est le DE pour savoir si on ne peut pas lui foncer dans le tas.
- Le DE ? Ah oui le Dramatic Entrance. Fait lui dire qu'il est actuellement derrière le Spear of Destiny et que l'aborder requière d'abord de se débarrasser d'Haarlock. Oh et puis tient fait envoyé l'ordre à la salle des machines de préparer à pousser les réacteurs à leurs maximum.
- Bien Monsieur.

Gill regarda sa chaise roulante avec dégoût.

"J'aimerais vraiment que tu viennes me voir Iago. Hein que tu vas venir Iago. Tu es obligé maintenant."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

N'ayant pas été poursuivi, le Téméraire a pu faire son saut dans l'Aethyr sans encombre, en faisant un pied de nez aux torpilles gachées du DRAMATIC ENTRANCE.
La trajectoire calculé par le Premier Officier profite d'un effet de fronde, jouant sur la gravitation de la planète gelé pour s'accélérer et se propulser hors du système.
Toutefois, le SPEAR OF DESTINY se rapproche peu à peu, à grande allure, et la flotte du maître commence à s'éparpiller, pansant leurs plaies, se mettant sur des vecteurs d'interception.
Un message urgent du Maître des Chairs a destination de la Libre Marchande l'attend à son retour. Une excellente, et une moins bonne nouvelle.
L'excellente nouvelle, c'est que d'après ses derniers tests, la Libre Marchande est enceinte d'un mois.
La moins bonne nouvelle, c'est qu'il s'agit de deux fils jumeaux.

Harkness a écrit:
"Madame, je vous transmettrai l'autopsie du Maître des Chairs, la déclaration de Babur le Dévoreur après l'interrogatoire des gardes et mes notes. Actuellement, je n'ai pas de piste. Je ne vous demande qu'une faveur, me laisser juger le coupable."

albus a écrit:
Albus intervint d'une voix douce.

- Je m'excuse, votre grâce. capitaine, mais cette discussion devra attendre. Je comprends l'intérêt qu'elle suscite mais si j'en crois les derniers relevées cartographiques et les alertes multiples, nous faisons toujours face à une flotte de combat ennemie et un libre marchand damné.
Je vous propose de prendre le temps de vérifier les tenants et les aboutissants de cette tragédie lorsque le voyage Warp aura été initié.


Si il était indéniable qu'Harkness avait offert à sa question une aura théâtrale qui méritait qu'on s'y attarde, il était franchement incongru de s’appesantir maintenant, sur les détails.

Harkness a écrit:
L'armure bougea légèrement.

"Bien entendu Albus. On en discutera plus tard."

Harkness recula jusqu'à sa place et il s'assit.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Excellente suggestion Albus. Quand à votre demande, Général : c'est un cas tellement grave qui mérite un châtiment exemplaire si c'est vrai. Nous verrons en temps voulu toutefois.
La dessus, messieurs, je me dois de vous laisser, Maître Kutreej désire me voir en urgence. Vous venez avec moi, Albus ?"

Là dessus, elle file ventre à terre en direction de l'hopital. En attendant juste d'être hors de vue de membres d'équipages ou d'officiers pour faire des sauts de cabri et pirouetter de joie.
Elle est enceinte, l'Empereur Dieu soit loué !

albus a écrit:
Albus inclina la tête, un sourire enjoué sur le visage.

- Félicitations, votre Grâce. Puisse l'Empereur protéger cette graine nouvelle.

Il aurait volontiers ajouter quelque chose sur la situation actuelle et celle que venait de faire naître Harkness, mais elle avait bien le droit d'être heureuse parfois, aussi ce contenta t-il de passer ses mains dans son dos et d'accompagner la petite femme jusqu'à l'ère médicale, non sans garder un contact permanent avec la Passerelle afin de connaître l'avancée de la manœuvre d'évasion.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Ex Cathedra
Il vous fallu plus de quinze heures à un train d'enfer pour approcher une distance suffisante de la planète pour un saut hors du système dans un minimum de sécurité : encore une petite heure nécessaire pour l'atteindre.
A vos trousses, Haarlock s'était rapproché inexorablement, à 15 VU derrière vous à présent, bientôt à portée de tir. Quand à la flotte du Maître, ils ne s'attendaient pas vraiment à une telle célérité de la part de votre croiseur, mais le DRAMATIC ENTRANCE et 3 frégates xenos sont en approche par votre flanc tribord à 20 VU.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Voila la carte tactique. Vous êtes en bleu, le DRAMATIC ENTRANCE en vert, les frégates slaughts en jaune, le SPEAR OF DESTINY en rouge. Les flèches indiquent les vecteurs de déplacement.



Harkness a écrit:
Harkness était sur la passerelle, au Cercle Tacticae, toujours vécu de son équipement de combat. Il dissertait avec ses officiers tactiques et même s'il n'était pas à leur niveau de compétence, pas besoin d'être un génie pour voir la situation telle qu'elle l'était.

Il finit par s’asseoir en faisant répéter un à un les indications aux officiers.
"- 15 heures tout au plus mon général.
- Non, aucun saut possible depuis notre position.
- Le SoD sera sur nous bien avant à sa vitesse nominale.
- Le DE probablement de même.
- Les escadrilles sont prêtes au combat, Viratris? La blonde retira son imposant casque-vox en bronze et caoutchouc.
- Oui Harkness, mais la densité Anti Aérienne risque de les transformer en purée en quelques minutes.
- Capitaine Harkness, si je peux me permettre, un vieux colonel siskien replet et au regard cruel s'imposa dans la cohue d'officier.
- Nom, grade, durée d'affectation?
- Kai-Chek Chang, Colonel, Dépôt Divisionnaire.
- J'écoute...
- Capitaine Harkness, je pense qu'on peut tenter de louvoyer pour les bombarder sans relâche en faisant des opérations de retardement avec des chasseurs et des sharks.
- Bravo, et le Spear of Destiny?
- Et bien, en passant prêt du siège du commandant, j'ai entendu le Premier Officier Haddon parier sur l'inaction du vaisseau à notre égard.
- Ok, t'as 3 minutes pour écrire une note stratégique simple, je dicte les points principaux:
Chance d'échapper faible,
Pouvons jouer le surnombre à leur désavantage.
Propose louvoiement et tir de batterie à portée maximum, puis retardement avec les escadrilles de bombardiers.
Si force ennemie suffisament prêt, percussion du Dramatic Entrance et abordage en règle.
H. Harkness.
- Bien Capitaine, le gros bonhomme avait noté à grande vitesse sur un bloc en synthé plast avec sa mine en synthéphite.
- Donne ça au 1er Officier en main propre.
- Nihillus, pars mettre les reîtres au repos pour les 6 prochaines heures, confinement. Fait préparer les Bringuere dans le coin, en cas de Téléportation directement sur la passerelle.
- Oui harkness.
- Augustus? N°1 se releva de son siège derrière Harkness. Trouves quelques caisses d'Amasec de choix, fait les livrer sur la passerelle. Bill, tu files voir ton père et tu lui dis de tenir son 1er Aéroporté prêt au combat autour des baies de lancement, prêt à l'embarquement. Dis à Otto de la jouer cool pour le moment. L'imposant garde du corps à la mitrailleuse d'assaut quitta la passerelle d'un pas nonchalant."


Les officiers repartirent à leurs analyses sauf Chang qui se dirigea vers le Premier Officier, chef de la passerelle à l'heure actuelle.

Harkness était en semi sommeil dans son armure hérmétiquement fermée, s'il ne se trompait pas, cette bataille navale pourrait durer des dizaines d'heures sans sommeil...

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:37

Gill Haddon a écrit:
Chang fut intercepter par Talen qui le désista de ses papiers et le repousser loin de Gill. Il prit deux minutes pour lire et le tendre en riant au 1er officier.

- Tiens les idées lumineuses des militaires de carrières.

Gill lacha ses calculs de trajectoires pour une lecture en diagonale.

- C'est profondément mauvais. Mais je suppose qu'ils ne fourniront rien de mieux d'ici là. Talen va mettre Haru en sécurité avec tes frères et soeurs, que si on nous aborde cela ne soit pas dangereux pour eux. Fait moi aussi apporter mon équipement.
- Vraiment ? J'aimerais bien te voir tirer depuis ta chaise. Cela devrait être amusant à voir.
- Dégage donc ingrat d'enfant ! Et suis mes ordres au moins.

Gill ne prêta même pas un regard au petit con qui s'éloigner en ricanant. Il héla un des officiers de com' et lui ordonna de commencer l'analyse approfondie de la structure du Dramatic Entrance dès que possible. Il prit un gros feutre rouge et apporta une série de correction au plan d'Harkness, y incluant ses calculs de trajectoires, ses propres projections de chasses, et les limites du plan.

Il scella le tout dans un tube avec code vermillon avant d'attraper une ordonnance : "Apporte cela à l'infirmerie, rentre dans le bloc si ce n'est pas fini, la Lady-Capitaine doit prendre connaissance de ce plan immédiatement."

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Ca ne sera pas nécessaire, je suis là Gill." Lonallyn venait d'arriver, derrière le Premier Officier.
Elle était très pale, le souffle court, deux servocrânes flottant à coté d'elle en tenant des perfusions. Elle était toutefois de nouveau en armure.
Elle jeta un coup d'oeil sur le papier de Gill.
"Cela me parait juste, nous en venions aux mêmes conclusions. Fort bien, j'approuves ce plan. Qu'on alerte les troupes embarquées, je veux des pelotons de défenses sur la passerelle, les moteurs Miroslav et pour les réacteurs Jovians principalement. Defense renforcée de l'Occulum également.
Qu'on prépare nos escadres de bombardiers pour un lancement immédiat avec leur escorte.
La Capitaine est à la barre !

Elle alla s'installer à la barre de son croiseur, non sans sourire à Gill avec un hochement de tête.
"Maître Haddon, je vous laisses gérer notre flotte de chasseurs ? Faites vous plaisir, essayez de faire mieux que notre Hetman.
A tout l'équipage : branle bas de combat. Arrimage de combat immédiat, début des proccédures d'esquive dans cinq minutes."

Elle s'installa devant la roue gigantesque et voxa les machines, en binaire.
Code:
<title>salutations, Magos Prime Alpha </title>
<body> <constat> nous filons à excellente vitesse, mais insuffisante pour semer un poursuivant.</constat>
<requête> Est il possible d'accroître notre poussée encore ? Nous avons encore environ une heure à tenir, n'hésitez pas à donner toute la puissance</requête>.

albus a écrit:
Albus, mains dans le dos scrutait avec attention les différentes opérations qui s'engageaient sur la Passerelle.
Il y avait beaucoup de panache dans tout cela, il fallait le reconnaître.
Mains au dos, il s'approcha de la barre pour considérer une fois encore, la témérité suicidaire de sa protégée qui avait décidé pour une raison qu'elle seule connaissait que sa place se trouvait à la barre du navire tout de suite après une opération chirurgicale tout à fait inopportune au vu des circonstances.

Il s'adressa à la Lady capitaine :

- Je ne vais pas insister sur le côté déraisonnable de votre initiative. Il est flagrant, et je pense que votre pâleur maladive tout comme les cervo-crâne qui vous maintiennent consciente témoignent qu'en agissant ainsi, je ne ferai qu'énoncer une tragique évidence.

Mais oui, il y avait bien un fond de reproche dans la voix de l'assassin !

- Néanmoins, si vous le désirez, je peux mener avec les forces en déploiement à cet effet, l'abordage inévitable de l'ennemi. A moins que vous ne préfériez ici. Je vous laisse le choix.

Prime Alpha a écrit:
Bip.

"Maitresse Prime ! Une requête de la passerelle. C'est la dame Von Razgriz."

Prime sirota son complément alimentaire Vancrel+ saveur praline. Il fit jouer ses doigts sur le clavier de contrôle.

"WASILI ! Je vais devoir couper l'alimentation du réplicateur. Ils ont besoin de tout le jus disponible."

Wasili fit un geste de sa méchadentrite. Retirant du champ de réplication son prototype d'alliage qu'il essayait de reproduire depuis sa redécouverte sur le Von Braun.

"Qu'est-ce qu'ils font encore ? Micha m'a dit qu'ils avaient manquer de surchargé les champs Geller hier."

Prime haussa les épaules. Elle impulsa une réponse dans le réseaux de communication d'Ex Cathedra.

Code:

Requête accepter :Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, Lady-Capitaine:
Restauration de l'alimentation principale du réacteur Jovian à 100%
Augmentation poussé estimé à 60%
Système de refroidissement optimum
Loué soit l'Omnimessie.

"Hop c'est fait. Bon j'espère que leurs trucs ne vont pas durée sinon on va être en retard sur nos planning expérimentaux."

Wasili hocha de la tête de manière affirmative. Au loin une armée de serviteurs se mit en marche. Une escouades de tech-adeptes entra dans la transe informative nécessaire. Le coeur du colosse commença à monter en régime. Bientôt son plasma fendrait l'espace à la limite du confinement magnétique. Une simple erreur dans la poussée et il exploserait.

Prime reprit en Vancrel+ saveur praline.

Spoiler:
 

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Il est hors de question que je n'assistes pas au combat de mon équipage et de mon vaisseau lorsque je suis en état de le faire. C'est mon devoir, Albus, et ce n'est quelques broutilles de ce genre," en désignant les deux servo-crânes, "qui vont m'empêcher de le faire. Par ailleurs, ce n'est pas comme si nous allions nous attarder ici. On va simplement s'ouvrir notre route vers des cieux plus cléments, tout en, je l'espères, se venger de l'affront fait par le DRAMATIC ENTRANCE.
Pour le moment, Albus, je vous préfères ici, on ne sait jamais, nos adversaires ont toujours tendance à venir à l'improviste sur notre passerelle.
A ce sujet, l'ordre d'Athenais est il paré à faire face à un éventuel abordage ? ou à participer à un raid sur un vaisseau adverse ?"

albus a écrit:
Albus tendit un petit émetteur vox créé dans un acier noir, qu'il tirait d'une petite boite dans sa poche :

- C'est à vous de le demander au Séraphin.

Ajax Ordann a écrit:
Depuis le retour à Ex Cathedra, Ahmet-Pacha avait suivit le mouvement, d'abord l'antre du maître des chairs, puis la passerelle, tant de lieux qu'il ne connaissait pas et qui l'emplissaient d'émerveillement et d'une légitime excitation.

Quand, sur la passerelle, la Capitaine donna ses consignes Ahmet était présent. Il ne pouvait que donner raison à Albus... il était pratiquement certain que c'était son nom... quant à son état, mais au grand jamais il n'aurait eut l’aplomb de le lui faire remarquer comme le garde du corps venait de le faire. Outre le manque évident de conscience hiérarchique, cela dénotait d'une trop grande proximité avec elle... et ce n'était pas convenable avec une femme mariée !

-Je me permet, Votre grâce, de me porter également volontaire, use de moi à votre convenance....

Terriblement sérieux, il salua le poing sur la poitrine et en s'inclinant.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Citation :
Prime : 7 DoS. +7 à la Vitesse, Ex Cathedra file donc à 14 VU lors de ce tour.
Ex Cathedra
Brulant de colère et de rage à l'approche de la bagarre, son coeur de plasma palpitant follement, aux limites de l'éclatement, sa Majesté filait à une vitesse vertigineuse dans l'Espace, un record de vitesse pour une simple corvette en temps normal... alors que dire pour un majestueux colosse de sa taille ?

De l'autre côté de la Vox, la voix sèche, rauque du Séraphin se fit entendre.
"Mes salutations, votre Grâce. Je ne peux malheureusement pas accepter votre requête. Nous ne participerons à cette bataille qu'uniquement pour défendre notre vaisseau, si vos propres défenses venaient à flancher ou faiblir. Par ailleurs, si parvenez à faire des prisonniers, nous en exigeons un dixième, une centaine au maximum."
La communication coupa.

Gill Haddon a écrit:
Gill venait de finir d'être harnacher par ses sous-fifres. C'était bizarre d'être en armure et en chaise roulante. Enfin au moins Viktor avait eu du gout pour l'équipement, c'était une excellent idée... Ou alors c'était son idée inconsciente qui c'était frayer un chemin jusqu'à Viktor.

Gill s'était passer une paire de holster supplémentaire, entoure des épaules. L'accès à ses cuisses étant devenu problématique... Mais sinon pas de soucis, il pourrait dégainer si on venait à l'acculer. Tout de même quatre pistolets. Deux fois plus. Mais n'était-il pas deux fois meilleur que Viktor. Selon son idée tout du moins. Chose étrange il portait un étrange binocle en pince-nez. Objet qu'on aurait plus vu sur le visage de Tancrace que sur celui du premier officier.

Il se fit rouler jusqu'à la Lady-Capitaine.

"Madame, ah ah. Au fait dans la précipitation j'ai oublié de vous dire. Mon informateur, en plus de m'avoir permis de vous sauver d'une paire d'atomique m'a aussi donner une confirmation d'une de mes hypothèses."

Gill eu ses yeux qui se perdirent dans le vague un instant. Un sourire fin et immotivé.

"Le capitaine du Dramatic Entrance, le maître de Nostromo, le corrupteur de Constantine, il s'agit bien sûr d'Helmut Sabrehagen."


Harkness a écrit:
Les militaires étaient en pleine effervescence depuis une grosse heure, ils avaient attribués des positions de défense ou d'abordage à la totalité des troupes militaires de bord.

Le 1er Aéroporté avait pris place pour les deux premières vagues dans les baies d'envol. Enfin, dans les coursives en retrait pour éviter les dégats collatéraux.

Les gangers avaient été déployé dans les parages des moteurs. L’environnement leur allait bien. De Quihl commandait la troupe de plus de 500 fusils.

Les Reîtres étaient globalement en position défensive au coeur du navire, en attendant un abordage.

Les 2 et 3e Von Razgriz avait eux la charge de défendre le navire dans sa totalité, leurs unités de choc postées au zone sensible. Des tanks avaient été déployé dans les plus larges des coursives. Les unités équestres étaient elles aussi en position.

Seul subsistait comme troupe mobile, pour suppléer le 1er Aéroporté, le 7e de Marche des Reîtres mais aussi le millier de siskien des Reîtres et aussi les Jaëger et les Grenadiers von Razgriz. Ils seraient moins à l'aise mais tout aussi efficace.

Harkness finit par accepter le déploiement final, et sabla une bouteille d'amasec pour trinquer avec ses officiers. Une collation bruyante qui résonna sur la passerelle: "A nos morts que nous saluerons bientôt! Hourrah! Hourrah! Hourrah! ".

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:43

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Il y eu un temps. Lonallyn se tourna vers Gill, puis regarda les données sur les projections hololithiques.
Puis se retourna brutalement vers lui. Elle avait bien entendu.
"Par la Malepeste, je vais étriper ce bougre de coprolithe moi même !Vous avez des preuves tangibles, maître Haddon ? plus nous en avons, mieux cela sera.
Je ne vais pas seulement le tuer, ou du moins pas de suite quand je l'aurais sous ma main. Je vais incendier sa famille devant lui, brûler ses vaisseaux, carboniser ses biens, noyer ses mondes sous le Promethéum. Je le ferais mijoter dans les cendres encore chaudes de tout ce qu'il a aimé. Enfin, je ferais fondre son or et je le verserais dans ses orifices patiemment, jusqu'à à qu'il en crève, son nom banni à jamais et marqué du sceau de l'oubli."

Elle n'avait pas levée le ton, elle avait énoncé cela avec un détachement d'un froid polaire, d'une colère aussi glaciale et aiguisée qu'une lame énergétique oubliée dans l'espace pendant plus d'un millénaire.

Gill Haddon a écrit:
"Des preuves ? Mais bien sûr que non je n'en ai pas. Comment voulez vous avoir des preuves de ce genre de chose ? Non j'ai un mobile, une méthode, des recoupements, des faisceaux de suspicions, des intérêts. Comme il n'aurait pas pu avoir de preuve de nos agissements contre lui, nous n'en aurons jamais des siennes. Mais qu'importe, à quoi bon les preuves ? Nous sommes dans l'expansion. Ici il n'y a d'autre loi que celle du fort. A quoi bon les tribunaux. Laissez vous allez à ce que vous faites de mieux : combattre et vaincre."

Gill se balançait en équilibre sur les roues arrières de son fauteuil. Annonçant cela comme s'il parlait d'un livre intéressant ou d'une chose normal mais guère plus qu'intéressante.

Harkness a écrit:
Chang, encore lui, avait attiré l'attention sur la conversation entre Haddon "Four Wheels" et Lonallyn von Razgriz...

Il s'approcha et pouffa bruyament dans son casque en entendant les détails.

Il finit par s'approcher d'eux:

"Gill, je crois qu'il n'y aura pas besoin de feutre rouge pour le prochain plan..."

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

La cathédrale était emplie de chants, de prières et des nombreux fidèles venus recommander leurs âmes à l'Empereur-Dieu avant la bataille qui les attendait. Ivan faisait de son mieux pour galvaniser les soldats et les matelots qui bientôt verraient souffler l'étincelle de leurs vies par un ennemi terrible et toujours plus menaçant.

Kateryn

Sur la passerelle, Kateryn, accompagnée par deux autres Soeurs de Bataille en grande tenue de combat, entra avec assurance et vint se placer près de la Lady-Capitaine.

"Madame, le Révéré Père Markov nous a chargé de votre protection pour la bataille à venir. Permettez que nous restions près de vous et acceptez le sacrifice de nos vies."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Citation :

en barré, la frégate coulé. le triangle est le flot de torpilles du DRAMATIC ENTRANCE, le G est une vilaine surprise du Maître. Twisted Evil

concernant les jets :
Focused Augury demandé sur le Dramatic Entrance : cible 92. jet. 68. Vous avez la localisation des composants essentielles, des senseurs, les boucliers et l'armement/le militaire.
Une partie PNjs s'occupent de couper les communications vox des divers vaisseaux ennemis, et réussissent.
Une autre se consacrent à Aider l'Esprit de la Machine, pour accroître la Manoeuvrabilité d'Ex Cathedra. Réussite, incluant le +10 de Lonallyn en tant que RT, vous obtenez un bonus de +20 à la Manoeuvrabilité du Vaisseau.
Test de Lon pour le pilotage : Adjust Speed and Bearing. Cible 56. Jet : 12. 4 DoS. +4 de Vitesse en plus. virage à l'endroit prévu.
Test supplémentaire pour les manoeuvres d'Evasion. Cible 66. Jet : 05. 6 DoS. -70 à vos jets pour tirer lors de ce round, -70 pour vos adversaires également.
Jet de commandement pour Gill réussi. Les Chasseurs réussissent à faire taire les tourelles. 3+3 touches de bombardiers sur la frégate la plus proches. Dégâts potentiels avant soustraction du blindage : 73. Critique : réacteurs endommagés, la frégate ne peut plus tourner.
Frégate mise hors de combat.
Au tour de vos adversaires !
Tel une horde de piranhas de Catachan voraces, les premières escadrilles Razgriz surgirent des baies de lancement de l'ombrageux croiseur, prêts à en découdre. Ils fondirent sur la première cible à portée, une frégate xeno qui fit de son mieux pour les repousser. Toutefois, les chasseurs connaissaient leurs affaires pour occuper les tourelles de l'étrange vaisseau, laissant la voie libre aux bombardiers, qui firent des ravages, achevant net leur proie en un seul raid dévastateur. La nouvelle fut accueillie avec joie sur la passerelle, mais les hourrah se turent vite.

Les vaisseaux ennemis avancèrent pour se mettre à portée de tir. Le SPEAR OF DESTINY s'approcha dangereusement, poussant ses propres moteurs au maximum, sur vos talons et à la limite de sa portée de tir. Il devrait arriver sous peu à portée d'engagement à ce rythme
Le DRAMATIC ENTRANCE lâcha une bordée de six torpilles droit sur vous, et elles sont diablement proches. Ses propres chasseurs et bombardiers, deux escadres de chaque en tout, sont déployés également et s'approchèrent, sur le point de fondre sur vos propres escadrons.

Soudain, sur votre flanc bâbord, on détecta une charge d'énergie impressionnante : un vaisseau vous attendait la en embuscade, en mode silencieux.Il s'agissait du deuxième croiseur détecté initialement lors de l'arrivée dans le système. Il abattit ses couleurs, alors que ses macrobatteries latérales et de proue Sunsear tonnèrent : il s'agissait du croiseur GOOD NIGHT SWEET PRINCE.
Les artilleurs de passerelle sous les ordres d'Aleksia blêmirent et jurèrentr : les schémas des tirs vous visant provenant du nouvel arrivant sont aussi monstrueusement coordonnées que ceux de la Hetman.
Au même moment, les deux frégates Xenos ouvrirent le feu avec leurs lances étranges.
Citation :
série de jets. Vous avez bien fait de faire des manoeuvres d'evasion, vous auriez morflés sinon.
Les manoeuvres de la Libre Marchande, vieille roublarde de la bataille navale, n'autorisa pas les lances à avoir un focus suffisant pour toucher l'Ex Cathedra, même si cela ne passa pas loin parfois.
En revanche, le GOOD NIGHT SWEET PRINCE connaissait son affaire, et disposait d'une puissance de feu conséquente : son flanc tribord et sa proue vous bombardait sans relâche, de toute ses macrobatteries. L'essentiel des tirs visent votre poupe, plus précisément les ailes de votre croiseur ou se concentre la majorité de vos rétrofusées. Il cherche à vous immobiliser à défaut de pouvoir vous détruire tout de go.
Citation :
6 touches de macro-batteries sunsear en total, après une pénalité de -70. Vos boucliers en absorbent deux. Vous subissez un critique : n°4 : vos rétrofusées et réacteurs auxiliaires de guidage : votre manoeuvrabilité est réduite de -20.
dégats subis au final : 3 points de dommages.


Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Tenant fermement la barre, faisant tournoyer avec grâce le lourd croiseur une trajectoire coupée au scalpel, elle serrait les dents en ressentant sous ses pieds les vibrations des impacts qui malgré tout touchait son vaisseau.
https://www.youtube.com/watch?v=7BO5AgiOo6E
Rapport d'impact ! qu'on envoie les Reparaturdiernern remettre les rétrofusées en service !
Lonallyn devait hausser le ton pour se faire entendre au dela du bruit des bottes et le rugissement des moteurs.
A sa demande expresse, la passerelle se voyait renforcée par la présence de plusieurs batteries d'armes lourdes tenues par les Lebensguard. Des Sentinelles arpentaient les coursives, et deux Hellhound patrouillaient autour de la structure principale. Le Profit Express était juste derrière elle, ses autocannons sorties, prêts à faire feu. Les officiers devaient tous portaient casques et masques respirateurs, une arme à portée de main, parés à tout abordage.
On ne l'y prendra pas deux fois avec un assaut téléportée.
"EN AVANT TOUTE ! Hetman, donnez une bonne leçon à ce "PRINCE", envoyez le se coucher ! Maître Haddon, envoyez notre deuxième vague sur ledit PRINCE. Feu Babord sur la prochaine frégate à portée. Pendant qu'on réarme nos bombardiers, les chasseur de la premiere escadre vont occuper la flottille du DRAMATIC ENTRANCE.
Maître Kutreej ! Vous allez avoir un afflux massifs de patients sous peu, soyez prêts.
Magos Prime, continuez vos efforts pour une telle vitesse.

Elle décocha un clin d'oeil à la Vostroyenne pour la motiver, bien que la présence d'un rival de son talent devait être un aiguillon bien suffisant.
Puis elle se concentra de nouveau sur les données qui défilaient à sa barre...

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :


Sous le contrôle du Mechanicus de l'Archi-magos Liebowitz, des équipes de réparation d'urgences parvinrent à remettre rapidement en marche les rétrofusées endommagées et à déployer celles de secours, alors que le Maître des Chairs, avec son efficacité coutumière, sauvait le maximum de vie avec ses chirurgiens. Malheureusement, même lui ne pouvait soigner les malheureux qui avaient subi les impacts de plein fouet ou furent engloutis par les vagues de prométheum et de plasma provenant des canaux rompus.
Pendant ce temps, sur la Passerelle, Askuwetho avec ses mélopées absconses et sauvages parvenait malgré tout à donner en temps réel les corrections nécessaires pour le poste Ordinantia de planifier et corriger leurs volées, sous l'égide d'une hetman assoiffée de sang et qui mourrait d'envie d'ajouter un croiseur à son tableau de chasse. Son poste ne cessait de chanter, tout comme les pauvres matelots qui rechargeaient et pointaient dans une chaleur d'enfer leurs macro-canons fumants, sous les encouragements de l'Archi-confesseur en personne.
Tout Ex Cathedra se mit à trembler alors qu'Aleksia fit tonner les macrobatteries toutes en même temps. A tribord, la frégate xenos fut rapidement désemparée ; à bâbord, le GOOD NIGHT SWEET PRINCE n'en menait pas large, ayant subi de lourds dégâts structurels, et notamment perdu ses senseurs. La vague de bombardiers sous le contrôle du Premier officier retourna le couteau dans la plaie, endommageant les rétrofusées du vaisseau adverse suffisamment pour l'empêcher de virer.
Aleksia jura quelque chose de terriblement obscène en vostroyen, visiblement déçue de ne pas avoir couler le croiseur d'une seule bordée...
Vos premières escadres sont rentrés à bon port pour se ravitailler, vos chasseurs repoussant une des escadres du Maître. Vos tourelles firent le reste : les rares bombardiers qui parvinrent à lacher leurs projectiles sur votre vaisseau ne firent qu'à peine noircir ou enfoncer un peu votre épais blindage.
Dans votre poupe, des éclats d'énergie sont perceptibles : Haarlock s'est rapproché, pas assez encore pour vous rattraper, et en profite pour pilonner la dernière frégate survivante.
Celle-ci, toutefois, ouvrit le feu, tout comme le GOOD NIGHT. Les xenos n'avaient visiblement pas de bons artilleurs ; en revanche, sans retour d'augures, en aveugle, sans ajustement de trajectoire possible, celui du croiseur embusqué méritait visiblement sa solde, car de nombreux impacts firent résonner la coque de sa majesté, certains arrivant à pénétrer le blindage. Ex Cathedra tenait bon, stoïque, mais on pouvait l'entendre gémir sous les crissements du plastacier et de l'adamantium.
Soudain, les alarmes d'impact se mirent à aboyer : le DRAMATIC ENTRANCE avait foncé droit sur EX CATHEDRA, et ce ne fut que par un ultime réflexe de la Libre Marchande que la collision et les grappins furent évités, de justesse, à 8000 km près.

Citation :
Dommages subis au total, incluant premier round : 10 pts de structure. 1 point de perte définitif du premier round, 7 potentiels du second round, suivant comment Vancrel gérera au prochain round.

Katje von Tödt a écrit:
Katje s'était retirée dans son bureau à la suite de la retraite de la station, et s'était écroulée dans son fauteuil, bercée par les grincements de la coque et le tintement des tablettes de données qui recevaient des rapports. Elle fut réveillée en sursaut par les bordées qui s'écrassaient contre la coque, tirée d'un sommeil tranquille par une chutte contre le sol dur. Elle se releva, poussa un soupir lorsqu'elle vit qu'il n'y avait personne d'autre qu'elle ici et sorti pour rejoindre la passerelle. Des choses intéressantes devaient être sur le point de se produire pour que le vaisseau soit malmené ainsi.

Elle arriva pour voir les officiers en effervescence, proposants des plans, menant la bataille avec des décisions prises sur l'instant. Elle retint un baillement, glissant sur le coté pour esquiver le staff d'harkness et vint se placer proche du trône de commandement. Ses muscles étaient endoloris après les quelques heures de sommeil en armure, et ses pistolets lui avaient laissés des échimoses légères sur les cuisses. Elle s'étira en craquant, soupira sur son grand âge et vérifia méchaniquement son matériel, pour être prète à se défendre si le Dramatic Entrance choisissait à nouveau l'assaut téléporté. Son armure opérationelle, elle attendit les ordres.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :



Sur la passerelle, vous pouviez entendre clairement la Hetman bougonner au poste Ordinantia qu'on l'empêche de s'amuser un peu, alors que les compétences de logistique du Chancelier étaient requises pour veiller au bon réapprovisionnement des chasseurs et bombardiers venus refaire le plein. Katje fut tiré de sa somnolence par une communication pressante de la commissaire Paulus, demandant les lumières de la colonnelle pour organiser aux mieux les défenses du vaisseau.
Sous le commandement de Gill, les escadres repartirent à l'assaut, cette fois sur le DRAMATIC ENTRANCE tout proche. A si courte distance, c'était un véritable carnage pour le croiseur adverse, les chasseurs occupant les tourelles, et les bombardiers effectuant plusieurs tours. Leurs efforts furent récompensés par la destruction des tubes à torpilles dans une explosion redoutable.
Cela du cesser bien vite toutefois, trop vite au gout du Premier Officier. Car Lonallyn avait achevé sa manœuvre et ses calculs, et énonça sur tout les canaux :
"ALERTE IMPACT. FERMETURE DE TOUT LES COMPARTIMENTS DE SECURITE. ALERTE IMPACT !" avant de donner toute la puissance des réacteurs. En proue de l'Ex Cathedra, l'éperon énergétique fut déployé, ce mettant à chauffer et à craqueler sous les puissants champs électriques conduits à l'intérieur...
Il y un choc violent. Un son tellement violent qu'il se ressentit plutôt qu'il ne fut entendu, faisant entrer en résonance tout Ex Cathedra.
Vous veniez d'éperonner le DRAMATIC ENTRANCE par le flanc tribord, en plein sur les macro-batteries, avec une violence inouïe. Non seulement les dégâts étaient colossaux, le vaisseau adverse ployant et laissant une pluie de débris derrière lui ; mais Ex Cathedra était quasi intact, mis à part des ruptures de conduites malheureuses, des accidents de chargements d'un macro obus et un déraillement d'un train Essef... du petit bris et des pertes humaines minimines au vu de l'impact que vous aviez eu.
Sur vos senseurs, vous pouvez voir que vous n'êtes plus que quatre vaisseaux encore en état de combattre : vous, le DRAMATIC ENTRANCE, le GOOD NIGHT,et le SPEAR OF DESTINY, qui venait d'ouvrir le feu sur ce dernier après avoir achevé négligemment la frégate qui était sur son chemin.
Citation :
28 pts de dommages en éperonnage, quasi le maximum, bravo. Vous n'avez subi qu'un pt de dommages en retour.

Harkness a écrit:
Harkness avait vu l'éperonnage se profiler depuis le fond de son fauteuil. Cela faisait des heures qu'il regardait la passerelle d'un oeil distrait. Il ressemblait à un vieux sénateur grincheux affalait comme il l'était dans son fauteuil de commandement. Si ce n'était son armure carapace, ses armes, son gantelet énergétique et son casque qu'il n'avait pas quitté.

Il lança l'ordre nonchalement.

"Otto, à toi la passerelle ennemie, crames tout."

Dix minutes plus tard, près de 700 soldats des troupes aéroportées Von Razgriz étaient embarquées sur les Sharks. Les pilotes lancèrent leurs montures à fond de train, ils dévissèrent sous la quille d'Ex Cathedra pour remonter en chandelle entre les deux coques, à 300 mètres de la la proue d'Ex Cathedra entamait la coque du Dramatic Entrance.

Le Lt-Colonel Zek, commandant de l'escadrille de Shark repéra lui même le point de chute. Une section d'un kiosque arrière du Dramatic Entrance qui avait été réparé suite à un tir récent. Les plaques de tôles d'acier pour les réparations d'urgence étaient pratique, facile à manier, rapidement déployable, mais elles avaient un petit défaut. Leur épaisseur.

Une nuée de moustique se posa sur l'échine de la bête, par groupe de sept, six en fleur et un au centre.

Les moustiques ne pompèrent pas le sang de la bête de somme qui labourait les champs stellaires depuis des siècles mais lui injectèrent le pire des venins.

La colère des Von Razgriz!

Otto "La Barrique" Von Dübendorf sauta le premier dans la coursive, il atterrit au milieu d'un groupe de réparateurs-esclaves, et il ria très fort dans sa combinaison d'assaut étanche, dont le tissu le boudinait un peu. Il envoya des douzaines de tir laser avec ses deux radiants avant de stopper le tir. La salle était nettoyée. Il cria l'ordre de forcer jusqu'à la passerelle, une centaine de mètre plus loin.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:46

Ajax Ordann a écrit:
Le Porte-Etandard était dans l'un des Sharks, ayant étudié tout le long du voyage le plan mis en place par le Capitaine d'arme. Il devait s'y conformer autant que possible, jugeant nettement plus prudent de ne pas trop se faire remarquer dans un premier temps, et ne se jugeant de toute façon pas digne de prendre trop de décision.
Et puis dans le même Shark, il y avait le Pater Missionarius Markov... il se doutait que se serait nettement plus logique que ce soit LUI qui prenne les éventuelles décisions et initiatives.

Aussi, la bannière parée pour la dresser quand il serait temps, il s'était assit à ses côtés.

Au moment où l'appareil sonna la dernière poussée qui précèderait l'ouverture de la coupée, il se leva et, toujours à côté de Markov, ne put s'empêcher de réciter une prière dans sa langue natale. Se sentant un peu coupable, il adressa un sourire au Pontifex Astra.

-Je suis désolé, mon père.... mais j'adressais une prière au Céleste Shahanshah... le Roi des Rois.... Je recommandais mon âme à ses bons soins à condition qu'il me considère digne de cet infini honneur.... Mais c'est là un jour glorieux et tout ceci est si excitant !

Le jeune homme était souriant et ne semblait décidément bien trop enthousiaste pour son propre bien...

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

Le Pater Missionarius était assis aux côté d'Ahmet Pacha dans le Shark, les Soeurs de Bataille occupant une grande partie des autres sièges. Il récitait tranquillement une prière à l'Empereur-Dieu puis rendit son sourire à son compagnon d'armes.
"Avant une telle bataille, peu importe le nom de celui à qui vous envoyez vos prières, tant qu'ils vous donne du coeur à l'ouvrage.". Ahmet Pacha tiqua sans doute face au laxisme religieux de Markov mais il s'apercevrait bientôt qu'il n'avait pas affaire à un prêtre comme les autres!

Lorsque le Shark arriva à destination, Ivan se leva lentement, s'étira faisant légèrement craquer les joints de son armure. L'aquila qui décorait son plastron luisait dans l'obscurité de la navette d'abordage. Il activa les suspenseurs de son marteau de guerre et lorsque les portes s'ouvrirent, il lâcha un "Pour l'Empereur!" retentissant et se jeta dans la mêlée.
Ses premiers adversaires ne virent que l'enfer d'un véritable fils de l'Empereur-Dieu se déchaîner, bientôt suivi par le déluge de feu des bolters des Soeurs de Bataille.

Eclaboussé de sang, riant aux éclats, Markov se retourna vers Ahmet
"Hauts les coeurs mon ami, aujourd'hui sera un grand jour!"
Et il lui fit signe de le suivre dans le ventre du monstre d'acier.

Ajax Ordann a écrit:
Le jeune Ahmet-Pacha se jeta à son tour dans la mêlé, brandissant bien haut la bannière Van Razgriz et usant déjà de son Fusil de combat pour débarasser la zone d'insertion.

Il ne criait pas, il ne souriait pas. Un observateur à ce moment là, plus intéressé par les expression de son visage que par sa propre survie, aurait pu noter que le jeune homme n'offrait en fait qu'une expression neutre et détachée, supprimant un à un les adversaires lui faisant face avec une certaine dextérité.

Il ne lacha pas le Pater d'une semelle, se débarassant de ses adversaire tour à tour avec son fusil de combat ou avec son épée, avec une égale efficacité.

-Mon père, il est peut-être temps que nous progressions, ou nous allons être en retard sur le plan !

Il lui lança un petit sourire confiant.

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov considéra son compagnon et opina du chef

"Vous avez raison mon fils, il est temps d'apporter la Lumière de l'Empereur aux offciers sur la passerelle."
D'un cri rageur, il rassembla les Soeurs de Bataille qui aidèrent les deux hommes à progresser vers la passerelle du vaisseau.

Tancrace a écrit:
Citation :
Hermann Nelden

Le Purgatus Primari était apparu sur la passerelle au retentissement de l'alarme. Ses hommes et lui passaient l'essentiel de leur temps à fureter dans les zones attenantes aux cales noires, dans les coursives les plus sombres, dans les thermes, avec les matelots, à l'affût du moindre signe de corruption ou de soulèvement. Aussi ne les voyait-on apparaître qu'épisodiquement sur la passerelle, généralement quand leur présence était exigée. Les purgati eux-mêmes n'avaient guère de goût pour les mondanités, et préféraient la crasse, toute relative, des zones les moins fréquentées du vaisseau.

Ils avaient reçu l'ordre de rester sur le vaisseau lors de l'abordage, pour parer ainsi à une éventuelle contre-attaque. Des patrouilles de purgati quadrillaient le vaisseau, tandis qu'Hermann et ses lieutenants prenaient place sur la passerelle.

"-Attendons vos ordres, Lady-Capitaine. Mes hommes patrouillent les endroits sensibles du vaisseau, les vermines d'en-face ne nous prendront pas par surprise cette fois."

Il avait le verbe laconique des brutes du Magistratum, et l'accent des bas-fonds de Sibellus, ce qui n'échappa pas au Premier Officier.

Citation :
Tancrace

Le Chancelier avait quitté sa place habituelle au cercle Commercia pour l'Aeronautica. Il voxait des ordres brefs aux pilotes des chasseurs et des bombardiers, indiquait les aires de ravitaillement disponibles, chronométrait chaque opération de réapprovisionnement, évaluait l'efficacité des techniciens. Ceux qui étaient trop lents à son goût serait punis ou mutés après la bataille... si Ex Cathedra était toujours là.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

https://www.youtube.com/watch?v=Yuqd6f42-fg
Passerelle du DRAMATIC ENTRANCE

La passerelle du croiseur, organisée en cercle divisée en quatre quadrants, faisait l'objet d'une activité frénétique. Des officiers en uniforme noir et vert couraient de partout, des troupes aux mêmes couleurs en emmenaient une partie, visiblement au bord de la panique, sous le regard impavides de sombres choses encapuchonnés, tenant de lourds sceptres.
L'assaut du 1er aéroporté les prirent quelque peu par surprise, et les premières secondes furent sanglantes. Toutefois, les alarmes d'alerte résonnèrent bien vite, les troupes se mirent à riposter, de même que les silhouettes en robe, qui se révélèrent être de la même espèce que la chose, qui autrefois, avait souillé de sa présence la bataille du Profit Express.
Ces choses étaient grandes, nauséabondes, recouvertes ou entièrement faites de vers noirs; à la différent du Syndicat, elles portaient toutes une armure sous leurs robes décaties. Leurs redoutables sceptres de bronze couvertes de vert de gris, n'avaient pas perdu de leur puissance maléfique, désintégrant net leurs victimes quand elles ne les électrocutaient pas lors le tir ne faisait qu'égratigner.
La bataille s'engagea. Mais vous avez pu apercevoir brièvement que le trône de commandement du capitaine du vaisseau était vide.

Malakaï Zacharia a écrit:
Si le Père Markov pouvait faire preuve d'une tolérance frisant le laxisme indécent aux yeux d'un écclesiarque normal, la vue de ces "choses" en revanche, faisait bouillir son sang et le firent entrer dans une sorte de frénésie destructrice.
Les runes sur son marteau de guerre se mirent à luire puis bientôt ce fut le prêtre lui-même qui sembla irradier d'une lueur dorée.
Voyant cela les Soeurs se mirent à abattre méthodiquement tout ce qui se trouvait sur la passerelle en chantant des cantiques à la gloire de l'Empereur-Dieu.
Devant, le lourd marteau ne cessait de s'abattre, dans un flot de sang et d'entrailles.

Citation :
MJ: Markov utilise LIght of the Emperor" pour maintenir le moral des troupes face aux machins encapuchonnés

Ajax Ordann a écrit:
Levant bien haut la bannière Razgriz, Ahmet-Pacha leva son fusil de combat passé d'un mouvement bref du pouce en full-auto et commença à tirer sur les monstruosités encapuchonnées.

-Pour les Von Razgriz ! Pour le Céleste Shahanshah ! Au dernier la Honte !

Ce cris de guerre n'avait plus retentit depuis 1000 ans. C'était par ces mots que les Endal menaient jadis les troupes Razgriz. C'étaient par ces mots que des milliers de victoires furent offertes à la gloire des Razgriz et de l'Empereur-Dieu.

Et c'était par ses mots qu'il espérait motiver également les troupes !

Alors qu'il se lançait dans le combat à la suite du Père et des soeurs, son visage avait perdu un peu de sa neutralité, mais à peine était-il plus expressif que si on lui avait annoncé qu'il ne restait plus assez de dessert pour tout le monde...

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Ex Cathedra

Alors que vos boucliers sont abattus brièvement par le choc colossal avec le DRAMATIC ENTRANCE, les alarmes d'intrusion sonnent sur la passerelle. Une nouvelle fois, les occupants du croiseur du Maître tentent un raid téléporté.
Sur le passerelle, apparaissent deux centaines de soldats, pour moitié des troupes en armure carapace noires et vertes fermées, de l'autre une centaine de xenos encapuchonnées. Ils étaient à l'ombre de 10 sentinelles équipés d'autocannons. Au centre, derrière un puissant champ de force, se trouvait le Lieutenant, en armure énérgétique noire, un sourire sardonique aux lèvres.
Mais ce groupe d'assaut n'était pas le seul.
Vos senseurs comptèrent d'autres groupes : l'un devant l'Occulum, un autre en direction des réacteurs Miroslav, d'autres sur le Munitorium de l'Ex Cathedra, et un dernier vers la salle des machines.

Malakaï Zacharia a écrit:
Kateryn

Immédiatement après la téléportation des troupes du Dramatic Entrance sur la passerelle de l'Ex Cathedra, Kateryn et les deux Soeurs de Bataille s'interposent pour protéger la Lady-Capitaine. Elles mettent en joue les troupes d'assaut et ouvrent le feu dès que possible.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:49

Aleksia Kovalsky a écrit:
Aleksia boudait sur son siège, alors que Lon faisait l'intéressante à faire manoeuvrer son vaisseau pour un éperonnage.
Anya vient lui tapoter l'épaule.
"Hetman, nous devrions aller prendre de l'armement lourd...
- Pour quoi faire ?
- on va perdre les boucliers lors de l'impact, et ils vont sans doute encore lancer un assaut téléporté.
- Святое дерьмо! On est trop loin de l'armurerie pour ça !
- Il y a celle du Profit Express, Hetman.
- D'accord, d'accord, allons y. Mais gare à tes fesses si tu me fais louper une opportunité de carton pendant qu'on quitte le poste !"

Les deux vostroyennes, l'un marchant d'un pas assurée, l'autre trotinant derrière sous le poids du générateur de champ de force Mezoa, quittèrent leur poste pour aller à bord du Profit Express, plus précisement, le wagon armurerie.
Grenades. Des caisses de balles à mettre sur un petit diable. Se relever après l'impact.
"Ouuhh, ça a du faire mal. Dépéchons, on va retourner sans doute leur botter le cul !" fit Aleksia en se redressant, regardant avec une lueur gourmande l'autocanon qu'elle venait de dénicher.
C'est à ce moment là que les alarmes se mirent à mugir.
По волосатые яйца императора!jura l'Artilleuse Primari, courant vers la sortie.
Au moment ou elle sortait du train, les sbires Sabrehagen venaient d'apparaitre.
Anya activa aussitôt son champ de force, tendant à la Hetman une bande de munitions, avant de prendre une grenade à sa ceinture.
[size=200]"разъединение наших гребаный мост, группа сосать член ксенофобии!!*[/size]
hurla Aleksia, en ouvrant le feu dans le tas.

Citation :
Aleksia & Anya vont tirer et lancer des grenades dans le tas jusqu'à ce qu'ils crèvent et/ou fuient. :p
[size=50]* dégagez de notre p##### de passerelle, bande de suceurs de b### xenos ![/size]

albus a écrit:
L'assassin se retourna lentement vers les forces téléportées.

Ils avaient vraiment de gros moyens eux aussi. L'assassin dégaina ses deux lames et jeta son fourreau de côté.

- Suus rex reginae placet.

Il avait lancer la phrase dans le vide, et dans un murmure. Une litanie d'encouragement ? Peut être.
Toujours est-il que son visage n'était plus orné du moindre sourire. Il avança sans attendre l'ordre, vers les troupes adverses.

L'objectif était simple : le lieutenant derrière son champ de force. Le dragon décapité, son corps ne serait guère plus capable que de quelques spasmes.

Il n'avait pas un mot à dire, il haranguait personne. Bientôt tout serait silence, de cela il était certain.

Citation :
Occulum
.

Les forces nébuleuses se tenaient derrière la lourde porte, équipées d'armes élégantes et d'armures ornées de symboles de la Navis.
Les Choeurs étaient en sécurité derrière d'avantage de fer, dans des locaux destinés à ce genre de situation.

La Matriarche se tenait toujours sur son trône, dotée d'une armure d'apparat. Le froid envahissait lentement la pièce au fur et à mesure que l'intensité de l'Oeil grandissait. Le Postremo était lui à ses cartes, derrière des nébuleux contrefaits et énormes, il maugréait sur la situation inqualifiable dans laquelle la Navis était plongée.

Deux trésors de l'Occulum étaient gardés plus précieusement que la Matriarche elle même.
Le Navis Prima, et la mère de l'enfant à venir.

Tancrace a écrit:
Citation :
Hermann Nelden

Paré à cette attaque, les purgati arrosèrent les troupes fraîchement arrivées de grenades frag. Hermann épaula son lance-grenade modèle Gorge, chargé d'un projectile antichar, et pointa le canon vers une des sentinelles avant de faire feu.

Citation :
[HRP: Je laisse le MJ faire les jets, j'éditerai mon post en conséquence]
Citation :

Jet pour toucher : 11. réussite.
dommages : 3d10+10. 6, 10, 5, total . Critique confirmé. Critique obtenu : 3, Equipage sonné.
La Sentinelle n'est pas détruite, mais ce fut une vilaine explosion au niveau de la cabine blindée.

La sentinelle sembla perdre son équilibre, ses puissantes jambes mécaniques s'emmêlant. Le pilote devait avoir perdu le contrôle de son engin. Hermann fut légèrement déçu de n'avoir pas mis définitivement le marcheur hors d'état de nuire, mais ça suffirait pour couvrir sa charge.

Une fois les grenades tirées, tous s'équipèrent de concert de leur bouclier de répression et de leur arme de corps-à-corps. Le Primari se saisit de sa masse énergétique, dont la tête figurait un soleil d'or aux rayons inégaux et acérés. Elle crépitait d'arcs d'énergie blanche, paraissait aussi avide que son possesseur de broyer les os et de faire éclater les organes de ses ennemis.

Partout dans le vaisseau, les purgati en patrouille réagirent de la même façon, la procédure habituelle des hommes de Nelden en cas d'attaque surprise. Ils exhortaient les matelots environnant à s'armer pour la défense du vaisseau.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Occulum
A la différence des troupes assaillant l'Ex Cathedra, les assaillants tenaient leurs armes au repos, pas en joue. Des drapeaux blancs étaient brandis, mais une lourde menace sourdait de la présence d'une cinquantaine de xenos, des sentinelles porteuses de lances-flammes et de lances-plasmas lourds, et des troupes en armure carapace.
Au milieu, tenant un drapeau blanc, suivi par un serviteur grotesque portant son étendard personnel, portant une armure sous une robe somptueuse, se tenait Nostromo.

Nous venons en paix. Je souhaites parler à ma petite fille. Elle est en grand danger à rester ici, avec Haarlock qui approche. Je viens lui offrir refuge."

Honoria a écrit:
La Matriarche se leva du trône de l'Occulum.

- Où allez vous ?! lui lança Achillus. Ne quittez pas votre poste !

Elle descendit les marches une à une, laissant derrière elle un sillon de glace mordant. Le simple fait de rester dans sa périphérie était désormais étouffant.

Les nébuleux en position se relevèrent néanmoins, même dépourvus de visage, on pouvait deviner en eux l'incompréhension et la détresse.

- Ouvrez la porte.
- NON ! NON ! Vous ne vous livrerez pas à l'Ennemi, Honoria ! C'est de la trahison ! Renoncez ou...

La matriarche avançait sans prendre en considération les dires de son acolyte.

- Servants de ma lignée, c'est un ordre..

Les nébuleux s'inclinèrent et ceux en charge des portes ouvrirent ces dernières à l'armée qui faisait face à l'Occulum.

- Mes couleurs. .

Deux dizaines de capuchards levèrent immédiatement l'étendard de la maison Primigenes.

Et la déesse s'avança en direction du démon, pour s'arrêter à une dizaine de mètres.

- Je suis Honoria Theodora An'Saevoth Primigenes. Descente de Théodora Karyn An'Saevoth Primigenes. Et je ne vous crains pas. Je ne me soumettrai ni à votre joug, ni à votre cruauté. Rendez vous, au nom du conseil des Archontes de la Famille Primigenes, je vous l'ordonne : Nostromo. Pour hérésie, anathème, trahison et milles autres crimes infâmes dont vous vous êtes rendus coupable... Mais surtout pour avoir sali le nom de votre famille et tirez profit de vos frères en les soumettant à l'esclavage de vos ambitions hérétiques. Je ne me répéterai pas. .

Harkness a écrit:
Le Sonneur était espataré (ndlr: un peu d’occitan manière^^) sur le fauteuil du Cercle Tacticae quand l'ennemi se matérialisa sur la passerelle.

Des centaines d'assaillants,
Des sentinelles,
Des Xenos,

La messe était dite.

Harkness se redressa en pointant son fusil à plasma sur les ennemis mais recula doucement en distrubuant ses ordres.

Ses Bringuere sortirent en masse des salles de réunion tactique où ils poireautaient depuis des heures et Harkness au milieu d'eux s'élança vers Gill Haddon pour l'exfiltrer et fournir un feu de soutient.

Arrivant à son niveau il lui dit, le pointant du doigt: "Toi, sur la passerelle secondaire! Allez on t'enmène!". Sans attendre 4 gars empoignèrent la chaise pour la porter en courant vers la passerelle secondaire. Harkness recula avec sa troupe en canardant les sentinelles.

Katje von Tödt a écrit:
Katje avait transmit à Elke ses plans préparatoires qu'elle prévoyait de soumetre à la capitaine pour une réforme complète de la défence à bord. Donner à chaque commandant de caserne le contrôle des défences d'une section du navire, avec des directives générales, au lieu de tout centraliser à la passerelle. Elle prévoyait ainsi, à défaut d'un gain d'éfficacité, un gain de vitesse dans les décisions tactiques. De plus, elle avait passé au cribles les commandants en questions, nombres d'entre eux dépendants de la prévoté à moitié, car les casernes servaient aussi aux prévots et troupes de choc de bord.

Le tremblement de l'impact contre le dramatic entrance la sorti de ses directives, elle souhaita bonne chance à la commissaire, et voxa un "l'empereur protège" plein de conviction et de fermeté sur le reseau des casernements de bord. Elle coupa la communication, souleva sa mitrailleuse et tira la glissière d'armement d'un coup sec. "Soldats ! Défendez la capitaine !" Sur ces mots, elle fit quelques pas en avant vers les assaillants avant de commencer à lacher des rafales de plomb dans leur direction.

Citation :
OOC : Katje tire en rafale vers les ennemis pour tenter (tant bien que mal) un tir de suppression. Elle cherche aussi à motiver autant que possible les soldats sur place en montrant l'exemple et en les exortant à défendre la passerelle.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Passerelle.
Les troupes de défense réagirent en premier, une véritable tempête de feu foudroya les aggresseurs, qui répliquèrent tout aussi sauvagement. Des tirs d'autocannons visèrent Aleksia, mais le champ d'Anya tenait bon, alors qu'à elle deux, elle faisait des ravages parmi les troupes adverses ; Katje n'était pas en reste, mais dans une moindre mesure, les troupes en face disposant d'une armure lourde, et pour le cas des Xenos, semblaient avoir une vitalité surnaturelle.
Des tirs visèrent également Lonallyn et les soeurs de batailles, mais rien pour l'instant qui ne faisaient souffrir vos armures énergétiques. Il faut dire que les Slaughts appréciaient fort peu l'accueil chaleureux que leur réserva les deux Hellhound Razgriz ; si cela ne les tuaient pas, ils souffraient, et cherchaient à détruire lesdits chars.
Selon les retours Vox qui parvenaient à Lonallyn et Katje, pour l'instant, tout était sous contrôle, les défenses tenaient. Fort bien même.

Occulum
Le Navis poussa un long soupir.

"C'est regrettable. Tout comme votre mère, c'est un immense gâch-NON !"
Les xenos avaient abaissés leurs sceptres, et le plus rapide avait déjà ouvert le feu sur Honoria.
Il y eu un cri, très bref, et une pluie de poussières vola sur la Navis : un Nébuleux s'était jeté devant elle, et s'était fait désintégré à sa place. Les autres servants ouvrirent le feu, venant se resserrer autour de leur bien-aimée Maitresse, la reconduisant à l'intérieur. Elle put voir que Nostromo, de rage, avait ouvert son oeil, et avait foudroyé sur place l'imprudent xeno et quelques soldats trop proches, les exhortant à ne pas tirer, puis ils disparurent, laissant leurs morts sur place.
passerelle secondaire
Harkness, Gill et ses hommes venaient d'arriver au poste de commandement secondaire, lorsque il y eu un éclat lumineux : Nostromo et ses troupes venaient d'apparaitre. Celui ci eut un petit sourire de dédain.

Tiens. Le nouveau capitaine d'armes. Puisque vous voila, vous aurez le même sort que votre prédécesseur."
Il dégaina une fine rapière, qui poussa un gémissement langoureux absolument incongru, la température s'abaissant dans la pièce. Puis, Il ouvrit son oeil.
Citation :
les quatre pauvres Bringuère qui poussaient Gill périrent sous le regard de Nostromo. Gill et hark', vous avez réussi vos jets de FM opposés en revanche.



albus a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=NmfzWpp0hMc&ob=av3e

L'assassin avait laissé une marque profonde dans le sol même de la passerelle, une trace visible de botte. La puissance dans ses jambes était proprement inhumaine.
Sa vitesse de propulsion était donc sans commune mesure. Alors que les troupes ennemies tiraient en rafales nourries sur l'équipage de l'Ex Cathedra, Albus filait droit comme une flèche vers le lieutenant Constantine.

Ce ne fut pas un miracle s'il parvint jusqu'à la première ligne adverse alors que les chargeurs de l'ennemi n'étaient pas encore vides. Il couplait sa vitesse de pointe avec un parcours illogique, parsemé d'acrobaties diverses et de changement de cap irréguliers qui empêchaient l'ennemi de se focaliser sur lui et ses mouvements.

Albus ne chargea pas pour autant la première ligne de feu ennemie. Cela aurait été simple. Mais long.

Bombant le torse, les épées le long du corps, il bondit. De la même manière qu'il l'avait fait sur le Von braun alors qu'il s'en prenait à la monstruosité biomécanique, il franchit les limites humaines pour s'élever au dessus de la masse de soldats, coudes à coudes, dont certains levèrent la tête sans parvenir à accepter qu'un humain puisse accomplir pareil miracle.

Il atterrit dans les lignes des corrupteurs slaughts. Les encapuchonnés montrèrent moins de surprise que de froide détermination en apercevant le jeune homme aux cheveux blancs accroupit, sur le point de bondir une nouvelle fois. Plusieurs tirs mortels fusèrent alors vers l'assassin. Ce dernier n'était pas une cible facile d'ordinaire, et il le confirma encore durant la bataille. Alors que le sol était parsemé de trous nets et fumants, il se trouvait à nouveau en l'air, un sourire était à nouveau né sur son visage et il adressait une certaine tendresse à ses adversaires.

C'est un homme du rang qui prit l'initiative de tirer en rafale sur l'assassin encore en plein saut et incapable d'esquiver.
C'est probablement à ce moment là que les troupes saisirent que le cauchemar ne faisait que commencer. Peut être à ce moment-là aussi que certains pensèrent que le soldat même augmenté était plus qu'un soldat.
Il est difficile de se figurer qu'on puisse parer les balles solides ou les rayons d'énergies autrement qu'avec un bouclier. Ce n'est pas ce que fit Albus en plein saut. Il ne tenta pas non plus une torsion violente pour esquiver la balle qui lui était destinée.
Il pointa sa lame incandescente dans la trajectoire du projectile qu'il capta lors de son approche, comme si il percevait le mouvement et la trajectoire de la balle à l’œil nu. il orienta alors le bout d'acier qui glissait le long du plat de l'épée vers sa gauche et le détourna purement et simplement avant d’atterrir en souplesse à côté du lieutenant Constantine.
Ce dernier avait pour le moins perdu son sourire, et brandissait sa propre arme pour cueillir à son tour l'acrobate.
Il vida presque l'intégralité de son chargeur à bout portant...Pour rien.
Albus s'était simplement déplacé de côté au moment où le doigt de l'archi-traître pressait la gâchette.
Ce leader militaire supposé manquait considérablement de talent.

- J'ai un bouclier ! Tu ne peux rien ! [size=150]RIEN [/size]! hurla t-il en rechargeant frénétiquement son arme tandis que plusieurs créatures du Syndicat bougeaient déjà pour le protéger.

Il est vrai que le bourdonnement distinctif et l'odeur étrange que dégageaient la protection surnuméraire du lieutenant appesantissaient considérablement l’atmosphère. La poussière soulevée par le dispositif marquait légèrement sa forme sphérique.

Albus en convenait, et adressa un clin d’œil à sa victime.

Et ce fut le tour du zéphyr de frapper. A nouveau sa botte laissa une marque dans le sol tant l'appui qu'il prit fut lourd.
Il existe différente façon de passer la protection offerte par un bouclier personnel comme celui qu'employait Constantine, pour marquer le coup auprès de ses sbires, Sibilla choisit le moins subtil.

Il sauta assez haut pour retomber à pic sur sa victime, accentua la puissance de sa frappe en effectuant un salto avant. Le plat de sa seconde épée appuya sur le tranchant de celle qui lui servirait d'arme de frappe tandis que son talon durant sa cabriole frappa contre l'arme en appui. Le choc fut violent et soudain. Le bouclier se surchargea presque instantanément, et se brisa dans la seconde où le contact de la lame le bousculait.

Constantine émit un feulement. Littéralement.

Albus était retombé, mais n'en avait pas fini loin de là, puisqu'il se fendit à nouveau vers l'avant pour frapper de taille et tourmenter l'infortuné lieutenant qui enrageait.
La première épée perfora le flanc de Constantine qui régurgita sous la douleur un amas de bave et de nourriture en se cambrant en arrière. Avant même que la seconde lame ne fasse son office, le traître avait prit feu ses vêtement s'embrasant comme si ils étaient couverts d'huile. Son hurlement de douleur était à glacer les sangs.
Albus n'était pas Vincens. Même si Constantine avait recouvré ses esprits en s'interrogeant sur sa présence ici et en suppliant : il n'aurait jamais arrêté sa seconde frappe.
Alors la lame laboura proprement le torse du lieutenant y creusant un sillon mortel de chair brulé et de sang bouillonnant, la plaie était pour moitié cautérisé alors que la lame ressurgissait de la masse de chair. Et l'embrasement s'amplifiait encore. Jamais Constantine ou la chose qui s'était emparé de son esprit n'avait subit pareille torture. Albus préférait le terme de purification.
Les larmes s'évaporaient et la bave durcissait sur le visage du lieutenant que les tourments rendaient plus fou encore si cela était possible.

Alors Sibila allait lui offrir la paix.

Il détourna son arme pour viser directement le cou et lui offrir une décapitation charitable.

La lame virevolta, implacable vers la trachée, l'assassin pirouettant dans le même mouvement. Les bras de Constantine se tendirent vers l'avant alors qu'il hurlait à moitié aveuglé par les flammes pour stopper la courbe mortelle au sacrifice de ses bras. Une rune bleuâtre s'initia à la ceinture de Constantine et bipa alors que les phalanges du lieutenant étaient pour moitié découpées.

*POP!*

La lame continua sur sa lancée, dans uns sillon de chaleur brute. Mais...L'adversaire n'était plus là.
Système de téléportation d'urgence.
Albus stoppa son élan et ses talons crissèrent pour arrêter sa fente.

Il se redressa, en soupirant et secouant la tête, avant de redresser le visage vers les troupes ennemies.

Loin d'être désemparés les forces slaughts et humaines du Dramatic Entrance le chargèrent conjointement pour mettre fin à cette mascarade. Ce qui fit penser à Albus que le lieutenant, ne l'était que de grade et devait souffrir d'une réputation peu glorieuse sur la Passerelle ennemie.

Le Zéphyr souffla à nouveau, en se jetant contre toute attente et parcelle de bon sens vers les troupes ennemies.

Difficile de décrire ce qui se passa alors, il faisait face à une dizaine de slaughts et au moins autant de soldats épars et gavés de drogues de combat.

S'il fallait retenir quelque chose, c'est qu'il était désormais fort probable que les forces du "Maître" devaient considérer la présence d'Albus sur la passerelle et aux côtés de Lonallyn comme une malédiction et certainement pas le fruit du hasard d'un recrutement chanceux. Ce n'était pas un mercenaire, pas un soldat ni un foudre de guerre. L'analyse des blessures de Constantine le révélerait mais moins brillamment que le bilan de moins d'une minute de combat enragé.

Cinq Xenos étaient morts, leurs vers crasseux hurlant d'agonie tandis que les nécrofluides rongeaient le sol.
La moitié d'entre eux furent tués nets par la perte de masse grouillante trop importante, pour le reste, c'était le feu. le feu qu'ils ne supportaient pas et qui commençait à sérieusement les effrayer.
quatre soldats étaient morts eux aussi. Mais aucun n'avait été touché par Albus : ils étaient des victimes collatérales, victimes de tirs alliés, de jet de nécrofluide et du feu qui commençait à se propager dangereusement autour de l'assassin.

Sibila quand à lui...Était intact. Malgré la rage et la volonté de ses adversaires, il parait les attaques de sceptres, esquivaient les rayons mortels comme les jets de fluides mortels issus de blessure trop importantes chez les slaughts et se fondait entre ses ennemis pour les empêcher de lui tirer dessus.

Contrairement à ce qu'ils pensaient, Albus était bien plus efficace et en sureté ici que derrière le bouclier d'Anya.

Les Slaughts n'abandonnaient pas pour autant, mués par l'absence d'instinct de conservation, ou par la fierté voir poussés par des valeurs inconnues et difficilement intelligibles pour un humain. Les soldats de rang en revanche doutaient sérieusement de leurs chances de réussite et n'osaient même plus approcher le champ de bataille. Il se contentaient de braquer la cible sans cesse en mouvement qui se moquait d'eux d'un sourire qui avait l'air de moins en moins doux...


Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

passerelle du DRAMATIC ENTRANCE
Il va sans dire, les xenos faisaient terriblement mal, leurs sceptres étranges désintégrant net leurs cibles. Si le Révérend Père ou le Porte-étendard avaient eu de la chance pour le moment à ne pas être touché, c'était grâce à leur bonne étoile et un bon sens de l'esquive.
Le pire, c'est qu'au corps à corps, les choses étaient tout aussi redoutables, leurs sceptres servant aussi de masses énergétiques, désintégrant leurs victimes sur un coup mortel. Leurs corps même était une arme, comme pu le constater à ses dépends le Révérend Markov, en achevant l'un d'eux à coup de marteau : en mourant, la chose projeta sur lui un fluide nécrotique noirâtre, acide et d'une odeur épouvantable, à donner la nausée.
Citation :
8 pts de dommage au final, après effet de la Toxicité.
Des troupes venaient en permanence rejoindre la passerelle, et il était temps de repartir... toutefois, l'opération était un succès, quoique sanglant. De nombreux officiers ennemis étaient morts, les consoles de contrôles détruites, et l'un des Reîtres eu le temps et la bonne idée d'ouvrir les vannes des canaux de plasma au hasard sur le croiseur, faisant résonner les alarmes à incendies. Le DRAMATIC ENTRANCE était désemparé.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:54

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Passerelle de l'Ex Cathedra

Le combat faisait encore rage, bien que la situation fut désespérée pour les assaillants. Il ne restait plus qu'un dernier carré des Slaughts et de quelques soldats parsemés au milieu, qui résistaient encore ; ils cherchaient à provoquer le maximum de dégâts, visant plutôt le matériel et les officiers que les troupes.
Aussi, un feu nourri s'abattit sur la barre, cherchant à tuer Lonallyn et sa petite escorte de soeurs de batailles : deux d'entre elles furent proprement désintégrées, et les deux autres dans un état critique sous les tirs de lance-plasma lourd; il ne restait que Lonallyn et Katheryn debout, souffrant toutes deux d'importantes brûlures.
Le champ de force d'Anya rendit l'âme sous le feu colossale qui montait en rétorsion des forces du Maître, et ce fut in extremis qu'Aleksia et son aide de camps échappèrent aux tirs des divers sceptres désintégrateurs, le Profit Express percés de multiples trous ; blessées par les divers schrapnels, elles n'étaient plus guères en état de combattre.
La pauvre Katje n'eut pas tant de chance : elle fut cueillie par un tir slaught de plein fouet. Un réflexe toutefois la sauva : de placer sa main en avant pour se protéger. Seule donc son bionique fut désintégré, mais le choc electrique la mit hors de combat dans une vilaine odeur de chair grillée.
Herman et son escouade vinrent la conduire au poste médicale le plus proche, après avoir fait des ravages sur les sentinelles du Maître, Nelden lui même en ayant détruit quatre lui-même.

Le combat cessa subitement, les troupes se téléportant de nouveau, laissant derrière eux blessés et cadavres. Sur les scanners, vous pouviez voir que le GOOD NIGHT SWEET PRINCE donnait le maximum de ses réacteurs, ses rétrofusées auxillaires enfin réparés, pour fuir le combat, avant de se désengager. Eventré, agonisant, le DRAMATIC ENTRANCE cherchait visiblement à faire de même, sans même se donner la peine de vous tirer dessus.
La raison de leur départ était évidente : Haarlock était là, et venait de tirer toute ses batteries et lances, vous ratant ostensiblement de très peu, en semonces. Les canaux vox ne cessaient de geindre le même message :
RENDEZ VOUS.

Citation :
Désolé Katje, c'est un point de destin pour toi. Aleksia est à -2, et Anya à -3 ; Kateryn n'a plus qu'un seul point de blessure et Lon deux.
Kill list respective : Katje 8 soldats et 2 slaughts ; Aleksia 2 sentinelles et 4 slaughts, Anya 12 soldats; Kateryn 2 slaughts. Lonallyn 0 ; Herman 4 sentinelles.

C'est le début du round 4 spatial.

Edit
En tout cas, on pouvait dire que les défenses de la Maîtresse d'Equipage furent d'une grande efficacité : en dépit de la présence des Slaughts, les diverses troupes repoussèrent sans grandes pertes les assauts en forces mais moins bien coordonnées des Xenos et des soldats les accompagnant.
Aucun dommage repertorié à bord, si ce n'est des coursives abimés et des impacts de balles, de la cosmétique essentiellement.

Harkness a écrit:
Citation :
post à 4 mains

“ C’est quoi ce plan Harkness ? Reposez moi au sol immédiatement.”

On pouvait dire que le plan de Gill se déroulait à peu près à la perfection. Jusque là. L’anticipation simple des actions de Lonallyn lui avait permis en la poussant un peu émotionnellement d’avoir ce qu’il souhaitait : Iago Constantine. Le paquet de merde glaireux comme il le surnommait depuis sa sortie de chirurgie. Il avait la chose sûre pour lui, Iago était obligé de venir. Oui. C’était vraiment parfait... Jusqu’à ce que les troupes de choc des reîtres ne viennent l’embarquer alors que l’autre androgyne d’assassin lui volait sa proie.

“- Portez moi le jusqu’à la passerelle secondaire. Gill, tu viens de gagner ton premier commandement spatial ! Harkness progressait au niveau de Gill, son fusil plasma au niveau de la hanche prêt à tirer. La passerelle va être en bordel pendant des plombes, il faut achever le Dramatic Entrance pour les empêcher de fuir. Franchement, deux Hellhounds sur la passerelle, ça va détruire les consoles de commande, ce vaisseau est aux mains de fous.
- Je confirme, l’utilisation de véhicule blindé devrait être interdite. J’ai même vu des gens tirer à l’antichar.
- Pourvu qu’un missile perce une baie blindée... Harkness avait pensé à voie haute.
- Cela ne viendra pas de chez eux. J’ai fait détruire leurs lanceurs.
- Il faut se payer ce putain de vaisseau maintenant, ce vieux renard d’Helmut doit crécher sur l’autre croiseur, c’était lui les bombardement copieux de Macro-canon j’en suis sur.
- Je pense pareil.”



Les plantons, des cadets du 3e Régiment d’Infanterie de Marine von Razgriz se raidirent à la vue du Premier Officier et du Capitaine d’Arme.
Gill avait l’air encore plus morne et froid que depuis ces quelques jours. Les portes de la passerelle secondaire s’ouvrirent dans un désintérêt complet. L’apparition de Nostromo ne provoqua chez Gill qu’une désolation pour Helmut qui sacrifiait sa force de frappe en la dispersant.

Harkness fut surpris par l’apparition des troupes Sabrehagen. Menées par celui qui avait mis à terre Götz. Puis il se remémora les évènements, Iago Constantine, le portail de saut dans les cales noires, les plans du navire connu à la perfection. Ils avaient péché par excès de confiance! Cette foutue passerelle aurait du être déplacée. Le quart de seconde était écoulé...

Alaaaarme!!! cria Meteor avant que la première rafale ne le fauche.

Ses quatre porteurs venait de disparaître, consumés par leurs propres faiblesses. Il avait déjà goûté à ça. Il savait qu’il fallait réagir vite. Agissons vite alors. Sans un sourire.
Instant numéro 1 : pistolet bolter dans chaque main.
Instant numéro 2 : détonation numéro 1 et 2. Instant numéro 3 : détonation numéro 3 et 4. Instant numéro 4 : début du retournement. Instants suivant : attendre. Instants suivant : pensée pour Aleksia - c’est un bon pistolet. Instant d’après ? Les bolts viennent de toucher Nostromo normalement. Aterrir. COURIR ! La chaise touche le sol et rebondit. Glisser. Le son des détonations fait écho dans le silence précédant l’explosion du combat. Normalement. Avec ce déplacement. Nostromo ne peux pas me suivre avec son oeil. Mais alors que tous brandissent leurs armes son cri de stupeur arrive. Son sang flotte encore dans l’air. Une fleur écarlate vient d’éclore en dessous de son épaule gauche. Nostromo est touché. Gill regarde cette fleur se flétrir dans l’air, pleuvoir au sol. Deux sur quatre... Pour un seulement.

Le vieillard est déjà sur Harkness. Il est presque aussi rapide que moi. Non pas vraiment. Il est juste très rapide.

Il tente un large revers remontant de son épée, Harkness fait un pas de côté pour que le coup passe loin de son corps, Nostromo pique d’en haut direction le coeur mais il ne touche que le flanc. Son épée glaciale aux iridescences malsaines s’enfonce dans la carapace comme s’il s’agissait de beurre.
Direct du droit dans le plexus, Nostromo avait anticipé la frappe et il n’avait plus les pieds au sol quand le gantelet l’atteint. Jusqu’ici, Harkness ne l’avait jamais vu tenter. Nostromo s’écrasa quelques mètres plus loin, parmi ses troupes. Xenos et soldats mêlés.

Les grenades explosent. Gill y voit autant de fougères étranges. Dont il écarte le pollen métallique d’un revers de bras. Que le monde est beau lorsqu’on peut l’apprécier au rythme de son coeur.

C’était un bel échange. Mais il n’avait aucune chance. Aucune chance de tuer Harkness et de me survivre. Aucune chance de me tuer et de survivre à Harkness.

Enjambant son abri de fortune. Escaladant le mur de troupes derrière lequel il s’était glissé. En quelques moments. Débouler lors des temps de rechargement. Dans ce moment où on cherche à savoir si l’on a touché ou pas. Lorsque le corps de l’épéiste reprend son équilibre, retrouve la gravité pour se relever.

Il m’a vu. De la main gauche. Oui. Tirer pour le forcer à sauter. Parfait. Peux-tu prendre appui sur l’air ? Non. C’est ce que je pensais. Moi je peux séquencer mes tirs pour le faire passer dans le moment où ton cerveau n’a pas encore eu le temps d’analyser l’image. C’est mon tir fantôme. Celui que personne ne peux éviter.

Un bouquet de fleur jaillit. Comme d’énormes Lycoris. Alors que la poitrine de Nostromo se rompt, se déchire, les dards de l’organgrinder se frayant un chemin en tous sens vers l’extérieur. Est-ce de la rage ? Du sang ? De la haine ? Même la vieille bête impie peut souffrir alors ? Souffrir et dans la lumière disparaître. Juste son sang s’écrase au sol.

Battement cardiaque, un tir s’écrase sur le plastron de l’armure. Des esquilles de plastacier volent. Une douleur fulgurante parcoure le torse du dogue.
Battement cardiaque Nostromo disparaît dans un éclair sanglant alors qu’une volée de balle l’avait touché.
Battement cardiaque, le dogue recule en relevant ses armes. Des fluides s’écoulent de sa carapace blindé.
Battement cardiaque, il délivre son tir méthodique, à gauche, un xenos le pointe, il lui expédie une rafale de plasma pendant que le Sonneur livre sa cargaison de flamme chimique. Les deux orbes de plasma traversent l’espace comme deux petits soleils lancés dans une danse folle.
Battement cardiaque, les deux globes incandescents percutent le Xenos, se répandent comme une vague à la surface de ses habits, celui-ci s’enflamme spontanément.
Battement cardiaque. L’immonde créature explose dans une gerbe enflammée, ses voisins immédiats disparaissent avec lui.
Battement cardique. Le dogue a reculé derrière ses chiens de guerre, ce qu’il en reste.

Eux, les derniers des Bringuere, chargent en mitraillant de leur fusils radiants et en canardant les derniers soldats et xenos présent.

Citation :
Sans leur chef, ni visiblement de consignes ou de stratégie, et occupés sur deux fronts, les troupes du Maître n'en menèrent pas larges. Toutefois, il faut leur rendre cette grâce : ils périrent en masse, mais ils périrent bien, combattant avec une férocité teintée de désespoir, quasiment jusqu'au dernier. Arrivés plus tardivement, ils n'avaient plus d'espoir de retraite, aussi tentèrent-ils de faire le maximum de dégâts, a coups de grenades et de charges explosives.
Ils tentèrent de fixer les Bringuère, les Xenos s'ouvrant un chemin à travers les panneaux de commandes blindés, cherchant à en mettre un maximum hors d'usage, écartant les conscrits à coups de masses meurtriers.
Mais ce fut bientôt la fin. Les tirs finirent par cesser, faute de combattants d'un coté. La passerelle secondaire avait été rendu hors d'usage, les xenos ayant grimpé jusqu'au poste centrale, et s'étaient ingéniés à ravager les postes principaux, y compris en mourant, leurs fluides nécrotiques rongeant les machines dans un crépitement électrique et une fumée nauséabonde, acide et absolument vomitive.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn avait un passif avec le plasma, et se serait bien passé de subir un tir d'une arme lourde. Grâce en soit loué à son champ de force et de son armure, elle n'avait pas été touchée trop gravement.
Sa bouche étrangement saturée d'un gout de toast un peu trop cuit - les effets de son implant anti-douleur qui tournait à plein régime-, elle se redressa, cherchant à évaluer les dégâts, alors que les combats cessèrent enfin.
De trop nombreuses pertes, même si le combat avait été anticipé, et toujours en leur faveur. Elle ouvrit les communications avec le Maitre des Chairs.
"Magos Vancrel, un officier à terre. la maitresse d'équipage est très mal en point, je veux que vous vous en occupiez personnellement. Nous avons besoin d'une de vos équipes sur la passerelle, notamment pour l'artilleuse primari... et moi même également.... Oui, oui, je crains qu'un de vos servo-crânes a été détruit lors du combat."Elle soupira en entendant la réaction du Magos, plus affecté par la destruction d'un de ses servo-crânes personnel que les pertes humaines.
"A la passerelle. Tout le monde à son poste. Haarlock arrive et je ne crois pas que personne ici ne veuille lui dire quelques mots. En avant toute vers la zone de saut, et qu'on se presse ! Ceux d'entre vous n'ayant plus de postes vont aider Ordinantia à bombarder Haarlock. Au passage, une bordée sur le Dramtic Entrance, histoire qu'ils ne reviennent plus jamais nous hanter. Et de préférence, faites les sauter quand Haarlock est à proximité.

Tancrace a écrit:
Tancrace venait de quitter le cercle Aeronautica pour rejoindre les autres officiers sur la passerelle. Il affichait un air contrarié, qui n'avait de toute évidence rien à voir avec l'attaque du Dramatic Entrance.


"-La présence inopinée d'Haarlock nous a peut-être sauvé la mise aujourd'hui... bien qu'il puisse désormais nous nuire. Notre priorité absolue désormais, et je serai intraitable sur ce sujet, est la neutralisation de cette menace. Fi d'Ordann et de ses forbans de pacotille, fi même des Sabrehagen et de ses alliés impies, fi de la Lex Imperialis: nous devons éradiquer Erasmus Haarlock, par tous les moyens possibles. Il a été conciliant jusqu'à présent, mais ça ne durera pas éternellement. Nous sommes en ce moment-même en grand danger. Dès notre arrivée à Castel, si nous arrivons, il nous faut chercher une solution à cet épineux problème."

Prime Alpha a écrit:
"PRIME !" Micha arrivait haletante. "Ils ont attaqué le réacteur warp ! Les salopards ! Aucun respect."

Ici la chose avait été calme. L'enceinte de confinement du Jovian avait tenu bon. Les combats en derrière la porte avait du être impressionnant. Mais pour Prime et Wasili cela avait juste était une longue attente.

Wasili : On reçoit des informations depuis la passerelle. Ils réclament encore plus de puissance.
Prime : Oh... Bon d'accord.

La magos remonta sa manche et envoya une série d'impulsion électrique sur un port caché. Un petit compartiment s'ouvrit sous la conduite d'alimentation principale du cogitateur de contrôle du Jovian.

Prime : Si vous voulez bien sortir. Ce rituel est réservé au seul Maître Jovian.

Ses confrères se regardèrent un instant mais dans l'enceinte du réacteur Jovian la parole de Prime valait celle du Mago Primari. Une fois Micha et Wasili sorti Prime activa son MUI principale décidant se fondre dans l'esprit d'Ex Cathedra.

...

Les sécurités du réacteurs cédèrent.
Toute l'alimentation non vital fut réorienté vers le confinement du réacteurs Jovian.
La lumière des zones non nécessaires aux fonctions primaires du croiseur fut couper.
L'air cessa d'être recycler.
Les portes se bloquèrent en position ouverte.
La gravité fut coupé.
Prime réorienta le flux.
Il faudrait sans doute réviser l'intégralité du croiseur.
Ex Cathedra ne c'était plus senti aussi vivant depuis son lancement
Le Jovian respira.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

https://www.youtube.com/watch?v=-7M9PCuybQ0&feature=related
Les alarmes résonnèrent, prévenant à bord du croiseur que les plaques antigrav non structurelles allaient être coupées dans moins d'une minute. l'éclairage basculant au minimum sur la passerelle, basculant sur le génératorium secondaire pour un fonctionnement à minima.
Pour Lonallyn, le silence se fit. Le ronronnement des recycleurs d'air et des milliers de ventilateurs, les gargouillements et les coups de béliers réguliers de la circulation d'eau, tout s'était arrêté...
Pour être remplacé par un grondement sourd.
Un grondement qui devint rugissement.
Filtrant des jointures des volets blindés, il montait une lueur rougeâtre de l'extérieur. Sur les senseurs d'Askuwetho, Frère-Papillon-de-Nuit émettait des cris affolés, comme le croiseur était bien trop proche d'une éruption solaire.
Le Seigneur Pourpre irradiait d'une lueur éclatante, presque comme une véritable étoile naissante, alors que de ses baies, sous le commandement implacable du premier officier réfugié dans la passerelle secondaire, une nuée de bombardiers allèrent porter le coup de grâce au DRAMATIC ENTRANCE, et revinrent aussi promptement en un rapide ballet meurtrier, sans même attendre de voir le résultat de l'incendie qu'ils provoquèrent.
Lonallyn semblait comme absente à l'agitation sur la passerelle, alors qu'on évacuait prestement les blessés et qu'on arrimait les deux Hellhounds. Elle se tint par réflexe à la barre, le temps que les bottes magnétiques de son armure ne prennent le relais des plaques gravitiques.
Elle pouvait ressentir la douleur et la colère de son vaisseau,et elle sentait la même chose.
Alors que toute la puissance des réacteurs étaient en train de monter à bloc, elle vira brutalement, donnant toute la puissance dans un rugissement de vapeur et un grincement de métal maltraité aux rétrofusées et les trois réacteurs tribord, faisant virer à 90° bâbord son croiseur comme si il s'agissait d'une modeste frégate, sur une assiette terriblement étroite, en a peine une dizaine de milliers de kilomètres. Puis elle murmura, clairement audible :
"Que tout le monde s'accroche."
Et relâcha toute la puissance des réacteurs bâbords et le principal.
L'accélération fut fulgurante, nombreux furent ceux qui s'évanouirent sous le nombre de g qui fut encaissé à bord à ce moment. Sur les canaux vox, le Magos Liebowitz protesta énergétiquement en binaire, demandant à ce qu'on fustige les technoprêtres en charge des relevés de vitesse, car les données étaient aberrantes.
Le plus véloce des vaisseaux eldars avaient vu sa vitesse de combat estimée à 300 000km/h lorsqu'elle est portée par les vents solaires. Avec la poussée monstrueuse de ses réacteurs et son pilotage au cordeau sous l’œil attentive de sa Capitaine, qui ne cessait de lui murmurer des encouragements en binaire, sa Majesté Ex Cathedra piqua une pointe d'un quart d'heure à 10^6 km/h. Un record de vitesse absolu.
Les cris d'Haarlock s'amplifièrent devant le départ fulgurant du croiseur, et se remit en chasse, virant également, passant à proximité des restes de la flotte du Maître... Ce fut à ce moment, que le DRAMATIC ENTRANCE décida de faire sa sortie, en une explosion monumentale, ses réacteurs réels et aethyriques, ayant cédé en même temps.
Le SPEAR OF DESTINY fut pris à bout portant par l'explosion cataclysmique du croiseur, et se mit à clignoter frénétiquement, sans doute pour éviter les dégâts. Mais de ce fait, il ne put éviter le vortex Warp béant qu'avait crée l'agonie du vaisseau, et la frégate fantôme disparu corps et âme. Les cris de Haarlock cessèrent de résonner sur les canaux.
Soudain, le courant revint, et le vaisseau se mit à décélérer, lorsque Prime dut, pour éviter une surchauffe, calmer les ardeurs de l'ombrageux cœur de plasma de Sa Majesté.
De retour à sa place, en train de se faire soigner du mieux qu'ils pouvaient par une équipe de Vancrel, une Hetman en fureur pestait en Vostroyen de gouttière que le premier officier lui avait volé la sortie finale du DRAMATIC ENTRANCE. Elle se tut soudain, lorsque Askuwetho, plus puant que d'ordinaire car couvert du sang des soldats qu'il avait lui même tué et sacrifié pou, signala sur vox que le SWEET PRINCE était non loin, à portée de tir, détecté car en sur le point d'effectuer un saut d'urgence.
Réclamant en priorité le maximum d'énergie et un verrouillage cible, l'artilleuse Primari n'attendit même pas les ordres de Lonallyn pour pointer les macro-canons sur le dernier vaisseau ennemi détecté dans le système.
Et elle ouvrit le feu dès que possible. Les anti-douleurs, les analgésiques, le fait que l'on lui appliquait gazes, seringues et compresses ne semblaient pas affecter l'efficacité et l'enthousiasme de la Hetman.
Le GOOD NIGHT SWEET PRINCE, en temps normal, aurait grandement souffert d'une telle volée. Après les tirs d'Haarlock, le bombardement de Gill et la précédente volée d'Aleksia, ce fut une attaque mortelle, faisant du fier Tyrant une épave agonisante, les rares poches de vie s'éteignant peu à peu.

Blessé, le cœur encore palpitant de son ultime effort, Ex Cathedra était victorieux, et maître du champ de bataille, le dernier vaisseau encore en état de combattre présent dans le système.
Ce fut uniquement à ce moment là, sous l'effort et le contrecoup du combat, de l'extraction de ses fils pour une implantation utérine artificielle, et de ses blessures, que Lonallyn s'autorisa à s'évanouir.



Citation :
Bilan final : 10 points de structures, 3 pts de population (environ 2000 morts d'équipage), 1 pt de destin PJ. Victoire éclatante, félicitations.

Katje von Tödt a écrit:
Katje ne savait pas vraiment ce qui s'était passé. Un instant, elle mitraillait joyeusement tout ce qui passait dans son champ de vision, perforant les soldats avec difficulté mais non sans enthousiasme. L'instant d'après, alors qu'elle levait la main pour se protéger d'une lumière aveuglante, elle se retrouvait projetée au sol, étourdie. Son bras droit ne répondait plus, et ses cotes lui faisaient atrocement mal. Elle voulu toucher la plaie, et se souvint qu'elle avait déjà perdu son bras droit lorsqu'elle prit une décharge dans les doigts. Elle aurait éclaté de rire si respirer ne lui avait pas fait aussi mal.

Elle sombra un moment, entendant des paroles dans son vox sans les comprendre, les ordres agissant comme une berceuse connue sur son crâne endolori. Elle se senti soulevée du sol, déplacée sur quelque chose ... sûrement un branquard. La visière de son casque avait été éclaboussée de graisse et de métal fondu, et elle n'y voyait plus rien si ce n'est des lumières intermitentes. Il s'écoula un long moment où elle fut perdu, jusqu'a ce qu'on lui retire son casque. Elle aurait préféré le garder, surtout pour appercevoir la tête d'un des aides de vancreel, tout aussi bionique que lui, se pencher sur elle. Il y avait mieux comme vision au réveil. Sur ces pensées, elle sombra à nouveau, guidée vers un sommeil réparateur par les analgésiques que lui injectait l'autoseringue de l'assistant.

Un temps inderterminé plus tard, elle se réveilla dans un demi-sommeil, voyant vaguement des gens autour d'elle, entendant une conversation mais incapable de l'écouter ou d'en comprendre le moindre mot. Elle ressombra ainsi plusieurs fois, sans vraiment avoir conscience du temps.

Citation :
OOC : Faudra faire le jet de médecine et que je me dépatouille pour me trouver un nouveau bras. A voir combien de temps Katje a été dans les vapes, aussi.

Harkness a écrit:
Harkness était dans l'infirmerie de Vancrel, entouré par ses derniers gardes du corps debout. La moitié était mort, l'autre mal en point. Ils avaient affronté le Chaos et le Xenos en moins d'une semaine, vaillamment mais le prix avait été lourd.

Il avait écouté la fréquence des officiers durant les deux dernières heures, il savait que Von Tödt dormait d'un sommeil chimique dans une chambre proche d'ici.

Il savait où l'on avait posé les pix de surveillance, les noms des gardes impressionnables, comment occuper les hommes de Vancrel loin de la. Il riait doucement à l'idée d'achever la colonelle en lui enfonçant son couteau de combat dans l'oeil. Ca serait un sacré pied de nez mais le seul soucis, léger détail à vraie dire, c'était cette certitude... La, au fond de lui. Katje était le prototype de l'officier impérial borné, limite stupide, mais innocente pour le coup.

Puis Harkness apprit par les coms que beaucoup de monde était dans les chambres autour de lui. Les soeurs de batailles sans leurs redoutables armures, la Capitaine, le père Markov... Il tuerai la capitaine avec un certains plaisir. Il devrai neutraliser les religieux sans les tuer. Cela le rebutait de tuer Markov, un homme bien. Les Soeurs... c'était une nécessité et un risque que de les supprimer.

Harkness réfléchissait intensément.

Sa réflexion se heurtait à albus, il n'était pas assez en forme pour l'affronter frontalement, toutefois s'il était dans la chambre de la Capitaine, il pourrait faire ça par surprise...

albus a écrit:
Citation :
Or donc, dans la chambre de la capitaine...

L'assassin se tenait sur une chaise, les yeux clos.
Un gramophone passait doucement des odes liturgiques apaisantes. Une odeur légère d'encens vanillé chassait péniblement les arômes brutaux des produits des narcethiums.

Bras croisés et l'air endormi, le garde du corps veillait sur sa protégée.

Gill Haddon a écrit:
Gill regardait s'afférer en silence les techno-adeptes venu remettre en état la passerelle secondaire - sur son ordre - en priorité. Les dégâts y étaient moindre, même si elle était moins fonctionnelle elle restait opérationnelle à près de 70%.

"Tant pis pour le fauteuil je suppose."

L'homme en rouge tiqua et lui fit savoir qu'il serait changé immédiatement si nécessaire. Gill lui répondit qu'il parlait de celui là - en indiquant sa chaise roulante brûlé entre les tas de cendres qui furent ses gardes du corps/porteurs pour leurs deniers quarts d'heures restant. Il s'éloigna du poste central pour se poster aux systèmes de communications. Il fit ordonner que l'on contact immédiatement le Téméraire par communication Astropathique afin qu'il vienne renforcer la position en attendant que le système de navigation du croiseur soit de nouveau pleinement opérationnelle.

Il y fit mettre une communication prioritaire en attente. Un ordre sceller confiant l'exploration et la capture de prisonnier de la carcasse malfaisante du Good night Sweet Prince, ainsi que sa cartographie fonctionnelle avant remorquage par le Téméraire dans une zone d'espace vide hors système.

"Bon messieurs dès que les réparations sont achevés ici, aller renforcer les équipes de la passerelle principale." Il se tourna vers un des officiers des reîtres encore présent. "Nihilus c'est ça ?" L'homme se mit au garde à vous en confirmant de la tête. "Arrête cette merde. T'es promu bosco du vaisseau, chef de la police de bord et officier sécurité. Tu remplaces l'officier Von Tödt jusqu'à son retour. Pour le motif je dirais... Bravoure sur le front ! Va voir avec les repurgati pour une fouille complète du vaisseau et audit de l'équipage. File."

Il passa une rapide communication vox afin de balancer la nouvelle aux services de police de bord. Histoire qu'on ne fasse pas chier le nouveau bosco.

"Si on me cherche je suis à l'infirmerie. Dès que le Téméraire se pointe vous balancez la communication en attente et vous me bip sur voxcomm."

Il passa devant sa chaise roulante sans un regard.

...

Gill se pointa dans la chambre d'Harkness. Visage mutique comme depuis son retour. Il resta à le regardait pendant que les reîtres faisaient de même.

"Abdique moi les reîtres. Ils sont à moi, m'obéissent en tout point, me sont fidèles et loyale. Tu gardes ta garde rapprochée et tu remontes ton régiment de 0. Je prend les hommes, le matériel, tout les biens. Nylae aussi. Tu peux garder les reliques régimentaires."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 16:58

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Ce qu'elle perçut en premier fut la musique, un Magnificat a capella... Puis les odeurs. Un mélange de produits chimiques, d'encens, de fleurs fraîches, de parchemin, et d'huile pour fusil.
Elle ouvrit l'oeil.
La première chose qu'elle vit en entrouvant l'oeil fut un fusil à canon sciée.
Elle ouvrit les deux yeux et chercha à se relever d'un coup.
Elle se rassénera en voyant que ledit fusil était dans son holster, sous un gros bouquet de fleurs. Sous le regard vigilant de l'assassin souriant, Lucius était venu rendre visite à son épouse. Il ne s'était pas changé, portant encore son armure carapace, et ayant visiblement lui aussi combattu.
-Vous êtes vous remises, votre Grâce ?
Lonallyn, Lucius, Lonallyn... Laissez tomber le Vôtre Grâce. Oui, je vais mieux, c'était quelques petites blessures sans gravité et un petit moment de faiblesse. Quel est notre situation actuelle ? As-t-on déja effectué un rapport préliminaire des pertes ? Comment se portent nos blessés ?"

Harkness a écrit:
Harkness était installé sur un fauteuil médical, le plastron et la dossière abîmée ainsi que le casque et le bras gauche de son armure était posé sur une desserte ambulante.

Il était multiperfusé, des instruments de mesures médicaux étaient raccordés à des pastilles autocollante sur son torse.

Un imposant bandage lui ceignait le ventre.

Son poing énergétique était toujours fixé à son bras mais une grosse batterie y était raccordée pour remettre la charge au maximum.

Quand Haddon rentra, Hark fit sortir ses gardes.

Il écouta la nouvelle demande de Gill, il restait de marbre.

"Tu peux garder les Reîtres, moi à leur tête, tu peux te priver des Reîtres moi à leur tête mais tu n'aura jamais l'un sans l'autre. Nylae a un titre honorifique, elle n'est pas une Reître. Elle fera son choix toute seule si elle veut intégrer la Compagnie.
Harkness se raidit. Son visage se ferma un peu plus.
Si tu cherches des fidèles toutous, tu peux faire ton marché sur Ex Cathedra mais oublie ma compagnie et mes hommes."

Gill Haddon a écrit:
"Tu ferais un bon second Harkness. Comme Von Tödt est HS j'ai nommé ton ordonnance comme chef de la sécurité. Nihilus. Ça m'a l'air d'un bon gars. Je vais aller voir la capitaine maintenant. Il faut que l'on planifie la suite des événements."

Harkness a écrit:
"On se voit dans deux heures dans mes quartiers. Je t'expliquerai le plan. Nihillus remplace Von Tödt? Parfait, parfait, parfait."

Harkness part dans ses quartiers, au milieu des casernes des Reîtres. Il met les troupes en alerte rouge, enfin les Reîtres et les troupes jugées fidèles. Le 3e Regiment est désarmé et mis au repos. Les Saintes-barbes sont bloquées par des compagnies d'infanteries.

Katje von Tödt a écrit:
Katje se réveilla, pateuse, alors qu'on lui tendait un voxcom en disant qu'elle devait le prendre. Elle mit quelques instants à comprendre où elle pouvait bien être, puis demanda de l'aide pour se lever. A part son bras, le reste de ses blessures étaient quasi superficielles en comparaison, mais les chirurgiens avaient cru bon de la mètre sous sédatif tout de même. Elle se fit aider jusqu'à la cabine de la capitaine, entra sans frapper pour trouver le général-archiviste en train de prendre de ses nouvelles.

"Kaleun ..."

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Oh, colonelle. C'est un plaisir de vous voir aller un peu mieux... Mais vous ne devriez pas être au repos ? Ce n'est pas très raisonnable que vous soyez déjà debout."
Elle même n'étant pas un brillant exemple d'attitude raisonnable, déjà debout, et cherchant à se rhabiller.
"En tout cas, nous pouvons louer l'Empereur-Dieu que vous ayez survécue, et que ce malencontreux tir n'ait touché que votre bionique. Je suis sur que Maître Kutreej vous trouvera une prothèse de la meilleure qualité qui soit."

Ajax Ordann a écrit:
Leur retour avait été mouvementé, mais au moins, Ce qui devait être fait avait été fait et Ex Cathedra était en un seul morceau. Aux côtés du Pater Missionarius, Ahmet-Pacha avait rejoint la "garde d'honneur" du Pontifex Astra qui le transférait vers l'infirmerie. C'était assez étonnant que les soeurs ne le laissent ainsi, mais sans doute que son état de porte-étandard et de compagnon d'arme devait aider.

Une fois le Pater en sécurité et pris en charge par les hommes du Maître des chaires, un homme dont on lui avait loué les compétences en de nombreuses occasions, le présentant même comme un faiseur de miracle et un homme capable de ressusciter les morts, Le Porte-étandard salua les soeurs de bataille puis s'en retourna à la crypte des honneurs où il remisa de nouveau l'étandard de bataille des Von Razgriz non sans lui avoir rendu les honneur d'usage.

De retour dans ses quartiers, Le Prince retrouva ses suivants, qui étaient fous d'inquiétudes, pour la plupart et leur conta ses aventures et hauts faits qui n'étaient, par comparaison avec les habitudes du bord, que bien peu de choses. De leur côté, la suite d'Ahmet lui expliquèrent ce qu'il s'était passé... de leur point de vue... les chocs, les secousses, l'impression que lu jugement dernier était venu... Puis le calme, le silence... Et la fin des alertes.

Rassurés, il passèrent encore un peu de temps à discuter avant que le Prince ne s'en retourne à ses occupations, ou plus précisément à sa Suzeraine qui lui donnerait peut-être d'autres ordres ou d'autres consignes.

On lui avait dit qu'elle était dans l'infirmerie, elle aussi. Mais en s'y présentant, il ne put que constater qu'elle était bondée.... d'une... et que la Lady-capitaine était déjà en grande conversation avec un homme qu'il ne connaissait pas du tout et la Maitre d'équipage.
Il était donc bien plus courtois d'attendre un peu.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Un grésillement binaire quelque peu courroucé retentit soudain dans la chambre de Lonallyn : le Maître des Chairs était là, et n'appréciait guère de voir ses patientes tenter de se faire la malle, et tant de visiteurs. Il fallait du repos et du calme pour assurer la bonne bénédiction du Dieu Machine; aussi, est ce manu militari qu'il ramena Katje à sa propre chambre, et fit fermement évacuer les lieux à l'époux de sa Grâce et Son Porte-Etendard. Il réquisitionna par ailleurs ce dernier pour faire des examens poussés : il avait entendu que ce dernier avait combattu de près les étranges xenos aux fluides nécrotiques toxiques, et le Magos voulait s'assurer qu'aucune corruption et qu'aucun germe ne touchait le Prince.

Katje von Tödt a écrit:
Bougonante, raleuse, Katje fut reconduite dans sa chmabre tout de même, sans pouvoir faire grand chose : on ne contestait pas les décisions du maitre des chairs quand il vous manque un bras, et que son remplacement déend entièrement de ses bonnes grâces.

Gill Haddon a écrit:
- Ce vaisseau est une farce. Je suis rentré dans sa cabine, lui ai posé la question tout de go et la bizarrement l’autre galvio androgyne qu’elle a ramassé je ne sais où c’est montré on ne peut plus défensif. C’est n’importe quoi ! Un simple garde du corps qui donne des ordres au commandant en second. Entre ça et sa cohorte de gouines patentés il est temps d’agir où il ne restera plus rien de cette dynastie... Prrr... je suis crédible quand je dis ça ?

Gill venait d'entrer dans le qg reîtres planqué près des cales noirs.

- Tu lui as demandé quoi?
- Qui a tuer Götz.
- Elle a dit quoi?
- Rien. C’est son assassin qui a répondu. C’est pas un capitaine c’est un pantin entre les mains du premier venu !
- C’est pas son coup d’essai avec les assassins. . . Il a dit quoi le lezard?
- Que je devais sortir de la piéce. Que je n’avais pas à poser ce genre de question. Quelle foutaise. Si elle avait jouer un temps soit peu la carte de ses officiers, en leurs faisant confiance, on n’en serait pas là. C’est une gabegie, une farce.
- Quel bordel... J’ai jamais cru pouvoir faire mieux que les chefs mais pour une fois... Même l’autre dingue de Götz m’avait l’air meilleur que ça.
- Tes reîtres sont prêt ?
- Oui, j’avais déjà mis les troupes von Razgriz au repos, ça laissera plus de temps pour régler leur cas si ça marche mal.
- Mon plan est déjà un peu en marche... J’ai surréagis en sortant de l’infirmerie... Depuis mon accident j’ai des changement d’humeur soudaine. C’est embêtant. D’ici une petite heure mes hommes vont faire explosé l’infirmerie des charges démolisseuse et incendiaire. Obtenir du plasma était trop dur. Ils porteront des uniformes Sabrehagen. Lorsque l’explosion retentit, c’est le signal. Depuis la passerelle secondaire je vide dans l’espace le quartier des assassins, un problème de moins. Je fonce à l’infirmerie avec mes troupes de chocs recrutées en secret sur Scintilla et j’élimine les survivants. Tu prends le contrôle des points névralgiques du vaisseau. Lorsque tu entends l’annonce de l’état d’urgence et la mort de la garce sur les comm tu prends la passerelle.
- Etat d’Urgence? Je sors le grand jeu alors. Colonne de blindé dans les avenues, je fais consigner l’équipage qui n’est pas en quart, je stoppe les trains blindés et tous les officiers non essentiels sont confinés dans leurs quartiers.
- Oui. La chaîne de commandement me place de fait comme capitaine du navire. Les autres officiers étant déjà à moitié hors courses ils devront bien accepter le fait... En plus j’ai une carte maîtresse si vraiment les choses partent en sucette. Je préfère garder la surprise pour plus tard.
Si ça merde? Si Honoria déboule avec sa cohorte de larbins? Si Babur veut tout casser? Si les techno-adeptes pètent un plomb ?
- Tous des gens indispensables. J’ai un passe noir pour le manoir, je négocierais avec Achillus pour qu’il devienne Navis Prima. Honoria aura un poste honorifique en attendant. Le père Achillus à les dents qui rayent le parquet il marchera. Babur est trop loin pour comprendre la chose. Je liquiderais tout les gangers après coup pour éviter les fuites. Les techno-adeptes s’en branleront, comme toujours. C’est le croiseur qui les intéresse pas les Razgriz.
- Bon, ça me va. On se revoit dans quelques heures. Je vais aller faire mon courrier au cercle Tacticae. Quand tu contactes la passerelle, donne la fonction au plus haut gradé sur place.
- T’y seras déjà le plus haut gradé... Mais qu’on soit clair Harkness. Les reîtres et les Razgriz c’est fini. C’est avec moi que tu vas devoir négocier maintenant. Et je ne suis pas Lon’, si on ne trouve pas d’accord tu restes à Castel avec tes mecs.
- On est bien d’accord la dessus.
- Parfait. A dans une heure sur la passerelle principale alors.”

Gill, pour la première fois depuis longtemps, eu un pincement de lèvre que l’on aurait pu prendre pour un sourire... et Harkness fit un léger hochement de tête.

Tic tic tic boom...

Gill actionna les dernières commandes depuis la passerelle secondaire. Il avait prit soin de falsifier les heures des ordres. L’espace vidait déjà le contenu de ce qui avait du être un temple d’assassin dans le vide spatiale. L’alarme résonna dans les couloirs. Il fit signe à ses hommes : action.

Harkness était affalé dans son fauteuil du Cercle Tacticae. Il portait une armure neuve, le sonneur a ses côtés et le casque sur les genoux. Un officier d’état major lui lisait la litanie des pertes dues à l’abordage des troupes Sabrehagens et leurs alliès Xenos.
Les chiffres étaient plutôt bon, à vrai dire. Il allait demander une précision sur les pertes régiment par régiment quand soudain les officiers de Katje, enfin de Nihillus pour l’instant, commencèrent à s’agiter. Une alarme silencieuse venait de retentir, un début d’incendie. Lentement un lointain écho remonta dans les coursives, les puits d’ascenseur et les tunnels des trains blindés. Une belle explosion qui venait de ravager une section du navire.

Dans les couloirs régnait une sorte de panique étrange. Les abords de l’infirmerie avait vraiment l’air d’avoir subit un assaut en bonne et du forme. Des uniformes vert et noir Sabrehagen... Deux de l’unité spéciale du premier officier restèrent en arrière à faire exploser les crânes à l’aide de leurs pistolets bolters. C’est avec une force réduite que Gill pénétra ce qui restait des quartiers patients de l’infirmerie. Feu, métal tordu, impact sur les murs, viande méconnaissable... Quelques râles d’agonisant, qui suite à un mouvement de tête de Gill se transformèrent en silences mortels. Il se dirigea vers la chambre de la capitaine. Enfin vers le trou de métal tordu qui avait tenu de porte. L’intérieur n’était qu’un trou noir. Le corps de Lonallyn était méconnaissable. De la chaire brulée et du métal découvert. Il s’en approcha et le regarda. Ses hommes lui amenèrent Vancrel par le métal du col. “C’est elle ?” Vancrel s’approcha et d’un scalpel fendit les chaires. Le chirurgien connaissait déjà la réponse, bien qu’encore sous le choc et la robe déchiré. Gill regarda le numéro de série de la prothèse. Il ouvrit son canal vox.

“Ici Gill Haddon, premier officier d’Ex Cathedra. Lonallyn Von Razgriz à subit un attentat qui lui a coûté la vie. Le premier chirurgien a confirmé la chose devant mes yeux. J’ordonne l’état d’urgence en ma qualité de capitaine par intérim. Tout l’équipage est consigné dans ses quartiers à l’exception des matelots de quarts. La loi martial est instauré jusqu’à contre-ordre. Gill Haddon, capitaine d’Ex Cathedra, terminé.”

Harkness avait entendu ça, diffusé sur le canal général. Il se redressa et s’avança au milieu de la passerelle principale, monta à côté du siège de la Capitaine et prit une grosse inspiration.

“ Conformément aux ordres du Premier Officier, tout le personnel est consigné à son poste. Officier de communication, restriction de communication à partir de maintenant et trouvez moi le Bosco Nihillus, je veux lui parler dans 2 minutes. Officier Tactique, mobilisation générale des Reîtres, ordre de déployer les blindés dans les coursives principales et de tenir les points névralgiques: moteurs, baies d’envol, passerelle principale. Envoyez une compagnie de Lebensguard garder chaque train blindé et faites les stopper. Que le 12 BIM garde les Sainte-Barbes. 1er Aeroporté prêt à décoller. 3e Régiment Von Razgriz en soutient du Bosco Nihillus. Vite! Vite! Vite! Harkness enfonça son casque sur la tête et sentit le pschit de mise en pression de l’armure.
- Nihillus, tu m’entends?
- Oui Harkness.
- Interdit tout mouvement dans le vaisseau, aucun officier non essentiel n’est autorisé à quitter son emplacement actuel. Je t’envois le 3e Régiment en support, utilises les comme il faut. Va en personne à l’Occulum, tu prends des Reîtres sur et tu vas monter un poste de défense, précise que la dette de la Compagnie inclut de les défendre. Envois moi la Commissaire Elke sur la passerelle.
- Bien reçu.
- Alpha tu m’entends?
- Oui Hark’, ça y est?
- Rapplique sur la passerelle avec tous les Bringuere et deux compagnies lourdes. Et dit au capitaine de la 1ere de Char Lourd de faire monter ses 3 meilleurs Leman Russ ici. Allez bouge!”

La dizaine de garde du corps d’Harkness ainsi que les factionnaires s’étaient déjà déployés aux portes de la passerelle.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 17:01

Katje von Tödt a écrit:
Alors qu'elle se metait au repos forcé par vankreel, katje fut souflée de son lit par le tremblement d'une explosion toute proche. Plusieurs perfusions décrochées, un infirmier affolé qui n'avait aucune idée de ce qui se passait et la direction générale d'où la détonation était venue rappellait furieusement un certain assassinat survenu à bord plusieurs mois auparavent. Elle se leva tout de même, chancelante, mais fut incapable de gagner la porte faute d'un appuis sufisament stable pour la retenir.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

https://www.youtube.com/watch?v=GBOaXhohJ3U

Tel un linceul, un grand silence ce fit à bord, alors que la nouvelle courrait de vox en vox, de bouche à oreille. Il y eut ici et là des cris, des demandes de confirmation; mais ils se turent rapidement : après tout, le triste glas que sonnait la Cathédrale était en soit une confirmation.
Sur la passerelle, on n'entendait que des pleurs et de lamentations ; le tic-tac continuel de l'immense horloge sur laquelle trônait les divers postes s'était tu, les mécanismes ayant été stoppé net à l'heure du décès constaté.
Partout, les matelots et les marins s'étaient arrêtés dans leurs tâches, quand ils le pouvaient. Ceux qui trimaient encore le faisaient en pleurant. Partout, on se changeait, pour arborer le costume de deuil, crêper de noir les statues, voiler les vitraux, rabaisser les drapeaux. Une équipe de l'entretien partit dans le Vide rabattre les couleurs qui battaient à l'arrière du croiseur, au dessus du réacteur ; une fois leur tâche faite, cela ne surprit personne qu'ils coupèrent leurs câbles et se laissèrent emporter dans le néant.
Cette tentation, le jeune Lurk, aux baies de chargement, la comprenait parfaitement. Il pleurait à chaudes larmes sur le Malaveldt, qu'il venait tout juste d'achever de repeindre à neuf ; il se souvenait de Sinophia, de la petite dame énergique qu'elle avait vu à l'astroport, et ne comprenait pas qu'elle avait pu mourir, surtout maintenant et ainsi. Elle avait survécu à temps de choses ! Dans l'équipage, on la disait indestructible. N'avait elle pas survécu déjà à une explosion sur la passerelle et malgré tout piloté le vaisseau hors des griffes du Warp, dans le vide ? Ne s'était elle pas ri de tireurs embusqués à l'auto-canon ? Lurk savait ce qu'était un auto-canon, il devait porter leurs lourdes caisses de munition pour le Cotre personnelle de sa Grâce... Il pensait la Lady-Capitaine invincible...
Une main gantée de blanc se posa sur l'épaule du jeune servant. Un des agents de circulation des trains, en uniforme de deuil, un Sinophien comme lui.
"Viens avec nous petit." lui fit l'homme, des larmes silencieuses se perdant dans sa moustache broussailleuse. Il tendait une bougie au jeune garçon, et en portait une autre. Lurk pouvait voir dans les couloirs une foule inhabituelle, tous portant des bougies, certains maculés de cendres, d'autres exhibant des cilices.
"Où ?"bégaya le jeune homme.
"Lui rendre hommage, et veiller sur elle." fit le cheminot.
Lurk se releva, essuya sans succès son visage maculé de peinture noire, et pris la bougie, et alla rejoindre le cortège silencieux.
Une foule s'amassait lentement aux environs de l'infirmerie principal, le silence rompu seulement par quelques sanglots un peu moins discret que les autres, et les hymnes religieux diffusés en boucle par le Melodium.

Ex Cathedra venait veiller sur sa Capitaine.

albus a écrit:
Sibila se trouvait sur les lieux de l'explosion.

L'épicentre se trouvait manifestement dans la chambre même de la Lady Capitaine. De sa main gantée, il essuya sur le sol, la poussière pour la remonter à hauteur de nez.

Une voix venue de nulle part énonça :

- Des explosifs conventionnels. On en trouve en quantité sur le navire, Sibila.

Il se redressa.

- Des témoins ?
- Vaporisés. L'explosion a ébranlé jusqu'aux systèmes de surveillance.
- Le cadavre ?
- C'est bien la Lady Capitaine : elle a été formellement identifiée. Elle est morte sur le coup.
- Pourquoi n'étais-je pas là ?
- ...
- Réponds moi.
- Tu ne pouvais pas être par...
- J'avais une seule mission, Lucky. Une simple mission. La protéger.
- Alors, tu as échoué.
- Je ne veux pas mourir sans avoir découvert qui m'a tué.
- Ce n'est plus à toi d'en décider, supplieras tu, Albus ?


L'assassin se fendit d'un sourire triste, et quitta les lieux du crime, mains dans les poches et tête basse, sous le regard des membres du commissariatus qui cherchaient vainement d'où provenait cette voix.

Gill Haddon a écrit:
Gill avait promptement quitter l'infirmerie. Les forces Razgriz avaient été triplé dans cette zone et bientôt tout le vaisseau serait en deuil. Il se remonta les coursives jusqu'à la passerelle principale. Y arrivant seul, son escorte s'étant dispersé aussitôt la constatation du décès effectuer.

Les reîtres saluèrent à son entrée. Ils gardaient le trône... Il ne s'y installa pas. Il y actionna simplement une série de commande après y avoir entrée son propre code. "Maintenant même Ex Cathedra le sait."

Il s'ouvrit une ligne sur le canal officier : "Tancrace le voyageur, chancellier de la dynastie von Razgriz est convoqué à la passerelle immédiatement au poste de commandement principale, ainsi que le capitaine d'arme Horace Harkness."

La passerelle était encore en chantier et les officiers présent semblait plus que choqué. Même chez certains reîtres l'idée avait du mal à faire son chemin. Gill fit ordonné que les troupes de bords accentues leurs efforts pour trouver et éliminer toutes poches de présence Sabrehagen dans l'enceinte d'Ex Cathedra. Il se retourna vers une des ordonnances aux yeux humides.

"Faites savoir au manoir de navigation que nous leurs remettons le pilotage d'Ex Cathedra et que nous espérons un départ au plus vite pour Castel. De même que Hermann Nelden soit mis à la tête des équipes de recherche et destruction et qu'il me fasse un rapport horaire."

Gill regarda le fauteuil du capitaine. Il était encore un peu tôt pour s'assoir dessus. Laissons le cadavre refroidir un peu au moins...

Honoria a écrit:
Message à l'attention du Premier officier Haddon, Commandant de l'Ex Cathedra en l'absence de tout représentant de la lignée Von Razgriz.


[size=150]"
Messire,

Il a été porté à notre attention la tragédie dont a été victime, sa grâce et bien aimée Capitaine, Lonallyn Anastasia Von Razgriz, héritière de la Charte Von Razgriz.

Les mots ne suffisent pas, messire, pour dire notre bouleversement, et c'est d'un regard fuyant et d'une voix tremblante que nous dictons cette missive. Le soleil de Sa majesté, l'Azur au milieu du vide, l’Étendard de l'Impérium dans les contrées sauvages vient de s'éteindre.
Pour des raisons que nous dictent la décence, nous nous interdisons d'aborder tout sujet trivial et laissons la matière administrative à notre estimé Chancelier.

La force de faire face à cette disparition nous quitte plus surement qu'un dernier soupir, Messire Haddon. Nous prierons l'Empereur de l'Humanité d'offrir à l'une de ses plus honorable et dévouée fille la paix à laquelle elle avait le droit d'aspirer.

Nous nous tenons droit dans l'adversité et verserons les larmes dans la coupe de cette destinée tragique lorsque l'heure s'en fera sentir. Sachez que la famille Primigenes reste fidèle à l'Ex Cathedra jusqu'à sa prochaine destination : Castel.
Arrivés sur place en ayant honoré nos engagements envers la Lady Capitaine jusqu'au temps de son éternel repos, nous nous retirerons. Vous comprendrez, naturellement, qu'en l'absence de la signataire elle même, nos serments deviennent caducs.

En l'état, nous consacrons notre plus totale énergie à l'arrivée prochaine sur Castel et au deuil qui nous accable, une fois encore. Que le chancelier ou vous même preniez attache auprès du Seigneur Phebus pour toute doléance ou supplique.

Nos pensées et notre fidélité vous accompagnent dans cette ère de profond chagrin.

Honoria Théodora An'Saevoth Primigenes.

Matriarche de la lignée An' au sein de la Famille Primigenes. "[/size]

Harkness a écrit:
Harkness revint sur la passerelle, il était dans une salle annexe à disserter avec les officiers tacticae spécialistes de la défense du croiseur.

Il alla vers Gill bon train.

"Gill, qui sont les victimes à part Madame Von Razgriz?"

Gill Haddon a écrit:
Gill regarda Harkness. Il tenait un papier entre ses mains. Il le tendit à Harkness.

"Tiens, transmission papier du dernier message du manoir de Navigation. Castle terminus tout le monde descend. Sont plutôt réactif... Me casse les couilles ouais. Va falloir trouver de nouveau Navigator a moins que Tancrace souhaite re-signer avec ceux-là."

Il se renfonça dans son fauteuil de second.

"Tous les assaillants sont morts, toutes la sécurité ou presque de Vancrel y est passé. On a aussi pas mal de blessé. Mais là on n'aura plus de décès supplémentaires je pense. Dès qu'on a vu Tancrace pour l'organisation de la régence dynastique on fera une réunion avec le staff complet afin de voir ce que l'on fait au long cours. Par contre... sans navigator, et donc sans voyage on aura plus besoin de tes services."

Ajax Ordann a écrit:
Le porte-Etandard finit par regagner ses appartements après avoir été diligemment soigné par le Maitre des chaires et ses services.

Il y fut accueillit par un Afrasiyab extrèmement sombre.

-C'est vrai ?
-J'y étais.
-On fait quoi ?
-On attend. A Castel, on avisera... je dois envoyer une lettre en urgence pour prévenir. J'espère que d'ici Castel on sera fixés... en attendant, on plis les gaules. Paré à débarquer dés que possible. Opération en suspend.
-Il ne va pas apprécier...
-Non, mais je n'ai pas le pouvoir de faire revivre les morts. Execution.

Afrasiyab se raidit.

-A vos ordres... C'est dommage, elle avait l'air bien.

Ahmet-Pasha se retourna vers le hublot de ses quartiers...

-C'était la meilleure...

Malakaï Zacharia a écrit:
Lorsque la nouvelle parvint à la Cathédrale, Markov, qui avait refusé de rester se soigner alité, s'effondra sur l'un des bancs de la nef.Il resta là des heures durant, plongé dans ses pensées et sa tristesse, accablé par l'immensité de la perte à laquelle le vaisseau, et lui-même devaient faire face.
Il avait appris à apprécier cette femme, à respecter sa force et ses convictions.

Plus rien n'avait de sens...

Il resta stoïque en entendant les consignes dictées par les nouveaux ... maitres .. du vaisseau.

Son engagement ici n'avait plus aucun sens.

Il fit appeler l'un de ses acolytes.
"Retranscrivez le message suivant à destination du Premier Officier Haddon:
Monsieur,

En ma qualité d'Archi-confesseur de l'Ex Cathedra, je vous présente toutes les condoléances des membres de l'Ecclesiarchie pour la tragique perte que nous venons d'apprendre. Je me tiens évidemment prêt à officier à votre convenance pour les obsèques de notre très chère et très estimée Capitaine.
Nous n'avons pas eu le temps de régler certaines affaires que nous avions en suspens et qui remettent en cause ma confiance en votre commandement pour le futur. De plus, vous n'êtes pas sans savoir que mes engagements sur le vaisseau étaient personnellement liés à la Dame Von Razgriz. Je vous informe donc de ma décision de quitter l'Ex Cathedra lorsque nous arriverons à Castel.

Sincèrement,
Pater Missionarius Galaxia,
Ivan Markov"

Tancrace a écrit:
C'est un Tancrace en armes et armure qui se présenta à la passerelle, devant le Premier Officier Haddon. Il était accompagné d'une quinzaine de ses gardes du corps, eux aussi armés, prêts au combat, et de trente hommes et femmes, également équipés pour se battre, mais recouverts d'une robe noire des pieds à la tête. La cellule Oblivio paraissait à la vue de tous pour la première fois. Le Chancelier les avait informé les premiers de la mort de l'Alpha, et tous avaient insisté d'une seule voix pour accompagner le Chancelier partout où il irait désormais. La Chancellerie était de toute évidence sur le pied de guerre. Tancrace ne croyait pas à un attentat imputable aux Sabrehagen, du moins pas entièrement. Ils devaient avoir des alliés sur le vaisseau pour réaliser un tel attentat.

"-Premier Officier, vous m'avez fait demander? A dire vrai, j'étais déjà en route pour la passerelle quand j'ai reçu votre message. Nous avons... beaucoup de choses à faire. Des choses très déplaisantes."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 17:18

Gill Haddon a écrit:
"Chancelier Tancrace ! Finalement j'espère qu'il va rester quelqu'un pour sauver cette dynastie de la ruine. Les Primigenes, les reîtres, et même notre confesseur, le père Markov, nous quittent à Castel. Je vous ai fait demander parce que selon votre qualité de chancelier vous êtes aussi l'exécuteur testamentaire de feu dame Von Razgriz. Même si je pense que notre futur régent doit être Lucius il reste un flou sur l'âge que devront avoir les enfants Razgriz pour prendre le commandement. Flou que vous seul pouvez préciser. J'ai remis la navigation entre les mains des Primigenes, je pense que notre transition warp ne saurait trop tarder. Le père Markov organise la cérémonie d'adieu. L'équipage est presque totalement en deuil et nous fonctionnons en services minimum. J'ai fait nommé un maître d'équipage par intérim en attendant le retour de madame Von Tödt. Les réparations d'urgence sont en cours et devrait être achever sous peu mais le vaisseau est pleinement opérationnelle. Maître Nelden a du recevoir les ordres pour organiser l'inspection du vaisseau à la recherche d'autre poche Sabrehagen. S'il vous faut les rapports horaires voyez avec... Aah Nihilus, il coordonne nos actions de défense interne actuellement."

Tancrace a écrit:
"-Premier Officier, j'ai pris brièvement connaissance du Testament juste avant notre entretien. Dans les grandes lignes. Il y a deux urgences: la mise en sécurité de la descendance et le châtiment des coupables. Voyez-vous, je suis intimement persuadé que les Sabrehagen n'auraient pu commettre un tel attentat qu'avec l'aide de complices à bord. Nous devons les trouver et les châtier. Personne, absolument personne, ne doit quitter le vaisseau. Les liaisons vox avec l'extérieur doivent être interrompues. Nous devons nous pencher sur les derniers arrivants, cet Ahmet-Pasha, et ce mystérieux culte d'Athénais... je crains que la coopération de ce dernier ne soit pas évidente. Mais nous devons également supposer que le fruit pourri est à bord depuis le début, peut-être même depuis Sinophia. Peut-être les Navigators sont-ils impliqués, peut-être la colonelle Von Tödt, ou vous, ou même moi... "

Le Chancelier marqua un léger temps de pause, une grimace sembla passer imperceptiblement sur son visage.

"-Nous allons devoir demander à nos astropathes de procéder à des sondes mentales approfondies sur les officiers les plus gradés, d'abord, puis sur les proches de la Lady-Capitaine. Nous sonderons ensuite les subordonnés direct des officiers. Si ça ne donne rien, nous descendrons l'échelle hiérarchique, en mettant de côté les procédés psychiques au profit de moyens plus "sanglants" d'investigation."

Tancrace se passa une main sur le menton.

"-Ensuite, pour l'héritier... vous savez sans aucun doute que la Lady-Capitaine a procréé des jumeaux. C'est à la fois un drame et une bénédiction. Une bénédiction car ils augmentent les chances de voir arriver un héritier à la Lettre à maturité. Une malédiction car nous allons devoir en écarter un, pour éviter une funeste lutte fratricide. Il faut les protéger. Les Sabrehagen ne savent peut-être pas encore la nouvelle, mais si traîtrise il y a... nous devons nous attendre au pire. Mais la question est... qui sera en mesure de les défendre? Le temps presse. "

albus a écrit:
Citation :
Cales noires de l'Ex Cathedra. Décès de la Lady Capitaine + 2h30.

L'assassin s'arrêta au milieu d'un couloir exigu, les bottes trempées dans un mélange bitumeux à l'odeur nauséabonde. Selon les plans à sa disposition, il se trouvait dans ce qui fut, il y a quelques milliers d'années un Generatorium d'appoint. La zone n'était plus en activité depuis ... Très longtemps après une attaque massive qui avait coupé les systèmes de production d'oxygène. Cette dernière s'était depuis lors réinstallée mais la zone avait été désaffectée et mise à l'abandon entre temps.
Un système de lumiglobe rudimentaire aux fils régulièrement rongés par les créatures qui parcouraient l'endroit pendait au plafond.

Albus resserra sa longue veste contre lui, l'air fermé et emprunta ce qui ressemblait moins à un couloir qu'à une énorme conduite d'eaux vannes. L'odeur en tout cas était tout à fait caractéristique.

Au bout de l'allée, il se laissa tomber quelques cinq mètres plus bas dans une fosse, et se débarrassa d'un coup de pied bien senti d'un énorme rongeur qui couinait à ses pieds.

Il leva les yeux vers l'obscurité au dessus de lui. Une cuve. Il était donc bien dans les veines du Navire.

Il tira de sa poche sa flûte, s'adossa à un mur et se mit à en jouer. Un morceau lent et doux comme une berceuse.

Les bruits de pas étaient presque inaudibles. De petites formes apparurent bientôt dans l'embrasure des tuyaux au dessus de sa tête. Une...Deux...Bientôt une dizaine. Et autant de bruits caractéristiques des pistolets automatiques que l'on arme.

- Cheveux blancs. C'est lui dit une voix aiguë et haut perchée.
- [size=85]C'est pas sûr[/size] ! lui répondit une voix timide.
- Vos gueules ! s'exaspéra celle d'un adolescent dont le timbre muait.

Albus retira l'embout de sa flute de ses lèvres.

- Qui est le chef ? demanda t-il sans viser une forme quelconque.

Une ombre plus massive que les autres se présenta, emmitouflée dans d'épaisses couvertures.

- C'est moi.
- Vous avez le mot ?

Un léger bout de papier marqué grossièrement d'une écriture malhabile fut accroché à une pierre et envoyé sur l'assassin qui l'attrapa au vol.
Il décrocha le papier et en prit connaissance, avant de le bruler depuis la flamme d'un levius (briquet).

- Vous êtes mes yeux et mes oreilles ici, à partir de maintenant, énonça l'assassin sur un ton calme.

Les quelques murmures qui accompagnaient l’événement s'estompèrent pour écouter plus attentivement l'assassin.

- C'est toi le patron, alors ? rétorqua l'encapé.
- Le maître. Et vous ferez ce que je vous ordonne.
- J'aime pas trop cette façon de présenter les choses, mozafucka.
- Tu aimeras encore moins ce qui t'attends si tu me défis.
- On pourrait te ...
- Non. Tu serais le quatrième à mourir si vous tentiez de me menacer.

Des petites formes reculèrent dans les tuyaux. Le chef prit sur lui de ne pas se démonter devant sa clique.

- Qu'est ce que tu veux alors ?!
- Vous avez appris pour la lady capitaine ?
- Évidemment !

L'assassin ne manifestait plus aucun sourire de circonstance.

- Alors écoute moi attentivement...

Gill Haddon a écrit:
"Eh bien avec l'état d'urgence actuellement en cours personne ne peut quitter le vaisseau c'est certain. Une fois dans le warp la question ne se pose même plus. L'idée qu'il y ai un fruit pourri à toujours été une possibilité."

Gill regarda le tableau de contrôle.

"Je n'ai d'ailleurs pas vraiment attendu votre arrivée pour prendre certaine mesure... Je pense que Babur devrait venir procéder à l'exploration psychique lui-même. Son expertise de la chose est plus que connu, nous avons toujours eu d'excellent résultat que j'ai pu vérifier moi-même avec des méthodes traditionnelles. Commençons par les plus haut officier. Vous, moi et Liebowitz. Nous sommes tous sur la passerelle ce sera donc aisé. Comme je suis celui avec le plus de responsabilité et d'accès au système de contrôle du vaisseau il serait logique que je passe en premier à l'exploration. Ensuite vous et pour finir Liebowitz. Après Horace vu qu'il est ici et ainsi de suite."

il reposa son regard sur le chancelier.

"Pour la sécurité des héritiers prenez les dispositions nécessaires. Je n'ai pas vraiment d'expérience dans la chose mais comme notre Lady vous faisait confiance, j'en fais de même. Le mieux et que tout cela soit mis au secret le plus absolu. Je ne tiens pas à être au courant de la chose plus que nécessaire... Peut-être devrions nous adjoindre madame Von Tödt à leurs sécurités. Une fois qu'elle sera mis hors de soupçon bien entendu. Car pour moi, sa probité, comme la votre, est indiscutable."

Il pianota sur l'accoudoir du fauteuil de second.

"Et le testament alors ? Quand aura lieu la lecture ? J'avais pensé à une lecture publique pour que tout l'équipage prenne connaissance des volontés de dame Von razgriz, après tout bon nombre la considérait un peu comme leur mère... Enfin comme... Bref de la famille quoi."

Gill appuya sur un commutateur : "Ici le capitaine par Intérim Gill Haddon. Babur le dévoreur est demandé immédiatement sur la passerelle."

"Voilà. Je sais que c'est plutôt désagréable mais bon il faut bien se prêter au jeu. Une fois cette formalité passé nous pourrons travailler ensemble."

Tancrace a écrit:
"-Très bien. Cependant, je pense que nous devrions mettre au travail les autres astropathes, si ce n'est pour les hauts officiers, au moins pour leurs subalternes. Plus vite cette épreuve sera passée et plus vite nous pourrons regagner la confiance de l'équipage. Il nous faut à tout prix éviter une mutinerie. Pour la lecture du Testament, elle sera faite publiquement, en effet, que tous entendent les dernières volontés de Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, et se souviennent de sa bonté et de son courage jusqu'à la fin de leur vie. Une fois que Leibowitz sera passé à la sonde mentale, je pensais lui confier les jumeaux. L'Adeptus Mechanicus n'avait guère de raison d'en vouloir à la Lady-Capitaine, et je les crois hors de ce complot. La sonde mentale fera le jour à ce sujet. Par ailleurs, la Lady-Capitaine était une augmenticiste avec de forts liens avec le Mechanicus, et ils ont l'équipement nécessaire au développement des embryons. En attendant d'arriver à bon port, je pense que nous pouvons les leur confier."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
Babur finit par arriver, ayant du venir à pied depuis le choeur astropathique, et se frayer un chemin a travers la foule de l'équipage. Il n'avait pas l'air très heureux, et ne grignotait rien, alors qu'à cette heure ci, habituellement, c'était le 3 ème déjeuner...
"Vous m'avez mandé, Gill ?"

Citation :
Pour Liebowitz, il faudra vous déplacez vous même. Le Magus Liebowitz est encastré au niveau du Cogitateur principal, et n'est pas sortie de là depuis plus de trois siècles et demi.

Gill Haddon a écrit:
"Vous avez prononcer le mots que l'on redoute tous ici. Si mutinerie il y a... Croyez-moi bien je la materais sans aucune pitié ni vergogne. Le moindre élément, y compris parmi les officiers, qui sera surpris à ne serait-ce que remettre en doute notre action sera puni avec toutes la sévérité qu'il se doit. Mais si nous faisons front il ne devrait pas y avoir de problème."

Les minutes s’égrenèrent en silence pesant. Qui fut rompu par l'arrivée de Babur.

"Oui je vou... Mais attendez... Et si selon la théorie du chancelier, ce serait Babur et ses astropathes les coupables ? Dès lors ils auront le pouvoir de nous monter les uns contre les autres via un sondage psychique organisé. Ce qui serait encore pire. Nous ne devrions pas prendre ce risque chancelier..."

Gill lança un regard suspicieux au chancelier.

"Oui Babur. Le chancelier Tancrace pense qu'il y a un traître parmi nous. Il voulait que vous fouilliez l'esprit des hauts officiers afin de s'assurer de leurs fidélités et loyautés. Mais si effectivement il y a un traître on ne peut pas exclure, à mon grand regret, que ce soit vous ou l'un de vos subordonnés. Et même devrions nous interdire cet méthode jusqu'à avoir découvert et éliminer ce traitre qui serait parmi nous. Désolé de vous avoir faire venir visiblement pour rien Babur. Non... En fait rester ici Babur. C'est sans issu Tancrace. Aucune méthode ne nous donnera satisfaction."

Gill se leva pour faire le tour de son bureau et s'assoir dessus.

"Vraiment Tancrace vous avez le chic pour installer une ambiance délétère. Mais il nous fait des bases pour travailler ensemble. Je pense qu'ici tout le monde sera d'accord pour dire que le jugement de Lonallyn Von Razgriz a toujours été le meilleur que nous ayons eu. Nous devrions encore une fois nous fier à son jugement. Actuellement les officiers qui sont en postes sont ceux qu'elle avait sélectionner, et avec soins. Laissons tout le monde en place, rappelons à tous leurs engagements et menons une action discrète plutôt qu'un gros renfort de moyen qui donne plus l'impression que nous paniquons qu'autre chose. Il faut que nous restions fort et en place pour assurer le morale de l'équipage. Laissons l'équipage digérer la nouvelle, laissons le pleurer et veiller. Annonçons les volontés de Lonallyn von Razgriz aux autres officiers puis nous ferons la lecture public du testament demain au premier changement de quarts."

Tancrace a écrit:
Les hommes de Tancrace s'entre-regardèrent. Le Chancelier ne cilla pas en entendant le Premier Officier.

"-Je ne suis pas un homme très pratiquant, Premier Officier, et je ne suis pas non plus celui qu'on a vu le plus souvent aux offices du Pater Markov. Mes décisions et mon esprit peuvent parfois paraître sacrilège aux défenseurs du Credo Impérial ou de l'Omnimessie. Cependant, ne doutez pas de l'importance et de la sincérité de ma foi envers l'Empereur-Dieu. D'où je viens, sur Malfi, on ne pouvait guère faire confiance aux membres de sa famille, à ses amis ou à ses maîtresses. Aussi, la seule chose dont on ne peut jamais douter est de la toute-puissance et de l'infaillibilité de l'Empereur-Dieu sur son Trône d'Or. Et Babur le Dévoreur ainsi que ses astropathes sont allés sur Terra, ont contemplé la magnificence de l'Empereur-Dieu et ont survécu, transformés. On ne peut en aucun cas remettre en doute la foi et la probité de ses hommes, qui sont un peu plus que des hommes et qui partagent la Sainteté de l'Empereur. N'ai-je pas raison, Maître Astropathe Babur? Si on ne peut s'en remettre à ceux qui sont presque des Saints, alors nous n'avons plus qu'à précipiter le vaisseau à pleine vitesse contre le premier astre venu."

Gill Haddon a écrit:
"Malfi ? C'est pas l'endroit où on s'entre-tu dès le berceau ? Oui ça explique votre méfiance vis-à-vis des autres officiers. C'est un peu votre métier. Je trouve ça très peu professionnel de votre part d'écarté Babur de la liste des suspects. Soit vouloir te vexer Babur hein. Alors je me dit en tant que garant de la bonne marche de ce vaisseau on va faire une chose. A partir du moment où Babur m'aura écarté de la liste de vos suspect vous allez, et comme tout les autres, obéir aux ordres de votre capitaine. Pour le moment moi. Pourquoi ? Parce que notre ami psyker sanctifié ici selon vos propres arguments n'est pas questionnable. Parce que dès lors vous ne vous opposerez plus jamais à moi et que vous obéirez bien sagement. Je ne suis pas la dame Von Razgriz : je ne tolère aucune désobéissance, je ne tolère pas non plus que l'on me remette en question, en fait j'exige une obéissance emprunte de respect teinté de peur. Et vous Chancelier vous êtes actuellement entrain de prendre la pente on ne peut plus glissante de la mise aux arrêts pour avoir remis en cause mes ordres. Je vous rappel que lorsque l'héritier Von Razgriz en âge de commander n'est pas présent à bord je suis le capitaine. Allons-y Babur sonder moi le crâne que je rappel à notre Chancelier qui est le garant de l'autorité dynastique."

Gill avait presque hausser le ton. A la fin de sa tirade qu'il avait fait presque nez-à-nez avec Tancrace il alla se figer devant Babur le regardant droit dans les yeux.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

La température baissa de plusieurs degrés alors que Babur commençait son œuvre en examinant longuement Gill, les yeux dans les yeux.
"C'est un fumier. Une fouine de première classe, mais pas un traître. Bon, qui c'est le suivant ? Parce que je sais pas vous, mais ça m'amuse pas de faire le détecteur de mensonges." grommela le Maître de Choeur.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 17:22

Gill Haddon a écrit:
"Personne, merci Babur. D'ailleurs jusqu'à notre arrivée sur Castel je préférerais que tu te reposes. Tu vas avoir un sacré paquet de message à envoyer parfois très loin. J'interdis aussi à tes subordonnés de sortir de leurs quartiers par mesure de sécurité sauf pour assister au cérémonie d'hommage à notre Lady."

Gill essuya la sueur sur son front ainsi que le larmoiement qu'avait provoqué l'intrusion du psyker dans son esprit.

"Satisfait Tancrace ? Maintenant. Vous allez vous asseoir ici et nous allons procéder à la lecture du testament. C'est un ordre. C'est immédiat. Convoquez tout les officiers concernés et débuter la lecture dès que tout le monde est là."

Gill se réinstalla sur son bureau. Et lança aux gardes du corps de Tancrace : "Et pour vous l'état d'urgence c'est pas une option non plus. Barrez-vous et confier vos armes au minitorum. Lors d'un état d'urgence il n'y a que les officiers et les forces de sécurité qui ont le droit d'être armé."

Katje von Tödt a écrit:
Peu après le départ de babur, comme demandé par le premier officier, la commissaire Elke se présenta devant le trône de commandement au garde à vous. Dans un uniforme de commissaire classique mais sans casquette.

"Commissaire Paulus, a vos ordre monsieur."

Gill Haddon a écrit:
"Un instant commissaire. Le chancelier à quelque chose à faire."

Harkness a écrit:
"Commissaire Paulus, c'est moi qui vous ais demandé ici."

Le très ombrageux Capitaine d'Arme se signalait pour la première fois depuis l'arrivée de Tancrace sur la passerelle principale, il était dans un angle mort, proche d'un des Lemans Russ stationnés sur la passerelle moteur à l'arrêt. Plusieurs de ses hommes en retrait. Il fit un signe de main à Paulus pour qu'elle vienne à ses côtés.

"Elke c'est ça? Le Premier Officier ayant décrété l'état d'urgence, je dirige la sécurité. Vous connaissez les troupes de sécurité et j'ai besoin d'avoir une vue claire de ce qu'elles font, vous rejoignez mon QG jusqu'à la résolution de l'alerte. Merci de me signaler de possible agents Sabrehagens sous surveillance. Faites venir à la salle de réunion 14 les chefs des renseignements de la Colonnelle. Merci."

Katje von Tödt a écrit:
Elke salua le capitaine d'armes, écouta les ordres et répondit par l'affirmative.

"Noté capitaine. Pour les chefs des renseignements, je ne peut pas vous aider, la colonelle gérait tout elle même. Votre QG se situe ... ?"

Tancrace a écrit:
Les gardes et les éléments de la cellule Oblivio semblèrent hésiter un instant, jusqu'à ce que le Chancelier ne se tourne vers eux.

"-Faites ce que vous ordonne le Capitaine par intérim Haddon."

Une fois qu'ils eurent quitté la passerelle, le Chancelier s'assit près de Gill.

"-Je suis parfaitement satisfait du déroulement de la sonde mentale, et vous avez désormais mon entière confiance. Excusez mes attitudes soupçonneuses, mais vous comprendrez je l'espère ce comportement. Par ailleurs, et à partir de maintenant, je ne contesterai en aucun cas vos ordres, et vous pourrez m'accorder la même confiance que m'accordait feue la Lady-Capitaine. Ma loyauté va à la dynastie Von Razgriz, et aussi longtemps que vous la servirez, ma loyauté vous êtes pleinement acquise, je vous en fais le serment."

Le Chancelier produisit une petite flasque d'amasec de sous son armure, il s'était mis à boire plus que d'ordinaire dernièrement, et en but une gorgée.

"-Cependant, je ne suis pas un soldat, et je n'exécuterai jamais aveuglément des ordres sans faire connaître mon avis et mes positions, soyez-en assuré. D'ailleurs, puisque vous me l'ordonnez, je vais procéder à la lecture publique du testament. Mais avant de le faire, j'aimerais que vous en preniez connaissance. Autant que vous le sachiez, Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz vous accorde la régence de la dynastie jusqu'à la majorité de son héritier. Ca ne se discute pas, et je pense que c'est la meilleure solution. Cependant, il faut que vous sachiez que certains items, concernant le versement de pensions et de soldes aux matelots, aux serviteurs de la Maison ou aux soldats pourraient s'avérer en ce moment particulièrement ruineux. Si nous portons ces clauses à la connaissance des matelots, on peut craindre une agitation plus grande encore. Je propose que nous fassions un geste dans un premier temps, pour calmer l'équipage, et leur rappeler à quel point la Lady-Capitaine se préoccupait d'eux, et que nous nous acquittions du versement complet des pensions selon les désirs exacts de la Lady-Capitaine dans un second temps, lorsque nous aurons une comptabilité plus saine. C'est mon avis, mais vous êtes seuls juge, et si vous désirez effectuer ces paiements aussi vite que possible, mes services s'en occuperont selon votre bon-vouloir."

Gill Haddon a écrit:
"En attendant que les évènements ne se précise, en clair jusqu'à la fin de l'état d'urgence je n'attend qu'une réaction rapide à mes ordres. Par la suite nous prendrons le temps de discuter."

Gill prit connaissance du document. Alors que la passerelle reprenait une activité plus normal.

"Eh bien... Régent Dynastique... Même en le lisant on a un peu de mal à le croire... Tancrace je préférerais que nous respections à la lettre les instruction de dame Von Razgriz. Etant son exécuteur testamentaire c'est à vous de choisir le moment les plus opportuns pour assurer l'annonce des dépenses de bienveillances. Néanmoins les proches de la dame devrait avoir connaissance des articles qui les concerne. Une fois que ces détails seront régler - et dans ce quart que nous soyons clairs entre nous - rappeler les engagements dynastiques de tout à chacun ; j'ai l'impression que bon nombres de personnes à bords de ce navire n'ont pas compris qu'ils s'engager pour la lignée Von Razgriz et que l'abandonner en ces heures sombres sera considéré comme de la trahison envers la mémoire de Lonallyn Von Razgriz ainsi qu'envers ses héritiers. Ce sera tout Chancelier. Et que l'on me tienne au courant de l'avancé de l'enquête minute par minute."

Gill descendit du bureau, fit quelque pas en direction du trône de commandement et un léger sourire sur le visage se retourna pour s'y asseoir en goûtant l'instant. Oui c'était absolument parfait comme sensation. Exactement celle que l'on éprouve après un casse réussi.

albus a écrit:
- Je t'écoute, Albus.

La voix du séraphin résonnait brutalement dans les salles partiellement vides qui composaient une part du temple d'Athénais.

Albus marchait aux cotés de son maitre, ayant retrouvé son sourire léger.

- Je désirais vous entretenir des récents évènements impliquant la Lady Capitaine, Séraphin.
- Encore.
- Je crains que certaines ne profitent de la disparition de Lonallyn Von Razgriz pour revendiquer à terme, le contrôle de sa dynastie.
- Quand bien même..
- Il s'agit d'une paire de l'Imperium, n'est ce pas là notre rôle de les protéger ?


Un sourire sombre naquit sur le visage sévère du maître assassin qui croqua dans un fruit mur avant de se tourner vers son protégé.

- Nous tuons pour l'Imperium lui même. Nous ne protégeons personne. Nous sommes un noble venin.
- J'ai pour tache de la protéger, c'est votre serment à son endroit.
- Je regrette que tu tentes de me forcer la main, Albus.
- On ne rompt pas une promesse. Quelles qu’en soit les raisons, que vaudraient nos voeux à l'égard d'Athenais, si nous étions ce genre d'individus.
- Nous serions les assassins les plus stupides qui soient. Nous mentons, nous trichons, nous volons, nous tuons. L'honneur auquel nous croyons n'a aucun rapport avec celui des fontaines de vie...
- Il s'agit d'un pacte de bonne foi, pas d'une mission.
- Tu m'ennuies, ta lady Capitaine n'a rien à voir avec l'avenir de l'Imperium. Son absence pourrait devenir regrettable sur le long terme, mais uniquement sur un plan pragmatique n’intéressant que nos besoins immédiats : rien d'irrémédiable. Je n'entends pas faire de l'Ordre, un acteur des batailles qui agitent des lignées de libre marchands, si prestigieuses soient-elles. Ce serait trahir l'esprit d'Athenais, et ce serait trahir nos plus précieux serments. Ceux qui valent que l'on s'implique.

Albus soupira. Il était comme un enfant qui se faisait rabrouer alors qu'il laissait deviner de par ses préoccupations de l'instant, que l'affaire était devenue personnelle.

- L'Ordre n'interviendra pas,alors.
- Seulement si il est menacé.
- Permettez moi alors de prévenir toute menace future.
- Toi et tes machinations...
- Je tiens simplement à préserver les intérets de ce navire pour mieux servir les votres.
- Les nôtres.
- Oui.
- Je t'écoute...
- Des agents actifs doivent encadrer tous les officiers de la passerelle présents sur cette liste.


Albus tandis un petit cogitateur sur lequel apparaissaient des noms précis.

- La plupart sont déjà sous surveillance.
- J'ai besoin qu'ils soient prêts à intervenir physiquement.
- Tu veux des tueurs alors. Tes ombres ne suffisent plus.
- C'est temporaire.
- Soixante douze heures. Si tu n'as rien résolu d'ici là, tu en subiras les conséquences.

Albus inclina la tete.

- Loué soit Athenais.
- Maudits soient les parjures.

Harkness a écrit:
Harkness avait guetté l'échange entre Tancrace et Gill, la venue de Babur et tout le tremblement. Gill était la pire salope de la galerie d'enflures de ce navire. Ca pourrait très bien être lui au final le meurtrier...

Harkness capta la parade de soumission de Tancrace. Le voilà revenu 40 ans en arrière, sur Ferrus Magna quand lui et ses copains regardaient les Dents de Sabre mâles se soumettre au femelles géantes pour qu'elles acceptent la saillie.

Il était perdu dans ses pensées quand il se rappela qu'à la périphérie de son casque, se tenait la grande commissaire Elke. Il se tourna pour la fixer dans son entier.

"Ha, madame, la salle de réunion n° 14 mais avant, reconduisez les gardes de Tancrace vers leur logement, veillez à ce que leurs armes regagnent les coffres et revenez assister notre briefing qui doit bientôt avoir lieu. Trouvez un peloton de sécurité pour escorter le Sénéchal au besoin, il ne se sent pas en sécurité."

Gill Haddon a écrit:
Bon il n'était pas tout de profiter de l'instant il fallait aussi régler deux, trois soucis...

"Je prend une escorte, je me rend à la cathédrale afin de préparer la cérémonie avec le père Markov. Que Nihilus me fasse suivre les rapports d'enquête en temps réel par communication vox. Que les corps des assaillants soit confier aux mains du chirurgien chef uniquement, qu'ils soit stocker dans la morgue de l'hôpital de bord en attendant autopsie."

Gill abandonna le trône de commandement et s'entoura d'une forte escortes des reîtres présent sur la passerelle. Le train fut prestement apprêter et une fois dans la cathédrale il fit mander le père Markov.

Le nouveau capitaine alla l'attendre dans une petit alcôve. Celle-là même où il avait écrasé le visage d'un cardinal avec ses poings..

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 17:26

Malakaï Zacharia a écrit:
Lorsque Gill pénétra dans la cathédrale, l'édifice était plongé dans une pénombre évoquant le deuil. Quelques officiants déambulaient de ci de là pour commencer à nettoyer fond en comble la nef. Au pied de chaque pilier, une Soeur de Bataille se tenait en faction et elles contemplèrent toutes avec horreur le cortège armé des reîtres pénétrer dans ce lieu Saint.

L'une d'entre elles, Kateryn, vint se placer devant la troupe
"Vous êtes ici dans la demeure du Tout-Puissant, les armes ne sont pas admises. Veuillez demander à vos hommes de rester dehors s'il vous plaît ... Capitaine"

Et Markov apparut

Il était toujours marqué par ses combats sur le bâtiment adverse mais il fit bonne figure et rejoignit Gill dans l'acôve où celui-ci l'attendait.

"Mon fils, vous êtes donc venu clarifier vos propos contenus dans cette missive que j'ai reçu?"
il fit signe au capitaine de s'assoir et prit place à côté de lui.

Gill Haddon a écrit:
Gill fit un geste de la tête en direction du sergent reîtres qui signa avant d'aller attendre dans l'entrée.

"Que vos soeurs de batailles pardonnent notre rudesse... Je crois qu'il y a un dicton qui dit que pour un soldat son arme et l'outil de sa foi envers l'Empereur-Dieu. Ou quelque chose d'approchant.

Gill prit place.

"Oui entre autre chose, cet aveu de faiblesse est gênant. Je peux comprendre qu'avoir fait preuve un instant d'un tel manque de force de caractère puisse vous inquiétez quant à ma capacité de commandement. Mais cela remonte à une autre époque. Nous avions encore quelqu'un de supérieur vers qui nous tourner pour nous rassurer. J'ai pris ce qui m'est arrivé par la suite comme un évènement salutaire en quelque sorte. Avoir subit une attaque aussi froide et implacable m'a remis les idées en ordres mon père. Maintenant je ne me dédis plus qu'exclusivement à la dynastie von Razgriz et à sa grandeur. Je comprend mieux mes erreurs. Du à un manque cruel de Foi. Car je ne croyais en rien à cette époque. Maintenant je crois en une chose : l'Empereur-Dieu veuille sur chacun de ses sujets et lorsque c'est nécessaire lui confère la force de vaincre ses ennemis. Je n'ai survécu que par miracle je pense..."

Gill regarda au sol. Il cherchait des yeux là où un petit moinillon avait du essuyé le sang de Vittorio.

"Je suis aussi ici pour deux choses qui sont prioritaire sur ce sujet. La première est au sujet de votre départ, la seconde pour la cérémonie d'adieu à Lonalyn von Razgriz."

Il redressa la tête afin de regarder Markov dans les yeux.

"Si vous quittez ce vaisseau, c'est votre choix. Je vous demanderais par contre, en tant que régent dynastique et capitaine d'Ex Cathedra, d'y revenir fréquemment. Le chancelier et moi avons procéder à l'ouverture du Testament de feu Lonallyn Von Razgriz et elle vous charge de l'éducation religieuse de ses enfants à naître. Elle tenait à ce qu'ils soient élevés dans une foi pur, et je parierais que lors de votre engagement à bord elle avait déjà cette idée en tête. Maintenant que vous savez cela, souhaitez-vous toujours abandonner la lignée des Von Razgriz ?"

Katje von Tödt a écrit:
Ayant écouté les ordres du capitaine d'armes, Elke claqua des talons comme seule réponse, et parti vers le chancelier en voxant une équipe de la prévoté. Elle interpela les gardes du chancelier, leur demandant de rendres leurs armes au casernes et de regagner leurs quartiers jusqu'a la fin de l'état d'urgence.

"Chancelier, si vous voulez une escorte, je peut vous fournir une escouade de prévots pour votre sécurité. Dans le cas contraire, je doit vous racompagner à vos quartiers, question de sécurité."

Citation :
Plus Tard.

Elke se présenta à la salle de réunion, conformément aux ordres d'harkness.

Tancrace a écrit:
Tancrace déclina poliment l'escorte de la commissaire et se rendit à ses quartiers. Il fit circuler une note aux officiers d'Ex Cathedra pour les inviter à une lecture du Testament de la Lady-Capitaine aussitôt après les funérailles.

Il laisserait le soin au Premier Officier de faire un discours exposant les rémunérations prévues par Lonallyn pour les matelots afin de s'attirer leur sympathie.

albus a écrit:
Citation :
[size=150]Atelier 47 : Pont 315. L’aile de la Création. [/size]

Les ateliers du pont 315 comptent parmi les moins fréquentés du navire. Il n’est pas considéré comme d’une importance vitale, et il est probable qu’un assaut ennemi ne converge jamais vers ces ateliers pour en faire une tête de pont à leur attaque.

A quoi sert spécifiquement l’atelier 47, vous demanderez vous peut être ?
C’est un atelier de réparation qui comprend le maître Erostate l’Ephèse, huit disciples et une bonne trentaine de serviteurs.

Ébénistes, sculpteurs, orfèvres, forgerons… ils sont en charge, avec d’autres ateliers, de la
restauration des éléments qui font la splendeur du navire. Si le croiseur est si beau, c’est entre autre parce qu’on entretient sans relâche son apparence.

Alors que Maître Erostate supervisait la rénovation d’une antique aile d’ange en argent, marquée par le temps et la rouille auprès de Dimitri, son apprenti, il fut surpris d’apprendre qu’un dignitaire de la Passerelle se présentait aux portes de l’atelier.

Comme chacun à bord, le maître artisan avait appris avec affliction la disparition de celle qui avait relevé le croiseur de son cruel sommeil sur sinophia. Mais adepte zélé de la maxime « seule la mort met fin au devoir », il avait redoublé d’ardeur pour que le croiseur qui deviendrait lieu du dernier repos de sa maîtresse, resplendisse comme en son jeune temps. Une tâche impossible digne d’un fervent citoyen de l’impérium.

Erostate approchait les 95 ans désormais, et son corps était soutenu par de nombreux augmentiques. Ses troubles mémoriels fréquents étaient atténués par des modules voyants et bruyants incrustés dans son crâne aux cheveux épars et filandreux, sa vue faiblissante était compensée par des optiques qui lui donnaient un air reptilien, son corps frêle et malade était lui-même soutenu par un exo squelette important de piètre qualité qui semblait presque aussi agé que son hôte. Sa grande robe pourpre et or était tâchée de poussière, d’huile, et de résidu de produits servant au travail des nombreux matériaux. Il lui fallu user du peu de ressource dont il disposait pour s’agenouiller devant le jeune homme à l’air efféminé qui se tenait dans l’embrasure de la haute double porte qui menait à l’atelier.

Albus le blanc gagnait à être connu sur le navire, de nombreux holopics l’affichait en compagnie de la Lady Capitaine ces derniers mois. Le cœur des jeunes filles balançait entre la mémoire du ténébreux Vincens et le sourire mystérieux de ce nouveau protecteur. On prêtait un caractère volage à la libre marchande qui dans l’esprit du commun des habitants du navire avait vécu milles aventures amoureuses et s’était parfois fait des liges de ses amants.
Pourtant, en voyant cet étalon supposé, malgré sa grande beauté, le vieil homme fut intimement persuadé que pas une fois il n’avait été autre chose qu’un esclave pour celle qui régnait sur le destin du croiseur.

- Monseigneur, dit-il d’une voix tremblante chargée d’émotion.

Outre le fait que les services de propagande avait fait leur office à bord, il fallait compter sur les armoiries que portait l’assassin. Sur les ponts intermédiaires, et les bas quartiers, personne n’aurait seulement osé porter de tels attributs réservés aux membres de la passerelle.
Erostate ne pouvait même pas espérer voir un jour le premier officier, autre part que dans une parade. Comme chacun, il possédait et chérissait un portrait de la libre marchande qu’il avait vu sur les quais à Sinophia comme quelques un lors de la cérémonie du décollage.
Alors avoir l’opportunité de contempler un homme qui la fréquentait de son vivant était pour lui l’honneur d’une vie. Une vie d’honnête et zélé citoyen de l’Impérium.

Albus s’inclina pour prendre le vieil homme par le bras en l’incitant à se relever.

- Ne faites pas ça, maître Erostate. L’honneur est pour moi.

L’atelier tout entier s’était interrompu, les disciples avaient déposé leurs outils et contemplait ce qu’il pensait être un moment historique dans l’histoire de leur petite manufactoria. Un membre de la Passerelle ! Peut être pas le plus prestigieux, ni le plus puissant…mais un géant sur ce navire !

Le vieil artisan se redressa douloureusement et considéra l’image d’Albus depuis son regard bionique.

Il le gratifia d’un sourire léger et enjôleur, avant de lui dire d’une voix douce :

- Maître Erostate, j’ai pour votre travail le plus grand respect et c’est humblement que je me présente à vous, car votre nom était parfois cité par la Lady Capitaine lorsqu’elle se flattait de contempler la magnificence de son palais.

Maintenant les larmes inondaient les yeux des disciples, et la gorge du vieil homme était sèche. Ainsi elle connaissait son nom. Elle n’ignorait rien de son labeur. Croyez le ou non, mais cette simple phrase qui était peut être un éhonté mensonge donnait du sens à la vie du vieil artisan.
L’assassin entraina lentement Erostate à travers l’atelier.

- Maître Erostate, j’ai pour vous une demande unique. Une impossible tâche, je le sais bien. Mais je ne sais à qui la confier sinon à vous.
- Je ferai selon vos désirs, je travaillerai tous les quarts s’il le faut, seigneur Albus !
s’enthousiasma alors son interlocuteur.

Albus s’arrêta et se tourna vers lui pour saisir ses vieilles mains aux doigts renforcés de métal pourrissant entre les siennes, gantées.

- Maître Erostate, ce sera votre dernière commande. Ainsi que celle de vos disciples.


Le vieil homme resta interdit. Alors c’était fini, il quittait le croiseur ?! Sa frustration et son chagrin se manifestèrent dans un spasme involontaire de sa machinerie accompagné d’un crissement de mécanisme.

- Seigneur Albus, je…Je ferai ce que vous me demandez, mais…Pardonnez mon insolence, je voulais rester sur le navire malgré la disparition de la lady capitaine. Je voudrais la servir et ceux qui la suivront avec la même dévotion que celle que j’ai toujours montré…
- Vous vous méprenez, maître Erostate. Je n’ai pas l’intention de vous renvoyer de ce navire.
- Alors, je ne saisis plus.
- Quand cette commande sera achevée, je devrais vous offrir la paix de l’Empereur.


Il ne blêmit pas, ne scilla pas et ne fut prit d’aucune peur.

- Est-ce que …
- Vous appartenez à ce navire, maintenant et pour l’éternité. Je ne prendrai que votre vie, jamais votre honneur. Vous avez ma parole.


Les mains calleuses retrouvèrent de la vigueur pour serrer celle du jeune homme en blanc.

- [size=85]Merci…merci mon seigneur[/size], murmura t-il étouffé par l’émotion.

Albus libéra l’un de ses mains, pour la poser sur l’épaule de l’artisan.

- Ne craignez rien, cet atelier va plus rendre service à la lignée des Razgriz en une fois que tout son équipage en mille ans. Quand vous aurez achevé votre ouvrage, les ennemis de cette dynastie se terreront plus profondément dans les ténèbres, et les traîtres se révéleront d’eux-mêmes.

Cette simple phrase qui était peut être un éhonté mensonge donnait désormais du sens à la mort du vieil artisan.

Harkness a écrit:
Harkness était dans la salle 14, entouré par une douzaine d'officiers du Cercle Tacticae, secondé par la Commissaire Paulus et protégé par ses gardes du corps.

Il n'avait toujours pas quitter son armure et ses outils de morts, le siskien Chang lisait en boucle la liste des morts.
10 sabrehagens, 2 restes sabrehagens, 4 gardes, 3 serviteurs, Lonallyn, etc.
Soudain, Hayes qui s'était joint à eux et écoutait la litanie morbide quand il leva LE lièvre.

"Ahem, si je puis me permettre messieurs,Harkness. Il manque quelqu'un dont on n'a pas entendu parlé ces dernières heures, le garde du corps, Albus. L'homme de l'Ordre d'Athenais..."

Tous levèrent la tête, plutôt incrédule, lui mêlé à ça? Paulus, celle qui ici avait le sens Impérial le plus chevillé au corps était presque tombé de la chaise.

"Je crois qu'on va devoir lui poser quelques questions à celui-la... Hayes, tu contactes Nihillus et dis lui de lâcher les limiers de la prévôté sur sa trace. Qu'on imprime des affichettes avec sa trombine sous-titrée RECHERCHE COMME TEMOIN - Contacter la prévôté pour toute information Il en faut une à côté de chaque porte de ce navire. Dis à Nihillus d'envoyer une équipe en coller une sur la porte d'entrée de l'Ordre d'Athenais."

Harkness contacta directement le Cercle Comm par l'intermédiaire de son propre vox pour leur demander si la ligne du dit Albus était toujours ouverte.

Une fois la demande passée, il releva la tête vers les autres.
"Au cas ou il serait mêlé au meurtre, il faut prévoir une action contre eux. Nous devons protéger les héritiers de Lonallyn, sa dépouille et ses intérêts et s'ils sont mêlés à ça... Bordel, il va falloir du lourd pour les éradiquer dans ce cas la. Des idées???

Harkness déclamait ça sans y croire, mais un général doit toujours avoir des plans dans tous les cas de figure.

albus a écrit:
Il fallu environ une demie heure à l'assassin pour se rendre à la salle 14.

Il n'était pas désarmé, mais ne revêtait aucune armure. Il posa tranquillement une affiche sur une table, sans se départir de son sourire.

- Le Séraphin vous fait savoir qu'il goûte à vos insultes avec délectation, dit-il d'un ton tranquille à l'éventuelle assemblée.
En quoi mon témoignage est-il indispensable qu'il vous faille afficher mon portrait à travers le navire ? Je serai suspicieux, je jurerais qu'on cherche à me salir...

Ajax Ordann a écrit:
L'ombre se déplaçait de recoins en recoins, goutant manifestement à cette douce et grisante sensation du prédateur jouant avec sa proie.

Cette 4e crypte de stockage serait la bonne, elle le savait, tout comme elle savait qu'ils avaient déjà trop perdu de temps avec les autres cryptes de stockage. Avitus avait eut beau leur expliqué, elle n'avait pas trés bien compris en quoi cela aurait posé un problème de se servir de tous les protocoles et engrammes de sécurité à leur disposition...

L'Ombre vivait pour l'action et laissait généralement la réflexion à ses supérieurs.

-Esta, tu en es où ?

Le microvox dissimulé dans son oreille failli la surprendre... Une surprise purement intellectuelle car ses mouvement ne trahissait pratiquement jamais la moindre surprise, son endoctrinement était bien trop parfait pour ça.

Elle se cala dans un coin où elle pouvait observer les gardes devant la porte blindé de la crypte. Procopus et Novus étaient en position, elle le savait. Depuis tout ce temps qu'elle travaillait avec eux, elle n'avait jamais eut à se plaindre.

-Ca serait bien qu'on me réponde...

La voix d'Avitus se faisait drôlement pressante.

-Novus en position.
-Procopius en position
-Esta en position.... je lance.


Un disque bombé glissa jusqu'au pieds de l'un des gardes qui le regarda l'air surpris. Son collègue se redressa pour s'approcher, fusil en joue. Le disque se suréleva brusquement puis propulsa une épaisse brume de neutralisant des plus efficaces.
Déjà trois silhouettes sortirent de leur couvert et se jetèrent sur les gardes pour qu'ils ne fassent pas trop de bruit en tombant. Novus sortit un petit objet qu'il avait récupéré on ne sait où et l'appliqua sur les systèmes de verrouillage de la borde blindé qui cédèrent sans poser la moindre question. La lourde porte coulissa sur ses gonds et libéra l'accès à la crypte.
Esta resta en position pendant que Novus et Procopius entrait à la recherche de la caisse. Il fallait faire vite, mais ils savaient précisément ce qu'ils cherchaient.

-C'était qui, tu crois ?
-C'est pas le moment Proc...
-Ca m'interpelle parce que je n'ai rien vu venir...
-Ca t'interpelle pas, ca te vexe... maintenant bouge ton cul et trouve cette caisse au lieu de jacter.

Ils n'avaient pas des centaines d'heures avant le passage de la prochaine patrouille.

-Je l'ai !

Procopius lui montra l'impressionnante caisse qu'ils avaient expédié séparément de l'équipe, pour éviter la fouille éventuelle qui n'avait, de toute façon, pas eut lieue... Un véritable moulin ! Mais malgré cette constatation, il ne croyait en la théorie du commando Sabrehagen...

Avec l'aide d'Esta, ils dégagèrent la caisse et tous les trois la sortirent, refermèrent puis installèrent les gardes de façon à donner l'illusion d'une petite sieste qui leur vaudrait probablement un châtiment exemplaire, puis emportèrent la caisse, ne laissait pas la moindre trâce de leur passage.

Malakaï Zacharia a écrit:
"Capitaine ... Puisque tel est votre titre désormais, c'est une lourde responsabilité que vous allez porter sur vos épaules."
Markov fut absorbé dans ses pensées pendant plusieurs minutes.
"Soit, s'il était de sa volonté que je m'occupe de l'éducation religieuse de ... bon sang, c'est d'accord, je suis d'accord pour rester mais pour elle, pour sa mémoire et ce qu'elle représentait pour nous, pour moi ... Elle m'a permis de reprendre pied dans le monde. Mais croyez bien que je vous observerai, que je me chargerai de vous garder dans le droit chemin.
Vous souhaitiez aussi que l'on discute de la cérémonie de l'enterrement?"

Gill Haddon a écrit:
"Oui mon père. Dame Von Razgriz avait un goût pour le faste que je ne partage pas et je serais bien en mal de déterminer quel genre de cérémonie serait la plus à même d'honorer sa mémoire. Mais au vu de sa longue lutte pour obtenir Ex Cathedra l'inhumer à bord me parait la meilleur chose. Il faudra voir grand, éclatant, interminable et mémorable. La première Von Razgriz à reprendre la barre de ce croiseur depuis 1000 ans... et pour si peu de temps."

Gill se releva.

"Je suis heureux que vous restiez à bord mon père. S'il faut bien quelqu'un pour s'occuper du salue de nos âmes c'est bien vous. Je vais devoir prendre congé, il me reste encore une interminable liste de chose à faire, dont entre autre écarter oui ou non la possibilité d'un traître à bord. S'il faut voir à la dépense contacter le chancelier Tancrace. Je suis joignable sur le canal officier, à toute heure."

Le capitaine se signa et prit congé du primo-confesseur, ralliant les reîtres à sa suite alors que son pas déterminer le mener vers les archives. Où il se claquemura avec ordres expresse de n'être déranger que par Harkness ou Tancrace, mettant un peloton de Reîtres devant la porte l'air patibulaire et menton prognate par dessus leurs armes.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 18:27

Harkness a écrit:
Harkness se releva, il fixa le garde de Lonallyn.

"Tiens, Albus. Vous voici sans une seule égratignure. La prévôté a besoin de vous débrieffez vous croyez pas? Après tout, si on en croit vos habitudes vous étiez sur place et vous êtes en pleine santé, après disparu lors de l'attaque. Pour ôter tout soupçon, il serait bon d'expliquer aux gens de la prévôté ce qu'il sait passé et ce que vous avez fait. Elke, vous êtes de la prévôté, à vous la parole."

albus a écrit:
- C'est cela qui nécessitait autant d'affiches ?

Albus prit un air paternaliste et faussement mécontent.

- Mes déplacements, et les raisons de mon absence parviendront au prochain quart à la commissaire de bord elle même, dans le cadre d'un rapport formel. Il est actuellement à la frappe.
Puis-je disposer ?


Un poing sur la hanche, il regarda Elke avec une moue de séducteur.

Harkness a écrit:
"Non Albus, la Commissaire de Bord est actuellement en convalescence, Haddon est actuellement aux commandes d'Ex Cathedra et il exige une enquête rapide et efficace. Alors si vous pouviez répondre dessuite. Sans désinvolture même. La situation ne s'y prête pas du tout."

albus a écrit:
L'assassin roula des yeux au ciel.

- Il me semble, Harkness, qu'en tant que Capitaine d'arme, vous n'avez ni les prérogatives, ni les compétences pour interférer, mener ou clore l’enquête dont vous faites état et qui ne m'a été signalé à aucun moment.

Il cajola Elke d'un nouveau regard de soupirant :

- Je ne veux pas vous manquer de respect, et je ferai dérouter le rapport en question pour qu'il vous parvienne directement.

Il revint vers Harkness, affichant un sourire commode et oui...Pour le moins désinvolte.

- Je comprends la situation, et je sais très bien quels types d'enjeux encadrent cet interrogatoire improvisé sur le fil. Mais je sais surtout que tout ce que je pourrais dire ici et maintenant serait sujet à un jugement partial qui ne serait que la conjugaison de la réaction épidermique que génèrent les évènements récents et les nécessités propres à chaque protagoniste au sein de cette tragédie.
Aussi je me plais à croire qu'on ne considérera pas mon absence de réponse comme un caprice ou une trahison. J'ai énormément à faire moi même. Je perds déjà beaucoup de temps, ici.
En conséquence, j'aimerai simplement faire valoir deux choses évidentes. d'abord j'étais le Garde du Corps de la Lady Capitaine, j'ai été choisi par les miens pour cette tâche.


Il fixa Harkness un plus intensément.

- Vous devez aisément deviner que dans mon activité, l'échec n'a rien d'une option envisageable. En étant lié à la disparition de la Lady Capitaine, secrètement du moins, j'aurais scellé mon propre sort. Or, le ou les individus à l'origine de cette tentative sont tous sauf des pions qui acceptent leur propre sacrifice. Il me semble que c'est l'évidence.
Deuxième point, d'ordre plus culturel...J'appartiens à un temple schismatique de l'Ordre du Moritat.


Il désigna les yeux d'harkness de deux de ses doigts écartés pour les braquer vers les siens.

- Alors écoutez moi quand je vous le dis : nous ne faisons pas que mépriser le type d'armement employé pour accomplir cette machination. Nous le rejetons, purement et simplement. C'est moins une question d'honneur que de foi. Le simple fait de m'associer à l’obscénité à l'origine de ce drame est une insulte à tout ce en quoi je crois, et pourquoi j'ai vécu jusqu'ici.
Maintenant, pardonnez moi d'insister : mais je dois vraiment partir.

Harkness a écrit:
"Mon gars, tu te trompes. C'est Nihillus qui dirige le commissariat de bord, pas Elke. Ce que tu pourra dire ici sera toujours mieux que ton explication pâteuse mêlant foi, niveau de responsabilité, mission sacré, et j'en passe. Alors soit tu nous dit de suite, pourquoi, comment, tu as failli. Pourquoi tu as disparu. Sinon tu sors, et tu rajoutera à tes explications un pavé sur ton silence maintenant. Libre à toi de décarer.

Et pour finir, jusqu'ici, qui a dit que tu es coupable de quoi que ce soit? TEMOIN comme c'est marqué sur les affichettes. Témoin..."

albus a écrit:
Albus se permit un léger ricanement.

- Vous avez aussi pris le commandement des forces de justice de ce navire à travers l'un de vos pions ?
D'accord. Vous vous donnez du mal pour un témoignage, et vous ne mettez guère les formes pour me fustiger.


Albus leva les mains, comme s'il se rendait.

- Considérant le fait que mes explications précédentes n'ont pas trouvé crédit à vos oreilles, Harkness, je me permets de saisir la voie de sortie opportune que vous m'offrez.
Quelques heures d'écriture m'effraient moins que la perspective de ne pas pouvoir rester seul avec mademoiselle.


Il gratifia Elke d'un nouveau sourire.

Il se retourna et sorti, en saluant d'une main.

Harkness a écrit:
Le Capitaine d'Arme sortit rapidement à la suite d'Albus, disant à Elke de le suivre et hurla en sa direction, sur le ton de la très grosse colère.

"Albus, en tant vertu de l'Etat d'Urgence, moi Horace Harkness Capitaine d'Arme, use de mes pouvoirs pour vous mettre aux arrêts! Je ne tolère aucune insinuation Albus, constituez vous prisonnier immédiatement!"

Harkness fit signe à Elke de la main libre pour qu'elle aille lui mettre les fers. Partout sur la passerelle, les deux centaines de soldats bondirent et brandirent leurs armes. Les chefs de tanks venaient de plonger dans leur tourelle, emportant les écoutilles sur eux.

Citation :
(j'essaye de poster demain matin)

Katje von Tödt a écrit:
Elke bondit à la suite du capitaine d'armes, dégainant ses menotes et avançant vers l'assassin sans sortir d'armes.

"Veuillez vous laisser faire albus ... puis sur un ton faible, pour que seul albus entende[size=85] les geoles de la prévoté sont toujours plus acceuilantes que les mains du capitaine d'armes, d'après ce que j'en sais ...[/size]"

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
Albus considéra d’un sourire doux Elke qui s’approchait de lui, fers en mains pour l’embastiller.
- Ça ne vous suffit pas d’avoir un homme à vos pieds, il faut encore que vous lui passiez les chaînes ?
Elle avança les menottes vers les poignets qu’il lui tendait, murmurant sa supplique.
Comme elle était naïve. Le tyran derrière elle ne le laisserait jamais sortir de geôle en vie. Il risquait trop gros dans cette affaire pour laisser passer l’occasion d’une exécution simple et sommaire.
- "A bientôt", murmura t-il à Elke qui referma les fers dans le vide.
Les cheveux de cette dernière s’ébouriffèrent, tandis que l’empreinte de l’assassin s’était formée sur le sol des quartiers des officiers.
https://www.youtube.com/watch?v=N-I8ALlYxdY

Il s’était propulsé en arrière, aussi net et brusquement qu’un coup de fouet.
Harkness attendait cet instant. Albus était même sûr que cette brute savourait ce moment comme une forme de consécration. Il voulait le mettre à genoux depuis leurs premiers regards : de cela, l’assassin était certain.
Deux cents hommes en arme, des Lehman Russ punisher et Harkness lui-même. La peur ne put franchir les barrières de son esprit qui lui interdisait toute emprise. Combien pouvait-il en emporter avant de succomber ? La question l’effleura. Le zéphyr se retourna en pleine propulsion pour courir à la manière des félins, bas et vite. Très vite.
Les hommes n’attendirent pas que l’ordre arrive, le Capitaine avait été clair sur ce type : il fallait agir vite et implacablement. Harkness lui-même braquait ses armes sur le Blanc avec fureur.

La tempête de feu fit résonner le hall tout entier. Les douilles jetées hors des barillets encore brulantes, s’écrasant sur le sol dans un tintement métallique caractéristique. Les lasers fusant aussi vite que la lumière dont ils étaient composés. Le plasma qui faisait agoniser jusqu’à l’atmosphère autour de lui. L’enfer se déchaina autour de l’assassin. Littéralement.
Les tourelles énormes…monstrueuses… des Lehman russ crachaient assez de plombs et d’acier pour creuser le sillon derrière l’assassin afin de le rattraper, le bruit des canons rotatifs était assourdissant.
Quelles chances avaient l’assassin ? C’est ce que demanderons encore longtemps les reîtres présents.

Gagner une partie de ce genre n’est pas une question de chance en réalité, mais de préparation.

Trois explosions retentirent d’abord dans le hall qui surprirent une part des soldats. De larges couches de gaz aveuglant se répandirent très rapidement dans les lignes des mercenaires. Albus n’était pas une cible facile de base, mais les gaz soulevés compliquaient encore plus la tâche.
Et surtout Harkness avait vu trop grand. Un titan n’écrase pas une mouche, c’est aussi simple que ça.
Deux cents hommes en colonne et des tanks ne peuvent pas se coordonner aussi efficacement qu’une équipe réduite pour arrêter une ombre qui file entre eux et profite des couverts qu’ils offrent partout. Et croyez bien qu’un assassin qui fonde sa doctrine du meurtre sur l’emploi d’armes tranchantes exclusivement commence d’abord à apprendre comment profiter du terrain pour arriver jusqu’au point désiré malgré un déluge de plombs.
Lucky , Bendam et Flocon ne se firent pas prier depuis les ténèbres dans lesquels ils évoluaient. Les trois adeptes du culte s’escamotèrent aussi vite qu’ils avaient lâché leurs grenades aveuglantes.

Pour Albus la partie était encore très serrée.

Les mécanismes des muscles Tanathos qui le propulsaient chauffaient à blanc sous l’effort que son cerveau leur imposait. Ses os et sa chair hurlaient, mais il ne ralentissait pas. Son visage pâle balayé par le vent qu’il soulevait lors de sa course folle. Les tirs étaient désorientés et fous autour de lui, et si les Reîtres n’étaient pas des troupes d’excellentes formations, il aurait été fort possible qu'ils subissent des pertes dans leurs propres rangs. Harkness pu saisir du regard l’assassin alors que ce dernier émergeait du nuage de fumée blanche dans un bond phénoménal, après avoir prit appuis sur la tourelle d’un tank. Compact et vif, il se lançait droit vers les anges qui bordaient les murs de la salle.
D’un geste, il fit réorienter tous les tirs sur les façades où l’assassin serait plus que jamais vulnérable.

Le hall était immense, il fallait bien compter trente mètres de hauteur pour atteindre la voûte du plafond.Sibila était parvenu jusqu’à la paroi, et maintenant il se lançait dans d’insensées acrobaties d’une sculpture à une autre, prenant appui sur les anges et les martyrs pour monter aussi vite que possible.
"Mais c’est une putain de blague ou quoi ?! "lança de frustration le sergent Verkin qui changeait son chargeur alors que ses yeux lui faisaient souffrir le martyr.
Plus il s’éloignait, plus Harkness savait que les hommes de rangs ne l’aurait jamais. Ils auraient pu l’obliger à emprunter des courbes et des trajectoires le menant vers ses propres tirs. Mais allez donner des ordres de ce genre dans cette purée de pois et dans le hurlement des armes de tirs.
Le mur fut pulvérisé de part en part, les tirs menaçant de rattraper l’assassin à chaque seconde qui passait.

C’est Harkness et les tourelles des Lehman Russ qui s’avérèrent les plus dangereux en définitif.
A plusieurs reprises Albus, ayant perdu tout sourire, fut obligé de se cacher derrière une statue ou sauter vers une excroissance murale pour saisir cette dernière et éviter in extremis les rafales de mort des tourelles.
La joue gauche d’albus fut légèrement brûlée en raison de la proximité d’un tir plasma qui passa beaucoup trop proche de lui à son goût.
En une occasion Harkness se rendit compte que l’assassin n’était pas dénué de tout système de protection personnel, car il fut persuadé qu’une partie de rafale disparut purement et simplement alors qu’il n’avait plus les moyens de l’esquiver.

Albus se trouvait enfin sur une corniche. A proximité, mais seulement avec un saut d'une longueur invraisemblable, d’un titanesque candélabre, parcouru de milliers de lumiglobes.
Il prit son élan et sauta.
Saut impossible, malgré les performances inhumaines de l’acrobate.

Hors de question d’en rester là pour les Reîtres qui se sentaient plus qu’humiliés. C’est toutefois Harkness qui mania son fusil mitrailleur avec le plus de précision. Sa longue rafale aurait frappé l’assassin de plein fouet si il n’avait pas ménagé une longue cabriole pour se faire plus petit qu’il ne l’était, et une seule balle parvint à l’atteindre. Elle franchit le bouclier de dispersion dont il était équipé et le frappa.
La courbe de son saut s’affaissa alors qu’il se tenait le flanc, et que sa veste prenait feu…
Elke contemplait ce qui commençait à prendre la forme d’une petite comète.

S’élancèrent alors depuis le candélabre, une vingtaine de chérubins horribles, aux visages grotesques, caricatures des ennemis d’antan de feu la Lady Capitaine. Un petit nuage de créatures volantes mécaniques s’étendit devant l’assassin qui plongeait droit vers le sol, blessé.

"CHOPPEZ-LE ! hurla le commandant du Lehman Russ baptisé « Saxe’s wrath » de ses hauts parleurs, faisant pivoter leurs tourelles.
Décimant en une fraction de seconde, une demi-douzaine de chérubins, la tourelle cracha la mort en direction de l’ennemi.
Un tir précis et ajusté à l’aide des instruments de calculs. Impossible à esquiver.
L’assassin serrant les dents, tenta de le faire brandissant un bras vers le haut que quatre chérubins s’employaient à attraper.

Il se tourna de biais pour esquiver le gros des balles énormes qui le frôlait.

Il pouvait voir à l’œil nu, le gros de la décharge filer droit vers lui.

Comment accueillerez-vous la mort quand elle se présentera à vous ? demanda un jour le Séraphin.

Comme une amie qui viendra vous délivrer des souffrances d’une existence de combat ?

Comme un voleur venu vous dérober ce que vous avez de plus précieux, sans votre consentement ?


Albus ne ferma pas les yeux. Il sourit. Avec douceur.

Un flash lumineux, intense, radieux se dégagea du bouclier quand les impacts se brisèrent contre lui en le surchargeant. Un véritable soleil illumina intensément la salle dans un bang d’énergie éclatante qui aveugla la plupart des mercenaires.

Désorientés et rageurs, les leaders firent pleuvoir les consignes ici et là, afin de regrouper et de discipliner les groupes.

Elke considéra en même temps qu’Harkness la veste d’officier qui se consumait lentement au sol, tachée de sang.

D'Albus, il n'y avait plus aucune trace.
Citation :
les jets ont été fait dans les règles. Grâce à un excellent sens de l'esquive et un bon bouclier, ainsi que des fumigènes bien placés, Albus n'a quasiment pas été touché, si ce n'est une fois seulement par Harkness, y comprit après usage de points de fortune. Je n'ai pas pris en compte d'éventuels tirs d'Elke, mais je modifierais en fonction si besoin.

Harkness a écrit:
Le spectacle avait été bref, intense. Les hommes rechargeaient en vitesse leurs armes, s'attendant à voir revenir le spectre.

Harkness rechargeait son vannaheim de sa main libre, il lui faudrait rapidement récupérer son fusil plasma.

"Cercle Comm, canal prioritaire pour le Capitaine Haddon!
C'est fait monsieur!
Albus est dans le coup, il faut sévir au plus vite. Il vient d'y avoir du grabuge sur la passerelle. Je fais restreindre les mouvements sur le navire. Terminé."


Un siskien, recrue récente, se tenait avec son sergent. Le jeune homme tenait dans ses mains une grenade fumigène de gros volume. Encore tachée de poussière colorée.

"Capitaine d'Arme, voici ce qu'ils ont utilisé. Des grenades à main, tombées du plafond.
Harkness leva la tête vers le plafond richement décoré, récemment délabré. Bordel, qui a fait monté ces serpents sur ce navire. Cercle Comm, je veux Nihillus, Commissaire de Bord immédiatement.
Une minute plus tard, il eut la connection avec lui.
Nihilus, corrige tes affiches, peinturlure suspect par dessus témoin sur l'affichette d'Albus. Après ses déclaration sur la passerelle, il a refusé de se rendre au Commissariat. Et rajoutes un sticker 100,000 Gelt pour sa localisation. Saches qu'à partir de maintenant, tu considères tout déplacement comme suspect. Je fais stopper tous trains par mes troupes. Toute officier prit hors de ses quartiers, d'un grade inférieur au mien doit m'être signalé. Les autres au gnouf. Au fait, surveille les plafonds, toujours. Terminé.
Euh... oui Harkness.
Cercle Tacticae, faites sceller et stopper tous les trains, je veux une compagnie de Reître dans chacun d'eux. Que le 1er Aéro encercle le Temple d'Athenais.
Cercle Comm, Compagnie de Commandement des Reîtres, dessuite.
Fait monsieur."


Citation :
La suite n'est qu'une suite sans queue ni tête de mots en haut et bas gothique, en code des Reîtres, utilisé pour la première fois. MJ, détail partie personnelle.

Enfin, Harkness s'approcha du Cercle Mecchanicum.

Le techno-adepte de garde le regarda bizarrement. Il se pencha à son oreille et lui susurra quelques mots. Une consigne...

L'ambiance s'était considérablement alourdie sur la passerelle. Il fut ordonné de découvrir les voies d'accès dans les plafonds, de les rendre inutilisable ou de les surveiller et l'équipe de maintenance de la passerelle fut amenée sur zone pour mettre à jour les points d'accès discret pouvant être utilisé.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 18:32

Katje von Tödt a écrit:
Elke avait vidé plusieurs chargeurs en éssayant de toucher albus, sans me moindre succès. Il faut dire qu'elle n'était pas une flingueuse aussi experte que le captaine d'armes, et que son pauvre pistolet mitrailleur n'avait ni la précision nécéssaire pour toucher l'assassin inssaisissable. Elle finit par se mettre à couvert, autant pour échaper aux éclas multiples génerés par les tonnes de projectiles tirés par la bande de bourrins autour d'elle que pour recharger.

Elle voxa quelques mots à la fin de la bataille, et fit un compte rendu rapide au cercle commisariatus sur sa situation.

albus a écrit:
Souffle court, fièvre entraînant des accès de frilosité, perte de sensibilité tactile, vision périphérique trouble, nausée.

Albus titubait plus qu'il ne marchait dans le conduit, une main sur sa plaie qui semblait ne pas vouloir cesser de saigner.
Une balle incendiaire...Quelle ironie, il aurait juré qu'au contraire, sa plaie aurait du être cautérisée. Il eut un ricanement bref, qui fut interrompu par un renvoi de bile, de sang et bave.

L'assassin s'effondra. Il resta immobile, affalé, une main tendue vers l'avant pendant quelques minutes. Une éternité.

Les dents serrées, il se tourna sur le dos, transpirant et cherchant des ressources pour rétablir sa respiration. Tenter de faire son propre diagnostic le maintenait plus surement éveillé que les litanies et la plainte du martyr d'Athénais.

Il était plus pale que jamais. En temps normal la balle d'Harkness n'aurait pas du l'affecter autant, mais cette touche se conjuguait avec l'effort coûteux des muscles Thanatos. Il avait traumatisé son organisme tout entier.
Les capsules étaient là toutes proches. Il pouvait les sentir dans sa poche. Ce serait simple. Les drogues ferait cesser le cognement violent de son coeur dans sa poitrine, elles muselleraient les centres de la douleur, il redeviendrait pleinement en possession de ses moyens.

Ses yeux étaient à demi-clos quand il serra la main autour de sa plaie, un coup de sang lui arracha un gémissement.

"Ne cède rien aux ténèbres, Albus ! Jamais !" C'était la voix du Séraphin qui cognait dans son crane.

L'assassin détestait les drogues de combat. Elles créaient des dépendances néfastes qui embrumaient son esprit.
Les reîtres et les forces du commissariatus seraient bientôt sur ses talons.

Il se redressa au prix d'une nouvelle plainte de douleur avant de se remettre sur pied en prenant appui de son épaule contre un mur.

Il tira une partie de sa flûte depuis sa petite sacoche glissée à sa jambe et entrepris de la coincer dans sa bouche à la manière d'un mors. Il mordit aussi fort qu'il le pouvait dans l'ivoire avant d'entreprendre de resserrer volontairement sa chemise autour de sa plaie pour minimiser les pertes de sang.

Il crut s'évanouir deux fois durant le processus. L'assassin ne maudissait pourtant ni son sort, ni son bourreau. Tout ce qui comptait était cristallisé dans un unique but.

Et il reprit sa pénible avancée, à travers les artères du croiseur.
Les cales noires. Seulement les cales noires. C'est désormais tout ce que visualisait son esprit.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
Je postes l'enterrement comme décrit par Markov. Il y a des événements qui surviennent lors dudit événement, mes ajouts sont sous la forme usuelle.


Le Père Markov avait fait mettre le vaisseau sous silence. L'équipage dans son ensemble était dans l'attente, sachant que l'un des moments les plus tristes de leur vie allait débuter. Les différentes activités à bord du vaisseau étaient au ralenti, comme si l'Ex Cathedra lui-même n'osait plus rien dire.
Puis, sur les coups de midi, le glas sonna et fut répercuté par tous les communicateurs du bord. Nulle salle, nul recoin de l'immense bâtiment ne fut secoué par la vibration des cloches de la cathédrale.

Puis la voix du Confesseur retentit à son tour par le vox général
Spoiler:
 

"Mes bien chers frères et soeurs, c'est avec une peine immense dans le coeur que nous sommes réunis aujourd'hui. Notre bien-aimée Capitaine, notre lumière dans le vide, notre roc dans la tempête s'en est allée, rappelée auprès de lui par l'Empereur-Dieu en personne. Je sais quelle est votre détresse en ces heures sombres mais il nous faut être forts, dignes de sa volonté et de sa confiance en nous.

Prions ensemble:

Je suis votre berger et dans les Ténèbres Je vous guiderai
Je suis votre rempart et contre les Ténèbres je vous protégerai
Je suis votre lumière et contre les Ténèbres, je vous mènerai


Sur un chariot antigrav, protégée par un dôme de tranparacier, gisait la dépouille de Lonallyn von Razgriz, héritière d'une noble et digne lignée. Elle était magnifique dans son uniforme de cérémonie et le Maître des Chairs avait fait merveille pour la rendre aussi belle que de son vivant.
Autour d'elle se tenaient les Soeurs de Bataille dans leur grande tenue de cérémonie, leurs armures énergétiques rehaussées de leurs décorations d'or et d'argent et vêtues de grandes capes blanches marquées du signe de l'aquila.
Le cortège était accompagné de centaines de prêtres, qui portant l'encens ou chantant des cantiques à la gloire de la Lady-Capitaine ou de l'Empereur-Dieu, attiraient les fidèles et leur présentaient la dépouille.

La procession fit le tour du vaisseau, passant de secteur en secteur, s'assurant que tout le monde puisse venir rendre les hommages à la femme qui n'avait nulle crainte des Ténèbres. Chacun eut le temps de se recueillir et de faire ses derniers adieux

Minuit sonna dans tout le vaisseau lorsque la procession arriva finalement à la Cathedrale.
Le Père Markov attendait sur le parvis depuis des heures, en recueillement. Il était vêtu d'une tunique sombre, un grand manteau reposant sur ses épaules et arborant le symbole de l'Ecclesiarchie. De chaque côté des portes, sur la façade de l'édifice, une peinture géante de Lonallyn commandant le navire ou combattant des xénos avait été réalisée et exposéee à la vue de tous.

La cérémonie se tenait sur le parvis et était retransmise dans tout le vaisseau car l'on risquait l'émeute à vouloir sélectionner ceux qui pourraient entrer dans la nef.

Citation :

Les craintes du Pater Missionaria étaient fondées. Alors que la bière venait d'entrer dans la cathédrale, des groupes de matelots, vêtus simplement de robes de bures et de cilices, le torse souvent nu marqués de marques d'auto-flagellation, tentèrent de forcer le passage, pour venir toucher la tombe de la Libre Marchande. Rien qui n'était pas gérable pour les clercs du Ministorium, lorsque l'imprévu survint.
Au milieu de la foule, certains arrivèrent à toucher, brièvement, le lourd cercueil. Parmi les chanceux, une célébrité de l'équipage, l'artilleur pointeur de GRÖSSE KARL, la 12 ème batterie babord, un dénommé Soubaro, un vieux Sinophien qui était reconnu pour tenir le mieux sa batterie, malgré son handicap.
A la surprise générale, on vit le vieux soldat se jeter à genoux après avoir effleurer brièvement le sarcophage. Puis se relever.
Le silence se fit.
Puis il y eu un cri, un cri que redoute tout servant de l'Ecclesiarchie en charge du contrôle des foules.
"MIRACLE ! MIRACLE !" crièrent quelque voix, qui furent vite repris. Ce fut un mouvement effréné vers le cercueil, et arrêta la procession . Le sarcophage fut emmené en toute hâte à l'intérieur de la Cathédrale, pour éviter que des fanatiques ne l'éventrent pour obtenir un miracle ou en extraire une relique sanglante... La diffusion sur tout le vaisseau fut stoppé, remplacés par des cantiques et des scènes saintes.
Toutefois, il faut reconnaitre que la discipline de bord fit merveille, et les choses revinrent vite dans l'ordre. Dix minutes plus tard, la cérémonie put reprendre...
Mais quelque chose avait changé dans la Cathédrale.Markov, les sœurs de batailles et l'intégralité des adeptes en charge de la cérémonie restèrent interdits un instant.Puis certains s'agenouillèrent, comme terrassés par le poids d'une découverte impossible...
https://www.youtube.com/watch?v=7RirEqehfsg
Le cercueil, déposée à l'entrée, se trouvait à sa place, auprès de l'autel. Sept statues monumentales l'entouraient, comme veillant sur la dépouille de la Libre Marchande. Sept statues qui avaient quitté leurs niches respectives, le visage penché sur la dépouille mortelle de Lonallyn.
Trois d'entre elles portaient la tombe. Le premier "porteur" était la statue de Mort Von Razgriz, le fondateur de la Dynastie, son vieux bronze semblant avoir perdu son vert de gris pour retrouver son éclat premier. En face de lui, était le gisant de marbre de Vendigroth Orestes Montoya Von Razgriz, le Tueur de Ruches, sans doute venu saluer celle qui avait fait décollé le croiseur qu'il avait fait atterrir.
Le dernier porteur était une porteuse : il s'agissait de Brunehilde Xang-Xi Drusilla III Von Razgriz, la Terreur d'Ixax, celle qui se fit un nom en vainquant par trois fois les Haarlock dans ce qui allait devenir le futur secteur Ixanad.
Surplombant le sarcophage, quatre statues de saints. Sainte Elanna l'Impavide, qui usuellement était d'un stoïcisme remarquable en dépit de ses stigmates, semblait compatir avec le corps de Lonallyn, et regretter son départ prématuré ; Saint Rybel Groth levait bien haut ses cierges, comme pour éclairer la route dans l'Au delà de la Libre Marchande. Lui même Libre Marchand -l'un des rares canonisés-, Saint Vidicus l’Éploré, Patron des tâches impossibles, ouvrait grand ses bras, comme pour accueillir à bras ouverts une égale. Enfin, Saint Drusus était là, son épée tronçonneuse de sortie, figé en un salut martial.
Il va de soit que la congrégation, en voyant ça, réagit par de multiples cris, des prières, des génuflexions. Les cris aux miracles se multiplièrent et repartir de plus belle dans tout le vaisseau.

Katje von Tödt a écrit:
Katje était sortie de l'hopital de bord, malgrès les protestations du magos Kutreej, pour se rendre à l'enterement de la capitaine. C'était une nécéssité, un devoir. Elle arriva donc, en uniforme sans marque ou grade, était préssente à l'entrée de la cathédrale pour assister à la cérémonie de markov. On ne pouvait dire si elle éprouvait de la douleur à cause de ses blessures ou de la mort de la capitaine. Sûrement un mélange des deux, et de la honte pour n'avoir pas réussit à la protéger alors qu'elle était dans la chambre d'à coté.

Aux cris de "miracle" et à l'apparition des statues, comme tout le monde, elle tomba à genoux en receuillement et adressa une prière à l'empereur dieux. Elle resta ainsi sur les genoux en attendant la suite de la cérémonie.

Ajax Ordann a écrit:
Les "elrosiens" avaient été conviés, comme chacun à bord, à l'enterrement de Dame Lonallyn et y assistèrent dans de grands manteaux lourds et épais et portant des masques blancs sans la moindre décoration. On avait eut du mal à faire accepter cette marque pourtant majeure de deuil dans la culture Elrosienne.

Ainsi, ils avaient été présent lors des "miracles" manifestes lié à l'enterrement de la Dame des Von Razgriz.

Chacun autour d'eux se jetèrent à genoux ou se prosternèrent même devant la manifestation claire de la sainteté de Lonallyn. Mais pas eux... certes, chacun fit un signe sincère de l'Aquila, mais rien de plus. Il serait facile de faire figurer plus tard qu'il aurait été malvenu pour un dévot du Céleste Shahanshah de manifester trop sa ferveur au dépend de la défunte elle-même.
Heureusement, personne n'avait encore, visiblement, fait de recherches sur Elros.

-Tu crois que...
-Très bien mis en scène... peut-être un peu trop théâtrale à mon gout, mais je dois reconnaître que l'idée est judicieuse. Et ce n'est pas un coup du Commandant Haddon, Il a besoin de tout sauf qu'on rappel à tous à quel point celle qu'il remplace était grandiose, merveilleuse, et bénéficiait des faveurs de l'Empereur-Dieu... contrairement à lui.

Novus laissait Procopius répondre à Elodia. Il était de toute façon trop occupé à observer les gens présents pour tenter de relever un signe révélateur, tout comme Esta et Avitus. ce genre de manifestations auraient clairement de quoi faire craquer les plus pieux et les moins forts... il ne s'attendait pas à ce que les cerveaux de l'attentat ne se dévoilent, surtout maintenant, mais totu ceci ne pouvait qu'ajouter à la tension actuelle.

Sa main jouait avec un objet dans sa poche pendant que son regard passait de visages en visages...

Tous étaient capable de faire ce genre de choses.... mais ils étaient moins nombreux à avoir en plus le culot de se présenter ici en grands habits de deuil.

Gill Haddon a écrit:
Il s'était effondrer dans les archives. Une ordonnance l'avait retrouver entourer de papiers, livres ; épuisé. Il avait du passer par l’hôpital de bord, refaire le plein de médocs et en profiter pour voir Vancrel et lui soutirer les premiers résultats d'autopsies : corps non-identifié et difficilement identifiable, pas de signes particuliers, rien à en dire de plus. L'ordonnance devait faire parvenir ces résultats provisoires aux officiers de sécurités du vaisseau. Mais les cloches de la cathédrale avait résonné dans le vaisseau. Il était temps d'aller assister à la pantalonnade imaginer par Markov pour honorer un bout de viande froid. En uniforme noir, tricorne à la main et visage mutique. Et le spectacle était magique...

Bande de connards.

Honoria a écrit:
Cinq heures après la cérémonie du deuil environ, l'Occulum était pour le moins agité.

Les nébuleux ajustaient les instruments de mesure, et partout les cogitateurs ronronnaient tandis que le seigneur Achillus, installé sur la plateforme de Navis secundo et carto-artifex par intérim consultait le navis prima. Ce dernier regorgeait d'informations diverses sur le secteur Calixis, mais cet oasis abondantes'était considérablement tari en arrivant des les étendues de Koronus.

Le visage sérieux derrière son masque de cristal, il compulsait fiévreusement les données de navigation et envisageait les plus savant scalculs pour orienter le passage vers Castel et sortir définitivement de la gueule.

La matriarche avait accueillie en personne le père markov et sa délégation lorsque ceux-ci prirent soin de faire un détour par l'Occulum. Mais ils n'avaient pas tardé à repartir. Elle ne s'était pas senti la force de participer à la procession. A son corps défendant, elle voulait appeler Lonallyn, son amie. Mais la rigueur ... l’âpreté terrible des derniers évènements lui interdisait tout excès de sentimentalisme qui teindrait son image d'une humanité mal venue. Elle devait rester la Matriarche. Elle la pleurerait dans l'intimité d'une cathédrale vide. pas devant les pauvres hères venus lui rendre un hommage aussi sincère que désespéré.

Elle conduirait sa Majesté à travers l'Empyrean jusqu'à Castel, et elle achèverait son devoir en se recueillant devant son corps.

Ses notes personnelles l'appelleraient "mon amie". Son âme brûlerait du lien qui avait lié les deux femmes. mais sa bouche resterait muette.

Elle avança vers à nouveau, dénué du moindre appareil de contrôle vers la baie de navigation. L'Oeil véritable irradia de cette lueur impossible aux couleurs folles, alors qu'elle se concentrait vers le vide noir de l'océan spatial qui s'étendait devant elle.

Les choeurs de la Navis se mirent à chanter pour la Matriarche.

La cérémonie de l'astronomican commençait.

Les nébuleux enregistrèrent rapidement les fluctuations de l'Aethyr en constante augmentation. La singularité arrivait encore une fois vive et puissante. Ils communiquèrent directement avec le chargé des transmissions afin que le méchanicum prenne les mesures qui s'imposent.

La bouche s'approcha du vox et répondit :

- Agent Tronhein au rapport. Données bien reçues. Nous transmettons à l'Ordre de Mars pour suites.

Le nébuleux acquiesça pour lui meme, fier de sa contribution au demeurant modeste à la cérémonie.

Le parchemin sorti rapidement du transcripteur du servocrane au sein de la cabine de relais de transmission. La main gantée l'arracha, pour y lire le rapport de transmission oral récent. On n'était jamais trop prudent avec le Warp.
La flamme d'une allumette s'alluma sous le bout de papier qui prit feu immédiatement.

L'agent Tronhein dormait profondément sur sa chaise, l'esprit engourdi par le flot d'anesthésiant qui circulait dans ses veines. Le papier devint cendre, et l'étranger quitta la salle.

La Cérémonie continuait. Honoria cherchait le regard de l'Empereur, sa concentration était intense dans de telles conditions, mais Achillus notait que le croiseur ne grondait pas. Il fronça les sourcils. Il manquait quelque chose.

Le flash lumineux atteignit le navire de plein fouet. La lueur d'or était presque étouffante, mais sa chaleur était à l'image de l'affection de l'Empereur de l'humanité pour les siens.
L'astronomican était braqué à nouveau sur l'Ex Cathedra, le phare de Terra resplendissait contre la coque toute entière du navire...Dont les boucliers n'étaient pas abaissées !

Les alamres se mirent à hurler, les runes d'alertes clignotaient en tout sens, les sirènes résonnèrent avec force...

La projection de l'Astronomican se fit sans fausse note comme à l'accoutumée malgré la distance et la nature instable de la Gueule, mais elle irradiait partout sur le navire.

- Singularité neuf alpha atteinte ! brailla le néuleux en charge des relevés.

Achillus avait le souffle coupé, non pas que les miracles d'Honoria ne l'agaçait plus qu'à l'accoutumée, mais cette fois, tout le navire en était témoin ! Cette cérémonie n'avait pas lieu en vertu des protocoles de la Navis !

Il descendit précipitamment vers le nébuleux en charge des transmissions alors que le choeurs des jeunes Navis poussait dans les aigus.

- Soyez maudit, 127 ! Pourquoi les boucliers ne sont pas baissés !?
- Mais seigneur, j'ai bien demandé à ce que cela soit fait !


Un nébuleux arracha le compte rendu du rapport écrit. la transmission était passée, pourquoi l'Ordre de Mars ne faisait rien !?

- Basculez les communications à la passerelle, je veux parler à Haddon !
- Transmission effectuée, mon seigneur.


Les énbuleux s'étaient détournés pour la plupart, pour contempler avec leur maitresse, la lumière béni qui inondait de ses rayons l'Ex Cathedra.

Achillus s'empara du Vox :

- Occulum pour le Capitaine par interim ! Ici le seigneur Achillus, faites baisser les boucliers de ce navire ! Nous ne pouvons pas rentrer dans l'Empyrean sans eux ! (ça c'était relativement évident) Et un delta temporel trop important entre la venue de l'Astronomican et notre plongée dans le Warp fausserait nos calculs ! Ordonnez à l'Ordre de Mars de faire baisser ces maudits boucliers !

Il jeta le Vox au sol, en serrant le poing.

Ce serait difficile de fausser ses rapports à l'intention des Archontes cette fois.

En attendant, tout le personnel du navire avait l'opportunité unique de contempler la lumière de l'Astronomican.
Une conjonction favorable qui ne manqua d’être rapidement mise en rapport avec l'apparition soudaine des saints autour dans la cathédrale...

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

https://www.youtube.com/watch?v=f7XPaOG3XZA
La vie, ou plutôt la routine, avait repris ses droits à bord, une fois la cérémonie achevée, même si tout les matelots, sans qu'on leur demande, gardèrent le noir du deuil. On ne comptait plus les ex-voto, les cierges allumés, les autels de fortune qui poussèrent comme des champignons dans tout les recoins du fier croiseur.
C'était un équipage en plein travail, préparant le transit dans l'Aethyr de l'Ex Cathedra, qui fut donc surpris par la lumière de l'Astronomican.
Comment décrire cet éclat ? Cette lumière n'a rien à voir avec un simple flash lumineux. Après tout, nul astre ne peut briller si fort. Nulle lumière ne peut imprimer avec tant de gloire sa majesté sur les rétines. Nulle rayon ne peut s'entendre par les oreilles en évoquant un chœur de milliers de voix célestes à l'unisson. Nulle nova ne peut se percevoir par l'odorat en mêlant encens, myrrhe, jasmin. Nul flash ne peut se goûter en quelque chose proche de la cannelle. Nul soleil ne peut être regardé par le moindre pore de la peau.
Fort heureusement, les boucliers finirent par s'abaisser, empêchant la sainte lumière, par sa seule présence, provoquer des drames. Il y eu un afflux conséquent vers l'infirmerie du Maître des Chairs, certains matelots aveuglés, ayant perdu la vue à avoir trop dévorer, directement, l'Astronomican. Tous luttèrent sans exception pour rester dans l'obscurité, ne voulant plus jamais voir d'autre lumière que celle ci.

Gill Haddon a écrit:
Par pur réflexe Gill avait écrasé le bouton de fermeture d'urgence des volets de la passerelle avant de faire volter le trône de commandement pour ne pas subir cette lumière totalement anormale. C'est ainsi, engoncer au maximum dans le trône, bras croisés, dans l'ombre de l'intense lumière de Terra qu'il hurla l'ordre d'abaisser les boucliers du vaisseau.

"Ca commence bien..." laissa-t-il échapper entre ses dents.

L'ordonnance lui signala la communication entrante en provenance de l'Occulum. Il ne prit même pas la peine de relever. Déjà la passerelle prenait la chose en main, l'adeptus Mechanicus ayant repérer le problème et le corrigeant avec son efficacité mécanique. Lorsque les effets secondaires de l'astronomican finirent de se dissiper il ordonna d'une voix moins crispé que l'on procède à, je cite : "Ce pute de saut warp."

[quote="Le Maître du Jeu"][quote][color=#800000]
Mis à part des alarmes remontant de divers endroits du vaisseau, signalant des symboles de flammes aux couleurs des Von Razgriz un peu partout à bord du Croiseur, et le déclenchement inopiné des émetteurs d'hymnes à larges fréquences pour diffuser, à pleine puissance, le Drusiunani Beatificat de Warchwin, la procédure du saut Warp se déroula sans encombre. Dans une puissante déchirure, la coque luisante, tout encore nimbée du l'aura de l'Astronomican, Ex Cathedra s'engouffra dans le Warp.
D'après les données de l'Occulum, il fallait compter environ 24 heures de voyage.

FIN DU CHAPITRE 4
Citation :
Je laisse ce chapitre encore ouvert pour ceux ayant des ajouts à faire. J'ouvrirais le Chapitre 5 demain.

Tout les personnages survivants ayant participé au chapitre gagnent 500 points d'expérience à dépenser.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 18:33

Harkness a écrit:
Livre de Marche de la Compagnie des Reîtres Gris
Entrée 1948

Les évènements étranges se sont succédés ces dernières heures, depuis la mort de Lonallyn Von Razgriz. Des statues géantes se sont réveillées à bord du vaisseau, les matelots ont crié au miracle devant le cercueil de la morte, une étrange lueur à éclairé le vaisseau. On a parlé de la lumière de l'Astronomican de Terra...

Je commence à croire que ce vaisseau, et cette lignée, sont réellement maudits. Je vais soumettre aux vieux de la vieille un changement d'engagement dès Castle.

Comme je l'ai entendu lors de ma première lecture, il y a plus d'un quart de siècle "Les Mercenaires sont les premiers à sentir le vent tourner." et quels que soit les talents de Haddon, il ne pourra pas lutter contre la fatalité. J'ai le sentiment que mon prédécesseur avait misé sur le mauvais cheval, que cette lignée est vouée à s'éteindre violemment et que ni gloire ni or n'attendent ses serviteurs.

Tancrace a écrit:
Comme il fût annoncé, le Chancelier réunit les officiers en privé et leur fit la lecture du Testament de Lonallyn, sans fioriture ni discours.

"-Je vais faire vite, je ne veux pas vous ralentir dans vos taches qui doivent être nombreuses, ou vous troubler dans votre deuil. Les différents paiements ou cadeaux sont à retirer auprès de mes services, voyez avec le cercle Commercia. "

Tancrace s'éclaircit la voix avant de se lancer dans la lecture longue et fastidieuse du Testament:

"-Ceci est mon testament, qui révoque tout autre testament antérieur.

Ce testament est écrit de ma main à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra, en orbite de Scintilla, Secteur Calixis, Obscurus Segmentum, au 441ème Jour de l’an de grâce 40 815.

Je soussignée, Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, née le 878ème jour de l’an 41 773 à Argopolis, Sinophia, Secteur Calixis, Obscurus Segmentum, en demeurant à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra, prends les dispositions suivantes, en cas de décès :

Je nomme pour exécuteur testamentaire mon ami Monsieur Tancrace dit le Voyageur, Grand Chancelier de l’Ex Cathedra, né le [insérer date de naissance] à Malfi, Malfi, Secteur Calixis, Obscurus Segmentum, demeurant à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra, ou en cas, de prédécès mon amie Mademoiselle Katje Viheke VON TÖDT, née le 812ème jour de l’an 41722 à Kronstadt, Gallant, Expansion de Koronus, Obscurus Segmentum, demeurant à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra ; et les remercie d'accepter cette fonction.

A cet effet, je le ou la prie de bien vouloir accepter un montant de XXX Trônes, payables nets de frais et droits de succession, dans les six mois de mon décès.

A charge pour lui ou elle, de délivrer les legs particuliers suivants que je fais nets de tous frais et droits :

TITRE PREMIER A Mon Premier Né ou mon Premier enfant survivant, ma Lettre de Marque et Mon Vaisseau le croiseur Impérial de matricule 2-451067M31B/RT/RAZ/1-68BD79Q6A7 Ex Cathedra, ainsi que tout autre vaisseau attaché à ma flotte personnelle, mes titres, mes terres, mes possessions, mes dettes et obligations.

TITRE SECOND En l’absence d’enfants survivants, le nécessaire a été pris pour remédier à cette situation sur Sinophia et Scintilla, selon les ordres secrets Alpha246aa et Alpha247ab. Le premier enfant viable survivant sera considéré comme mon Héritier au titre premier.

TITRE TROISIEME En l’absence de tout enfant survivant, et en l’extinction de ma Lignée, ma Lettre de Marque à la Cathédrale de l’Illumination pour être exposé parmi les autres Saintes Reliques avec le soin qui est du à tout artefact de Sa Main ; le Croiseur Impérial de matricule 2-451067M31B/RT/RAZ/1-68BD79Q6A7 Ex Cathedra, mes biens, mes terres et mes possessions aux bons soins de l’Amirauté du Secteur Calixis, afin que l’Ex Cathedra devienne un vaisseau-école, et les revenus tirés de mes possessions pour la création d’une fondation visant à la formation des futurs officiers de la Navy, le financement des Pupilles de la Navy et à l’aide pour la défense et la conquête de l’Imperium de l’Humanité.

TITRE QUATRIEME En la présence d’enfant survivant n’ayant pas encore l’âge légal pour exercer les droits et devoirs de sa Lettre de Marque, le rôle de Régent à Monsieur Gill HADDON, Premier Officier de l’Ex Cathedra, né le [date de naissance de Gill, lieu de naissance], résidant à bord du croiseur Impérial Ex Cathedra, ou en cas de prédécès, Mademoiselle Katje Viheke VON TÖDT, née le 812ème jour de l’an 41722 à Kronstadt, Gallant, Expansion de Koronus, Obscurus Segmentum, demeurant à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra ; et les remercie d'accepter cette fonction.
Le Régent aura pour devoir de former l’Héritier pour en faire un digne représentant de la Lignée, apte à exercer ses fonctions en toute indépendance ; d’assurer sa survie, sa sécurité et son confort ; de gérer au mieux et en toute honnêteté les biens, possessions et titres qui reviendront de droit à l’Héritier lorsqu’il attendra l’âge légal ; de lui remettre sans heurt les pleins pouvoirs dignes du rang de Libre Marchand de plein droit qui revient à l’Héritier lorsqu’il atteindra l’âge légal.
En compensation de ce devoir, il sera remis au Régent un Domaine d’une Valeur de X ou un Vaisseau d’une valeur de Y à titre de compensation.

TITRE CINQUIEME A mon éventuel assassin et les commanditaires d’icelui, une juste rétribution et une démonstration implacable et sans merci de la Justice Impériale.

TITRE SIXIEME A la Vénérable Matriarche Navis Honoria Théodora An’Saevoth Primigenes [état civil], mon pectoral en Aquilla d’argent couverts de saphirs, ainsi que les bagues et boucles d’oreilles assorties, ainsi que le bijou ou l’arme de son choix dans mes coffrets et mon armurerie personnel en cadeau pour son enfant à venir.

TITRE SEPTIEME A la Navis Nylae So’Viratis Primigenes[état civil], le violoncelle en authentique bois de Terra de mon cabinet rouge. Si cela est matériellement possible, j’aimerais l’entendre chanter pour moi à mon enterrement.

TITRE HUITIEME Au Navis Vincens Romulus An’Saevoth Primigenes[état civil], une paire d’épées de mon armurerie personnelle de son choix.

TITRE DIXIEME Au premier Officier Gill Haddon [état civil], une paire de pistolets de mon armurerie personnelle de son choix, ainsi que l’honneur d’enseigner à mes héritiers le métier de la Navigation, et de lui apprendre les subtilités des relations avec les Janx.

TITRE ONZIEME Au Chancelier Tancrace le Voyageur [état civil], le soutien de mes armées et de ma flotte pour résoudre définitivement ses soucis familiaux avec toute la hâte requise, ainsi que l’honneur d’enseigner à mes héritiers le noble art du calcul, les délices de la comptabilité et les arcanes de la haute finance.

TITRE DOUZIEME Au Capitaine d’Armes Götz Von Berlichingen[état civil], la somme de XXXX trônes pour financer sa prochaine campagne et la retraite des Reîtres Invalides, ainsi que l’honneur d’enseigner à mes héritiers le métier des armes et notamment le combat terrestre.

TITRE TREIZIEME A l’Artilleuse Primaris Aleksia Kovalsky[état civil], une arme et un bijou de son choix de mes coffrets et de mon armurerie personnelle, ainsi que l’honneur d’enseigner à mes héritiers le métier des armes et notamment le combat spatial.

TITRE QUATORZIEME A la Maîtresse d’Equipages Katje Vilheke Von Tödt [état civil], une arme et un bijou de son choix de mes coffrets et de mon armurerie personnelle, ainsi que l’honneur d’enseigner à mes héritiers les Lois Impériales et le Tactica Imperialis.

TITRE QUINZIEME A l’Archi-confesseur Ivan Markov[état civil], l’édition originale des Dires de Saint Sebastian Thor de ma bibliothèque, ainsi que l’honneur d’élever mes Héritiers dans la Foi Impériale.

TITRE SEIZIEME Au Magos Prime Alpha Jovian [état civil], le bouclier flou archéotechnologique en ma possession, ainsi que l’honneur d’élever mes Héritiers aux arcanes de la Technologie.

[…]

TITRE SOIXANTE TROISIEME A mes officiers et hauts officiers, à mes soldats et mes membres d’équipages, le versement de leurs soldes à titre de rente jusqu’à la fin de leurs jours et celles de leurs conjoints ou conjointes, ainsi qu’une prime de 10% lors de mon enterrement, en remerciement de leurs bons et loyaux services, ainsi que pour boire à ma santé.

TITRE SOIXANTE QUATRIEME Aux serviteurs de ma maison, une rente de 1000 Trônes par mois, jusqu’à la fin de leurs jours et celles de leurs conjoints ou conjointes, en remerciement de leurs bons et loyaux services.

TITRE SOIXANTE CINQUIEME A la Cathédrale de l’Illumination de Scintilla la somme de XXXX Trônes, pour qu’une messe en mon nom et à ceux de mes ancêtres soit célébrée à la date de mon anniversaire tout les ans, et que les hauts faits de ma Dynastie ne tombent à jamais dans l’oubli.

TITRE SOIXANTE SIXIEME A Helmut Sabrehagen, mes dernières gouttes de salives pour qu’elles soient jetées à son visage et mon plus profond mépris. A moins d’un pardon pour son incompétence et le crime impardonnable envers l’Humanité qu’est son abjecte existence ne soit proclamé par les Hauts Seigneurs de Terra ou L’Empereur-Dieu en personne, lui et ses descendants ne profiteront jamais de l’hospitalité de ma lignée, à bord de mes vaisseaux ou des mes terres sous peine de pendaison. Si jamais mon Nom venait à périr, aucun Sabrehagen ne pourra venir prendre pied à bord du vaisseau Ecole Ex Cathedra sous peine d’être fustigé et bastonné à mort.

Fait à bord du Croiseur Impérial Ex Cathedra, en orbite de Scintilla, Secteur Calixis, Obscurus Segmentum, au 441ème Jour de l’an de grâce 40 815.

Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, C.O.P.M, C.O.G. Lady Capitaine du croiseur EX CATHEDRA, Libre Marchande."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III
» L'histoire d'Augusta du server2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds. :: IN MEMORIAM :: CVM HISTORIA MVTATE VALDE RAZGRIZ-
Sauter vers: