EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds.

Jeux de rôles par forum basé sur l'univers de Warhammer 40 000 - Rogue Trader.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:04

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Je n'ai guère l'intention de m'éterniser tel Whitehold à Port l'Errance ou même à Castel, Général. Voici ce que nous allons faire. Nous allons collecter, le temps de rêgler nos petites affaires ici, le maximum d'informations sur les opportunités de richesse dans l'Expansion, et nous ferrons de même à Castel. En même temps, nous mettrons à jour nos informations sur les antres de pirates et nous irons chasser le traître et le pirate, à moins que nos enquêtes ne nous révèlent une opportunit de gloire et de richesses pour l'Imperium bien plus alléchante."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

orbite de Skiri
Dans l'orbite lointaine de la supergéante Rubycon II, au milieu de son nuage de Oort, se trouve trois modestes planètes de glace et de gaz gelé, Kaiki, Apeli et Skiri. Abandonnées, non exploités, à l'exception de l'avant poste du Mechanicus sur Skiri les habitants de Port l'Errance s'en désinteressent, si ce n'est pour murmurer de vieilles légendes de trésors immenses et de vieilles cités xenos enfouis profondément sous la glace...
Une paire de croiseurs légers de classe Secutor, à la livrée rouge et à la proue estampée du crane mi-humain mi bionique de l'Adeptus Mechanicus, quittent leurs patrouilles pour venir escorter d'Ex Cathedra, vous guidant par vox a travers les multiples débris du nuage d'Oort vers une orbite stable autour de la petite planète, au dessus de la station équatoriale d'Altar- Templum- Calixis- Ext 3.
Les deux vaisseaux restent en orbite à portée de tir d'Ex Cathedra, visiblement vous surveillant ; une transmission d'une voix monocorde invita la Libre-Marchande, son escorte et les representants du Mechanicus du croiseur à bien vouloir descendre à terre pour rencontrer le Magos Bombastus en sa forge.


Pax Calixis
Le voyage de retour du Dromon se déroula sans encombre, peut être en partie en raison de l'imposante escorte de chasse qui l'accompagnait tout du long du trajet.
Le transporteur intra-système alla directement s'amarrer au croiseur Ecclesiarchique, aisément reconnaissable à sa coque élancée recouverte d'enluminures d'or sur toute sa surface, reprenant l'intégralité des Saintes Ecritures de Saint Sebastian Thor, aux multiples flèches et aux vitraux rococos, aux innombrables statues de saints, et l'absence de toute batterie ou de lance comme armements. A la place, le Pax Calixis ne semblait doté que de baies de lancements, et au regard exercé de Katje, de baies de déploiement de drop-pods.

Citation :
Comme d'habitude, précisez moi avec qui vous venez, vos escortes, tenues, etc...


Malakaï Zacharia a écrit:
Une rumeur se répandait dans le vaisseau ... L'Archi-confesseur était sorti de la cathédrale. Des jours, des semaines, qu'on ne l'avait pas vu. Personne ne savait pourquoi. Une nuit, il était entré dans la chapelle, avait bouclé la porte et n'en était plus ressorti. Ses acolytes lui faisaient passer ses repas mais n'en savaient pas plus.

Ceux qui le croisait dans les couloirs du vaisseau pouvait voir que son regard s'était durci, que sa Conviction transparassait son être et qu'une Divine résolution l'habitait.
Il déambula quelques temps comme cela, réconfortant les membres d'équipage qu'il croisait, s'arrêtant dans les chapelles mineures pour partager la prière avec ses ouailles. Mais plus que tout, il cherchait Lonallyn.

Lorsqu'il la trouve, il s'agenouille devant elle
Ma Dame-Capitaine, veuillez pardonner ma longue absence de vos côtés et accepter mon retour en toute humilité parmi les vôtres. Une quête spirituelle m'a accaparé et je ne pouvais m'y soustraire. Je souhaite revenir à vos côtés et reprendre ma place sur le vaisseau si vous l'acceptez.

Markov attend ensuite la réaction de Lon

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Citation :
Markov, considère que ton retour a lieu juste avant le départ du dromon intrasystème Wink.
"Ah, Honoré Révérend, c'est un plaisir de vous revoir. j'espère que votre retraite spirituelle vous apporta Sa Lumière. Vous tombez à pic accessoirement ! Nous nous devons de nous rendre en orbite d'un avant poste du Mechanicum, mais le cardinal Fortis s'impatiente de recevoir les reliques que nous avons rammené de Scintilla. La Colonelle Von Tödt s'apprête à partir en dromon sous escorte de notre chasse pour lui ammener en mon nom les reliques : votre présence avec elle devrait rendre cette délégation plus officielle en mon absence."

plus tard, orbite de Skiri
L'essentiel de la chasse de l'Ex Cathedra étant consacré à escorter le dromon jusqu'à Port l'Errance, Lonallyn descendit sur Altar- Templum- Calixis- Ext 3 à bord de son tout nouveau côtre de classe Malaveldt, avec sa fanfare lebensguard et 50 gardes du corps supplémentaires, ainsi que les officiers supérieurs désirant l'accompagner. Elle avait invité Prime à descendre, à la place de Liebowitz qui ne pouvait guère se déplacer, comme représentante du mechanicum d'Ex Cathedra, lui ayant laissé la place pour sa propre escorte.
https://www.youtube.com/watch?v=FVuhxlgb28I
Au son de la fanfare, ses bannières fièrement dressés, dont sa personnelle la suivant juste derrière elle maintenu par sa volière complète de chérubin - à l'exception de ceux tenant sa longue cape-, la libre marchande en grand uniforme mit pied à terre, se demandant quelle genre d'accueil lui reservait le Mechanicum.

Malakaï Zacharia a écrit:
Ma Dame, c'est avec honneur que j'accepte de me rendre auprès du Cardinal Fortis. Nous lui remettrons les reliques en votre nom. De plus, je sais que maintenant la Grâce de l'Empereur-Dieu est sur vous et il m'est plus facile de partir dit-il en lançant un regard amusé sur l'armure de la Lady-Capitaine.

Markov se prépare donc à rejoindre Katja. Il fait appeler ses aides afin que ceux-ci s'occupent des préparatifs du voyage, réunissent ses plus beaux atours et tâchent de trouver quelques présents de bon ton pour le cardinal.
Il fait ensuite appeler Kateryn

Réunis tes Soeurs ma fille, nous partons quelques temps du vaisseau et je souhaite que vous m'accompagniez.

Harkness a écrit:
Harkness s'était finalement retiré du jardin d'hiver sachant que le réembarquement serai pour bientôt. Le vaisseau bruissait de la rumeur, le Cardinal-reclu allait quitter le navire sous peu. Il alla faire un saut dans les quartiers des Reîtres, salua quelques vieux amis et trouva enfin le Capitaine Hayes.

Celui-ci s'était épaissi et avait laissé pousser sa barbe pour se vieillir un peu. La discussion fut brève et orientée sur les missions de Hayes. Harkness prit les carbones des rapports d'opération du Ccollège de Guerre d’Ex Cathedra. Hayes lui fit quelques commentaires peut avenant sur le déroulement de la chose.

"- Lui, c'est un colonel d’opérette, il n'est même pas capable de lacer seul ses graulles, pourquoi tu le recommandes pour ce poste de première ligne?
- Il a un sens tactique que peuvent lui envier ses collègues. Pour la plus part ils sont nazes, on a reprit les bases des bases. Les siskiens sont vraiment pas au niveau.
- Quel est le con qui a recruté ces types en masse... Bon, pas de blème à part ça?
- Il y a eu un assaut de vaisseau mené par la Colonnelle Von Tödt, elle n'a fait appel à aucune de nos troupes. J'ai trouvé ça un peu surprenant.
- Ah, bizarre oui.
- Ensuite les rapports verts blablabla..."


Finalement, Harkness regagna l'Aquilla suivit de Nihillus portant deux sacs de marins pleins de feuillets, de rapports et de paperasse.

Alors qu'il allait embarquer, Harkness tomba nez-à-nez avec le nouveau garde du corps de Lonallyn Von Razgriz.

"- Si je me souviens bien, tu t’appelles Albus?
- Oui Monsieur Harkness. Lady Lonallyn Von Razgriz m'envoie auprès de vous pour participer à vos investigations.
- Quoi?
- Oui participer aux investigations concernant les dernières orientations prises par la Dynastie Von Razgriz.
- Ah, un garde du corps secondant un mercenaire pour chercher des pistes commerciales? C'est bien de ça qu'on parle?
- Oui Monsieur Harkness.
- Ah... Bien, je vais supposer que t'as compris que les pistes commerciales sont pas ma spécialité hein?
- Oui Monsieur Harkness.
- Bien... Bon, pourquoi pas."

C'est ainsi que l'Aquilla reparti dans la baie du Dromon en direction du Seeadler/Téméraire. Avec un passager de plus qu'a l'aller.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Altar- Templum- Calixis- Ext 3

La descente du Malaveldt se déroula sans encombre en l'absence d'atmosphère, en direction de la plate forme d'atterrissage de la station de recherche, dont les hangars s'ouvrirent brièvement en plusieurs sas pour laisser votre grand antigrav rejoindre le tarmac à l'atmosphère maintenu. Le peu de la station que vous pûtes voir lors de l'approche semblait être un gigantesque cube de métal bardés de tourelles et de tours d'observation, d'antennes et de capteurs, aux trois quarts enfoncée dans la glace.
La baie de chargement ou vous posez le pied à terre est grande, à l'éclairage et l'atmosphère ozonée classique d'une baie qui ne déparerait pas un croiseur de la Flotte. Une trentaine de skitarii forment une haie d'honneur de chaque côté sas de sortie de votre côtre. 3 magos vous attendent sur une plate forme antigrav au bout de la haie d'honneur, entouré de six prétoriens.

Lonallyn et Prime, connaissant le binaire, purent les identifier : celui de gauche, a la bouche remplacé par 6 dendrites tentaculaires, était le Magos Biologis Theophrastus ; celui de droite, aux yeux bioniques et au crâne simplement habillé par un cable de traitement d'informations, le Maître Decanteur Almagestus; le dernier, le plus grand, et à la robe noire plutôt que blanche, le Maître des Forges Bombastus lui même.
"Bienvenue en ma forge, Libre-Marchande." toussota le Maitre des Forges d'une voix rauque, visiblement peu habitué à user de ses cordes vocales pour communiquer.

Katje von Tödt a écrit:
Katje avait fait mander dans ses appartements un uniforme d'officier des lebensguard, afin de montrer qu'elle représentait la capitaine pour le transport des reliques, et de présenter ses couleurs aux yeux de ceux qui seraient présents : ce n'était pas n'importe qui, mais bien la dynastie von Razgriz qui avait été chargé du transport de celles ci. De même, elle avait choisi le 7eme scarien comme escorte pour aller les présenter au cardinal. Elle avait estimé que leur présence serait bien vue, leur historique aidant à mieux faire passer l'absence de la capitaine.

Une cinquantaine des hommes et femmes du régiment l'accompagnaient, en plus d'Elke en grand uniforme de commissaire, son écharpe rouge nouée comme une ceinture. Les longs mois de voyage warp avaient été mis à profit pour soumettre les éléments disparates du 7eme à un entrainement intensif. Un seul objectif : un niveau de performance au moins égal à celui des lebensguard. Tout autre résultat était exclu, et elle n'avait pas hésité à les soumettre à une pression constante, tout en multipliant les entrainements communs avec leurs concurents désignés. Le résultat n'était pas foncièrement mauvais, mais elle s'était bien gardée de leur adresser le moindre compliment : il ne falait pas qu'ils relâchent leurs efforts.

C'est perdue dans ses pensées qu'elle donna machinalement les ordres pour former la colone de marche qui encadrerait les reliques, elles mêmes portées sur un dai par les sergents d'escouade, précédé de l'étendar régimentaire et de celui de la dynastie. Katje marchait sur le coté, toujours dans les nuages, rythmant ses propres pas sur le son du claquement des bottes contre le treillage métalique du sol. Le pax Calixis était vaguement impressionant, mais suffisament clinquant et inutile en combat spatial pour qu'elle reste de marbre. Un beau vaisseau amiral, mais un piètre combatant du vide.

Dans un dernier claquement, la colone s'arréta, et Katje releva les yeux.

Citation :
Tient, au passage, Mj, qu'on donné les quelques 6 mois d'entrainement du 7eme, qui doit être arrivé à peu de choses près à demi effectif. Par lubie, Katje s'acharne à en fait un régiment de pionere, formés à la manipulation d'équipement d'assaut, de mines, de charges de démo & autres coupe barbelés/chalumeaux. Parceque je trouve qu'on manque de troupes de ce genre.

Citation :
Une unité de sapeurs & pionniers ? why not. En terme d'entrainement, sachant que l'unité a pris des éléments prometteurs dans tout le vaisseau, cela progresse bien. L'esprit de corps s'enracine fort bien, et si ils ne sont pas encore un régiment de sapeurs et/ou d'élite, ils sont en très bonne voie. Compte encore 6 mois à un an pour que le régiment soit bien entrainée, et après, bien entendu, il manquera l'expérience au combat proprement dit.

albus a écrit:
Albus s'était installé, sur l'un des sièges spartiates de l'Aquilla.

Il retira son manteau à l'apparence légère et soignée pour dévoiler les atours d'un officier tout de blanc et d'or vêtu. Son lourd sac de voyage était déposé à ses côtés sur le sol, solidement harnaché en prévision des futures secousses qui affecteraient le vaisseau lors de la phase d’atterrissage.

Il tira de son étui, les deux morceaux d'une flûte traversière en ivoire pour les assembler, et l'instrument ainsi recomposé fut déposé non loin de l'assassin.

Enfin il se saisit dans la poche intérieure de sa veste d'un petit cogitateur qu'il enclencha en sollicitant l'esprit de la machine depuis les runes adéquates.

Une série de données criptées s'affichèrent et Albus tapa un code semblable à une litanie à ses yeux, une supplique pour obtenir l'assentiment et les secrets que conservait jalousement le petit appareil.

Ce dernier accepta l'offrande et afficha une nouvelle série de données à travers lesquelles apparaissaient le visage dur et sans compromis du soldat Harkness apparut.

Sibila se gratta la tempe en étendant ses jambes, affichant un sourire énigmatique sans prêter attention aux hommes autour de lui.

Malakaï Zacharia a écrit:
C'est une délégation entière de l'Ecclesiarchie qui embarquait à bord du Pax Calixis.
Une dizaine d'acolytes de tous grades, portant des coffres emplis de vêtements ou de présents pour la Cardinal se tenait en retrait, la tête inclinée en signe de respect. Devant eux, récitant des litanies à la gloire de l'Empereur-Dieu, se trouvaient cinq prêtres en grande tenue de cérémonie. Ils tenaient des encensoirs et bénissaient à la fois la délégation et la navette.

Mais c'est bien le groupe au premier plan qui retenait toute l'attention. Dix Soeurs de Bataille se tenaient sur deux rangs, parfaitement immobiles et le regard dur. Elles portaient des emblèmes sacrés de la main gauche et un Bolter sacré de la main droite. Devant elles, on trouvait Kateryn, dans une armure encore plus ouvragée et partiellement recouverte d'une grande cape blanche.

Finalement, il y avait le Pater supérieur du vaisseau. Markov était revêtu d'une grande robe de litanie blanche, sur laquelle étaient représentés des éléments de la légende de Sébastian Thor. A la main gauche, on trouvait son imposant marteau sacré, béni maintes fois dans le sang des Infidèles et des Incroyants, dans la main droite, l'un des ouvrages sacrés du vaisseau renfermant les prières que l'on entendait souvent dans la Cathédrale.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:08

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Pax Calixis
L'air du vaisseau ecclésiarchique était... fort agréable. Parfumée, brassée régulièrement, à l'avenant de la décoration magnifique présente partout.
Une délégation de Frateris Militia vous attendez, en un semblant de gardes à vous, selon les critères exigeants de Katje, avec des officiers en uniformes en soie chatoyant. Cette dernière peut apercevoir, reposant dans des niches, de nombreux arco-flagellants en mode veille.
Pour l'œil plus exercé de Markov pour ce genre de détails, il peut se rendre compte que tout les officiers portent des respirateurs, des cilices et des robes de bures irritants sous les uniformes : le Pax Calixis est visiblement un vaisseau de pénitence.
On vous mène vers la cathédrale principale, donnant sur la proue et une statue gigantesque de Saint Drusus pointant son épée vers le vide, appelant à de nouvelles conquêtes. Au dessus de l'autel, au milieu des chérubins et des choristes et les orgues, fixé à même sa chair à de lourds systèmes de survie, trônait le Cardinal de la Périphérie Fiodor Fortis.
"Pax Vobiscum, Mes fils et filles. Ainsi donc, vous venez au nom de Sa Grâce Von Razgriz, pour nous amener les reliquaires de Scintilla ?"

Malakaï Zacharia a écrit:
Lors de l'entrée de la délégation dans la cathédrale, les Soeurs de bataille viennent se mettre en rang sur les deux côtés de la nef. Seule Kateryn reste dans la foulée du Père Markov. Celui-ci s'avance jusqu'à quelques mètres de l'autel et s'incline
Pax Vobiscum votre Eminence. Je suis le Missionarius Galaxia Ivan Markov, en charge du secteur galactique de Koronus au nom de notre très Saint Empereur. Et voici la colonel Katje von Tödt, grande Ordonnatrice de la Sécurité au sein de l'Ex Cathedra. Nous représentons effectivement la très pieuse Lady-Capitaine Lonallyn von Razgriz et sommes venus en son nom vous remettre des présents(il fait un signe imperceptible à ses acolytes qui ouvrent les coffres remplis de présents pour le Cardinal)ainsi que les Saintes Reliques.(autre signe imperceptible)Il est apparu comme une évidence à Dame von Razgriz que votre Grâce était la seule autorité à même de recevoir de tels trésors de notre histoire et à en apprécier la valeur.

Markov étudie discrètement la réaction du Cardinal et attend de voir si Katje veut rajouter quelque chose à son intervention.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn attendit que la musique cesse au moment idoine, et vint saluer le Maitre des forges par l'Aquila puis le symbole de l'Ecrou.
Code:
<salutations> Mes respects, Maître des Forges Bombastus, puisse l'energie toujours nourrir vos machines et vos quotas de productions toujours croître sous l'Oeil Bienveillant de l'Omnimessie. </salutations>
modula -t-elle en son binaire le plus pur et avec les codes de respect idoines. Elle savait que les Magos de haut rangs, le plus souvent, appréciaient peu de devoir utiliser le gothique pour communiquer; c'est donc par courtoisie qu'elle l'avait salué en binaire, pour lui apprendre qu'elle pouvait répondre en binaire, et surtout que lui pouvait communiquer directement en Lingua Technis.
Code:

<fait>  les vaisseaux UNN RICKENBACKER et UNN VON BRAUN sont en orbites pour inspection </fait>
<information> le Magos Primaris Liebowitz et la Magos Prime Alpha ont proccédé à une évaluation préliminaire des biens, données et savoirs présents à bord des deux vaisseaux. </information>
En se tournant vers Prime, afin qu'elle présente ledit rapport au Magos.

Harkness a écrit:
L'aquilla fut larguée discrètement par le Dromon, sur une trajectoire lui permettant de relier le Seeadler/Téméraire sans se faire repérer par les systèmes de surveillance de Port l'Errance ou de la patrouille locale.

C'était l'application du plan de départ.

Harkness fit la leçon a Albus sur le pourquoi du comment de la manoeuvre, les décisions prises jusqu'ici et le fait que la pègre locale avait de gros doute quand à l'identitée exacte du Seeadler. Seule la conclusion comptait: "On s'en fout totalement, notre seul objectif est de colleter le traite Ordann, quelqu'en soit la méthode on doit l'attraper."

L'Aquilla se posa finalement sur la petite baie du Téméraire qui était dans son état habituel: calme et rangée. Nihillus partit vers les quartiers d'Harkness avec les rapports, le Capitaine en direction de la passerelle pour discuter avec son second, Nylae vers son antre pour ses conciliabules avec la Duchesse. Une petite ronde rapide dans les entrailles du navire pour le faire visiter à l'homme de main de Lonallyn Von Razgriz et se posa la question essentielle: "On vous fait préparer des quartiers Albus, ou bien vous rejoignez vos gens? Pour ma part j'ai quelques documents à vérifier avant qu'on s'arrime de nouveau à Port l'Errance, on a une piste qui devrait se dévoiler d'ici quelques heures."

albus a écrit:
Son lourd sac en bandoulière, l'assassin se laissa guider sur le Téméraire.

Ses plans étaient à jour, et il fut satisfait de constater que les couloirs se soient trouvés où ils étaient sensés être.

Il gratifia son hôte d'une sourire enjôleur à sa question et c'est les yeux à demi clos, figé dans une expression enfantine qu'il répondit d'une voix douce :

- Je suis là en tant qu'envoyé de la Lady Capitaine. Les miens ne veulent avoir affaire à moi que si je revêts les oripeaux d'un disciple d'Athénais. Or, notre mission ne requière pas que je fasse usage de mes talents autrement que pour récolter des informations.

Il balaya donc d'un geste léger la proposition du capitaine d'arme :

- Je me contenterai de la chambre que vous voudrez bien mettre à ma disposition cher capitaine.
Et nous quitterons votre navire quand vous jugerez bon que nous le fassions ! Je reste à vos côtés...Pour l'instant.

Harkness a écrit:
Ils étaient dans l'ascenseur menant à la passerelle, une paire de sous off faisaient le trajet avec eux. Muets et raides comme des piquets.

"Harkness, c'est bien mieux que Capitaine, Général, Capitaine d'Arme ou je ne sais quel titre ronflant. On passe par la passerelle et le commissaire de bord vous fera préparer un appartement.

Au passage, c'est quoi ou qui cet Athenais?"

albus a écrit:
Mains dans le dos, l'assassin considérait les runes lumineuses qui affichaient la montée des étages dans la structure du Téméraire.

- Monsieur Harkness, si cela vous sied. J'aime aussi la simplicité.

Il dodelina de la tête avant de la tourner vers harkness quand ce dernier l'interrogea sur Athénais :

- Athénais est une illustre figure du Moritat. Un suivant de l'Empereur qui découvrit le secret de "l'Aqua Vitae" et créa un "schisme" au sein de la vénérée institution.
Je vénère cet individu comme d'autres vénèrent des saints. Et j'essaie de tout mon être de marcher dans ses pas afin de trouver ma voie au sein de l'Impérium.

Harkness a écrit:
"Ca doit être plus marrant de calquer ses pas sur un Schismatique et pas sur Saint Drusus ou Sainte Sabbat ou Saint Balais-dans-le-cul! Bon, vous voyez ça comment notre petite enquête sur Port l'Errance et les environs? Il se peut qu'on aille rencontrer des capitaines pirates pour marchander des infos."

albus a écrit:
Albus haussa les épaules.

- Ça reste plus gratifiant que de vendre son cul et ses combats à la manière d'une prostituée, j'imagine.

Il lança un sourire égal au mercenaire.

- Pour ce qui est de l'enquête...

L'assassin se caressa de deux doigts le bout du menton.

- Aller chercher des informations auprès des pirates sur un individu qui revendique sa filiation à l'un de leurs leaders me semble inévitable. Nos rapports devront cependant être complets : Si Lady Lonallyn est pleine de mansuétude à l'égard des initiatives de ses subordonnés, je pense que ce sujet là, la piquerait au vif. Une existence dans la Navy forge des préjugés et une attitude inflexible à l'égard de certains sujets.

Albus croisa les bras.

- Si vous me demandez mon avis, ma réponse est simple, j'ai les outils pour obtenir des informations, mais je ne peux garantir l'intégrité physique des individus qui feront preuve de mauvaise volonté lors de l'interrogatoire. Je propose d'adopter une attitude opportune en fonction des circonstances, et ne pas se contenter de secouer quelques gangers en faisant des exemples. La question que je me pose est celle-ci : Si Ajax Ordann est le fils d'un prince du vide, je pense que les autres princes hésiteront à nous renseigner à son sujet. Même ceux qui n'aiment pas sa famille : ils forment quoiqu'on en dise, une fraternité. Serons nous honnêtes ou corrupteurs ? Mielleux ou violents ?

Harkness a écrit:
Harkness avait pouffé tout le long de la tirade d'Albus.

"Vendre son cul comme une prostitué, par l'Empereur Gotz aurait eu une crise d'apoplexie en entendant ça! Bon, on va être violent et payer quand même. J'ai une paire d'as dans ma manche concernant l'acceuil des Princes du Vide. Puis la Capitaine inflexible avec les pirates. Elle a gardé l'un des leur sur son navire, elle l'avait elle même arrêté à l'époque. On va pas déblatérer 107 ans mais bon, à d'autre le couplet sur la Marine n'aime pas ces gens la."

Ils arrivaient enfin sur la passerelle, Harkness hurla pour avoir le commissaire de bord dans les pattes aussi vite que possible. En attendant il proposa une chaise et une liqueur à l'invité du bord.

"Sacra ou whyskar?"

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:10

Katje von Tödt a écrit:
Katje n'avait rien de spécial à rajouter, et n'avait aucune envie de s'éterniser sur le bâtiment. Elle n'apréciait que très modérément les tentatives - lamentablles de son point de vue - de respecter un semblant de discipline militaire, et l'odeur de l'escent n'était pas son parfum préféré. De plus, elle avait bien d'autres choses à faire dans le secteur, mais avec l'absence du premier officier et l'obligation de présence de la capitaine à la base du mechanicus, il falait bien que quelqu'un s'occupe de ça.

Elle fit non de la tête à Markov, pour lui dire qu'il avait parfaitement résumé la situation, et qu'elle n'avait rien à ajouter. Ses hommes au garde-à-vous, encadrés par les soeurs, n'avaient pas bougé, attendant les ordres. Elle leur avait promis quelques jours de repos sur la station, ils faisaient donc preuvee d'une discipline exemplaire sous peine de risquer l'annulation de la permission.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
Le Cardinal fit un petit signe de tête, et et une procession de prêtres et de clercs vinrent récupérer les coffres, ouvrant les containers pour vérifier le bon état des scellés, la présence des reliques, avec une célérité louable.
Fortis écouta les murmures d'un de ses intendants, qui vint lui signaler que tout était normal.
"Je ne voudrais pas vous prendre plus avant votre temps, mes fils. Veuillez présentez mes hommages et mes respectueuses salutations à Sa Grâce, ainsi que pour le service qu'elle vient de rendre à Sa Sainte Mère l'Eglise. Bien entendu, vos vaisseaux d'escorte pourront faire le plein avant de repartir rejoindre votre propre vaisseau. L'Empereur protège." vous signifiant ainsi votre congé.
Citation :
série de jets
Pour Katje, cela semble à peu près normal... Toutefois, pour Markov, le Cardinal vous a presque mis dehors, et n'a pas proccédé à l'échange des cadeaux comme le voudrait la tradition, signifiant qu'il ne semblait guère avoir l'envie de vous voir ou d'avoir affaire avec vous ; la mention des chasseurs de cette façon est une manière polie de vous demander de déguerpir au plus vite du Pax Calixis.

Prime Alpha a écrit:
Prime tendit un dataslate du bout des doigts au Maître des forges. Essayant par la même de se glisser derrière Lonallyn. Heureusement un servocrâne vint abréger les turpitudes de la Mago en lui récupérant l'objet des mains et en lui permettant ainsi de finir de s'enfoncer dans ses robes et sous sa capuche.

Malakaï Zacharia a écrit:
Votre Eminence, loin de moi l'idée d'abuser de votre précieux temps mais me permettriez-vous de prier en votre sainte chapelle? Il est rarement donné à un missionnaire comme moi de se recueillir en un lieu si prestigieux.

Citation :
Si jamais il est d'accord, Markov charge les Soeurs de bataille d'aller discuter avec les gardes du cardinal, incidemment comme-ci comme-ca pour voir s'il n'y aucun renseignement à tirer d'eux.
Markov charge aussi ses acolytes d'aller fureter à droite à gauche, de se fondre dans la masse. Le but est de savoir s'il se passe un truc pas net sur le vaisseau.
Markov leur donne une heure.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

*Markov*
Le Cardinal se contente d'un petit geste de la main signifiant "faites donc". Les Soeurs ont peu d'occasion de discuter avec les croisés qui gardent le Cardinal, ceux ci restant fort vigilants et professionnels, sur le qui-vive. Toutefois, elles parviennent à rencontrer au hasard des coursives une paire de Soeurs du même ordre en route pour le confessionnal.
Il semblerait que le Cardinal Fortis a subi plusieurs tentatives d'assassinat en route vers Port-l'Errance, y compris depuis qu'il est amarré ici. En outre, bien qu'elles ne sachent pas pourquoi, il semblerait que le nom des Razgriz ne soit plus vraiment en odeur de sainteté auprès de l'Ecclesiarchie.

Altar-Templum-Calixis- Est- 3

Les trois Magos regardèrent le manège de Prime avec un mélange de bienveillance et de léger amusement, un peu comme des vieillards regardant un enfant intimidé venant leur demander quelque chose.
Le vénérable Bombastus se remit à parler une fois sa lecture préliminaire achevée, ou plutôt à cliqueter, son binaire franc, assuré, impérieux, rien à voir avec sa maigre voix chevrotante charnelle.
Code:
<fait> Les équipes d'exploration et de purification du Mechanicus vont se mettre en route pour examiner les deux épaves</fait>
<invitation> Veuillez nous suivre. nous procéderons à la lecture du rapport de nos confrères Magos et à l'estimation de votre récompense en mon sanctuaire.</invitation>
La plate-forme antigrav s'éleva dans les airs devant votre délégation, et se mit à flotter lentement, les Skitari et les Prétoriens vous escortant.
Citation :
*quelques jets*
Pour Lonallyn comme pour Prime, cela se déroulait comme prévu, le fait que le Magos soit prêt à vous accueillir au cœur même de son propre sanctuaire dénotant son extrême intérêt. Autre détail ayant son intérêt, le fait est que le Magos Bombastus vous fit faire plusieurs détours, vous faisant visiter sa forge : les macro-fonderies, plusieurs raffineries et chaînes d'assemblages où vaquaient des milliers de serviteurs dans le rugissement sans fin des machines. Pour la Libre-Marchande comme pour la Maîtresse des Réacteurs, il semblait clair que le Maître des Forges cherchait à les impressionner et les convaincre de son importance... et peut être lui même, par la même occasion.
Au bout d'une heure de marche à travers le complexe au train de sénateur imposé par l'antigrav des trois adeptes, vous parvîntes enfin au sanctuaire intérieur de Bombastus. La salle était un impressionnante, tout en bronze et or. Des milliers de rouages incrustés de pierres précieuses en mouvement perpétuel composait le plafond, en appui sur des arches de pistons eux mêmes fonctionnels. Sur les murs étaient gravés des plans d'aéronefs, d'ornithoptères, de chasseurs et de vaisseaux, la place d'honneur représentant le Magos Arkhan Land remettant le SCS du Land Speeder au Fabricator Général dans la Cathédrale du Savoir sur Mars. Prime pouvait voir que la pièce était une copie exact - dans les mêmes proportions, au micron près-, de la chambre de l'Antigravité dans ladite cathédrale.
Le tout était encombré de multiples prototypes, une soufflerie, des maquettes de chasseurs et d'antigrav, diverses plaques anti-gravité, le tout rangé dans un ordre parfait. Visiblement, le Magos Bombastus semblait avoir pour spécialité et marotte l'étude du vol des plus lourds que l'air.
Une grande table avait été libéré et aménagée pour que vous puissiez effectuer votre négociation.
Alors que vous prenez place, des serviteurs sur roulette viennent vous apporter du vin et un repas copieux.Le Magos Theophrastus émit :
Code:
<fait> Le magos Paracelsus a démontré qu'une négociation entre le Mechanicum et l'Imperium  avait 23,4536% d'aboutir de façon satisfaisante pour les deux parties lorsque tous se sont convenablement sustentés.</fait>
Seul le Magos Almagestus ne semblait pas s'intéresser au repas : ses servos-plumes ne cessaient de s'agiter, tout comme ses scribes-tines ; visiblement, le Maître Décanteur recevait des rapports en permanence et ne s'arrêtait pas.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn nota l'intérêt de son hôte pour tout ce qui était trait à l'anti-gravité et au vol, essayant de se remémorer dans le rapport du Magos Liebowitz et de Prime Alpha, ce qui serait en rapport à ce domaine à bord des deux épaves. Après tout, si il y avait une chose qui pouvait parfois altérer la course de la froide logique des adeptes de Mars, c'était leur curiosité pour leur domaine de connaissances de prédilection...
Citation :
Il doit bien y avoir quelque chose à bord du Rickenbacker ou du Von Braun d'intéressant dans ce domaine, non ?
En tout cas, commençant à faire honneur au repas en souriant, elle se pencha vers le Maître des Forges.
Code:
<constat>votre domaine de prédilection dans la Quête du Savoir semble être l'étude de la maîtrise de la Gravité. <y>/<n> ? </constat>
<fait>J'ai en ma possession un côtre de combat de classe Malaveldt, en provenance du monde-forge Malaveldt. </fait>
<question> Je peux vous prêter ce côtre pour que vous l'examiniez pendant ma présence à Port-l'Errance. <y>/<n> ? </question>

Citation :
Je ne sais pas quel couille nous attend du côté de l'Ecclesiarchie Sad , mais en attendant, si on peut être très bien vu du Mechanicum, tout les moyens sont bons. Twisted Evil

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Altar-Templum-Calixis- Est- 3
Le Magos semble intéressé évidemment par la proposition de Lonallyn ; quand aux deux épaves, les plaques gravitiques du bord éveillent également son intérêt.
Citation :
A moins que vous vouliez demander des choses spécifiques aux Magos, ou essayer d'autres façons de les mettre dans votre poche, je ferais les tests pour voir combien vous parvenez à gagner avec vos deux épaves.

Harkness a écrit:
Harkness était entrain de buller dans son bureau, une pile énorme de rapport devant son bureau, il les classait nonchalement. Le Seeadler/Téméraire s'amarrait tranquillement à Port l'Errance.

Le chef du sas principal le contacta, en effet les consignes étaient simple et la sécurité renforcée depuis le coup de poker du lieutenant des Navis. Interdiction de sortie sauf autorisation d'Harkness.

Un certains Albus, officier de la Dynastie Von Razgriz voulait sortir avec l'équipe d'amarrage, dès que le sas serait opérationnel.

Harkness autorisa la sortie et fit venir ses gars pour leur servir le briefing d'avant mission. Sauce Reître, option Harkness. Tout le monde s'installa, l'équipe de garde du corps au grand complet.

"Bon les gars, d'ici une paire d'heure, on va avoir le résultat concernant les camés. Dans tous les cas, je pense qu'on ira faire une ronde dans Port l'Errance par la suite. Ok?
Ok Hark' répondirent les gars."


Ils quittaient la salle en braillant et sifflant, d'ici une heure la dizaine de gars seraient en armure carapace, prêt au combat, ou du moins à faire peur aux locaux.

albus a écrit:
Vingt quatre heures, voilà qui peut sembler être une éternité ou au contraire un battement de cil.
Pour les autorités de Port Errance autant dire que la flexibilité de cette perception temporelle fut particulièrement manifeste concernant la dernière journée passée. Et plus d’un membre de l’Arbites se souviendra de ce qui s’est passé pendant longtemps.

I. Les actes.

- Ils sont là ! Ils arrivent !

Bek courait aussi vite que ses jambes le portaient. Les Slingers Fox étaient en alerte depuis deux heures, les allées neuf et sept leur appartenaient depuis plus de quatre mois, un record si l’on considérait le turn over des bandes du coin. Et la paranoïa s’était emparée d’eux depuis plusieurs semaines. Des gangers désespérés pouvaient apparaitre n’importe quand pour leur prendre ce qu’ils avaient obtenu dans le sang et la malice. Plus tôt dans la journée, deux membres avaient été retrouvés écorchés vifs aux murs de l’allée sept. Les salopards étaient passés à l’action sans que rien ne puisse permettre d’anticiper la plaie qui s’abattait sur eux.

Alors ils faisaient faire des rondes aux plus jeunes recrues, dont Bek. Il était en binome avec Krâl. Notez l’emploi judicieux de l’imparfait. Ils avaient juste eu le temps d’entendre une légère vibration avant que la tête de Krâl ne se détache de ses épaules et que Bek ne contemple avec horreur le corps de son compagnon s’effondrer dans un geyser écarlate et chaud.

Donc Bek courait, et les Slingers se tenaient prêt au bout de l’allée neuf. Une quinzaine de « Blotch-boyz » comme ils appelaient leurs soldats couvraient Jonas, dit tête de vis, du bout de leurs armes issus du surplus militaire de la garde disponible chez certains ferrailleurs peu regardant. Les Blotch brandirent leurs armes vers Bek qui courait vers eux, blanc comme un linge, la peur au ventre.
Aussitôt qu’il aurait passé les rangs des Boyz, il serait en sureté à côté de tête de vis ! Ce type portait des augmentiques qui faisaient de lui une véritable machine à tuer !

L’allée gronda légèrement, et de la poussière tomba des murs, le vrombissement retentit à nouveau.
Il venait des ombres qui noyaient la sortie de l’allée.

Bek chuta. Sans comprendre pourquoi, et son corps, propulsé qu’il était par sa course folle rebondit lourdement trois fois sur le sol de l’allée avant de finir sa glissade à quelques mètres du mur de défense.

Encore groggy, il regarda derrière lui. Quelle était la raison de sa chute et…Ses yeux s’embuèrent sous le flot de larmes qui s’emparait d’eux.
Ses jambes étaient loin…Coupées nettes en pleine course, à hauteur de genou. Et il saignait à mort désormais.

- Boss Jon…tenta t-il en direction du mur des blotch boyz, en tendant un bras désespéré vers ses compagnons.

L’un d’entre eux lui offrit promptement la Paix de l’Empereur d’une rafale en plein visage.
Les autres considéraient avec curiosité le disque d’acier enfoncé de près de la moitié de son diamètre dans le litobéton de la station.

- SORTEZ DE LA, BITCHIZES ! hurla tête de vis.

Tête de vis avait tous les atours d’un augmentiste qui n’avait jamais eu les moyens de l’être. Il avait l’allure que possèdent quelques orcs qu’on avait bardé de métaux divers et de vérins pour les rendre plus impressionnants qu’il ne l’était déjà. Mais les chirurgies de fortune pratiquées sur la chair avaient pour mauvaise habitude de rendre celle-ci vulnérable à la longue, et il n’était guère surprenant de constater que plusieurs foyers de gangrène s’étaient installés ici et là à la jonction des membres mécanique et du corps de Jonas lui-même.

Une silhouette unique s’extirpa des ombres, sa longue veste grésillant encore de l’emploi de ses propriétés caméléonines.
Un type de taille moyenne, aux longs cheveux noirs, dotés d’une unique mèche rouge. Un respirateur lui couvrant le bas du visage. Des yeux étrangement sombres, et un unique couteau en main. En bandoulière, un sac semblant chargé.

- Tuez le Moza-fuka, gronda le chef des Slingers.

Un déluge de feu éclaira alors l’allée, pendant environ…Quatre secondes.
L’homme semblait monté sur ressort, il bondit droit vers les balles sans se soucier qu’il puisse être touché et glissa entre les tirs des Boyz le long d’une trajectoire impossible, faites d’angles et de bonds inhumains. Avant que les boyz ne vident leurs chargeurs, l’homme était devant eux. Indemne.

- DAIME ! QU’EST-CE QUE VOUS BRANLEZ LES OUANQUEURSSE ! PISSE AUF CHITE ! s’emporta tête de vis devant l’incapacité de ces Blotch-boyz a venir à bout du sale type.

Le couteau à la forme élégante jaillit dans une lueur argentée, et un nouveau déluge, mais de coups cette fois secoua l’allée. Les hurlements remplacèrent le bruit des balles, celui du sang qui goutte à gros bouillons, remplaça celui des douilles qui s’écrasent dans un tintement au sol.

La panique s’était emparée des soldats Fox slingers et ils tentaient désespérément de tuer la punaise qui glissait entre eux en frappant chirurgicalement les points vulnérables et mortels. Ils se mirent à se tirer dessus, à bout portant, pour l’avoir. Jonas s’était déjà enfui.

Mais je vous prie de me croire quand je vous dis qu’une carcasse de métal comme la sienne le tenait à jamais éloigné des performances eldars en matière de course à pied. Jonas espéra pendant quelques secondes que les boyz retiendraient le tueur assez longtemps pour qu’il puisse arriver jusqu’à la fourgonnette du gang, afin de se tirer proprement. Il envisagerait les suites à donner au repos. Il se tétanisa en sentant le grondement, puis le vrombissement léger. Son bras droit, même en mauvais acier se détacha aussi proprement que les jambes du petit Bek. Il put saisir la courbe de lumière du disque de métal chargé d’énergie qui venait de le privé de son membre artificiel avant de s’enfoncer dans le sol. Le disque d’énergie s’était vite déchargé. Une technologie qu’il n’avait jamais vu et qu’il ne verrait plus jamais.

Avant qu’il ne se retourne, un pied s’écrasait dans le dos de son genou le forçant à chuter vers l’avant.
Et une main ferme agrippa ce qui restait de cheveux sur son crâne. Son visage fut propulsé sans ménagement contre le sol, qui s’avéra plus solide que son nez. Ce dernier manifesta son mécontentement d’être traité ainsi en éclatant : tout simplement.

La main redressa le visage du ganger, encore sonné qui passait sa langue avec inquiétude sur ses dents, en tentant de compter celles qui lui restaient.

La voix du tueur résonna pour la première fois à son oreille. Elle était lourde et inquiétante, même étouffée par le respirateur.

- Tu es né : Jonas Mankard, surnommé « Tête de Vis » par les membres de ton gang, les « Slingers Fox », est ce exact ?

Un gargouillis et un sourire de bravade de circonstance furent les seules réponses qu’il entendait offrir.

Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. En tout cas avec huit centimètres d’acier qui s’enfonçaient doucement dans sa chair pour menacer sa rate.
Jonas hurla de douleur.

- Ce sera long et douloureux, Jonas Mankard, mais je m’assurerai que tu ne meurs qu’en ayant dévoilé tes secrets.
- Saune … Saune auf Bitche…Qu’est…Qu’est ce que tu veux ?!
- Ajax Ordann.
- …Connais pas.
- Le rubis noir réclame Ajax Ordann, Jonas Mankard, et il va obtenir tout ce que tu sais, de gré ou de force.
- …Je dirais rien ! Fauk Auf !

Jonas avait un côté soupe au lait manifeste. La lame dévia vers les os de ses côtés en traçant un sillon vermillon dans sa chair. Dans un craquement sinistre, elle en fit sauter une.

- NNYYAARRHHHH !!!!
- AJAX ORDANN !! OU EST AJAX ORDANN, MANKARD !?

La voix lui hurlait désormais dessus.

- ILS ME TUERONT ! C’EST UN PIRATE !
- LA MORT N’EST RIEN AU REGARD DE CE QUE TE RESERVE LE RUBIS NOIR ! RIEN ! PARLE !

Le couteau fut arraché vivement et Jonas fur retourné sur le dos comme si il ne pesait rien. Ce type avait une force sans mesure avec les proportions de son corps.

Le couteau menaçait maintenant son manteau. Mankard respirait lourdement.

- Il…Il y a cette femme...son vaisseau..Le Pain train…Elle trafique dans le coin…Elle fréquentait Ordann. Je..Je crois qu’elle est de retour ! Elle saura peut être…
- Cette femme : elle navigue à bord d’un vaisseau de quelle classe ?
- Orion. J’en suis pas sûr, Ombré !
- Qui peut en être sûr, Jonas Mankard ?
- Butcher Jones ! Le patron de Lazure Mech. !
- Le rubis noir te remercie.
- Tu..tu vas …

Le couteau s’enfonça sèchement dans la gorge du ganger, tandis que le tueur se relevait.
Cinq autres gangs déplorèrent des pertes conséquentes, deux d’entre eux allèrent se plaindre à l’Arbites et aux milices locales.

L’affaire du rubis noir allait devenir un épineux dossier pour les forces de l’ordre.

Et Albus était loin d’avoir terminé ses vingt quatre heures.

Katje von Tödt a écrit:
Depuis qu'elle était entrée sur la cathédrale volante, Katje n'avait qu'une envie : en partir. Elle avait failli à plusieurs reprises reprendre ses habitude d'officier instructeur et hurler sur les semblants de soldats qui peuplaient le bâtiment, mais s'était fait violence pour se retenir. Cela n'aurait pas été bien vu, et elle avait d'autres chats à fouetter. Lorsque le cardinal leur donna congé, elle fit le signe de l'aquila aussi prestement qu'il était convenable de le faire, et repris le chemin du dromon avec l'escorte. Un vox rapide à markov pour lui indiquer qu'elle l'attendait sur leur transport et elle parti se changer dans sa cabine. Au revoir l'uniforme von razgriz, bonjour kilt et veste couleur safran.

Les hommes de son unité furent surpris de la voir resortir dans ce qui semblait être un uniforme élimé par des décénies de service, en armure étanche et armée. Il était de mise de faire un minimum bonne figure, et arriver sans armes devant un galantien revenait à se présenter nu. Tout comme arriver sans combinaison étanche, en fait.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:14

Malakaï Zacharia a écrit:
Après sa "prière", Ivan Markov ressortit de la cathédrale du vaisseau et alla faire ses adieux au Cardinal. Il lui souhaita bonne chance pour la suite et surtout de faire une bonne route sous les auspices de l'Empereur-Dieu.

Lorsque sa délégation l'eut rejoint, Markov profita du mouvement de foule pour donner ses instructions à ses disciples. Deux d'entre eux devaient rester dans le vaisseau du Cardinal et s'intégrer au personnel ecclésiarchique afin de glâner toutes les informations possibles. Markov s'arrangerait pour les faire revenir de Scintilla dans quelques temps.
Après tout, il fallait découvrir pourquoi la lignée Von Razgriz était tombée en disgrâce.

Markov rejoignit ensuite Katje dans la navette et lui fit savoir qu'il était prêt à quitter ce vaisseau.

albus a écrit:
II. Le verbe.

Le « Fortuna’s Dead End »est moins un lieu de perdition, un bar qu’un cercle de jeu pour qui possède assez d’argent pour parier. Loin d’être ouvert au tout-venant, l’endroit se caractérise par trois étages de ce qui était une ancienne aciérie. Chacun d’entre eux, vaste de plusieurs centaines de mètres carrés est réservé à une typologie d’activité ludique.

Le rez de chaussée sert pour l’essentiel à initier les nouveaux arrivants autour de jeux de cartes, dés, courses retransmises sur holopics, les sommes pariées sans être modestes ne dépassent pas que rarement les limites de l’extravagance. C’est ici qu’on trouve un bar très important, des hotesses charmantes, et plus si affinités, les doses tolérées d’obscura…

Le deuxième étage quant à lui, bien plus aménagé proposaient des jeux plus … épicés. Des combats pour le dire crument. Depuis les virils gladiateurs, jusqu’aux combats de bêtes en passant par l’inévitable maison de la Bête et son cortège de monstruosités Xenos, et parfois même…mécaniques.
Pour aussi illégale que puisse être cette frange d’activité, elle était assez inévitable pour que les autorités ne perdent pas systématiquement leur temps à venir tenter de coffrer les bookmakers et les fournisseurs de « choses ». Une descente de temps à autre, par principe…

Le dernier étage…Vous ne voulez pas savoir ce qui se passe au dernier étage. Sachez simplement que c’est à cet étage que se retrouve des clients très particuliers. Que les types de paris sont sans limite, et qu’il est moins question du pari lui-même, que de ce qu’on désire parier.

C’est au deuxième étage que se trouvait l’homme au respirateur et à la mèche rouge. Assis aux premières loges d’une arène où se défiaient une créature étrange, volumineuse, musculeuse et une autre créature bien plus petite mais bardée d’excroissances tranchantes.

Ferd Garisson était autrefois un mercenaire. Et plus loin encore, il était Capitaine au sein de la
garde. Le deuxième d’Héligant du sous secteur tempestus. Agé de 107 ans, Garisson était désormais un marchand de chair. Un vendeur d’esclave. Les cures réjunévantes dont il bénéficiait était hors de prix, mais bon marché si l’on considère leur piètre qualité. Il accusait un âge certain puisqu’il avait l’air d’un honorable septuagénaire. De longues et riches robes masquaient les séquelles de ces anciennes vies, augmentiques, cicatrices, greffes… Il ne s’était pourtant pas laissé aller aux vices d’une vie sans activité physique et opulentes. Il était encore sec, et ses joues creusées soulignées par son œil bionique offraient à son visage un certain charisme teinté de sévérité.

« Proposition » Ferd était désormais un négociant rompu à l’art de la discussion. Et les trois gardes du corps à ses côtés, colosses modifiés par aussi bien par les drogues, les sciences héréteks que les plus terribles corrupteurs d’esprits, ces colosses là démontraient que Proposition Ferd savait comment clôturer une discussion qui tournait court.

Les bêtes s’entredéchiraient sans ménagement. Les viscères Xenos giclaient en tout sens tandis qu’un sang à la teinte violacée éclaboussait les spectateurs des premiers rangs, assez téméraires pour se risquer à se coller aux grillages de sécurité. La foule exultait, transportée par le spectacle mortel qui se déroulait sous leurs yeux. Les paris ce soir étaient très élevés. Tout comme les odeurs de sueur et de vinasse. Les maîtres de la Maison de la Bête assuraient que ces créatures là étaient sauvages et rares…Mais surtout inconnues de la plupart du grand public, le hasard était donc complet. Et la livraison comme l’inévitable perte de l’un des protagonistes avaient valu beaucoup de trône à l’établissement.

Garisson grogna :

- Putain de vérole . 4000 trônes sur ce gros tas de merde et regardez le…A se faire déchirer la panse comme une pute de douze ans sur Gamerott. Mais bas toi, espèce d’incapable ! Bas toi au lieu de couiner !

L’un des colosses grogna légèrement.

- Ça te fait rire, l’eunuque ?! Je paie pas tes maîtres une fortune pour qu’ils me fournissent un bouffon avec le sens de l’humour !

Garisson envoya un coup de canne dans le flanc de son garde du corps qui ne broncha pas pour autant.

La petite créature bondit sur le corps énorme et percé de toute part de son adversaire qui s’effondra alors que les crocs d’acier qui bardaient la bouche de l’assaillant déchiraient ce qui servait de gorge au mastodonte.

- NON ! NON !! C’est ridicule ! Une putain de mascarade, voilà ce que c’est !

Albus s’adossa plus profondément contre le banc qui lui servait de siège.

- C’est d’une imparable logique au contraire, lança l’assassin.

Garisson se tourna, à l’instar de ses trois gardes du corps vers le freluquet qui se mêlait de ce qui ne le regardait pas.

- Putain mais t’es qui, toi ?

Le tueur désigna le vainqueur et commenta :

- Quand je dois parier entre quelque chose de gros et de petit, je me méfie. L’un est gonflé et puissant, l’autre est couvert d’une armure et possède des armes. A choisir entre un gros poing et un poignard, je préfère toujours la lame. Déformation professionnelle, j’imagine.

Du bout de sa canne, « Proposition » Ferd écarta un de ses molosses pour détailler l’individu qui s’adressait à lui, à l’autre bout du banc.

- T’as pas répondu à ma question, fils. Tu es qui ?
- L’homme qui vient de gagner six milles trônes.
- En plus, tu fais le malin ?

Albus tira une carte métallique de sa tenue, le simple fait de glisser sa main dans une poche activa une série de réaction chimique dans le cerveau des colosses qui instinctivement réagir agressivement en tirant des armes lourdes et autres machettes de leurs fourreaux pour menacer l’inconnu.

Ce dernier envoya la carte à Garisson, mais le jet fut interrompu par la main énorme d’un garde du corps qui s’assura qu’il n’y avait aucun risque, avant de tendre l’objet à Ferd. Ce dernier constata qu’il s’agissait d’une carte attestant du pari. Deux milles trônes sur le Jerxes. La petite chose bardée d’armes. Gain possible : six milles trônes. Il ne mentait pas.

- Bien joué, fils.

Garisson s’apprêtait à rendre la carte, mais l’inconnu refusa de reprendre son bien en levant la main, « Proposition » Ferd arqua un sourcil, circonspect.

- Je ne veux pas les trônes. J’ai une question, pour « Proposition » Ferd.

Le vieil homme se fendit d’un sourire sardonique, avant de s’asseoir plus confortablement. La foule s’était calmée, on pouvait s’entendre convenablement désormais. Le marchand rangea la carte dans une petite poche de sa poitrine.

- Ca me plait plus que de perdre aux paris, ça. Raconte toujours.
- Tu es né : Ferd Garrisson et tu possèdes le réseau des esclaves de velours ?
- J’aime pas tellement la façon dont tu le dis, mais c’est ça, fils. Par contre, je ne sais toujours pas qui tu es toi.

Passant le poing sous le menton et se concentrant sur les nouveaux arrivants dans l’arène, de simples gladiateurs hués comme il convenait, le tueur continua :

- Gagner un pari pour si peu d’argent n’est pas ce que je recherche. Tu connais bien le milieu du mercenariat, et encore mieux le milieu commerçant « proposition » Ferd. Celui ou celle que je sers désire voler le pain de la bouche des premiers et alléger les bourses des seconds. Raconte moi comme il ou elle devrait s’y prendre.

Ferd posa les deux mains sur sa canne, sans parvenir à quitter le sourire qui était né il y a peu sur son visage.

- Tu cherches à te faire des ennemis ?
- Seulement quelques jaloux.
- Tu connais Damaris ?
- Non.
- Eh ben, tu joues les mystérieux, mais tu viens avec plus de couilles et de pognon que de cervelle !
- Je vais tâcher d’améliorer ce point.
- Damaris est un monde de l’expansion. Un monde qui souffre. En tout cas, ils sont dans le besoin… Ils m’ont appelé pour que je fasse jouer mes contacts. Ils ont besoin de durs là bas, de vétérans. De formateurs pour les natifs.
- De bonnes finances ?
- Tu connais des tarés qui engageraient des mercenaires par milliers sans avoir les moyens ?
- Quelques uns, oui.
- Pas sur Damaris.
- Tu dis qu’ils souffrent ?

Le vieil homme frappa sans ménagement l’un de ses gardiens qui lui tendit une flasque d’argent, dans laquelle il but d’une traite.

- AAhhh…elle est bonne cette gnôle !

Albus fit dévier son regard sombre vers Ferd.

- Les orks, reprit ce dernier. Les Orks se réunissent dangereusement autour de Damaris. Ils flinguent à tout va, depuis le fret de personnes, jusqu’aux pillages de marchandises. Ca semble devenir systématique, et la rumeur va bon train, les routes commerciales ne tarderont pas à se clore dans ce contexte.
- La double peine.
- Ouais. D’abord les orks enragés, ensuite l’isolation du reste de l’Empire.
- Je pense que c’est une bonne opportunité.
- Fils, il ne s’agit pas d’un clan ork isolé…Ils sont plusieurs.
- Une Waaagh ?
- Ça ressemble à un joli commencement en tout cas.
- Impérator soit béni en ce cas, les autorités du secteur seraient reconnaissantes de savoir qu’une telle vague a été balayée à ses balbutiements.

Garisson était de plus en plus intrigué. Il orienta son œil bionique vers l’arène à son tour :

- T’auras rien de plus pour six milles trônes, mon garçon. J’ai des contacts, des sources, et même de quoi nourrir tes troupes : mais ça coutera autrement plus cher de mobiliser le réseau de velours.
- C’est honnête, Ferd Garisson. Tu auras beaucoup plus d’argent si tu me fais confiance.
- Aucune chance. Oublies ça.
- Assez confiance pour envoyer un intermédiaire en pourparlers sur un navire.
- C’est du domaine du réalisable.
- Alors contacte le Seadler, demande à parler au Capitaine libre marchand Klaus Berlichingen.
- Tu bosses pour un libre marchand ?
- Je t’ai dis qui contacter. Je ne dirai rien de plus.
- MMmf !

Albus se leva. Il y avait d’autres personnes à contacter, d’autres pattes à graisser, d’autres discussions à tenir. Il considéra avec une cruelle indifférence le corps étendu de l’un des gladiateurs, égorgé net par son adversaire, qui ne lui survivrait pas longtemps sans soins intensifs.

L’assassin emporta son lourd sac en fronçant les sourcils.

Dans une heure, il devait voir un attaché du Mechanicum. Les vingt quatre heures s’écoulaient paisiblement.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Altar-Templum-Calixis- Est- 3
Citation :

Jets
Jets de commerce de Tancrace : cible 73 +20 (commerce +20) +10 (provient d'Ex Cathedra) + 30 ( bonus d'interactions divers liés au Vaisseau) = 133. Jet opposé. +1 DoS si Tancrace réussi, en tant que Sénéchal. Jet : 74. 5+1 DoS. résultat du Méchanicum : secret MJ.
Jet de Charisme pour Lonallyn : cible 60 + 20 (Charisme +20) + 40 (bonus d'Ex Cathedra) + 10 (Lettre de Marque Connu) +10 (Pair Mechanicum) = 120, maximum de 60 atteint. Jet : 47. 7 DoS.

Bon, ces dés sont pas très convaincants.

Le plus âpre à la négociation se révéla être le Maître Décanteur; mais entre le Magos Biologis fasciné par les réplicateurs de matière, et le Maître des Forges impatient d'examiner le Malaveldt en personne, la négociation se déroula promptement en votre faveur.
Le Mechanicum de Port-l'Errance n'ont pas de vaisseaux à vous offrir. En revanche, ils disposent de nombreuses pièces détachés, de composants, y compris certains très rares, incluant un réacteur Jovian archéotechnologique complet de croiseur. Les soins pour le Premier Officier fut intégré sans aucun problème dans la liste des biens échangés, de même que des bioniques ou de l'armement personnel, ainsi que des passes-droits pour les frais de réparation et d'amarrage à toute les stations du Mechanicus dans l'Expansion jusqu'à Port l'Errance.

Citation :
Vous obtenez donc 2 points d'Influence, sous formes de faveurs, ainsi que :
- un réacteur archéotechnologique Jovian de classe 4 pour Ex Cathedra, et deux améliorations gratuites.
- deux composants au choix, pour l'un ou l'autre vaisseau.
- 2 améliorations gratuites pour le Téméraire, ainsi que des nouveaux Scanners, des Détectaugures passif modèle W240.
- une amélioration d'arme ou d'armure par PJ et PJ secondaire, ou une arme/armure spécifique, sachant que je peux toujours donner mon veto.


Tancrace a écrit:
Le Chancelier s'était fait très discret durant l'entrevue avec le Mechanicus. Premièrement, il ne comprenait rien aux échanges en techna-lingua. Ensuite, il considérait les magi avec une certaine circonspection, qui confinait à la crainte. Il était pourtant rompu à la psychologie humaine mais il avait le plus grand mal à anticiper les paroles et les réactions des membres du clergé de Mars, probablement parce que ceux-ci n'étaient, aux yeux du Chancelier, plus vraiment humains. Enfin, il ne s'y entendait guère en jargon technique, en archéotechnologie et de manière plus générale à tous les centres d'intérêts d'un magos. Il essaierait cependant de tirer son épingle du jeu lors de la négociation des récompenses.

Lorsque celles-ci furent terminées, Tancrace les considéra comme fructueuses, avec cependant un léger arrière-goût de déception. Il pressentait qu'il aurait pu tirer plus encore des véritables vaisseaux-reliques, sur des terrains plus... glissants. Et illégaux. Cependant, traiter avec l'Adeptus Mechanicus pouvait avoir des avantages.

"-Révérés Magi, je suis très heureux de la tournure de cette entrevue, qui fut je l'espère aussi plaisante pour vous qu'elle le fut pour nous. Ex Cathedra vient d'arriver près de Port l'Errance, dans le but, je ne vous le cache pas, de s'enfoncer plus avant dans les Etendues inexplorées de Koronus. La dynastie Von Razgriz et l'Adeptus Mechanicus sont liés par des pactes de collaboration millénaires, sacrés aux yeux de notre Lady-Capitaine. En l'honneur de ces pactes, et en conclusion de ce profitable échange, j'aimerai vous proposer un accord de principes, entre Ex Cathedra et Altar-Templum-Calixis-Est-3. La dynastie Von Razgriz s'engage à vous confier toutes découvertes archéotechnologiques qui seront faites lors de nos voyages, je crois que la cession des vaisseaux antiques Rickenbacker et Von Braun font acte de notre bonne foi, en l'échange de contrats d'équipements et d'armements exclusifs, à des taux défiant toute concurrence."

Le Chancelier se cala dans le fond de son siège, attendant une réponse. Un tel accord avec le Mechanicus serait un atout considérable dans l'ouverture de routes commerciales prospères au sein des Etendues.

Citation :

Le Maître des Forges se mit à parler, de sa voix humaine chevrotante.
"Il n'est pas de mon ressort de faire des accords généraux avec des Libres-Marchands, Chancelier. Il m'a été confié la tâche de collecter les prises de vos pairs, de les mettre sous quarantaine et proccéder à leurs évaluations et estimations ; mais mes supérieurs des Lathes sont à plus à mêmes de négocier avec vous sur ce sujet.
Sachez que le Mechanicum sera toujours reconnaissant de vos découvertes à venir, que les vous apportiez ici ou sur une autre de nos stations ou mondes forges, en particulier Altar-Templum-Calixis-Ext-16 en orbite du système Furibundus II."
faisant mention de l'avant poste du Mechanicum de Castel.

albus a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=Xw9rYr0GPWc

III. Le songe.

Il était presque vingt-trois heures dans l’une des rares et des plus hautes spires de Port Errance. La station aussi possédait son lot de nobles.

Torden Jorg de la famille racée des Elvenir s’étirait nu, sur l’immense balcon qui jouxtait ses quartiers personnels. Un luxe qu’il pouvait se permettre ici, sur les mondes impériaux, c’est trop souvent synonyme de chute, de sniper et autre attaque suicide.
Non, ici, Torden pouvait contempler sous le dôme d’oxygénation la fourmilière grouiller et considérer avec un souverain mépris la lie des modestes, des nécessiteux, des inférieurs qui composaient le bon peuple de l’Impérium. Il s’empara d’un verre aux proportions immenses de de deux doigts délicats pour tremper ses lèvres dans le nectar, fruit de l’importation et de sa main mise sur les stocks de denrées rares et hors de prix qu’on ne pouvait pas même négocier ici.

Il considéra avec un certain dégout son reflet dans le verre, son visage commençait à marquer, de profondes rides, ses mains elles même étaient tachées du vin de la vieillesse, l’empire de son épiderme autrefois traité par les meilleurs masseurs, comme un champ des plus précieux s’était teintée d’une ombre olivâtre déplaisante. Il maudissait le temps le temps et son cortège de soucis : il avait l’impression de partager quelque chose de commun avec ceux d’en bas, et cela lui donnait la nausée.

Il jeta le verre et une grande partie de son contenu du haut de sa tour d’ivoire vers les misérables avant de retourner à sa chambre où il considéra au milieu des dizaines d’œuvres d’arts qui ornaient par plaisir ses quartiers privés, la plus belle pièce d’entre toutes.

Etendu là, à sa merci : nu, le teint livide, fait de muscles fins, de courbes félines, d’une peau de nacre…L’Empereur avait porté une attention certaine et un amour infini dans la création de ce suivant-là. Et Torden remerciait le suzerain de toutes les âmes de lui avoir offert de le rencontrer. Cela confortait le noble dans son idéologie. Car les belles choses ne viennent jamais qu’entre les mains de gens bien, n’est-ce pas ?

Le quatre fois baron et deux fois prince de la lignée Elvenir se fendit d’un sourire appréciateur et se passa une langue goulue sur des lèvres charnues.

- Que ne t’ai-je rencontré plus tôt, douxcompagnon ? murmura-t-il d’un ton suave et d’une voix qui avait pour elle l’élégance des années de cours.

Il posa une main lascive sur le pied du jeune homme, désirait intensément faire remonter celle-ci vers la source de son appétit féroce.

Son regard se détourna vers ses cheveux immenses d’une teinte d’un noir corbeau et de cette délicieuse mèche rouge comme une trainée de sang sur de la terre brulée.

- Cette nuit ne me suffira pas, je te veux chaque soir de chaque jour, tout au long d’une année…

Le jeune homme posa son pied sur le torse de son amant qui désespérait de s’étendre sur sa conquête, mais qui ricana devant les jeux de ce jeune intriguant qui faisait maintenant mine de le repousser.

L’éphèbe tourna le visage vers une statue de cristal dans laquelle circulaient des fluides brillants :

- Je suis hors de prix, mon seigneur dit-il sur un ton mutin.

Le seigneur Torden leva le menton, piqué au vif :

- Mignon, j’ai gouté ta chair et ton nectar, tu es précieux, je le reconnais, mais certainement pas hors de ma portée. Ne te surestime pas.

Le jeune homme fit courir ses doigts dans les draps de soie, et entrepris de se relever ce que son vieil amant lui interdit d’un geste de la main.

- Attends ! Tu es vexé ? Pardonne au vieil homme que je suis. Je ne pensais pas à mal.

Maintenant, il suppliait.

- Je ne suis pas vexé.
- Alors couche-toi, étanche ma soif de toi ! Absous-moi du désir, de la convoitise, en me donnant encore une fois ce que je veux conquérir !


Maintenant il délirait.

Contre toute attente, le gigolo n’en était pas un facile, car il se relevait malgré l’interdiction.

Torden s’éloigna prestement plongeant sa main dans une large carafe dont il tira une poignée de perles et de diamants qu’il jeta sur le lit.

- Combien ?! Combien veux-tu ?

Albus considéra les bijoux avec un air semblable à celui qu’affichait le prince Elvenir il y a peu pour la foule des misérables. Le gigolo n’en était pas un, alors.
Ce dernier crispa la mâchoire avant de s’emparer d’un peignoir pour voiler sa nudité qui désormais le gênait.

L’assassin restait nu pour sa part se dirigeait vers une carafe d’eau clair et cristalline.

- Vous êtes né Sire Torden Jorg d’Elvenir ?

Nouant sa ceinture, le vieux noble qui perdait son sang-froid encore couvert de l’odeur de celui qu’il pensait déjà être conquis, changea de ton, et se montrant cinglant.

- Aussi sur que toi, tu es né fils personne et futur rien du tout !
- Bien. Je vais me permettre d’éclaircir les choses.


Et au contraire des choses, les yeux de Torden s’assombrir.

- Vous ne pouvez rien m’offrir de tangible qui ne me satisfasse un jour, sire Elvenir. Et vous ne m’auriez jamais rien donné sans une contrepartie.

Albus considéra l’énorme horlogium aux côtés de la porte qui n’aurait pas dépareillé dans une demeure Harlock.

- Alors je vous ai donné quelque chose que vous vouliez. En échange, j’attends que vous me donniez quelque chose en retour.

Torden sentait désormais qu’il était piégé, et comme un animal piégé, il se précipita vers sa table de chevet pour en tirer dans une certaine précipitation une arme de poing.

- GERART ! hurla sur un ton irrité le prince trahi.

Albus plissa légèrement les yeux en considérant le riche vieillard se noyé dans son orgueil, tenter quelque chose de déplacé et de relativement inutile.

La porte des quartiers s’ouvrit et un homme en costume d’or et de soie déboula dans la pièce, l’arme au poing lui aussi. Augmenté comme il seyait aux gardes du corps des nobles. Deux yeux bioniques, le cranes percés de nombreux trous dans lesquels circulait des fluides transportés par de fins fils de cuivre. Gerart réagissait vite, voyait tout.

- Tues moi ce cloporte, et emporte sa dépouille…comme avec l’autre. Vite.

L’honneur blessé d’un petit garçon dont le jouet se rebellait...

Gerart brandit son arme, élégante et stylisée vers le crane du doux éphèbe qui n’avait cessé de considérer sa proie.

La cellule d’énergie s’activa, mais ne parvint jamais à expulser son rayon d’énergie.
D’un mouvement aussi instantané que gracieux Albus pivota vers l’avant, pour lever avec souplesse sa jambe dans le même temps. Le pied de l’assassin s’écrasa contre le coude du garde du corps qui se brisa aussitôt. Perdant la coordination œil-main du fait de l’élongation subséquente à la fracture ouverte, le malheureux ne put se servir de son arme.

Qu’à cela ne tienne, il était formé pour réagir à ce genre de traumatisme. Ses tubes délivrèrent des doses massives d’antidouleurs, tandis que de sa main valide, Gerart dégagea une lame de sa manche. Une arme au moins aussi élégante que son pistolet et qui témoignait à elle seule du rôle véritable de cet homme. Il grogna tandis que sa trachée était écrasée par la paume de l’amant de son maitre. Privé d’oxygène, les cervicales durement affectées par le coup, l’homme tituba en tentant de garder son arme dirigée vers la silhouette désormais flou de son adversaire.

Torden n’attendit pas si d’avantage et se mit à tirer en direction de l’assassin démasqué…Qui se réfugia derrière le garde du corps. Paniqué comme il ne l’avait jamais été, l’idée même de cesser de tirer ne traversa pas l’esprit du prince. Il vida son chargeur dans le corps de son garde du corps hors de prix, ruinant autant une vie de servitude qu’un costume valant une fortune. Le corps de Gerart tréssauta sous l’effet des tirs répétés et finit par s’effondrer, sans vie, sur le sol, délivrant autant de sang que de produits artificiels.

- Non, non…Non !!! hurla Torden, dont l’arme ne faisait plus que cliqueter dans sa main sans délivrer la mort.

Albus enjamba le corps de Gerart et s’approcha de Torden qui lui lança son pistolet au visage. L’assassin aurait pu aisément saisir l’arme au vol, mais il préféra l’esquiver d’un geste vif du cou.
Inéluctablement il s’approcha du prince, qui lui-même reculait sur le balcon…

La main de l’assassin agrippa le cou de sa proie, qui respirait aussi fort que son cœur battait vite. Plus tôt dans la soirée cette main le caressait ici même, avec une affection rare et délectable.
Les reins du prince s’écrasèrent contre la rambarde et dans une posture courbée aussi douloureuse que dangereuse, il regardait désormais le ciel sans lumière de Port Errance, mais en imaginant que trop bien le vide sous lui.

- P... Pitié…

Les mains tachées du vin de la vieillesse s’agrippait désespérément à ce bras qui ne tremblait pas et qui montrait une puissance sans rapport avec sa finesse.

La voix du jeune homme était désormais glaciale et menaçante à son tour.

- Vous n’étiez pas le quart de ce que vous êtes aujourd’hui, il y a seulement deux ans. Tout le monde, en bas et haut sait que vous avez fait quelque chose pour vous enrichir comme personne n’y était parvenu si vite sur la station, prince Elvenir.
- Uurrh…Qui..Qui es-tu ?!
- Le rubis noir veut connaitre votre secret. Et il l’obtiendra.
- Je..j’aurais la vie sauve ?
- PARLE !


Il bascula un peu plus dans le vide, et poussa un cri d’effroi.

- Les sorcières !!!
- …Je t’écoute.
- Khh…Les sorcières de Castel : elles savent…Elles savent tout ! Il faut parti …uurk..participer aux enchères : c’est dangereux…C’est cher ! Mais…ce qu’elles disent feront de toi un…roi..ou…
- Ou ?
- Un cadavre.
- Qui sait où les trouver ?
- L’Eclessiarchie. C’est un cardinal qui m’a tout dit !
- Tu vas me dire lequel.


Albus obtint les secrets et la vérité. Et consenti à laisser vivre le prince Torden. Non par pitié, mais bien par pragmatisme. Les gangers, c’était une chose. Mais les autorités mettraient plus de zèle à retrouver l’assassin d’un noble que son tourmenteur.

Il avait preter par amusement, ce geste de mansuétude au rubis noir, et gageait que ce dernier surveillerait désormais le vieux prince, où qu’il se trouve.

Il ne restait que peu de temps à Albus. Assez pour obtenir quelques rumeurs, quelques secrets supplémentaires. La Lady Capitaine serait contente. Il ne restait plus qu’à rejoindre le capitaine d’arme et participer au rendez-vous avec les pirates.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Téméraire
Cela faisait 25 heures que le capitaine d'armes venait de revenir à bord, et la fin de la troisième journée s'approchait de minute en minute.
Soudain, le canal de transmission du vox-com qu'avait donné Schneider s'activa, et une transmission fut reçu, transmis en urgence sur le canal privé du Capitaine d'Armes.
" Ici Thrann Finn. Désolé du retard, d'après l'astropathe, les messages ont un peu du mal à passer en ce moment dans la Gueule. J'ai réussi à vous obtenir un rendez vous avec une personne qui connait bien les seigneurs pirates...
Malheureusement, il ne peut et ne veut se rendre à Port-l'Errance. Vous le trouverez à la 5 ème station de Passage, à l'Hermitage, dans le transept principal. Pour signalez votre descente, veuillez transmettre sur la fréquence que je vais vous donner la Chevauchée des Vendettas de la Garde; il sera présent si vous entendez sur la deuxième fréquence le Dies Irae de Von Karajan.
Au passage, votre déguisement pour des débutants étaient plutôt réussi, et je doutes que les autorités n'aient découvert votre petite manoeuvre, mais vous manquez d'expérience.
Veuillez donc présentez mes hommages à sa Grâce Lady Von Razgriz. Vous pourrez l'avertir également que quelque chose fut laissé à son attention au dit point de passage, ainsi que de vos honorables navigateurs.


Katje von Tödt a écrit:
Katje salua le père Markox d'un hochement de tête, et voxa au pilote des les ammener sur port l'errance, fissa. Les hommes s'impatientaient à juste titre, ils voulaient aller se détendre. Elle même n'avait qu'une envie : quitter le navire.

Le Dromon s'ébranla quand ses moteurs démarrèrent, et décola du pont d'envol du Pax Calixis pour partir vers la station spatiale qui se déssinait dans le lointain fond étoilé.

Le voyage fut bref pour certains, surtout les pilotes : occupés comme ils l'étaient ils n'avaient pas le temps de s'ennuyer. D'autres, comme Katje, s'ennuyaient ferme. Cela ne lui avait pris qu'un petit quart d'heure pour rédiger son rapport à la Lady Capitaine, un autre pour le relire. Restait de longs instant à attendre, sans aucune occupation à se mettre sous la dent. La discipline était parfaite, les soldats irréprochables, sans même parler des soeurs : elles montraient l'exemple même sans le vouloir.

Port l'errance approchant, elle se leva, vérifia ses armes, et donna ses dernières instructions à ses hommes. Faire honneur au navire, même lors des permissions. Elke serait de toute manière là pour veiller au grain, même si elle avait ordre de se détendre à bord de la station. L'air sentait de plus en plus comme la maison, et Katje souriait. Le plaisir simple de se savoir proche des étendues, et de revoir ses collègues. Elle posa le pied sur le ponton d'accostage, accompagnée des soldats du 7eme. Elle les abandona très vite en compagnie de la comissaire, pour se diriger vers un bar de la station bien connu des gallantiens, où ils se réunissaient toujours : Die Grüne Zauberin.

Citation :
Hop, j'arrète là pour le moment, faudra que je PM le MJ pour savoir qui quoi ou quand comment Razz

Harkness a écrit:
Il était entrain de répéter inlassablement ses enchaînements dans le dojo du Téméraire. 4, son maître d'arme pour l'occasion était Augustus, n°1 de ses gardes du corps. Un véritable expert en lame pratiquant une escrime à deux lames de son monde natal.

Pour les séances, ils étaient tous deux en treillis,le Sonneur au vu de sa taille et de sa masse utilisait deux épées alors que 1 prenait son épée et sa miséricorde en main gauche.

Harkness en était au début de cet art subtil du combat à deux lames mais le pragmatisme l'emportait toujours chez lui, il se rappelait une image du missel du vieux prêtre pédophile d'il y a longtemps, un guerrier surhumain de l'Empereur dans son armure noire et croix blanche, tombant sur l'ennemi avec ses deux poings énergétiques dressés bien haut.

Perdu dans ses pensées, Hark' avait encore perdu le fil de l'entraînement et emmêla ses lames dans sa passe d'arme.

Beef et Maximus de Quihl explosèrent de rire au trait d'humour de Gibson. Eux trois jouaient aux cartes avec n°5 qui lui était en service et donc en armure.

Tiiit

Harkness entendit la longue déclaration du dit Thrann Finn et fit signe de s'approcher à Nihilus; il lui prit le bloc des mains et commença à griffonner.

Trouve Albus de suite
Préparatif au vol


Il déchire la feuille et lui met dans la main, Nihillus dégage en vitesse.

"Thrann Finn, tu as tenu parole et je vais te renvoyer tes hommes. Bien entendu, tu sera récompensé à la mesure de ta peine. Veux tu autre chose?"

Il reprit l'écriture sur le bloc: codé psy pour L.V.R. uniquement, piste pour ordann dans la gueule, on va voir. Harkness.

Il attendait la suite et la réaction du "garde du corps" pour faire route.

Citation :
Je tiens à dire qu'il y a beaucoup de rétention d'info de ma part, c'est volontaire et effectivement j'ai l'intention de faire cavalier seul dans la gueule.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :


Le Téméraire.
"Loin de moi l'idée de vouloir profiter, alors que je vous avais promis un service gratuit ce coup-ci, mais j'ai eu quelques frais pour une communication rapide auprès de qui de droit. Si mes hommes revenaient avec une petite valise de coupures usagés, une petite brique, je vous en serait reconnaissant."

Port l'Errance, Die Grüne Zauberin

Il s'agissait d'une taverne sans prétention, dans une ruelle donnant sur la Cour des Morts, dans les Artères Dorées, sous le visage de la célèbre Libre Marchande Drusilla De Melusine, surnommée la Sorcière Verte en son temps, et qui avait donné le nom à la gargotte.
Lorsque Katje entra, ladite taverne était très animée, pour ne pas dire agitée : au centre de la taverne, a coté du bar, se trouvait une fosse de sable, ou était en train de lutter deux gallantiens barraqués, luisant de sueur, rougissant sous l'effort, vêtu uniquement de leurs kilts et chaussettes montantes. L'un d'eux, au visage barré d'une courte barbe gris fer à la berlinoise rendu assymétrique par une longue cicatrice, était en train d'immobiliser en une clef vicieuse un géant roux qui n'en menait pas large.
Le petit grisonnant portait un Kilt de lieutenant-colonnel, le grand roux celui de Major. La foule, composée essentiellement de Gallantiens en uniforme, rugissaient d'approbation, une chope de bière à la main.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn se dirigeait vers un atelier des forges d'Altar-Templum lorsqu'elle s'arrêta un petit instant ; elle venait de recevoir un message.
"Excusez moi un instant, Maître Armurier, une transmission urgente nécessitant une réponse immédiate."
Elle s'éloigna, tournant le dos au magos, entouré par ses Lebensguard, et se mit à transmettre en subvocalisant, à transmission immédiate en code crypté Ecarlate, au Téméraire par astropathe, en un style télégraphique du à la nature dudit code.
"Ex Cathedra disponible au plus tôt pour départ dans 28 heures.
Des améliorations sont disponibles pour le Téméraire, nécessitant que 24 heures d'installation, faveur du Mechanicum. Les composants ont été livrés sur la station de réparation S/914 R IX. L'intendante de ladite station est une connaissance, fiable, et est au courant, paiement déjà effectué.
AR demandé."

Puis, elle se concentra pour répondre à celui qui lui avait envoyé son rapport.
Citation :

Les délais donnés, le nom de station, ont été validés par frangin MJ à coté.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:17

albus a écrit:
Mains dans le dos, frais et lavé, l'assassin sentait un mélange subtil de fruits rouges et de vanille.

Il se présenta sur la passerelle dans de beaux habits d'apparat militaire, blancs noirs et or.

A priori, l'équipage se mettait en branle pour un départ très rapide vers la Gueule, si il en croyait les quelques échanges entre les divers officiers de bord. il se fendit d'un sourire en constatant que le capitaine d'arme vivait lui aussi dans le secret.

Il se détourna vers ce dernier, qui discutait âprement avec le véritable capitaine du Téméraire.

- Harkness...Nous quittons déjà Port Errance ? Si j'en crois ce que j'entends, nous ne rejoignons pas la Lady Capitaine...J'aimerais assez en connaitre la raison.

Le sourire léger dont il gratifiait son interlocuteur qu'il venait d'interrompre n'était jamais paru aussi ambivalent qu'en cet instant.

Harkness a écrit:
Harkness avait expédié les blabla avec Trann Finn et lui avait renvoyé ses 3 camés avec 10 000 gelts sortis des caisses du navire.

Il discutait avec le capitaine au sujet de la gueule et des routes quand Albus se présenta, enfin, sur la passerelle. Et non accompagné de Nihilus qui plus est.

- Tiens, vous voilà vous. D'un les officiers ne font que parier sur la suite. De deux, des informations intéressantes concernant les pirates? Des pistes?

Harkness était assis sur son trône, le Capitaine visiblement fâché se tenait à côté. Il reprit la préparation de son cigare en attendant la réponse d'Albus.

Un expert comme Albus pouvait remarquer la présence des gardes du corps d'Harkness sur la passerelle, les fameux 11 qui n'était que 10 en armure carapace.

albus a écrit:
- Assez pour dire que nous n'avons pas l'ombre d'une chance de capturer le pirate avec les seules forces du Téméraire, il semble faire équipe avec deux autres confrères qui possèdent respectivement le Pain train, anciennement nommé Orion, et une frégate modifiée : spécialisée dans l'abordage.

Albus se déplaça jusqu'à se trouver à quelques centimètres du Capitaine d'arme, pour lever la tête vers lui.

- Tout le monde imagine que vous désirez lui agripper la gorge, Harkness, quitte à y laisser votre propre vie et celles de tous les hommes qui vous accompagneront. Je gage qu'il ne s'agit que d'une part de la vérité.
J'ai accepté tacitement de rencontrer avec vous les membres de la Fraternité des princes du vide, parce que j'y vois le chemin le plus rapide pour retrouver Ordann.
Je n'ai pas l'intention de renier ma parole, mais, et je profite de ma présence sur la passerelle pour en assurer autant vos soldats que les officiers de bord, tout comme je vais de ce pas sensibiliser l'équipage de navigation : Si nous parvenons à entrer en contact avec les pirates, nous n'avons pas la permission de signer un quelconque pacte avec eux.
Et dans l'hypothèse où ils seraient en mesure de nous présenter ou de nous dire où se trouve Ordann : nous n'irons pas le chercher sans l'aval de la Lady Capitaine ET ses conditions.

Le sourire n'avait pas quitter le visage de l'Assassin.

- Il est inutile de dire que je m'assurerai que la personne dont je suis lige ne se trouve départie de sa juste vengeance, Harkness. Nous sommes nous compris ?

Harkness a écrit:
Harkness se redressa pour faire face au prétentieux.

- Inutile de faire des grandes phrases et des menaces à deux balles. Inutile de sensibiliser qui que ce soit. Je dirige ce navire comme bon me semble dans l'INTERÊT de Madame Von Razgriz. J'ai un contact avec un intermédiaire. Un lieu de rendez vous. Lui pourra nous diriger vers la suite. Inutile d'envoyer Ex Cathedra se montrer dans un repaire de bandits, inutile de faire prendre des risques à la Lady Capitaine et à son navire principal. Et je ne compte pas attraper Ordann avec ce vaisseau sans macro-canon donc oui Madame Von Razgriz sera prévenue en temps et en heure.

Harkness planta son cigare entre ses dents et l'alluma.

- Au passage, un garde du corps qui prend des initiatives de plénipotentiaire, je ne suis pas très au point sur l'organigramme mais vous allez devoir clarifier votre position pour les autres.

albus a écrit:
- Ma position est très simple, Harkness. J'ai à charge, la protection d'une paire de l'Impérium. L'un des personnages les plus importants de ce secteur.

Il ne se débarrassait pas de son sourire.

- Je dois protéger au mieux de mes possibilités, l'intégrité de sa chair, de ses possessions et de sa réputation.
Ce qui signifie que quand j'entends du fond de votre gorge que tout va bien et que sa Grace est prévenue à temps, je me rends compte aussi vite que vous ne m'indiquez pas l'ampleur de vos propres prérogatives dans cette histoire, et des directives dont vous faites l'objet. Mais que ce navire semble vouloir aller TRES vite en besogne néanmoins.
Pour autant que vous vous en défendiez : vous souffrez d'une réputation qui vous précède.

Il bascula la tête de coté.

- Je ne prétends pas établir une position dominante sur vous, Harkness. J'ai autant de chance d'y parvenir que de faire réciter l'alphabet à une brique. Mais ne faites pas semblant à votre tour d'ignorer qui je suis, ce que je fais et pour qui je le fais en vous cachant derrière votre titre, votre gros cigare et vos gardes du corps.

Albus glissa lentement les mains, le long de son corps.

- Nous allons nous rendre au lieu de rendez vous, et obtenir ce que nous désirons tous.
Mais n'ignorez surtout pas, à aucun moment, noyé dans des secrets qui commencent déjà à vous étouffer que je suis très exactement ce que vous pensez que je suis.

Il ne quittait pas le regard du colosse.

Harkness a écrit:
Harkness éteint son cigare et gonfla son torse sous l'effet d'une montée en régime. Il relâcha l'air dans un vent bruyant et murmura à Albus.

- Ecoute mon gars, je suis pas un perdreau de l'année. Tu prends tes cliques et tes claques et tu descends du Téméraire. Tu ira faire ton numéro sur Ex Cathedra, hors de question d'avoir un mec dans l'équipe qui me chante doucement à l'oreille qu'il est un tueur braqué dans mon dos. Je n'ai pas besoin de ça, tu n'as pas envie de jouer à ça avec moi. La je suis poli.

albus a écrit:
- Informez la Lady Capitaine que vous désirez me voir partir. Si elle est d'accord, je partirai.

Harkness a écrit:
- Que crois tu faire, me menacer puis te réfugier derrière la Lady Cap'? C'est ça les tueurs de l'Ordre d'Athenais? Des pleutres doublés de clown en uniforme de carnaval? Donc on reprend, tu sors de ce navire et tu va voir la Capitaine pour lui servir ta version. Harkness rajouta sur le ton paternaliste d'un papa gateau parlant à un enfant de 3 ans: Je réglerai ça avec elle, entre grande personne.

Harkness resta planté la, devant Albus, dans une posture de moins en moins amicale.

albus a écrit:
Albus tourna des talons pour s'éloigner du capitaine d'arme, lui présentant son dos sans hésiter, et s'éloigna à petits pas.

- J'en appelle à votre bon sens, Harkness. S'il vous reste, ce que vos derniers propos contredisent, vous allez bien considérer le poids de votre décision aussi arbitraire qu'injustifiée.
Vous voulez me sortir de ce navire alors que j'y suis avec le consentement de votre libre marchande, qui fait, je vous l'accorde un excellent bouclier dans notre débat...
C'est illogique, voir dénué de bon sens. Vous ne parviendrez pas à mener les discussions avec la gente pirate, comme vous ne parviendrez à vous empêcher de sauter à la gorge d'Ordann si vous le trouvez. Au mépris du bien être de cet équipage, de la réputation de votre mandante et de l'intégrité de ses possessions.

Il tourna à nouveau les talons, pour considérer le militaire, à quelques pas de lui maintenant, mais il souriait malgré l'énoncé de ces derniers propos.

- Votre comportement m'incite à la plus grande méfiance, Harkness. Vous voulez faire cavalier seul pour des raisons que j'ignore, et peut être involontairement.

Il tendit la main vers l'avant, en inclinant la tête :

- Je pourrais insister et même vous contraindre, mais ce n'est pas ainsi que nous réglerons les choses. Je vous donne une ultime chance de redevenir raisonnable et d'annuler votre dernier ordre. De partager éventuellement le fruit de vos opérations avec moi, comme je suis disposé à partager ce que je sais avec vous. Puis nous ferons ce que vous avez planifié auprès de la Fraternité du Vide. Et oui, ne vous leurrez, je vais vous surveiller, et je tenterai par tous les moyens imaginables de vous arrêter si vous faites quoique ce soit de répréhensible aux yeux de la libre marchande que je protège : je ne vois même pas comment cet état de fait pourrait faire l'objet de la moindre incertitude. Et je trouve déplacé pour ne pas dire grossier de me reprocher de vous en faire le rappel. J'ai le mérite de l’honnêteté, contre toute attente. Pouvez vous en dire autant, mercenaire ?

Gill Haddon a écrit:
Gueule de bois

Le pistolero franchi la porte du bar, il était entré par la plage il ressortait maintenant dans la ville. Les rues étaient pleine de corps, le caniveau plein de sang. C’était une ville qu’il connaissait, seul différence, mais à ciel ouvert. Un soleil puissant et mauvais irradié une chaleur propre à faire fondre du goudron.

Le pistolero enjamba un premier corps. C’était un pur carnage. Une longue piste. Toujours à marcher. A aller un peu plus loin encore. Dans ce monde sans périphérie, une seule rue, une seule piste, à travers l’abîme maintenant. L’horizon disparaissant de sa vue.

Le gaucher ne devait pas avoir une grande avance, mais les règles avaient changé. Encore. Il savait qu’il pouvait parler maintenant. Il n’en ressentait pas le besoin mais il le pouvait. Il savait aussi que le temps n’avait plus lieux d’être, comme les distances. Que lui et le gaucher se poursuivraient jusqu’à ce qu’on leur impose de se rencontrer. Et qu’en attendant il marcherait entre les cadavres de toute une vie de meurtre. Il était devant, il devait les tuer. Lui se contenterait de marcher en retrait. Comme avant.

Il se remémorait ce temps où il s’était effacé. Il lui avait laissé la place. Etait-il alors ainsi ? Juste un homme armé d’un pistolet à tirer sur tout ce qui avait le malheur de vivre. Le malheur…

Il marcha ainsi sans se préoccupé de rien. Le jour était permanent. L’univers se rétrécissait petit à petit. L’abîme se faisait plus rapprocher. Mais elle était là, juste présente sans émotion et sans rien. Lorsque le vent soufflait, parce qu’il y avait un vent, régulier, comme la respiration d’un vieillard, l’odeur de la poudre et du fer se faisait plus forte. Parfois il lui semblait avoir un gout étrange dans la bouche. Il y avait tellement de corps ici. Toute la rue en était pavée.

A un moment il entendit une musique lointaine.
A un moment il trébucha sur un corps.
A un moment il se sentait bien.
Que faisait le gaucher… Que fait le droitier…
Il marche, toujours un peu plus loin, toujours…

Il respirait les odeurs de la ville. Même s’il était seul on aurait dit que la vie c’était éteinte une seconde avant. Tout était là, une odeur de nourriture, un plat fumant, la mousse sur une bière, l’arôme du récaf’. Il avançait mais sans trop réfléchir. C’était son chez lui ici. Sa ville natale. Les corps c’était ses anonymes qu’il avait tué ou fait tué, c’était ses rivaux, ses ennemis, ses amis, ses voisins.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:21

Harkness a écrit:
- Ecoutes moi bien Albus une seule menace, même susurrée, et je prend les devant. On se comprend la? Maintenant tu sors de ce navire et tu vas trouver la Lady Capitaine, sinon je te sors moi même de ce navire.

Harkness faisait craquer ses poings.

albus a écrit:
Et c'est ainsi qu'Albus s'en alla...

Harkness a écrit:
Chronique d'un désastre annoncé

Bienvenu dans le cerveau d'Harkness...

Albus avait été débarqué en bonne et due forme, il n'aurait jamais du foutre les pieds sur le Téméraire.

Le découplement de la station c'était fait rapidement, les autorisations de navigation accordées et le Seeadler/Téméraire quittait maintenant Port l'Errance.

J'étais sur la passerelle quand on m'a posé sans un mot la dernière réception astropathique.

"Honorées Navis,
On vient de m'informer que le Général Harkness souhaite partir précipitamment de Port-l'Errance, sans mon feu vert. J'aimerais, dans la mesure du possible, sans que vous mettiez en danger votre sécurité, que vous fassiez avorter la manoeuvre. J'ai prévenu la Navis Primaris de ce message.
L'Empereur Protège.

Lonallyn Von Razgriz."


Bâtards vérolés!

Un de ces chiens émasculés a assassiné Götz, maintenant ils se liguent contre moi!

- Capitaine, machine en avant toute, vous vous postez pour sauter dans la gueule. Nihilus apporte ces coordonnées aux Navis. Dit leur qu'il faut un saut rapide pour pister Ordann.
- Capitaine une fois cela fait, vous me mettez ce navire en alerte rouge, restriction de déplacement.


Direction le cabinet des psykers. Petit message pour Lonallyn von Razgriz.

"Le Téméraire va effectuer un a/r rapide dans la gueule pour rencontrer un intermédiaire pouvant mener à Ordann. Retour bientôt. Harkness."

Voyons ce qu'elle va répondre la princesse...

albus a écrit:
Citation :
Téméraire : poste de Navigation.

- Le capitaine d'arme vous fait savoir qu'il attend un saut rapide vers la destination indiquée dans la Gueule !

Il tendait une suite de coordonnées imprimée sur du vieux parchemins. Un auxiliaire vint s'en saisir.

La Duchesse plissa les yeux en considérant Nihilus. Le mastard semblait aussi nerveux que son visage peu expressif pouvait le faire ressentir.

- Il pensait que nous allions tricoter ?
- Non, Madame !
- Duchesse.
- Non, Duchesse !
- Rompez.

Nihilus se raidit un instant et quitta l'Occolum.

- Pourquoi se montrer si dure avec lui, demanda Nylae qui considérait déjà les coordonnées de saut ?
- Mon petit chat...Quand ils commencent à te dire ce que tu dois faire, comment tu dois le faire et à quelle vitesse tu dois le faire, tu perds non seulement ton rang, mais surtout ton libre arbitre.
- Nihilus n'est que le héraut.
- Et il va sans doute me faire passer pour une mégère. C'est ce que je recherche.


Septima mettait à jour les cogitateurs tandis que le téméraire réchauffait ses propulseurs.

- Je..Je crois que toute cette histoire de pirate a rendu monsieur Harkness, bien nerveux.
- Il est nerveux de nature. Il a probablement tenter d'arracher la joue de la sage femme qui l'a mis au monde.
- Plus que d'habitude. Et depuis l'incident avec l'officier des communications, la passerelle est assez mal à l'aise, tout cela s'additionne.
- Qu'est ce que tu essaies de me dire, Nylae ?
- Rien..


Elle baissait la tête.

- C'est juste que je voulais partager mes constats.
- Je vais te donner un conseil: comporte toi comme une navis. Si tu pressens un danger, alors c'est simple, agis pour le prévenir.


Nylae acquiesça, sans trop savoir quoi faire en réalité. Elle n'aimait pas l'idée d'aller à la rencontre de pirate, elle n'aimait pas la chape de plomb qui s'était abattue sur l'équipage, ni le fait de savoir Klaus en cellule.
Elle posa le lourd harnachement permettant la transition Warp sur elle, alors que la Duchesse opérait les calculs de trajectoire sur les cartes d'astro-navigation.

- Levée des champs de Geller, dans trois points zéro zéro.

La jeune Navis confirma l'ordre.

- Moteurs Warp à 60%, annonça l'auxiliaire.
- Message au capitaine de bord, transition dans dix, zéro, zéro : navigation jusqu'au point de saut immédiate.
- Transmis, Duchesse.
- Aller Nylae, fais nous ça bien.


La jeune Navis investit à nouveau d'une mission se concentrait tandis que l'énergie de son oeil se répandait dans tout l'Occulum levant les voix célestes qu'elle parvenait à solliciter lors de ses concertos.

Septima se dirigea vers les cartes, en considérait d'un oeil méfiant la situation. Sa main mécanique hésita au dessus des runes de programmation d'un cogitateur lié à la navigation. Elle regarda Nylae, toute à son affaire pressée de satisfaire Harkness et de sentir acceptée. Elle soupira.
Elle se mit à rentrer une nouvelle programmation de voyage.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
pendant ce temps, sur Altar Templum- Calixis Ext-3

"- Passerelle, estimation du temps minimal pour que nous puissions décoller du système ?
- 26 heures dans les meilleurs des cas, votre Grâce.
- Saperlipopette !"

Un temps.
"qu'on me trouve un dromon rapide le plus proche, et qu'on me prépare une navette rapide, avec mon paquetage d'urgence. Prévenez la Hetman de même, elle m'accompagne. Prevenez le temple d'Athenais également, pour qu'ils contactent Albus et que celui-ci me rejoigne en route. En mon absence, et vu que le Premier Officier Haddon est toujours en cuve, le commandement d'Ex Cathedra est confié au Colonelle Von Tödt. Prévenez la le plus vite possible à Port-L'Errance. Elle a pour ordre de nous rejoindre une fois Ex Cathedra prêt, et que le Chancelier aura eu le temps de sonder la station pour des opportunités commerciales, comme prévu, soit environ 48 heures. Je penses que la Navis Primaris rattrapera aisément ce retard initial. Mettez moi en relation avec Babur immédiatement !"

Un petit quart d'heure plus tard, un message astropathique hautement urgent parvint à bord du Téméraire à destination du capitaine.
Il ne comportait que quatre mots.
"Attendez moi, j'arrive."

Citation :
Je ne pouvais décemment pas embarquer toute la passerelle pour le cas d'éventuels grabuges, et il faut des gens de confiance pour tenir Ex Cathedra en l'absence de Lon.

Ajax Ordann a écrit:
Citation :
Port-l'Errance, Hab-secteur Omega-34.

L'ambiance était lourde des encens et du parfums capiteux et presque écoeurants qui y étaient brulé depuis des mois maintenant.
Vautré dans des coussins de soie brodée, le jeune homme profitait d'un instant de repos après ses exercices et son étude des textes sacrés qu'il avait emporté d'Elros, son cher monde natal. Des mois qu'il attendait, des mois qui lui avait semblé une lente et insoutenable éternité.... Une éternité qui n'en était qu'à son tout début, malheureusement. Ses prédecesseurs avaient attendu, eux, toute une vie et il n'était aucune raison que cela ne soit différent pour lui que pour eux.

Il avait cependant commencé à se faire à sa nouvelle vie... un peu...

On frappa à la porte du hab-block et Kushi-bey, le colossal garde du corps et maître d'arme vérifia avant d'ouvrir, dévoilant la fine silhouette, les soieries et le turban orné de la fleur des Aga. Afrasiyab-aga s'épousseta quelques secondes, comme pour chasser la puanteur et la crasse d'un tel endroit avant de s'incliner. Une véritable offense au vu de la personne en face de lui, mais le jeune homme n'avait aucune raison de lui en vouloir, il comprenait parfaitement l'impression de son accompagnateur et témoin.

-Lumière d'argent nimbant la plaine un matin d'Hiver, ether radieuse des profondeurs insondables de la grandeure, brise d'été des haut plateaux fleuris de Kunthrassar, je viens vous annoncer l'arrivée de celui que nous attendions. Ex Cathedra est arrivé, Ahmet-Pacha.

La Jeune homme sauta de ses coussins et s'étira, avec une certaine lascivité courante chez les gens trop habitués au plus extrême des luxe.

-Excellente nouvelle, mon bon Afrasiyab-Aga. Que le message leur soit envoyé immédiatement, et que mes affaires soient prêtes pour le transfert. Que ma suite soit réunie, également... Menelas Kern doit être en train de fomenter un quelconque mauvais coup profitable à court terme... faites donner son signalement à vos agents, si nécessaire...

-... Mon seigneur, je n'ai pas... d'agents, ici, pas comme sur Elros. Les gens qui me permettent de...

-Comme tout cela est fâcheux, mon bon Afrasiyab-Aga..... Tes paroles m'ennuies... Je me suis attaché à ce gredin, et je le veux à mes côtés pour notre arrivée à bord. Car tel est mon bon plaisir.

-Il en sera fait selon votre bon vouloir, Mon Seigneur.

Le ministre s'inclina avant de disparaître, se gardant de jurer et de s'étendre sur les petits crétins présomptueux et arrogants, imbus d'eux-même et de la puissance de leur nom.

Citation :
Ex Cathedra, une petite demi-heure plus tard.

A bord d'Ex Cathedra, une missive arriva via les circuits vox du bord.
Elle était adressé personellement au Seigneur-Capitaine d'Ex Cathedra, Maître du nom et de la Dynastie des Von Razgriz, Pair de Son Imperium, Commandeur des légions astrales. Suivait également une vingtaines de titres anciens, disparus ou perdu depuis l'échouage d'Ex Cathedra.

Citation :
Le joyau des montagnes, le dragon-tigre indomptable, Lui dont la lame telle la foudre frappe avec la force de l'hexa-taureau et la rapidité de la guêpe ardente, Son Altesse Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal, requiert la permission de monter à bord pour prêter hommage et serment devant vous, en vertu des anciens pactes et anciens serments.

Au nom de son Altesse,
Afrasiyab-Aga Hushyar ibn Ruzbeh Shaya, Ministre, témoin, emissaire d'Orgul-Padicha.

Harkness a écrit:
Harkness eu la réponse astropathique rapidement, il fit simplement corrigé son ordre auprès du Capitaine.

- Capitaine, réduisez à 25% progressivement, Ex Cathedra envoie une équipe de support.

Il saisit son vox com et communiqua aux astropathes:

"Message pour Ex Cathedra: Réduisons la vitesse, nous vous attendons."

Harkness alla s'enfoncer dans son siège de commandement, et contacta le commissaire de bord pour préparer les appartements de la Lady Capitaine et lui préparer une haie d'honneur composée des meilleurs éléments des Reîtres. Pas plus d'une vingtaine de bonhommes.

Malakaï Zacharia a écrit:
De retour sur le Cathedra, Ivan alla rejoindra la cathédrale. Il rentra dans la sacristie et ouvrit un simple panneau de bois le long d'un mur. Un panneau sécurisé était dissimulé et s'ouvrit après différentes manoeuvres du religieux.
La cache abritait un vox sécurisé dont les fréquences particulières étaient seules connues de l'Ecclésiarchie. Le message envoyé par Ivan à ses supérieurs était simple:

Citation :
Ici Pater Missionarius Galaxia Ivan Markov, demande l'autorisation d'aller sur Scintilla pour superviser l'élection et défendre les intérêts de la lignée Von Razgriz. Merci accuser réception. Terminé.

Une fois l'opération terminée, il fit appeler un acolyte et lui intima l'ordre suivant
"Au moment où nous recevons une réponse, viens me chercher immédiatement sur la Passerelle!"

Et Ivan se rendit donc ensuite sur la Passerelle, voir ce qu'il s'y passait et si Lonallyn était de retour sur le vaisseau. En chemin, il s'occupa de distribuer prières et réconfort aux membres d'équipage qu'il croisait.

Katje von Tödt a écrit:
Citation :
Die Grüne Zauberin, quelques minutes après le départ du téméraire.

Katje discutait depuis déjà quelques heures avec les autres Gallantiens, et s'était faite une assez bonne idée de qui était venu pour l'occasion. Plus de monde que ce à quoi elle s'attendait, la taverne était pleine à craquer pour l'occasion, remplie de brutes en kilt. Elle avait passé une partie de son temps à discuter, l'autre à assister aux combats qui se déroulaient dans la fosse. L'acceuil était bon, mais les discutions sérieuses n'avaient pas commencées.

Elle reçu un message direct de la capitaine qui lui fit perdre tout sourrire, et failli érroder son calme et sa bonne humeur. Elle tenta de n'en laisser rien parraitre, mais la bordée de jurons qui étaient sortis naturellement de sa bouche pouvait trahir ses énervement. Elle voxa à la chasse et aux soldats à bord de la station que leur permission était révoquée, et de la retrouver sans délais au pont d'embarquement. Elle quitta ses confrères en leur prometant que ce n'était qu'une escapade - le boulot, vous savez ce que c'est ... - et se dirigea, furibarde, vers la chasse de la dynastie.

Citation :
Pont d'envol, port l'errance.

Katje monta dans le premier transport disponible à la suite d'Elke, donnant l'ordre de se lancer sur une trajectoire d'interception du téméraire.

Quelques longues minutes plus tard, le téméraire est en vue, en train de s'éloigner du système vers la gueule. Katje s'empara de l'intercom, demanda la fréquence du téméraire juste après avoir réglé la trajectoire des appareils pour survoler le téméraire, sans pour autant attaquer. Mais toutes armes dehors.

"Téméraire ici collonelle von Tödt, Répondez."

A peine avait elle prononcé ces paroles qu'une communication prioritaire de la capitaine prenait le pas sur son canal vox. Des contres ordres qui indiquaient la venue de la capitaine à bord du téméraire pour donner la chase et "controler harkness". Elle attendit la réponse du bâtiment, prète à leur signifier les ordres de Lonallyn comme si de rien était.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Citation :
Harkness désire nous quitter, et doit en plus s'absenter dès aujourd'hui pendant plusieurs jours. Du coup, j'en prends la main, avec ces consignes.
Le Téméraire se mit à ralentir alors que la chasse Razgriz le suivait et serrait de près.
"Ici le Téméraire, nous vous recevons Colonelle. Nous attendons l'arrivée de Coffre- Fort."

Il fallut près d'une quinzaine d'heures pour Lonallyn et son équipe réduite pour atteindre le Téméraire, à bord du Dromon rapide qui venait récupérer les marchandises à destination du Téméraire : les diverses améliorations pour la corvette que la Libre Marchande venait d'acquérir. Il n'y aurait pas le temps ni les docks nécessaires pour les installer, mais du moins, ils seront disponibles lorsque le vaisseau fera un arrêt à un chantier idoine.
Pendant ce temps, sur la passerelle de la corvette, un Capitaine d'armes bougonnait et faisait les cent pas, visiblement d'humeur peu jouasse, ce qui ne manquait de rendre très nerveux les officiers autour.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:24

Tancrace a écrit:
De retour sur Ex Cathedra, le Chancelier se rendit dans un endroit reculé du vaisseau, où la cellule Oblivio, les hommes et femmes que Tancrace avait pris sur Scintilla, dont le cerveau avait été lavé puis reconditionné dans une obéissance suprême au Chancelier et à la Lady-Capitaine, peaufinaient leur entraînement. Trente-six personnes aveuglément dévoués à Tancrace, qu'ils connaissaient sous le nom de "Seigneur" et à Lonallyn, "l'Alpha", seraient bientôt prêt à infiltrer diverses organisations au bon vouloir de leurs maîtres. Tous étaient dotés d'implants volitor performants installés par le Maître des Chairs, mais malgré cette précaution, aucun ne connaissait les identités des officiers d'Ex Cathedra. En fait, ils ne connaissaient pas même le nom du vaisseau sur lequel leur nouvelle vie avait commencé.

Il leur rendait généralement visite à tous en même temps. Mais cette fois, c'était les progrès de Gaellus qui l'intéressaient. Le chef de la sécurité du Chancelier avait suggéré de leur donner des numéros, mais ce dernier avait trouvé cela affreusement vulgaire et leur avait à tous donné un prénom impérial. Gaellus avait été remis entre les mains, les dendrites plutôt, de deux technoadeptes rattachés aux salles des détectaugures d'Ex Cathedra. Depuis plus de deux semaines maintenant, à raison de 12h par jour, Gaellus s'abîmait les yeux à déchiffrer des données obscures et à les interpréter pour qu'elles signifient quelque chose.

Quand Tancrace pénétra dans la salle exigüe, Gaellus le gratifia d'un "Honoré, Seigneur." mais ne fit aucune forme de salut ni même ne se leva. Le Chancelier avait insisté pour que tous les aspects superflus de la hiérarchie ne soient pas enseigné à ses pupilles. L'important était qu'ils soient efficaces, pas flagorneurs.

"-Comment se passe ta formation, Gaellus?"

-Très bien, Seigneur, je pense être prêt pour la mission que vous comptez me confier."

-Ai-je parlé d'une mission? Je n'en ai pas souvenir.

-Je m'avançais, Seigneur. Je pense que c'est la raison de ma formation particulière aux détectaugures.

-Quelle remarquable sagacité, Gaellus! Ta réponse me conforte dans mon choix, tu seras parfait pour ce genre de mission."

Gaellus avait été choisi au hasard, tous les membres de la cellule Oblivio présentaient, à peu de choses près, les mêmes caractéristiques. Mais le Chancelier estimait qu'encourager un peu l'individualisme les pousseraient à se surpasser. Ce n'était probablement pas nécessaire compte tenu de l'endoctrinement sévère que ces gens avaient subi, mais on ne sait jamais... Tancrace se tourna vers les technaugures:

"-Est-il prêt?"

-Nous pensons qu'il l'est. Il ne pourra occuper que des postes subalternes mais il est formé à la plupart des commandes, des rituels et des manipulations. Il sera aussi bon, si ce n'est meilleur, que n'importe quel opérateur sensoriae non-augmenté.

-Entends-tu, Gaellus? Un parfait opérateur! Je suis très fier de toi. Je n'ai plus qu'à te fournir quelques accréditations et lettres de recommandation et tu iras à Port l'Errance. Ca ne devrait pas être long. Je parlerai de toi à l'Alpha sitôt son retour à bord."

-Vous feriez ça pour moi, Seigneur?"

Les yeux de Gaellus s'étaient écarquillés sous le coup de l'émotion, et un sourire béat illuminait son visage.

Le Chancelier se dit qu'il avait fait du bon travail.

albus a écrit:
Citation :
Le téméraire

Albus, qui avait rejoint l'équipée à bord de la navette de la Lady Capitaine se tenait désormais sur le flanc de cette dernière.
Quand ils débarquèrent sur la frégate, arborant toujours une jovialité infantile hors de propos, l'assassin ne manqua pas de saluer à nouveau les soldats qui il y a peu l'avaient éconduit des quais du navire sur ordre du Capitaine d'Arme.

Y avait-il de l'ironie, de l'insolence ou de la vengeance dans ses manières ?

Le jeune homme resta néanmoins dans les pas de sa maîtresse, ne poussant pas la plaisanterie plus loin qu'il ne le fallait.

Katje von Tödt a écrit:
Citation :
Chasse d'Ex Cathedra, quelque part dans le vide.

A bord de la flottille d'escorteurs divers, Katje avait attendu avec flegme l'arrivée de la capitaine. Les ordres avaient changés, dommage. Mais ils lui convenaient assez, et montraient une certaine confiance de la part de la capitaine dont elle n'était pas peu fière. Bien entendu, le fait qu'elle soit la dernière membre de la hiérarchie du vaisseau encore en un seul morceau et en état de commandée ne lui avait pas échappé, mais ce n'était qu'un détail mineur.

Une fois Lonallyn arrivée, Katje signala son départ pour la station spatiale, afin de retourner voir les Gallantiens qu'elle avait laissés en plan. Non que la petite escapade en chasseur ne lui déplaise, mais elle n'avait plus vraiment lieu d'être, et faisait perdre non seulement du temps mais aussi un précieux carburant. Elle s'en fut donc prestement, retournant vers son rade préfère retrouver ses collègues, et négocier avec eux les conditions de leur montée à bord. Ayant les mains libres, elle allait se montrer d'autant plus dûre en affaire que la lady capitaine ne serais pas là pour la soutenir.

La pièce était encore plus enfumée qu'à son départ, les combats faisaient rage et la plupart des officiers présents commençaient à montrer quelques signes d’ébriété. Tout ce qui lui manquait pour finir correctement la permission ! Elle s'offrir une pinte gigantesque et trinqua avec quelques vieilles connaissance à qui elle n'avait put serrer la main depuis plus de dix ans pour certains. Peu de Gallantiens travaillaient dans le secteur Calaxis, qui était bien trop propre et patrouillé pour que leurs services soient demandés.

La soirée dura longtemps, et c'est passablement éméchée mais suffisamment maître d'elle même qu'elle regagna le dromon, avec la ferme intention de rallier le croiseur pour décoller au plus vite rejoindre le Téméraire. Le vol se passa sans encombre, et elle en profita pour récupérer rapidement au moyen du sieste prolongée pour être au mieux de sa forme à son arrivée.

Citation :
Ex Cathedra, presque cinq heures après le départ du téméraire.

Le retour avait pris un peu plus de temps que ce que Katje aurait désiré, mais elle n'y pouvait rien, aussi s’accommoderait elle de ce contretemps. Elle avait prévenu le chancelier que les 24 premières heures seraient passées à préparer le départ du croiseur depuis l'orbite du monde du méchanicus, puis qu'ils passeraient un peu moins de 24 autres heures standard dans les environs de port l'errance, afin qu'il ait le temps de prendre ses dispositions. Suite à quoi Ex Cathedra se préparerait au passage de la gueule pour rejoindre la capitaine.

Elle parti s'enquérir des ordres de la capitaine, et donna sans attendre des "ordres" pour finaliser les opérations techniques avec le méchanicus aussi vite que les rituels le permettaient, et envoya à se sujet une demande polie à la magos prime, ne souhaitant pas la froisser. Elle en fit de même avec les officier de ravitaillement qui devaient récupérer les pièces fournies par le clergé de mars.

Elle fit enfin mander le navis en poste sur la passerelle, qu'elle reçu très formellement. Elle lui présenta comme une demande de préparer aussi prestement qu'il leur était possible l'équipe de navigation à traverser la gueule, car la libre marchande les y attendraient dans quelques 48h. Elle prit bien garde à ne pas paraître autoritaire, mais à ne pas céder à la faiblesse cependant. Elle ne souhaitait pas changer la ligne directrice de Lonallyn qui semblait être de considérer les navigateurs comme une entité assez puissante pour être respectée. Qu'elle approuve ou pas, elle n'était pas en mesure de remettre en cause le jugement de sa supérieure.

Gill Haddon a écrit:
Le bout de la route. Oui il se doutait de ce que se serait. Au bout de cette longue route sanglante. Là-haut, les étoiles. Tout autour l’abîme. Au centre. Viktor. Viktor vraiment ?

Il avait changé. Son visage avait muté en un rictus dément .Sa bouche s’étendait d’un bout à l’autre de son visage, chargé de croc acéré encore couvert de sang. Ses yeux n’étaient que deux trous enflammés. Il avait perdu son chapeau, et sa tenue n’était que suie et sang. Sa main gauche était une crispation autour de son colt. Sa main droite un tas de griffe. Une buée se formait à chacune de ses respirations. Lourde. Vide.

Le pistolero regarda les étoiles.

« C’était une longue marche jusqu’ici. »

Viktor ahanait lourdement. Ses yeux fixant Gill. Il essaya d’articuler mais n’y parvient pas. Sa bouche n’était plus faite pour parler.

« Tu es fatigué Viktor. Tu les as tous tuer pour moi. Je t’en remercie. »

Viktor jeta son bras gauche en avant, le chien du colt s’arma.

« Tu sais pourquoi alors que je marchais sur une plage tu devais tuer de nouveaux ses gens ? »

Une détonation. La balle passa loin de Gill.

« Tu es épuisé. Tu les as tués parce que tu ne l’avais jamais fait. J’ai vécu ta vie et tu as vécu la mienne. Laquelle est la plus enviable ? Celle à se promener dans des paysages splendides ou la mienne à tuer, tuer, tuer et toujours tuer ? »

Nouvelle détonation. La balle aurait du se loger dans l’épaule gauche de Gill mais au moment de l’armement du chien il avait légèrement pivoté.

« Tu es comme Lock tu sais. Tu es mon porte-flingue. Mais pareil à lui tu n’as jamais eu l’impression d’avoir de sang sur les mains.»

Gill sorti son propre colt de sa gaine.

« Mais comme tu n’as pas réussi à vivre avec ta mauvaise conscience t’as voulu être un monstre. »
Viktor allait de nouveau tirer mais avant même qu’il ne réaligne son bras Gill tira et lui figea une balle dans le crâne. Viktor tomba en arrière sous la détonation. Gill s’approcha de lui en parlant.
« T’es mon portrait. Tous mes tourments tu les as gravés sur ton visage. »

Le monde changea. Viktor se lev d’un bond, atterrissant sur Gill. Lui écrasant la gorge de son arme et cherchant à lui labourer le ventre de l’autre. Gill se laissa faire. Il plaça son colt dans la bouche de la murène et tira. Encore. Encore. Encore.

Le monde changea alors qu’ils s’enfonçaient dans le sol. Gill regardait les étoiles.

« Elles sont belles. »

Viktor faibli. Gill le repoussa, lui envoya un coup de genou dans les parties. Le balança sur le côté et se releva. Viktor vomissait maintenant. Du sang entre autre chose, des plombs aussi.

« Alors tu es près pour le vrai combat. Pas ce pugilat stupide. Non le vrai combat. Toi et moi dans un duel pour savoir si je repars vers les étoiles ou si je fuis vers l’abîme. »

Viktor avait changeait de nouveau. Il était de nouveau se reflet inversé de Gill.

« Gill… Je ne suis pas ton chien. Tu n’es pas mon maître. Je mérite la paix ! Le vide. »

Le monde changea. Il était maintenant un dédale de tuyaux, de corridors, d’escaliers et de coursives. La voix de Gill vint de partout à la fois.

« Gagne ce droit. Tue-moi. »

Viktor regarda son barillet. Une balle. Pourtant juste avant il aurait juré pouvoir tirer à l’infini. Gill avait le même problème. Il regarda autour de lui. Il opta pour un corridor de tuyaux. Il avançait lentement, en essayant de ne pas faire de bruit. Il arpenta le dédale dans un silence absolu. Cela lui rappeler vaguement quelque chose… Oui le premier vaisseau où il avait servit. C’était ça ! Les cales noires. C’était là qu’il avait réuni les Boyz la première fois. C’était là qu’ils avaient décidé de prendre des contrats de mercenariats lors des escales. C’était après ce couloir. Dans la salle circulaire du collecteur secondaire de l’entrepont 26…

Le poing de Gill vint de nulle part. Viktor eu à peine le temps de parer l’attaque. L’autre poing de Gill s’abattit sur le haut de son visage. Il recula d’un pas, envoyant sa jambe vers l’avant tout en dégainant. Du plafond. L’enfoiré l’avait attaqué du plafond ? Gill tête en bas lui prit le canon de l’arme dans la main droite et lui mit sa propre arme sur le front.

« Tu fonces dans le tas Viktor. Tu oublis que je suis le meilleur. Second round ? »

De rage Viktor tenta de lui envoyer son poing libre dans la figure. Gill se contenta d’esquiver sans tirer. Il se laissa tomber à terre. Menaçant Viktor de deux armes maintenant.

« Recule. »

Viktor obtempéra. Il se demandait à quel jeu sadique encore Gill allait jouer. Ce sale môme taré. Gill posa le pistolet de Viktor au sol. Puis il recula dans le couloir. Un pas après l’autre. Toujours Viktor dans son viseur. A une dizaine de pas de distance dans la grande salle.

« Tu as compris ou je veux en venir ? »

« Que tu m’es supérieur en tout point. Que je ne suis que ta version raté… »

Il jeta sa propre arme sur la droite, à environ deux mètres.

« Quand tu veux. »

Viktor scrutait Gill. Oui c’était Gill. C’est sûr. Autant lui était Viktor. Il était le gaucher. Lui était le droitier. Tout les deux étaient le pistolero. Il regarda son arme au sol. Il visualisa son action. D’abord il fléchirait les genoux et mettrait son poids en avant. Gill agirait en parallèle, en miroir même… Il récupérerait son arme de la main droite, la ferait passer dans la gauche au moment où il roulerait sur ses épaules. Il tendrait alors le bras en le verrouillant. A la fin de sa roulade la tête de Gill serait parfaitement dans son viseur. Il n’aurait même pas besoin de viser. Juste de tirer. Il se jeta au sol d’une roulade, attrapant l’arme dans un geste parfait. Il lança son bras en avant en visualisant où se trouverait Gill alors. Il tira.

Il ouvrit les yeux. Gill n’avait pas bougé. La balle c’était figé exactement là où Viktor avait voulu la placer. Là où la tête de Gill aurait du être alors. Mais il n’avait pas bougé. Alors Gill se déplaça, il se baissa, il ramassa son arme. Il visa lentement Viktor.

« Bang. »

Le monde explosa. Ou plutôt il tomba. S’effondrant comme un plateau de cinéma. Sur le côté Viktor pu voir l’immense affiche de cinéma alors qu’il s’effaçait lentement : Starring…

Gill avança lentement. Il ne restait plus rien de Viktor. Que son pistolet au sol.

« Jeune j’ai tué. Puis je t’ai créé. Tu étais ce qui mourrait en moi lorsque je tuais. Je t’ai fais tuer pour moi. Mais tu ne le supportais pas, alors nous avons troqué nos places. Tu vivais et je tuais. Aux portes de la mort tu as voulu m’entrainer avec toi dans l’abîme. Les étoiles m’appellent. Reste-ici. Reste dans mes souvenirs. Ne me gène plus. »

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
La présence à bord de Lonallyn sur le Téméraire se fit entendre avant de se voir. Après tout, redoutant un besoin d'une force de frappe conséquente, elle avait emmené la moitié de son contingent de Lebensguard, ce qui incluait son omniprésente fanfare.
https://www.youtube.com/watch?v=Y8rWkc2NvB8&feature=related
Toutefois, ces derniers n'avaient pas leurs instruments, en raison du départ précipité, ni même leurs uniformes de parade : les musiciens se contentaient de diffuser par leurs amplificateurs vox un enregistrement de l'une de leurs marches.
De fait, ils étaient tous en tenue de campagne, Lonallyn inclus, qui n'était qu'en armure carapace cette fois ci, et avec un strict minimum de décorations, dans un style bien plus sobre que les uniformes qu'elle arborait usuellement.
Elle s'approcha sans peur du Capitaine d'Armes.
"Mes félicitations pour avoir déniché cette piste, Général. Ou allons nous ? Avez vous déniché directement notre gibier, ou une piste chaude ? "

Harkness a écrit:
Harkness accueillit la délégation avec le stoïcisme requit, il n'émit aucune remarque et resta fermé à la vue de l'Autre. Il ne fit aucun commentaire sur le ridicule des soldats-musiciens. Il ne fit que s'avancer en direction de Lonallyn Von Razgriz pour s'arrêter à quelques pas d'elle et lui adressa un salut martial et strict en attendant qu'elle finisse sa phrase.

A la ponctuation finale de celle-ci, il prit la pose du soldat au repos, mains dans le dos, jambes légèrement écartées. Machoire en avant. Calot coincé dans un passant de ceinture.

La scène se reflétait sur le cirage de ses rangers.

"- Merci Madame. Quand nous serons sur la passerelle, je vous donnerai la localisation exacte de notre destination. D'après ce que je sais, madame, notre destination est un repaire de bandit notoire et un coupe-gorge sans nom auquel vous auriez pu vous soustraire. Je vous ais souvent entendu rappeler que votre Dynastie n'est pas assurée et il m'a semblé prudent de vous épargner cette destination. Nous nous dirigeons vers un intermédiaire. Il se peut que celui-ci soit détenteur de messages d'Ordann-le-traître ou d'effets personnels de Vincens.

Harkness parlait sur un ton neutre et dépassionné.

En outre, je dois vous informer que votre garde du corps, Albus, a proféré des menaces verbales et a laissé entendre qu'il était un danger pour ma personne. En sa qualité de garde du corps de votre grâce, il vit toujours. De plus, dois-je associer son expulsion de ce navire, au déploiement de force d'Ex Cathedra envers le navire d'un de vos subordonnés fidèle et loyal?"

albus a écrit:
Albus resta impassible lors de l'attaque en règle du capitaine d'arme.
Au mieux, élargit-il quelque peu son sourire, paisible.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Un coupe-gorge ? Quel genre de coupe-gorge ? Si on vous a donné rendez vous dans le salon privé de Karrad Val sur Iniquité pour partager le thé et les petits fours, là je penses que je commencerais à m'inquiéter."
Sur un ton léger de plaisanterie, mais à peine... Car on ne plaisante pas à propos de Karrad Val, seigneur pirate redouté au proie au Chaos, qui échappe depuis plus d'un siècle au juste courroux de la Navy avec ses croiseurs de bataille.
"J'apprécies votre soucis de ma sécurité, Général. mais sachez, comme le disait un Commémorateur de la Grande Croisade :
"Partout ou je vais, le DANGER suis mes pas."
Mon statut d'unique héritière ne m'a pas empêché de me retrouver un premier ligne dans des abordages, à partir en reconnaissance sur le champ de bataille au commandement d'un vaisseau moins armé et plus fragile que le Téméraire, de forcer des blocus ou de récupérer des équipes au sol...
Ma présence à bord n'est connu de personne si ce n'est notre propre dynastie, je ne penses pas qu'un piège pour moi nous attendent sur place.
Si jamais c'est un piège, il vous faudra quelqu'un qui a l'habitude du combat spatial sur un tel type de vaisseau, et si ce n'en est pas un, il vous fallait peut être... un petit coup de pouce pour l'aspect relationnel de la transaction."

Un bref sourire. qui s'éteignit.
La chasse ? Oh, cela fournira une petite couverture à votre départ rapide et donnera foi au Seeadler : une petite transaction entre Libres Marchands qui se révèle plus houleux que prévu, et l'un qui part promptement lorsque l'autre a montré les crocs.
Elle baissa fortement le ton, pour être audible que du capitaine d'armes.
"Et avouez que votre départ si rapide, sans donner de nouvelles, ressemblait fortement, de l'extérieur, à la vilaine farce que nous a fait Ordann. Je n'ai pas été assez rapide la dernière fois à dégainer. Cela ne surviendra pas deux fois."
Elle reprit, un peu plus haut.
Pour répondre à votre dernière question, oui, en effet, vu que c'est lui qui m'a averti de votre départ imminent. A l'avenir, s'il vous plait, ne me faites plus ce genre de cachotteries dans mon dos. J'aimes qu'on prennes des initiatives, mais dans la mesure du possible, je souhaites qu'on me tienne au courant."

Harkness a écrit:
"Je n'ai même pas eu le temps de vous avertir, alors que le message était prêt que déjà vous ordonniez aux navigatrices de saboter la manoeuvre. Vous avez ma loyauté pour plus de 4 ans et demi, j'espèrais avoir la votre de même. Je vous demande aussi de ne jamais me comparez à un pirate, quel qu'il soit."

Harkness fit un quart de tour et invita la Lady Capitaine à le suivre, il la guida silencieusement dans les coursives, en direction de la passerelle.

Citation :
je laisse de la place pour une réponse de la patronne.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"J'ai suréagis, et me suis trompée. Je n'ai jamais clamé l'infaillibilité, et nous vous ait jamais ttraité de pirate, soyons clair. Je vous suis."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:27

albus a écrit:
Citation :
Le téméraire.
Sur la passerelle, l'équipe d'officiers attendait. Ceux qui le pouvaient s'étaient éloignés de leurs instruments dans l'attente de l'arrivée du mastodonte...Et de leur maitresse.

On oublie trop vite le lien d'obédience teintée d'une cruelle servilité qui lie les individus au service d'un libre marchand à ce dernier. A la manière d'un patrimoine précieux, il y avait chez les officiers du téméraire, ceux qui travaillaient sous l'égide directe de la lignée von razgriz du moins, un profond respect mélange de crainte et d'amiration pour la représentante actuelle de la dynastie.

Il ne fut donc pas surprenant de voir les gens de la passerelle, tous galons dehors, se fendre du signe de l'aquila, et claquer des talons à l'arrivée de la délégation menée par leur tyran.

Nylae s'était rangée auprès des gradés parmi les réitres, et salua à la manière des mercenaires, la souveraine du navire.

Quant à Septima, en retrait, elle leva simplement son verre d'amasec à l'intention de la libre marchande.

Harkness a écrit:
Harkness guida la troupe jusqu'à la passerelle par des coursives propres et vides de membres d'équipages. Ceux-ci étaient à leur poste, en état d'alerte. Une fois sur la passerelle, les nouveaux arrivant purent constater l'étonnement d'une bonne part des membres de la passerelle, le Capitaine du Téméraire vint présenter ses hommages suivit par son second.

Harkness profita de la petite distraction pour faire un saut dans son bureau, il revint vers la Lady Capitaine et lui tendit les informations essentielles griffonnées de l'inimitable écriture d'Harkness.

Saut jusqu'à l'Hermitage, 5e station de passage de la gueule. Rdv dans le Transept Principal. Pour signalez la descente, transmettre sur la fréquence XV 48 la Chevauchée des Vendettas de la Garde; X sera présent si on entend sur la VX 48 le Dies Irae de Von Karajan.

"Voilà Madame l'essentiel, l'homme que je dois retrouver est un intermédiaire pour accéder aux pirates de l'Expansion. Eux pouvant donner un accès à Ordann. Albus a du vous dire qu'Ordann a visiblement monté une flotte dans le coin."

Harkness avait repris sa pose martiale, la meilleure carapace d'un vieux soldat de métier.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Elle lut attentivement -en partie pour décrypter l'écriture caractéristique du capitaine d'armes, digne d'un Medicae - puis reposa le document.
"Hum. L'hermitage... un bon choix pour un rendez vous discret, les ermites ne devraient pas poser de troubles. C'est une station spatiale isolé, un vieux monastère a moitié abandonné. Si quelque chose d'étrange s'y prépares, nous devrions être à même de le voir de loin, sachant que le système ne se prête pas à une embuscade.
J'ai bien reçu cette information d'Albus. A ce sujet, vous avez eu vent de OU cette flotte agit ?

Gill Haddon a écrit:
Vancrel regardait le matériel déposé dans son laboratoire, côté accès au public. C’était ancien mais en état neuf… C’était des merveilles qu’il aurait aimé posséder pour lui-même. Ses recherches… Oh oui !

Botkin regardait ce même matériel et surtout la délégation. L’un d’entre eux présenta une copie carbone du bordereau de transfert. Botkin le vissa en sa qualité de Magos Medicae de garde. Le transfert s’opéra sans encombre. La cuve fut soigneusement desceller et placer en circuit clos, une autre, temporaire serait installer afin de ne pas diminuer les capacités de triage du vaisseau.

Vancrel signait les bordereaux de transfert pour le matériel de remplacement qu’il avait conçu. Des pièces détachées en culture se faisaient la malle en suivant le patient qui devait les recevoir en greffe.

La petite bande du Mechanicus s’en remonta dans sa navette de transport en surveillant des constantes qui de toute façon ne varié plus depuis des mois.

« Je suppose que l’accès à leur installation était de trop ? J’aurais aimé voir ce qu’il compte faire exactement que nous n’étions pas en mesure de faire nous même… » Botkin parlait plus pour lui-même qu’autre chose « Bah je ne doute pas que nous aurons le loisir de le revoir dans nos installations. »

Vancrel restait songeur devant ses milieux de cultures soudainement vides. « Oh oui, bien entendu. Vivant, par contre... »



Toc toc
Qui est là
Décharge électrique
Toc toc
Blourb blourb blourb
Les sons sont bizarres
Décharge électrique
Je n’apprécie plus la blague
Une bande de mecs en rouges à l’air malsain
Ils font grouiller leurs tentacules de métal un peu partout
L’une se faufile sous mes paupières et les maintiennes ouvertes
Une autre me présente un écran d’affichage
« Bonjour. Nous sommes diligentés par la dynastie Von Razgriz pour achever votre reconstruction. »
Je vois
Attendez
« Désirez-vous communiquer »
Oui
« Pensez. Nous décrypterons.»
J’ai envi de changement
Quelque chose de neuf
« Nous devons protocolairement vous demander votre autorisation.»
Oui
« Nous disposons d’un protocole. Nous avons rarement l’occasion de l’utiliser sur un sujet consentant. Voulez-vous en savoir plus ? »
Non
Faites-le
Un tentacule verrouilla le sas d’entrée
Les hommes en rouge se regardèrent en faisant cliqueter leurs engins vocaux
Je suis certain qu’un consensus s’en dégagea
Parce qu’après
Je me senti ouvert
De long
En large
Et en travers
Etrange
Les étoiles je peux presque sentir leurs lumières froides



Autour de moi cela bip, cela ping, cela pong, cela ding. J’entends bizarrement. Comme si les sons n’étaient pas près de ma tête. Je me sens exploser. J’ai l’impression que mes jambes sont à un ou deux mètres de moi. Que mes bras sont du même côté. Que sans doute ma tête flotte dans un bocal loin de reste.

J’ai des tuyaux dans chaque narine. Des tuyaux, au pluriel. J’ai des tuyaux dans la bouche, dans la gorge, sous mes paupières, dans mes oreilles, dans des tas d’orifices pas naturels, dans le reste de mes orifices naturels.

Je pense aux étoiles qui se rapprochent. Je sais que je suis sur une planète. Je peux sentir cette saleté de gravité naturel qui veut me clouer à la surface. Il y a un vrombissement perpétuel, comme une vibration omniprésente, mais ce n’est pas celle d’un moteur plasma. Je suis au sol.

Je vois tout en accélérer en ce moment. Les gens entrent et sortent en un instant, me laissant une image floue, comme une persistance rétinienne, comme des tirs dans le noir absolu.
Je vois qu’il y a des tas de flacons. Je les compte. Vingt et un. Je vois mon bras. Il y a un tuyau tout les deux centimètres on dirait bien. Je n’ai pas vu autant de seringue enfoncé dans un bras depuis mes seize ans. On avait jou…. J’avais joué aux fléchettes avec des seringues de came sur un mec qui me devait du fric. J’en souris. Oui qu’il est bon d’être soi.

Le premier visage presque humain en je ne sais combien de temps. Je vois ses yeux. C’est un homme… Je pense. Sa voix synthétisée m’explique des choses mais les sons sont trop lents. On dirait qu’il parle au ralenti. Cela bourdonne et cela chuinte. C’est pénible. Il doit voir mon incompréhension parce qu’il touche à une série de petit robinet en cuivre sur un tas de tuyau qui pénètre par un gros trou entre mes côtes. Cela va mieux Il me dit que je serais vite sur pied. Qu’il procède à l’assemblage bientôt. Oh… Alors ce n’était pas une impression.

On me bouge. On me met sur plusieurs chariots. C’est vraiment spécial comme expérience. Je pense à Viktor. La pauvre créature serait devenue folle. Ah ah. Je sombre.

Lorsque je reprends mes esprits. Je me sens de nouveau entier. Mais aussi un peu bizarre. Un instant je veux retenir ma respiration alors que je pense me noyer. Mais en fait non. Je suis juste dans une sorte de baignoire transparente. Encore des tuyaux un peu partout. Je veux me retourner mais je me rends compte que je suis bien harnaché en fait. Un des gars se pointe avec sa tentacule d’affichage et m’apprend que je suis contentionné – un mot que je ne connaissais pas – parce que si je remue trop je vais perdre le bas. Je n’ose plus essayé de bouger. On m’affiche que dans six heures je sors de ma boite. Comme un diable ?

Au bout de six heures, enfin je le suppose, on vide ma cuve. Les tuyaux dans ma gorge pompe le liquide de mes poumons et y injecte de l’air. La sensation est horrible. On me force à respirer à un rythme qui n’est pas le mien. C’est très désagréable. Mais je ne lutte pas. Des tentacules me décollent de mon bac et me dévisse des trucs dans le dos. D’autres me retirent la tuyauterie. Je sais ce que vie un appartement lorsque l’on fait venir le plombier. Je n’aime pas la blague… Les tentacules me lavent, me sèchent, m’habille.

On me dépose sur un brancard et on me bringuebale en douceur jusqu’à une chambre métallique nu. On me fait rouler sur le côté. Hop me voilà sur un lit. En chemise de nuit. J’en profite pour dormir.



Gill se regardait dans la glace depuis un petit moment. Un grand miroir de pied. Une grande plaque réfléchissante format pan de mur. Il se regardait. Surtout le visage. Il se passa les doigts aux coins des yeux. Se palpa le nez. Fit jouer la peau de ses joues. Ouvrit la bouche. Tira la langue. Compta ses dents.

- Ben merde alors !

Le Magos de Mars notait scrupuleusement tout ce que ses capteurs capter.

- Même mes dents. Les cicatrices et tout le bordel…

Un autre Magos s’approcha de lui. Gill jeta son pyjama au sol et nu comme un ver se tortilla pour regarder son dos.

- J’pige pas. Pourquoi mes vieilles cicatrices sont plus là et que j'ai récupéré mes dents tomber durant mes innombrables bagarres de bar ?
- Très simple. Notre traitement vous a fait grossièrement rajeunir en fait. Je précise que le terme grossiérement qualifie ici une explication imprécise de notre traitement. Vos chaires ont retrouvé l’aspect qu’elles avaient lorsque vous étiez au sommet de votre condition physique selon votre potentiel génétique.
- Généquoi ?
- Oublier ce mot. Il ne vous sera pas utile.
- Merde je me donne pas plus de vingt pige là.
- Cette impression est du au fait que votre peau est neuve. Au niveau interne vos organes ont vingt-trois ans. Ils garderont leurs efficaces nominales pour les six ans à venir avant de reprendre leurs sénescences.
- Séné ?
- Vieillissement.
- Aah ok. Donc en fait j’suis un quadragénaire sur le tard dans le corps d’un gamin de 20 piges ?
- Votre corps entre sa vingtième et vingt troisième année. Oui.
- Putain… Pourtant j’étais couper en deux à partir de là.
- Oui vous noterez la différence de teinte de peau d’ailleurs. Un petit défaut de pigmentation du au solvant. Ce que nous avons complètement remplacer à pris une teinte légèrement plus blanche, ce qui est d’origine est d’une demie nuance plus foncé. Vous noterez que vous êtes grandement plus clair qu’avant.
- Oui merde. Bon et la pilosité ? Non parce que là on dirait je sais pas trop… Une sorte de… ben euh…
- Vos téguments ont reprit leurs développement normaux. Cela va repousser normalement.
- Si vous proposez ça à la vente les nobles vont s’entretuer pour payer et y passer.
- Ce n’est pas utile les cures disponibles pour le grand public sont amplement suffisante. Et puis nous avons un taux d’échec de 87%.
- Je suis dans les 13 autres pour cents ?
- …
- Ok. On va dire qu’en théorie c’est un oui.
- Exactement. Vous y êtes. En théorie. Au pire votre chirurgien devra vous remplacer les parties en vieillissement accélérer. Et puis vous nous aidez grandement à redécouvrir le processus et à le maîtriser.
- En tout cas je suis impressionné. Je comprends mieux la phrase « les miracles de l’omnimessie ». Enfin j’ai déjà vu pas mal de chose. Mais là… Je savais pas que c’était possible. Je me voyais plus avec des implants mécaniques.
- Oui. Pour votre malchance votre chirurgien avait déjà pourvu à la régénération d’une grande partie de vos organes. Il n’était pas utile d’envisager une autre implantation. Et votre consentement nous à permis d’expérimenter dans cette voie rarement utiliser. C’est une bonne chose.
- Yep.

Gill se repassa son pyjama et se vautra sur un canapé en alumium.

- Bon alors je suppose qu’on va me faire passer des tests ?
- Oui et notre protocole est secret. Nous allons vous faire signer un document de confidentialité puis nous débuterons. Cela ne sera guère long. Après nous disposerons sur votre corps des capteurs que vous garderez pendant 48 heures. Par la suite tous les sept jours vous pratiquerez les tests vous-mêmes et noterez les résultats. Ils seront confiés au Magos Primari du vaisseau dynastique de la famille Von Razgriz par vos soins. Qui nous les fera parvenir par voies courantes.
- Action alors. Ce n’est pas que je n’aime pas votre hospitalité mais j’ai vraiment envi de sortir et voir l'espace. Je pense que c’est un contrecoup de mon enfermement intérieur.
- Nous vous rembarquons ensuite sur Ex Cathedra.

Harkness a écrit:
Pas la moindre idée Lady Capitaine.

Harkness s'adressa à la passerelle: "Plan de vol validé, tout le monde à son poste, on décarre!"

Madame, si je peux vous conduire à vos quartiers. On va trouver un peu de place pour les troupes de choc.


C'est ainsi que le Téméraire sauta vers une mort certaine.


Citation :
L'état "subjectif" du Téméraire:
L'équipage est plutôt rodé, peut être un peu 'usé' par la chape de plomb qui s'est étendu sur la passerelle. Il bénéficie d'un soutient "médical" en provenance de diverses sources et certaines des "facilités" des Reîtres comme le BMC ont probablement aidé à maintenir le moral assez haut.

Les troupes sortent de 5 mois d'entraînement carabiné et quotidien, choyées d'un point de vue condition de vie et soumise à l'implacable discipline des Reîtres: être le meilleur ou ne pas être. Elles sont surement impatiente d'en découdre.

Les officiers: hihihi. Ils sont hypnotisés par la terrifiante menace planant sur leurs vies. Aka HARKNESS!!! L'effet est à double tranchant, ils obeissent et Harkness contrôle absolument tout, mais ils sont peu être un peu bridé dans leur créativité. En même temps c'est pas l'actor studio, c'est un instrument de vengeance.

Honoria a écrit:
- Par l'empereur ...

La voix de Nylae était tremblante. Les simulations, les théories, les tests...Rien ne l'avait préparé à ça.
La main de Septima se posa sur son épaule.

- Concentre-toi, petite.
- Madame, je...je le vois à peine...

La duchesse posa un regard moribond sur les résultats de l'anomalie lors de la tentative du rite de l'Astronomican. Deux béta. Elle était quasiment aveugle, c'était comme tenter de franchir un brouillard intense, avec une cataracte.

- On va plonger, reste attentive.
- Oui, Madame !

Cette fois, c'était du sérieux, zone de tempête Warp, pas de Matriarche pour ralentir ou guider l'allure. ..Elle travaillait en tandem avec une spécialiste du combat naval, pas une navigatrice pur sang.

Et le téméraire plongea.

La duchesse resta dans l'occulum pour assister sa jeune apprentie, tout le long de la traversée. Cette dernière devait durer une cinquantaine d'heures. Un moment éprouvant pour la jeune navigatrice qui devait conduire la frégate entre deux tempêtes grondantes.

Trente heures après le départ, la jeune femme dont le sang charriait désormais des doses importantes de drogues permettant de simuler les phases de sommeil et d'accroitre la concentration laissait planer autour d'elle, des choeurs lourds et inquiétants.
Peu de gens dormaient sur le Téméraire lui meme, rarement depuis la début de la croisade Von razgriz, un voyage ne s'était passé aussi âprement.

La navire remuait, grondait, il était secoué de toute part alors que des forces immatérielles le menaçait à tout instant.
Septima recalculait systématiquement leur trajectoire au fur et à mesure que les détectaugures lui faisaient part de l'émergence de phénomènes contrariant.

- Duchesse !

Un auxiliaire interpellait si familièrement la Primigenes qu'elle se figura rapidement qu'un problème d'importance venait de surgir.

- Les runes s'affolent, les champs de Geller sont inopérants, face à ce qui se trouve dans le nuage que l'on traverse !
- Restez tous calmes ! lança d'une voix rauque la navigatrice. Vous avez déjà vécu ça, d'accord ? Il s'agit de simples phénomènes visuels et sonores, je vous interdis de céder à la passion ! c'est mon occulum, vous obéirez !

Les auxiliaires acquiescèrent, non sans une inquiétude certaine.

Nylae tremblait sur le siège, la pression s'intensifiait autour d'elle, ce qu'elle vivait, nul humain ne pouvait y survivre.

Septima pressa à contrecoeur la rune d'alerte, et les alarmes du téméraire retentirent dans tout le navire. Il ne fallut guère que de temps aux officiers et à l'équipage pour comprendre ce qui se passait.

Des silhouettes fantomatiques surgissaient partout depuis le plancher jusqu'aau plafond pour ramper contre les vivants, et les effleurer de leur étreinte glaciale. Impossible de ne pas se retrouver aggriper par ces miracles monstrueux issus des cauchemars de l'Aethyr.
Ils sussuraient des mots dans des language proscrits, interdits...hérétiques...des mots impossibles, des mots de folie, de sang et de colère. des promesses infâmes, des pactes anathèmes.

Et quand la raison ne comprenait pas le language des maudits, l'âme y faisait écho...

[size=50]Il revient.[/size]
[size=85]Il la cherche.
[/size]Immortel. Invincible.
[size=150]Offrez lui la femme. Où est-elle ?![/size]


[size=200]HARLOCK LA VEUT !!!![/size]


Les hurlements de terreur se multiplièrent, à travers les ponts alors que l'agitation démente gagnait les légions damnées.

Dans l'Occulum, la jeune Nylae s'agitait dans son siège. Septima devait faire avec des dectetaugures défaillants.
Les relevés étaient corrigés à la minute même. Le travail n'était plus pénible, il devenait harassant.

Soudain, elle hurla. La jeune navigatrice poussa un cri terrifiant qui agita la salle entière.

- Merde...

La duchesse considérait la silhouette énorme et monstrueuse qui se lovait contre l'enfant. elle devinait les mots monstrueux et la douleur qu'elle diffusait chez sa protégée.

- Nylae, du cran gamine ! C'est maintenant qu'il faut etre à la hauteur !

La jeune femme percevait la voix de sa tutrice comme un écho lointain, perturbée par l'horreur qui tentait de lui ravir son âme.
Ce qui se passa ensuite...
Et bien ce qui se passa ensuite ne peut s'expliquer que dans l'expérience de Septima.

Elle anticipa le piège qui se refermait sur son navire.

- Auspex ! hurla t-elle à l'ordonnance qui se concentrait jusqu'alors sur les relevées de détection standard.
- Pardon, madame ?
- relevés d'auspex, bon à rien, vite !

L'ordonnance se leva pour aller chercher le kilomètre de parchemin qui se déversait sur le sol pour en apporter le bout à septima qui s'en empara de sa main mécanique.
Elle plissa les trois yeux.

- NYLAE ! DEGAGEMENT PAR BABORD, VIRE DE QUATRE VING DIX PAR DEUX MAINTENANT !!

ce fut comme un électrochoc. Nylae quitta le cauchemar qui la noyait pour considérer ce que son Oeil Véritable aurait du voir avant. Quelque chose de gigantesque et de tentaculaire allait s'emparer du navire et le broyer !

Elle ne réfléchit pas un instant de plus et concentra toutes ses pensées sur les contrôles du Téméraire qui vira au mépris du bien être de l'équipage dont prêt des trois quarts venait d'être jetés sans crier gare au sol !

La frégate plongea sans crier gare dans une zone que toutes les cartes répertoriées condamnaient. Une zone de fond et hauts récifs comme stipuler dans les manuels.

Dans les faits, c'était un bourbier infâme, une zone de guerre dans laquelle des entités tangibles et cauchemardesques, mais surtout très belliqueuses allaient les chasser à travers un ensemble d'anomalies au moins aussi mortelles...

- Duchesse...La voix de Nylae était suppliante.

Septima ne put attendre et coupa les commandes du trone pour enclencher la transition vers la passerelle. Elle lança elle-même l'alerte :

- A L'ATTENTION DE LA PASSERELLE ! NOUS SOMMES EN ZONE DE GRANDS FONDS ! PROCEDURE D'URGENCE : QUE LES PILOTES PRENNENT LA MAIN SUR LE TEMERAIRE ET NOUS SORTENT DE LA, VITE !

un auxiliaire s'approcha timidement de la navigatrice alors que cette dernière se servait un grand verre d'Amasec.

- Ma dame, nous...
- A la grâce de l'Empereur !

elle leva sa coupe à l'attention de l'homme qui lui lança un regard terrorisé.

Citation :
A vous les pilotes...et probablement les artilleurs.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Une chaussure vola contre la paroi la plus proche de la coque.
" Vous allez cesser de sussurrez vos sempiternels salmigondis, sapristi !" ronchonnait Lonallyn, cherchant à s'endormir dans son lit. Elle se demanda brièvement à quel officier elle devait cette cabine, et ou diable Harkness avait du le reloger pour lui faire de la place.
Non, les voix de l'exterieur ne se taisaient pas.
Lonallyn se releva, enfila une robe de chambre, et se dirigea vers le petit autel portatif qu'elle avait installé à la place d'honneur, au milieu du fatras de ses affaires. Si elle avait été raisonnable en terme de garde robe, elle n'était pas venu les mains vides ; elle avait emmené de quoi bien emplir la cale d'un côtre, tout le nécessaire pour mener une expedition sur divers mondes hostiles, ne sachant pas ce qui l'attendait : Tentes, tenues de survies, rations, poste de commandement mobile, generatorium mobile, son arsenal personnel.
Elle commença à murmurer la Grande Prière du Vide, allumant les cierges consacrés...

Et se retrouva soudain, les quatres fers en l'air, plaquée contre la cloison, les bougies renversées sur elle.
Elle poussa un cri, surprise par la cire chaude et les bougies allumées qui étaient tombés en un mauvais endroit.
"Tonnerre de Terra, qu'est ce que c'est que ces manoeuvres ? " grogna t-elle entre ces dents, se relevant, commençant à s'habiller pour aller dire deux trois mots à qui de droit.
L'alerte se mit à klaxonner.
"Ah, d'accord."dans un soupir, elle acheva de se vêtir, non sans secouer une certaine rousse qui s'était invité dans la cabine la nuit sur un prétexte fallacieux - peur du noir ? allons bon !-, et qui ronflait, malgré l'agitation, comme une bienheureuse.
"Debout, Aleksia, tu vas avoir du travail, et au trot !"

Quelques minutes plus tard, la Libre Marchande était sur la passerelle.
"Timonier, point sur la situation !" Elle n'était certes pas la capitaine du vaisseau, mais en tant que propriétaire dudit navire, et sans doute la plus expérimenté pilote présent, elle comptait bien savoir ce qui se passait.

Citation :
Je ne sais plus si Hark est doué pour le pilotage spatial, mais de mémoire, je crois que non. Prêt à prendre la main pour gérer le problème.
Citation :

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Téméraire

Citation :
pour ceux qui se posent la question : le but n'est pas de prolonger le voyage, mais il est hors de question que je triches si vous devez affronter les dangers du Warp lorsqu'ils se présentent aléatoirement. Le moindre transit est dangereux, et la Gueule n'est en plus pas un passage facile. Dura Lex, Sed Lex.
https://www.youtube.com/watch?v=W3Wp4ShjN4g&feature=related

Le moins qu'on le puisse dire, c'est que la situation du Téméraire n'était guère brillante. Les marins océaniques savent qu'il est fort difficile de manœuvrer un vaisseau d'importance sur des hauts fonds, nécessitant un sondage régulier, d'excellentes cartes, et une main sure.
Que dire de la difficulté dans un espace ou la manœuvrabilité du vaisseau est plus ardu en l'absence de matière sur laquelle faire contrainte, ou l'on ne peut décemment voir à plus de quelques kilomètres sous peine de mourir de folie au mieux, et quand lesdits hauts fonds ne cessent de muter, de bouger ? des choses venaient se coller contre le champ Geller en bande, tournoyant autour de la corvette, dans un caquètement audible... Un mélange inquiétant et contre nature de mouettes, de vautours et de hyènes.
L'instinct, la main sure d'un excellent timonier était requise, de même que d'excellents yeux sur les auspex, et la vision de l'Aethyr d'un Navis. Les équipes de réparation avaient étaient mises en alertes, de mêmes que les équipages des tourelles et des macro-canons, au besoin. La passerelle n'attendait qu'un mot du capitaine pour activer le branle-bas, et faire ouvrir les caches d'armes pour l'équipage, et lancer l'alerte abordage.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Ex Cathedra

https://www.youtube.com/watch?v=_NXAvRCyBvc
La passerelle était enfumé d'encens, d'une odeur de graillon et de viande cuite, alors qu'Askuwetho était en train de reprendre la main de la fosse des Détectaugures, en effectuant le grand rituel d'apaisements des Esprits. Il avait sacrifié deux grox et douze colombes dans les règles, répandu le sang en des dessins compliqués sur les divers autels de métal de chaque Esprit - ignorant les complaintes en binaire des magos en charge de l'entretien dedits antiques appareils-, partagé la viande cru avec les officiers présents aux alentours, en reservant le coeur palpitant et cru d'un des grox pour la Grande Manitou, ou à défaut, le ou la Chef à Plumes en son absence - ce qui donna la nausée à plusieurs infortunés officiers.
Il était à présent en train de chanter, vêtu en tout et pour tout de ses longs cheveux gras, de ses gris gris et d'un badigeon complexe de sang et de plumes de colombes. Il frappait les cordes d'un instrument en os humains et en cordes en boyaux, chantait joyeusement, pour encourager le festin des Esprits du Grand Ciel Noir. Ils manifestaient leurs contentements par des petites lumières, les allumant au fur à mesure.
Enfin, les runes basculèrent et les lumières changèrent, brièvement affichant le message des Esprits :
+++REBOOT COMPLET. PLEASE WAIT LOADING+++
Askuwetho cessa le chant, croisant les doigts.
+++INCOMING TRANSMISSION+++ TRANSCRIPT INCOMING+++
Il poussa un cri de joie qui fit sursauter quelques enseignes.
Il écouta attentivement ce qui lui rapporter Frère Faucon aux Yeux Percants, et regarda, avec difficultés, les signes sacrés qui étaient transcris. Il reconnaissait les titres. Cela remontait à si longtemps ! Mais ce n'était sans doute pas l'homme qu'il connaissait... Un descendant, à moins qu'il a eu droit lui aussi au Grand Sommeil Froid Sans Rêves.
Il quitta sa fosse, cherchant Katje, ayant été averti par Lonallyn qu'elle était la Chef à Plumes en son absence. Il devait lui transmettre le message... et bien entendu, faire manger le coeur de grox cru, selon les rites.

Citation :
Bon appétit !
Téméraire

Citation :
1 jet de pilotage demandé assez difficile. Cible : 46 +30 (manoeuvrabilité du Téméraire) -20 (difficulté) = 56.
1 jet de vigilance d'abord de l'Occulum pour aider le pilotage : Cible 60+15 (detection du Téméraire) - 20 (difficulté) = 55 , 2 DoS = +10 sur le test de pilotage, proportion égal en cas d'échec.
Jet 42. 1 DoS. aucun effet sur le test de pilotage de Lon.
Jet de Lon : 30.
https://www.youtube.com/watch?v=-7M9PCuybQ0&feature=related

"Timonier, laissez moi la barre." Fit Lonallyn en voyant la situation, venant prendre la grande roue de la Corvette.
"Occulum ? Ici la Lady Capitaine. Vos relevés s'il vous plait, je suis dans le brouillard pour l'instant et je détestes piloter à vue !"
Elle prit fermement la barre, corrigeant l'assiette de 15 degrés de la corvette.
"Commandes en manuel." bippa t-elle en binaire, s'adressant directement aux Animas de la fière corvette, fixant son regard sur le défilé des données venant des auspex en mode panique. Elle redonna de la vitesse aux réacteurs, le timonier avait préféré ralentir. Elle connaissait ce genre de situation. Il vallait mieux une collision mais s'échapper des hauts fonds que de se laisser piéger, car en n'allant pas assez vite...
"A tout l'équipage ! ACCROCHEZ VOUS ! QUE LES CANTIQUES RESONNENT !"
Elle fit soudain basculer la corvette de 60 degré sur le flanc babord, évitant de justesse un éperon qui avait jailli presque sous la proue du Téméraire. Le champ Geller grinça en protestation, manquant de se déchirer sur la "roche" qu'ils venaient d'éviter de justesse.
"Sacrebleu..." pesta la petite Libre-Marchande, traçant une trajectoire au cordeau parmi les obstacles tourbillonants, fendant les nuées de démon-hyènes qui jacassaient dans le sillage de son vaisseau.
"Duchesse ? Nylae ? Dans quelle direction la sortie de ce pétrin ?" Si son propre instinct, ses réflexes acquis par l'expérience l'aidaient à éviter pour l'instant les obstacles qui cherchaient à obstruer sa route... Elle ne voyait rien.

Citation :

La pression s'accroit sur le Champ Geller de la Corvette, les runes de gardes passent à l'orange. Soudain, un bref flash des runes au rouge, avant qu'elles reviennent à l'orange. Les alarmes lugubres se mettent à résonner dans tout le vaisseau. Pendant un modeste millième de seconde...
Le bouclier Geller a cédé en un endroit.
Des cris de paniques résonnent sur les canaux vox internes, et soudain, résonne ce que personne ne souhaite entendre dans un vaisseau en transit dans le Warp, en provenance de la salle des machines...
ALERTE INTRUSION.

Harkness a écrit:
Harkness s'était déployé le long du navire, dans les coursives centrales avec son demi millier de meilleurs gars. Le reste était déployé par petit paquet, en défense sur les points sensibles. Quand retentit l'alarme anti-intrusion, il resta à l'affût sur les canaux vox pour savoir où foncer...

La Salle des Machine!!!

La troupe fonça vers la salle des machines, Harkness en pointe des troupes de tête, prêt à se déchaîner. A lâcher sa fureur sur quelque chose de tangible.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:30

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

https://www.youtube.com/watch?v=IJenoLAn9nk&feature=related
Sur les canaux vox, les cris d'alerte du Mechanicus et de l'équipage résonnaient, souvent interrompu dans des gargouillements et des hurlements de douleur. Les lumières dans les couloirs étroits se mirent soudain à clignoter, alors qu'Harkness et ses hommes s'approchaient des salles dédiés à l'imposant réacteur au coeur brulant de plasma.
Il marchait dans les traces d'un immonde carnage. Le sang frais maculait les murs, son odeur cuivré s'infiltrait dans les respirateurs, et ne coagulait pas du tout. Des runes blasphématoires avaient été tracé avec les tripes des matelots éventrés ou avec leur sang. Un détail qui avait son importance :
aucun des corps n'avait leur tête.
Les canaux vox commencèrent à subir des parasites, à changer. On entendait d'autres cris, en parallèle des messages de l'équipage.

Soudain, l'assaut et la mort furent sur eux. Jaillissant d'une des parois, des choses s'attaquèrent aux Bringuère et à Harkness lui même. Des lames gigantesques avides de sang. Du bronze noirci couvert de sang. Des crocs. Des yeux furieux injectés de sang, brulant de fureur berzeck.
Un seul cri, primal, assourdissant, alors qu'une hache mordait la chair du Capitaine d'armes, comme ignorant son armure, la lame se tordant vicieusement dans la plaie, aspirant son sang, cherchant à le faire couler.

[size=200]BLOOD FOR THE BLOOD GOD ![/size]

Citation :
Le démon t'a touché une fois Harkness, dans une charge. En prenant en compte tout les modificateurs, il te fait 6 pts de dommage.

albus a écrit:
Citation :
Téméraire

Septima quitta immédiatement le girond de la lady capitaine, tandis que les alertes de l'intrusion hurlaient sur tout le pont.

Elle marchait d'un pas décidé, faisant fi des turbulences et ne cédant une once de territoire à la panique sur son visage d'un blanc laiteux.

- Harkness ! Lâchez vos meutes !Rendez vous utile ! hurla t-elle à l'attention du capitaine d'arme. Ils sont là, rajouta t-elle d'une voix sombre.

Le mastodonte savait quoi faire, c'était l'évidence. Une demie année qu'il entrainait ses soldats, le baptême de sang était pour maintenant.
Elle s'accrocha à la poignée de l'occulum en fixant un instant la passerelle en effervescence.

Ce spectacle valait toutes les décorations, c'était pour ce spectacle qu'elle était née.

Elle ouvrit la porte pour rentrer dans les quartiers plus serrés de l'Occulum.

Deux auxiliaires se précipitaient vers elle, l'air suppliant.

- Duchesse, nous devons..!

Elle interrompit les enseignes d'un regard ombrageux. Personne ne lui disait ce qu'elle devait faire.

Un gradé parmi les assistants leva la main :

- J'ai pris la liberté d'initier le processus de sortie du warp, madame !
- Annulation de la procédure.
- Mais, je...


Le bruit sec et caractéristique du laser retentit tandis que le gradé s'effondrait en se tenant la cuisse, cautérisé pour l'occasion.
Septima rangea son arme, assez lentement pour ajouter à la tension.

- A priori, je dois expliquer l'évidence. Nous sommes en situation de crise, je n'attends d'aucun d'entre vous qu'il comprenne et analyse mes ordres, ou qu'il me conseille. J'attends de vous une obéissance pleine et entière. Vous aurez tout le loisir de me faire part de vos suggestions quand nous nous serons tirés de ce guêpier.

Septima prit sa place aux côté du trone où siégeait Nylae.

- Ils sont...Ils sont là, Septima, il rampe sur moi...Il faut sortir.

La voix de la Duchesse resta froide et autoritaire.

- Endure tout ça petite. Nous sommes dans les hauts fonds du Warp : il serait moins hasardeux de se jeter dans l’œil de la terreur que de tenter une sortie d'urgence maintenant.
Alors endure les charognards, la peur de décevoir, l'angoisse de perdre sa lumière et tous tes proches. C'est ton devoir, lieutenante, tu es en première ligne et l'échec n'est pas une option.


La duchesse quitta son siège pour se diriger vers les postes liés aux communications.
Dans une tempête Warp, on emploie les astropathes que si ils sont en nombre suffisants pour être remplacés. Un luxe que ne pouvait se permettre le Téméraire et son équipage réduit.

- Activez les balises de détresse. Émission d'un SOS toutes les trois minutes. Message par ondes classiques.
- Bien madame ! Une question madame.
- J'écoute.
- Nous allons mourir ?

Harkness a écrit:
Croc
Rouge
Bronze
Hurlement

Entaille dans l'épaule droite

Revers titanesque du sonneur, deux créatures corrompues explosent sous le choc.

Harkness prend une fraction de seconde pour juger de la situation, il est en tête de ses hommes, guidant les Reîtres.

Il laisse la créature la plus proche le toucher pour jauger leurs forces. Le coup de sa grosse hache ricocha sur la carapace noire. Elle allait finir dans un piteux état... c'était courru d'avance.

Innombrables. Au moins 50 juste la devant. Voilà le seul mot adapté, les hommes réagiront instinctivement à son exemple.

Il campe sur ses pieds et déclenche une lame de feu devant lui, noyant le plus proche et les autres démons sous une vague de plasma et de grenaille incendiaire. Il tira, ses suivants le virent au ralentit tellement il était inarrétable, ils virent les cartouches éjectées au ralentit de son arme de gantelet et le feu de son arme incendia cinq Sanguinaires de Khorne mais son autre arme expédia deux glaires de plasma faisant fondre une des saloperies du warp. Une dernière monstruosité de l'Aethyr sortit en feu de la fournaise et se dirigea vers lui mais il était toujours loin.

Envoyez la soudure les gars! Envoyez la soudure!

Autour de lui, les onze qui c'était délivré des assaillants firent de même, canardant à tout va. Un bondit sur le sanguinaire en feu et l'acheva en le lardant de coup d'épée, esquivant un coup pataud.
Harkness entendit dans son dos William envoyer épais avec sa mitrailleuse compacte, vu les bruits sourd il avait du livrer sa première rafale au corps à corps.

Les rapports étaient assez engageant vu le combat, le milieu et les adversaires, jusqu'ici 3 morts répertoriés dans les Bringuere, et ça tapait dur derrière.

Bringuere! Avec moi! Hurrah?!
Hurrah! Hurrah! Hurrah! Répondirent les hommes dans son sillage.


Il restait une centaine de mètres jusqu'à l'entrée sécurisée du poste de commande du Mecchanicum.

Ils progressèrent dans les entrailles d'un vaisseau blessé, les parois étaient couvertes d'inscriptions en lettres de sang, les cadavres étaient horriblement mutilés, 8 faisait des sentiers de feu avec son lance-flamme pour que les hommes marchent sur des zones purifiées.
Ils suivaient sa dossière décorée à l'or fin d'un chevalier antique combattant un dragon. En s'approchant de l'entrée du bunker de commande, on put entendre des tirs d'armes lourdes et des hurlements désespérés.

L'immense porte blindée était close, probablement peu de chose pour ces bêtes du warp. Les Bringuere se déployèrent sur deux rangs, un à genoux, devant, un debout, derrière. Harkness alla ouvrir le porte, la reconnaissance vocale devrait lui suffire pour pénétrer ici.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :


https://www.youtube.com/watch?v=JD80dDuQokA
C'était une scène de bataille dantesque, pour le contrôle de la porte principal pour accéder au réacteur. Les sanguinaires tombaient sous le feu des matelots en un dernier carré, le soutien des serviteurs d'armes et les tourelles guidés par les magos, mais le prix était lourd, et le sang coulait à flot....
Vers le centre de l'espace, juste devant harkness et ses hommes qui venaient d'apparaitre avec l'avant-garde de ses cinq cents hommes.
Et cela coagulait...
Cela prenait forme.
Cela chevauchait quelque chose.
Chevauchant un mastodonte à la machoir d'acier, aux crocs d'adamantium et à la gueule enflammé, la chair semblable à un magma de métal fondu, Arborant une gigantesque hache maculé de sang à la lame faite de dents acérées, Un démon gigantesque, au visage oblong et cornu, revêtu d'une cuirasse d'airain en fusion, brandi un long cor.
Le Héraut de Khorne sonna la charge, et deux bonnes centaines de sanguinaires venus de nul part chargèrent, à ses cotés, la moitié vers les Bringuère, le reste vers les portes du réacteur, hurlant.
En bonds titanesques faisant fondre le métal du sol, le Héraut sur son juggernaut pointait sa hache droit sur Harkness, le regard rivé dans le sien, en un défi clair quoique silencieux.




Katje von Tödt a écrit:
Citation :
Ex Cathedra, en orbite de la base du mechanicus

Katje avait pris possession du Fauteuil. Pas n'importe quel siège. LE Fauteuil de la capitaine. Non qu'elle ait rêvé jusque là de jucher son postérieur de géante dessus, mais il faut avouer que le trône avait une classe inimitable. Bien entendu, elle faisait encore plus grande dessus, celui-ci ayant été adapté au dimensions de sa propriétaire ... ou peut être était elle vraiment trop grande. Elle préférait la première solution, qui dans son esprit était la plus probable des deux. Les ordres de Lonallyn avaient été assez clairs, mais n'ayant pas eu de consignes à propos du premier officier, elle avait demandé son rapatriement pour la fin des soins nécessaires sur l'Ex Cathedra. Aussi étrange que cela puisse paraître, la requête avait été acceptée, entre autre grâce à l’appui du maître des chairs, un homme décidément fort utile !

Le maître des augures, ce personnage étrange recruté par la libre marchande bien avant que Katje ne pose le pieds sur le bâtiment, l'avait trouvée dans une position décontractée. Elle venait d'apprendre que Gill serait bientôt sur pieds, et se demandait ce qu'elle pourrait faire pour lui souhaiter la bienvenue à bord. Ses pensées du moment incluaient un nombre impressionnant de prostituées et d'alcools divers et variés, en plus d'une sonorisation odieuse. L'emplumé lui présenta un cœur de grox cru, encore sanguinolent, prétextant un rituel dont la lady capitaine avait connaissance. Ne voulant pas froisser l'étrange personnage, elle se força à manger le cœur, qui n'était pas vraiment à son gout : elle préférait sa viande cuite, au lance-flamme si nécessaire.

Une fois le cœur consommé, et le maître des oracles apaisé, elle pu reprendre ses ordres. Tout le vaisseau fourmillait d'activité pour être prêt au départ dans les délais imposés par la capitaine par intérim. De plus, leur passage très court à port l'errance les obligerais à faire très vite l'intégralité des tâches qui leur étaient dévolues sur place.

Peut après avoir fini de donner ses ordres et disposer ses équipes, elle lut le message apporté par le maitre des oracles, et y rédigea une réponse courte mais formelle.

"De : Collonelle Katje Viheke von Tödt, capitaine par intérim d'Ex Cathedra
A : Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal

Monsieur,

En l'absence de la lady capitaine, j'assure le commandement par intérim. Vous avez autorisation de monter à bord, et des appartements vous seront attribués de manière temporaire le temps que nous rejoingnons Dame Lonallyn. Vous êtes libres d'ammener vos gens avec vous pour votre confort personnel, des accomodations seront prises en ce sens.

Katje von Tödt."


Elle demanda au chancelier un briefing sur le dit pasha, savoir qui il était exactement. Il lui semblait se rappeller d'un nom similaire présenté comme prétendant à la capitaine quelques mois plus tôt ...

Citation :
OOC : Saut temporel si cela ne gène personne !

Citation :
Ex Cathedra, orbite de port l'errance.

Les préparatifs allaient bon train. Les Gallantiens étaient à bord, invités par Katje pour discuter de leur futur emploi. Elle s'occupait actuellement d'acheminer un laudaphone reconverti en caisson de basse improviser pour diffuser une musique sourde à l'attention du premier officier. Les filles de joies étaient arrivée il y a peu, et la fête devait battre son plein dans ses quartiers. Elle même n'y participerait pas, elle avait bien trop à faire, mais elle avait salué le premier officier au début, lui glissant quelques mots à l'oreille pour lui souhaiter un bon retour, et surtout de bien s'amuser.

Le chancelier avait été prévenu des délais à tenir, et Katje lui avait dit de faire au mieux : on ne pouvait lui tenir rigueur si il ne pouvait faire tout ce qu'il envisageait, faute de temps. Elle lui avait transmit une liste de composants de première nécessité, pièces et équipements qui n'avaient aucun moyen d'être produits dans l’expansion, et se vendraient donc sûrement au meilleur prix une fois sur place. Les composants de vaisseau notamment étaient particulièrement rares.

De son coté, elle mena d'âpres négociations avec les Gallantiens, pour parvenir à un accord correct ...

Citation :
OOC : MJ, besoin de développer les négociations, et y a t'il des PNJs dont je doit noter particulièrement la présence ?

Citation :
Pas forcément, non, quand aux PNJ, je te fais confiance pour créer des gallantiens hauts en couleurs. Tu as un régiment complet qui embarque, pour un prix correct. N'oublie pas le courrier qui allait avec le coeur sanglant, cependant.

albus a écrit:
Les runes de contrôle des champs de Geller avaient hurlé cette fois.

Et assez longtemps pour que l'équipage laisse passer un ange en les considérant de regards qui en disaient longs sur leur état de terreur.

Oui l'alarme avait fini par se taire.

Mais qu'est ce qui avait pu arriver pendant ce laps de temps aussi long.

L'assassin considérait la libre marchande qui ne comprenait que trop bien que cette situation devenait de plus en plus désespérée. Les hauts fonds étaient trop dangereux.

Il s'approcha lentement de la lady capitaine, il n'y avait plus de sourire sur le visage fin d'Albus. Dépourvu de ce "masque", il émanait de ce jeune homme quelque chose de profondément dérangeant.

- Un mot de vous, votre grace, et je pars à mon tour au combat.

Tancrace a écrit:
Le Chancelier était dans son bureau lorsqu'un de ses agents vint lui apporter la nouvelle: la Lady-Capitaine avait rejoint en précipitation le Téméraire, lancé sur la piste du traître Ordann par le Capitaine d'armes Harkness. La colonelle Von Tödt prenait le commandement d'Ex Cathedra en son absence.

"-QUEL ABRUTI!"

Une tablette de données vierge vola contre un mur, le messager s'efforçant de prendre l'air le plus digne possible. Le Chancelier était visiblement en colère.

"-Ces... mercenaires ne valent pas mieux que les catins syphilitiques qu'ils déshonorent dans leurs bordels à soldats! Si ça ne tenait qu'à moi, ces vermines porteraient tous un collier explosif, comme de vulgaires condamnés!"

A peine arrivé à Port l'Errance, alors qu'il y avait tant de choses à faire, et que le Chancelier espérait pouvoir s'organiser convenablement pour établir une base d'opérations correcte, le Capitaine d'Armes avait contrecarré tous ses plans, exposant de surcroît la détentrice de la Charte Von Razgriz à des dangers extrêmes. A leur retour, s'ils revenaient, il faudrait prendre des mesures.

Aussi brusquement qu'il s'était emporté, Tancrace retrouva son calme, entassant machinalement une pile de documents dans un coin de son bureau.

"-Bien... allez trouver la Colonelle Von Tödt, faites-moi annoncer."

Deux heures plus tard, alors que Katje prenait ses aises sur le trône de commandement, la silhouette raide du Malfien apparut en périphérie de son champ de vision.

-"Toutes mes félicitations, colonelle. Ou plutôt devrais-je dire, Capitaine Von Tödt. Je suis persuadé que vous vous montrerez à la hauteur de la tâche qui vous est confiée, et je remercie l'Empereur-Dieu de la clairvoyance de la Lady-Capitaine de vous avoir nommé à son intérim. Je déplore malheureusement que cette passation temporaire de pouvoir se soit faite dans des circonstances aussi hasardeuses. J'ai confiance en vous, colonelle, et l'équipage aussi. Depuis notre départ de Sinophia, vous vous êtes montrée fiable, loyale et dévouée. Des qualités trop souvent absentes chez certains officiers de ce bâtiment. Lorsque le moment sera propice, je pense que nous devrions revoir certaines "petites choses", et j'aimerais vous avoir à mes côtés pour appuyer mon opinion devant la Lady-Capitaine. Je crois que le Capitaine Harkness a prouvé ses limites, et qu'il était temps que le commandement du Téméraire change de main."

Katje von Tödt a écrit:
Le chancelier s'était fait annoncé par un message sur le canal interne des officiers supérieurs, elle était donc présente et modérément occupée lorsque celui-ci se présenta. Il commença par une série de platitudes d'usage qui, si cela lui fit plaisir qu'il prenne le temps de les formuler, ne changèrent en rien son avis sur les paroles qui suivirent. Elle abandonna une tablette de données qu'elle lisait à moitié. Elle cumulait pas loin de trois postes différents, et n'avait même pas de temps pour elle, alors elle était régulièrement obligée depuis la veille de faire deux à trois chose en même temps. Elle fixa un temps le chancelier pendant la fin de son discours, deux yeux marrons encadrés par ses cheveux roux rivés sur ses lèvres, suivant ses mots. Quelques instant de silence passèrent avant qu'elle ne se lève du trône, un fin sourire aux lèvres, et prit la parole.

"Chancelier, ce genre de discutions assèche la gorge. Venez donc à mon bureau, nous pourrons la continuer autour d'un rafraîchissement."

Son ton, bien que poli et plutôt doux, montrait clairement qu'il ne s'agissait pas là d'une proposition, mais d'un ordre camouflé avec juste ce qu'il fallait de diplomatie pour tromper l'équipage, mais pas quelqu'un de rompu aux négociations comme Trancace. Une fois à son bureau, elle indiqua aux gardes à l'entrée, des prévôts, que nul ne devait la déranger. La pièce était presque nue, dépouillée de presque tout les ornements. Seuls restaient ceux qui faisaient partie intégrante des murs ou du sol, qu'elle avait en partie camouflés avec des des tentures neutres. Un bureau en acier, digne d'une station spatiale spartiate et derrière, une grande bibliothèque remplies de tablettes diverses et de ports de données. La seule fantaisie était une déserte où trônaient quelques flacon qui n'auraient pas déparé dans un laboratoire du medicae de bord, remplis semblait-il d'alcools divers, et les verres qui allaient avec.

"Je n'ai pas beaucoup de choix : Cidre, bière ? Quelque chose de plus fort peut être ?"

En attendant que la chancelier ne se décide, elle embraya sur son propos principal, qui n'allait pas forcément faire complètement plaisir à son interlocuteur.

"A propos de notre conversation sur le pont. Je vous prierais de ne plus remettre en cause, implicitement ou explicitement les décisions de la capitaine devant l'équipage. Venir m'en parler est une chose, la désavouer ainsi en public est indigne de votre charge. Je vous pensait plus maître de votre communication que cela. Il y a déjà assez des navis, du capitaine d'arme et j'en passe pour tenter de ruiner l'autorité de notre capitaine sans que vous vous y mettiez." Une pause de quelques secondes, puis elle reprit. "Cela mis à part, je suis en grande partie de votre avis. Si il continue comme cela, et sachez le, il continuera, si il continue comme cela il nous causera bientôt des problèmes que nous ne voulons pas avoir. Je pensait que le successeur de feu Götz serait plus fin diplomate que son prédécesseur, mais je me suis lourdement trompée. Il est en fait pire, si c'est possible. J'avais, passé un temps, pensé me débarrasser de notre ancien capitaine d'arme au vu de tout les problèmes qu'il causait sans même avoir l’obligeance de se taire à posteriori. La fierté était son défaut. Harkness est un dangereux maniaque obsessionnel dont l'intellect ne lui permet visiblement pas d’appréhender les conséquences de ses actes."

Une nouvelle pause, le temps pour elle de boire un verre de cidre pour se rafraîchir la gorge, et de tenter de jauger la réaction de Tancrace. Il n'étais pas facile à percer ce marchand. Dangereux et utile pour la même raison.

"Sachez que j'ai déjà fait savoir une partie de mes doutes à la capitaine en privée. Pas forcément à propos du capitaine d'armes actuel, mais elle sait que mon avis n'a que peu changer. Cependant, vous devez aussi être conscient que quelle que soit sa décision, je l’appuierait sans conditions ... ce qui n'exclue pas que si un accident regrettable arrivait à une des personnes que je considère comme dommageables à la bonne marche du bâtiment, je serais attristée outre mesure ..."

Ajax Ordann a écrit:
La navette pris son envol d'un hangar qui avait connus des jours meilleurs et pris la direction de la station du Mechanicus, ayant pris la précaution d'en demander l'autorisation auparavant également. Si les pilotes étaient des gens supersticieux, les occupants de la navette vivaient il y a encore peu dans un monde reculé et arriéré où les adeptes de Mars étaient des êtres puissants et terribles, respectés et craints de tous.

Après des heures de vols éreintantes, le petit appareil finit par approcher de la masse d'Ex Cathedra. Les échanges d'identification et de compliments se firent et elle passa sous le ventre blindé du colosse pour rejoindre la baie qu'on lui avait attribué.
Le temps que la pressurisation se fasse, la coupée s'abaissa dans un sifflement de piston encore un peu gelés par le froid de l'espace, et un grincement dû à la rouille. La peinture écaillée tomba un peu sur le pont qu'on leur avait attribué.
Les personnes présentent pour acceuillir les nouveaux venus purent voir une petite, trés petite délégation en sortir.

Le premier était un homme portant d'impressionnantes robes et manteaux de soieries brodés, de larges ceintures nouées avec soin, et un imposant turban chargé en perles et plumes. Ca lui donnait un air un peu étrange, mais il en imposait.... plus ou moins.

Le second était un homme torse nu portant de nombreux tatouages de la garde et un impressionnant pantalon de soies multicolores, elles aussi finement brodées. Son large cimeterre était impressionnant, mais ne devait pas être évident à manier.

Suivait ensuite un jeune homme de belle prestance... engoncé dans un armure de plate réhaussée de nombreuses fanfreluches et incrustation... Une armure d'apparat qui devait, néanmoins, offrir une assez bonne protection contre tout ce qui n'était pas trop puissant.
http://browse.deviantart.com/?qh=&section=&q=Knight+of+Zion#/d4a4p8n

Suivaient ensuite deux jeune femmes... c'est en tout cas l'impression qu'elles donnaient, tant elles étaient recouvertes de soieries, drapés, voiles. La première portaient de loin les atours les plus discrets et les plus sobres. Mais ses yeux, judicieusement soulignés, de même que son aplomb et son attitude la présentait clairement comme une personne de plus haut rang que l'autre jeune femme qui se tenait en retrait, marquant la hiérarchie.

Enfin, un jeune homme en tenue plus normale ferma la marche, jetant un regard presque blasé sur ce qui se trouvait à l'intérieur... contrairement aux autres. De toute évidence, il n'était pas étranger à toutes ces choses.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Ex Cathedra
Une réponse parvint à Markov dans les 24 heures, visiblement, ce n'était pas Scintilla, mais un des relais intermédiaires et donc un de ses supérieurs directs qui avait répondu.
Citation :

A l'intention du Pater Missionarius Galaxia Ivan Markov,
Message bien reçu. Avis négatif, nous ne souhaitons pas impliquer le Galaxia dans les troubles actuels qui secouent l'Ecclesiarchie, et encore moins au nom des Razgriz. Qu'ils fassent profil bas pour le moment auprès de Sa Sainte Mère l'Eglise.

L'Empereur Protège,

Père Supérieur Othilax de Whololaux.

Citation :
mes félicitations, messieurs dames, vous venez de découvrir que la dynastie a gagné, gratuitement, le Talent Ennemi (Ecclesiarchie). Twisted Evil

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 10:35

Harkness a écrit:
Les deux masses compactes se firent face durant un instant. Les quelques novices parmi les reîtres laissaient leurs émotions prendre le dessus. Ils prièrent, hurlèrent, pleurèrent face à l'Ennemi.

Les autres, eux, ne pensaient plus. Seul leurs réflexes comptaient, acquis lors de milliers d'entraînement, de dizaines d'escarmouches. Ils firent feu, assommant la ligne adverse d'un torrent de lasers, de balles de petit et gros calibre, de flammes et de glaire scintillante de plasma.

Les fantassins de Khorne vacillèrent l'espace d'un instant puis la folie meurtrière reprit le dessus, ils chargèrent droit vers les mercenaires, ivres de sang et de fureur.

Harkness était un des rares vrais guerrier du navire, il n'avait pas agit par réflexe mais par calcul. Cette énorme masse le pointait, le désignait, le honnissait et seul lui pouvait espérer la stopper net. Là et vite. L'empêcher d'atteindre les hommes, d'en faire de la pulpe sanguinolente pour un de ses rituels morbides, c'était l'objectif le plus important.

Il chargea, couru vers elle, lui délivra un avant goût du futur, deux tirs de plasma bien ajusté.
Sans effet.
Le monstre chargea, sa monture bavait des flammes et de l'acide en s'élançant tel un char d'assaut.
L'image était épique, un homme seul, guidé par sa condition de sujet Impérial, chargeant au devant de sa ligne en direction d'une masse de la taille d'un char, surmonté par une créature démoniaque maniant une énorme tronçonneuse.

Derrière Harkness, les 11 le suivirent, tirant force grenades et rafales d'armes lourdes pour lui donner le temps nécessaire pour éradiquer l'Ennemi.

Harkness portant les premiers coup, se faufila sous la garde du héraut des sombres dieux et lui asséna un direct que la chose évita de peu mais elle fut cueilli par le revers. Harkness comprit la, à cet instant précis que la partie serait compliquée, le coup aurait éventré un Leman Russ...
Le Juggernaught tenta de le morde et de l'encorner mais n'y parvint pas, l'immense Demon se tendit sur ses étriers, leva très haut sa hache et frappa, encore et encore. Frappant comme le bourreau abat sa hache sur le billot, de haut en bas, très fort, aussi fort que possible. Laissant un Harkness abimé, affaibli, à l'armure éventrée, au casque fendu en deux, mais toujours debout, toujours vindicatif.

Il perça la garde du monstre pour lui assener un crochet du droit. Sa taille l'aida à atteindre la tête du monstre et celle-ci explosa sous le coup de boutoir. Harkness guida le reste de ses forces, celles qui n'avaient pas fuis par les brèches de sa cuirasse et les plaies de sa peau, vers la monture chaotique.

Son poing énergétique retomba tel le marteau du jugement dernier. Il écrasa l'échine du Taureau des Enfers. Il lui enfonça l'encolure et le fit instantanément mourir. Le vannaheim fut arraché quand le poing blindé rentra dans les entrailles de la bête, des éclats de céramite se détachaient de sa carapace à chaque geste, ses hommes l'entouraient à présent, protégeant un chef victorieux mais blessé. Victorieux mais inquiet. Victorieux et vivant.

Harkness avait dans son torse, implanté près du cœur, un module médical. Il appelait ça le "coup de fouet". Dès que la douleur dépassait le tolérable, il s'activait. Il aurait put courir sur deux moignons de jambe grâce à ça.

Il se redressa, prit quelques secondes pour juger de la situation, laissant à ses hommes le soin de le couvrir. Quelques tirs de plasma le temps de reprendre ses esprits et de voir la progression des démons.

Le Sonneur de Gong luttait, le chaos était le seul ennemi qui pouvait faire sortir du fond de son âme cette rage noire qui consume certains guerriers tribaux. Il Haissait ce Chaos et ses sbires si fort qu'il dut lutter avant de reprendre son poste d'officier. Il commença à coordonner ses troupes, leur feu, leurs actions.

Son souffle était lourd, les blessures se faisaient ressentir.

(NdLR: 61pts de dégats sur le jugg, comme on dit au pays "Payes ta meule!")

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Oui, allez aider Harkness, j'espères que ce ne fut pas une trop grosse brêche, par tout les saints."
Fit elle à Albus, continuant de faire ce qu'elle pouvait pour guider le Téméraire au milieu des hauts-fonds changeants.

Citation :
desolé de pas avoir pu poster cela plus tôt.

albus a écrit:
Il aurait fallu un certain temps à la plupart des hommes pour se rendre sur le champ de bataille.

Mais Albus n'avait plus à prouver qu'il était rapide.

Il marqua cependant un temps d'arrêt solennel dans les couloirs menant à la salle des machines.
Il avait le souffle coupé.
Il entreprit d'ouvrir la veste en retirant trois boutons pour en tirer l'Aquila qu'il portait sur le torse.
Il prit l'objet en main un instant, et posa genou à terre.

Son sourire n'existait plus depuis que les alarmes des champs de Geller avaient hurlé. Il était capable de prendre au sérieux les menaces issues de l'Aethyr.

Mais ce n'était pas par foi ou dévotion qu'il dit une courte une prière. Ce n'était pas pour prier l'Empereur de l'humanité de lui confier la force de faire face à l’indicible.

Il s'était arrêté au milieu du sillon des cadavres. De ceux qui étaient tombés au champ d'honneur. Les disparus anonymes, mutilés par un ennemi immortel. Il prit sept respirations pour rendre un hommage au sacrifice remarquable de ces hommes ignorés de l'histoire. Les galons des soldats du capitaine d'arme se mêlaient aux uniformes des miliciens du crû et aux tenues des manutentionnaires, tous massacrés. Dns la peur, le désespoir, la rage...

Les murs étaient encore partiellement recouverts de divers blasphèmes, d'arabesques blasphématoires et de prières hérétiques, mais la plupart avaient été purgées par la flamme et la colère d'Harkness et de siens.

- Quelle inspiration, murmura le sifflet...

Il passa à son tour, les larges portes de céramites et d'acier pour rejoindre l'Impérium face à l'enfer.

https://www.youtube.com/watch?v=_s38F7UuVeE&feature=related

Le spectacle était simplement étourdissant. Des centaines d'hommes, des braves comme il en avait rarement vu faisait face de toute leurs forces à une armée démoniaque. Les hurlements des rejetons de l'enfer étaient supplantés par le bruit assourdissant des automatiques lourds, du plasma brulant, des canons qui délivraient la mort. Un théâtre fascinant et abominable.

La plupart des lampes avaient explosé ou clignotaient indistinctement, mais il fallait se figurer que la puissance de feu qui se déchainant ici éclairait la salle à la manière d'un soleil mourant dans un horizon saccadé. Il était exaltant de voir moins la force que la pure volonté de l'homme tenter de repousser le plus obscur des miracles.

L'assassin tira ses deux lames.

...Et accéléra.

Le Zéphyr plongea au cœur de la mêlée furieuse. Il était impossible pour l'oeil humain de saisir avec précision l'ensemble des gestes qu'il effectuait. Un nouvel assaut maladroit basé moins sur une tactique militaire quelconque que sur la folie meurtrière fut lancé contre les lignes des mercenaires qui, tête baissée, rageurs et volontaires allaient tenir la ligne jusqu'au bout.

Derrière les lignes soutenus par ses fidèles, l’irascible tyran qu'était Harkness haranguant ses hommes, déployait ses unités ordonnait le maintien ou le recul des siens. Il ne fut par surprenant de le voir inspirer de sa morgue habituelle des soldats qui plus que jamais avaient besoin de courage. Ce qui leur filait droit dessus hanterait assurément leurs rêves pour les années à venir.

Le plus effrayant n'était pas le cadavre cyclopéen de la bête aux entrailles déchirés, ni son cavalier à moitié acrasé et décapité ... C'était l'absence d'instinct de survie des sanguinaires. Ces bêtes enragées galopaient muées par le besoin de répandre le sang pour leur dieu. La gloire immonde et l'attention de leur szerain les attendaient derrière le déluge de feu, endurer les balles dans l'éventualité de pouvoir se délecter de l'agonie de leur victime suffisait à les rendre hystériques.

- FEU ! FEU ! hurlait Barreth, simple caporal qui brandissait avec plus d'orgueil que d'assurance son arme de poing vers les lignes adverses en arrosant autant de fois que possible les sanguinaires qui refusaient obstinément de s'écrouler..
- Plus de munitions ! beugla Janir, son second.
- Ils arrivent ! trembla le jeune Emerson.
- BAÏONNETTES ! BAÏONNETTES !

L'unité de dix hommes posait frénétiquement sur leurs crosses, leur fusils pour y adapter le modèle standard de baïonnettes liée à leurs armes.
Barreth le savait que c'était foutu. Un baroud d'honneur, c'est tout ce qui leur restait. Emerson n'arrivait même pas à enfiler la lame tellement il tremblait.
Ils sentaient déjà tous les crocs des bêtes venir leur déchirer les chairs.
Quelques mètres.

Six hommes s'étaient redressés. Barreth gardait son automatique brandit vers les bêtes.

- A mon commandement...
- J'suis pas prêt !!!!
- Empereur de l'humanité, je te confie mon âme..
- Oh merde...pas comme ça..pas comme ça..!

- A MON COMMANDEMENT !!... Les larmes lui montaient aux yeux.

Au milieu de la fournaise, ils sentirent un vent léger, suivit d'un sifflement étrange et fantomatique. Quelque chose venait de leur passer au dessus de la tête.

Un obus ?

Gerart se retourna : Harkness avait fait venir un tank ?!

Une gerbe de sang et d'entrailles explosa littéralement sous le choc. Il ne restait qu'un tas de compost charnel du sanguinaire qui menait l'assaut. Tas de compost qui bientôt se désagrégea en poussière balayée par les pas de ses frères de massacre.
Albus se redressa dans la seconde.

Les lames qu'il maniait s'agitèrent soudain, alors que l'énergie les parcourait. Une rune fixée sur la garde indiqua qu'elles avaient atteint le seuil de fusion.
Le ballet mortel commença.

Partout où les lames frappaient des sillons de chairs calcinés entrainaient autant de hurlements que d'ennemis réduits à l'état de poussière. L'assassin mettait un point d'honneur à ne pas laisser avancer l'unité adverse d'un pouce.
Et l'unité adverse mit à reculer.

Ne vous y trompez pas ! Les sanguinaires ripostèrent à inattendu. Mais les enseignements sanglants d'Athénais parcouraient les veines de son disciple. Pas une seule monstruosité ne parvint à effleurer seulement Sibila.

- [size=85]A mon...Commandement...[/size]

Albus inspira entre deux mouvements, et bloqua sa respiration.

Il accéléra encore.

Trois étaient tombés lors de son arrivée. Dix s'étaient jetés sur lui pour lui faire rendre gorge.
Au milieu du tumulte, l'assassin restait silencieux. Pas de cris barbares, de mouvements superflus ou de passion.

-[size=85] Un ange ? [/size]murmura Emerson.

Combien de secondes s'étaient écoulées ? Le temps fluctuait dans la bataille...

Quand ils purent reprendre leurs esprits, ils contemplaient l'assassin dont la lame s'était enfoncée jusqu'à la garde dans le thorax de son adversaire.
Ce dernier leva une griffe vengeresse, tentant désespérément de maintenir la cohésion de sa forme matérielle mortellement endommagé par la chose blanche et frustrante.

Un mouvement de poignet oblique lui arracha ce qui lui servait de coeur, et une plainte d'agonie avant de l'emporter dans le néant.

Les bêtes étaient désormais hésitantes. Sur les treize sanguinaires engagés dans la bataille, quatre seulement étaient encore en état de se battre. La fulgurance de l'assaut et son efficacité ébranlaient jusqu'à leur folie meurtrière.

Albus de biais, pointait ses ennemis d'une lame qui ne tremblait pas. Il considéra le bataillon au mépris du danger que représentait les sanguinaires et Barreth, qui redressa le menton quand l'assassin lui offrait un moment d'attention, claqua mécaniquement des talons.

- Harkness ? souffla Albus.
- Il s'est posté en retrait, il est touché selon la radio ! Il coordonne la défense, monsieur !

L'assassin se détourna vers les sanguinaires qui rongeaient le sol de leur griffes et lui intimait de venir se battre, sans parvenir eux mêmes à le charger.
Il plissa les yeux pour leur offrir un serment.

- Caporal ?
- Monsieur !
- Vous pouvez en venir à bout ?
- Putain, oui, monsieur !


Les hommes de l'unité de Barreth ne doutaient plus désormais.

Albus baissa ses armes et se détourna, en offrant son dos à l'ennemi pour rejoindre le capitaine d'arme.

Les sanguinaires flairèrent le sang, et chargèrent sans hésitation ce fou qui leur donnait un répit.

- A MON COMMANDEMENT ! CHARGEZ !!! EN AVANT !!!

La furie du corps à corps se réverbéra jusque dans l'acier du navire. Admirable selon les critères de l'assassin.

Tancrace a écrit:
Tancrace accepta avec gratitude une coupe de cidre, et se félicita du sérieux et de la sobriété de Katje. Il était rafraîchissant de voir quelqu'un s'occuper plus de ses devoirs envers la dynastie que de son "honneur", de son apparence ou de son profit personnel. Il encaissa donc les reproches sans ciller, ils prouvaient une loyauté, au moins de façade, mais il l'imaginait sincère, envers la Lady-Capitaine.

"-Mon but n'était pas de remettre en cause les décisions de la Lady-Capitaine, mais il est vrai que mon discours aurait pu être interprété de la sorte. Je m'en excuse, telle n'était pas mon intention. Je ne voulais pas saper votre travail de maintien de la discipline au sein de l'équipage. Par ailleurs, on ne peut lui en vouloir. Elle n'a pas réellement choisi Harkness comme Capitaine d'Armes, c'est Götz qui l'a ainsi désigné comme son successeur. J'ai parfois l'impression que ce choix est l'ultime insulte que nous fait le Chevalier-Général, par-delà la mort. Si ces mercenaires sont encombrants, on ne peut nier leur efficacité. Ils suivaient leur leader charismatique, Von Berlichingen, par respect et admiration, par dévotion. Je pense qu'ils suivent Harkness par camaraderie et par crainte. C'est une autorité qui peut donc être disputée. Si vous deveniez capitaine du Téméraire, en faire un vaisseau disciplinaire permettrait peut-être de briser l'arrogance de ces mercenaires, ou de vous respecter d'eux. Quoiqu'il en soit, je compte sur votre soutien, colonelle, je vous sais raisonnable et loyale."

Le Chancelier finit son cidre, salua et remercia Katje pour le temps qu'elle lui avait accordé et se retira dans ses quartiers.

albus a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=9PpuZbKtpiA&feature=channel_video_title

- Duchesse !

Septima compulsait avec frénésie les cartes d'astronavigation. Et ce qu'elle y voyait ne semblait pas lui redonner le sourire.

- J'écoute, dit-elle en plaçant des points du bout de l'un de ses doigts mécaniques sur la toile hololithique qui s'étendait sous ses yeux.
- Appel de détresse de la passerelle, la lady capitaine est sur le pont, seule, elle vous fait savoir que les données communiqués par les officiers de navigation ne lui permettent pas d'établir avec suffisamment de précision un cap assuré.

Septima grogna. La précédente tentative de synergie entre elle et la petite s'était soldée par un demi-échec.
Nylae était agitée dans son fauteuil, elle cherchait avec obsession à retrouver la lueur de l'Astronomican, presque invisible dans cette tempête. Et les choses qui rampaient autour du navire lui faisaient perdre pied en troublant sa concentration.

Septima quitta ses cartes en ralant un ordre à ses auxiliaires :

- Trouvez nous un axe de sortie acceptable. Peu importe comment et où, ce navire doit quitter les hauts fonds, et vite.
- Aïe Aïe duchesse !

Les petites mains se précipitèrent autour des cartes et travaillèrent à leur tour à déterminer un cap de sortie.

Septima était retourner sur la passerelle.

La petite transpirait à grosses gouttes. Nul doute qu'elle avait vécu des situations chaotiques, et barrer à travers des flottes ennemies. Mais tenter de naviguer dans le Warp...Sans l'Oeil. Elle devait faire face à une triple frustration :
Elle ne pouvait pas mener l'assaut et repousser l'aethyr qui menaçait de se répandre comme un cancer sur son navire.
Elle ne possédait pas le don et naviguait à l'instinct dans un environnement extrêmement hostile : elle pouvait perdre le navire et tout son équipage, achever sa lignée sur un échec retentissant.
Chaque foutue minute qui passait dans cette tempête faisait écho aux annonces de morts et de pannes à réparer. Elle devait se sentir responsable, d'une manière ou d'une autre. C'était une enfant si on la comparait à ses semblables.

Septima se posta aux côtés de la Lady Capitaine.

- La persévérance est le sang de l'Imperium dit la Duchesse sur un ton froid.

Lonallyn barra brusquement en anticipant une alerte sur un écran de donnée. la moitié des officiers de la passerelle devait se relever, à moitié groggy.

- C'est de la folie furieuse ! Tonna la petite femme. On ne voit rien, les données apparaissent au dernier moment. Je vais en rater une et...
- Fermez les yeux.
- Là franchement, je ne crois pas que...


Septima pinça les lèvres et parla sans desserrer les dents.

- Là, vous êtes mon timonier petite, pas mon capitaine. Alors faites ce que je vous dis au lieu de vous plaindre !
- Vous avez conscience que...Arrhhh !!!


Lonallyn fit remonter d'un coup sec la proue du navire pour éviter la gueule gigantesque d'une chose...d'une chose qu'il était impossible de décrire.

Elle haletait.

- Fermez vos yeux, Lonallyn.
- Vous répondrez de votre outrecuidance, duchesse !
- A la bonne heure !


Septima leva un bras :

- Fermez tous les yeux !

Les officiers qui connaissaient désormais leur navigator ne rechignèrent pas.
Et Septima ouvrit un oeil noir à l'iris pourpre qui illumina la passerelle. Ses propres yeux de chair étaient désormais fermés.
Le spectacle de cette passerelle aveugle était irréel, et en dehors de tout ce qu'avait pu écrire les commandants de la Navy.
Mais même Septima ne pouvait supporter le poids de son propre regard.

Elle posa sa main sur le bras de Lonallyn, qui clairement s'impatientait.

- Nous sommes dans une faille, le navire navigue entre deux flancs extrêmement serrés. Il va falloir relever la proue, disons... quinze degré...
Attention aux secousses, je pense que l'anomalie que je perçois est un nuage semi-tangible...


Bientôt Lonallyn s'habituait au conte, car c'est de cela qu'il s'agissait : l'histoire de son voyage sur le Téméraire.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Ralentir les battements du coeur à un niveau acceptable.
Deux respirations coutes, une longue, on expire.
On recommence.
On releve doucement la barre, on se concentre sur le bruit des engrenages.... Clic clic. clic. 15 degrés.
Le temps semble suspendu. C'est bien. On ralentit plus encore les battements de coeur.
On ignore la petite voix et sa petite musique tentatrice, qui sussurre d'ouvrir les yeux.
Elle pouvait sentir la source toute proche, si aguicheuse, si tentante...,
"O Domine, Libera Nos, Sanctificetur nomen tuum;"
Une correction, 75° babord, assiette à 12, accelération de 25%.
Il lui sufisait d'un petit mouvement, si bref, si inconséquent,
Un obstacle en approche. décceleration de 12%, inclinaison sur axe tribord à 56°.
ne nos inducas in tentationem;
un simplement clignement des paupières, un battement de cils, et elle serait récompensée...
sed libera nos a malo." pensa plus fort la Libre Marchande, faisant taire la petite voix... pour le moment.
https://www.youtube.com/watch?v=HMPhhTAg7_c

"Oh merde". fit Septima, voyant ce qui se présentait devant le vaisseau.
" Qu' y a-t-il, Navis ?" demanda Lonallyn en resserant sa poigne sur les commandes.
- Je vois un chemin, mais cela va être dur.
- dur comment ?
- vous vous souvenez du décollage d'Ex Cathedra ?
- A ce point ?
- Pire.
- L'Empereur nous garde."


Citation :
Jet fatidique : cible 46. Jet : 51. ggrrrr. Relance par point de fortune. deuxième jet : 30.

On arrêta de respirer.
On réduisit au maximum le battement de son coeur.
On s'assura la parfaite immobilité de son corps.
On vérifia que les jambes étaient parfaitement arrimées.
On plaça toute sa foi en Sa Bienveillante Vigilance.
Et on fit entrer le Téméraire dans la gueule du loup.
Et En vérité, Je vous le dis, Il sera plus aisé pour un grox de passer
correction 23 °babord. Correction 31 degré tribord down. Correction inclinaison 46°.virée tribord 36°.
par le chas d'une aiguille, qu'un couard d'entrer dans le Royaume des Cieux.
accélération de 85%.proccédure d'évitement en looping. decceleration de 50%. On déccelère, on redresse à 73°.
On re-accelere la circulation sanguine pour ne pas s'évanouir sous les G.
On remet l'assiette à la normal, on reprend la course.
Virage. Autre virage. Acceleration. Décélération.

Cela dura près d'un quart d'heure. Si Lonallyn n'avait pas une horloge interne très précise, et savait combien de temps il lui fallait pour réciter par coeur l'Evangile de Saint Sebastien Thor, elle aurait pu dire que cela avait pris un an.
mais enfin, le Téméraire quitta la zone de haut-fond, pour reprendre une route plus normale de l'Aether. Sans impact.
" Merci pour votre guidage, Duchesse. Vous... vous tenez le coup ?" le vous incluait Nylae et le reste de l'Occulum.

Harkness a écrit:
Harkness avait assisté à la fin de l'Ennemi. Il avait été détruit, écrasé sous le déluge de plomb, de prométhéum, de rayon.

Il était assis sur la carcasse fumante du Juggernaught. Son maître avait été incendié par Georgius. Il avait assaisonné le cadavre de plusieurs litres de saint nectar. Il ne subsistait que quelques décombres charbonneuses et l'ossature de sa hache tronçonneuse.

Le médic des Reîtres était à l'oeuvre, Harkness était torse nu, bandé comme une momie. Son crane était emmitouflé dans une compresse énorme.

Albus vint se présenter à Harkness, sa combinaison souple était couverte du sang Ennemi. Visiblement il avait mis ses talents à contribution.

"- Capitaine d'Arme, j'aimerai savoir où je pourrai me rendre utile?
- Euh, Harkness était groggy et surpris de le voir la, pour le moment ça ira mais si ça repart, on va avoir besoin de vous je crois.
- Bien, en ce cas je repars vers la Lady Capitaine, vous savez où me joindre. Albus avait son petit sourire, à nouveau.
- Okay... Harkness avait grincé des dents en remerciant le garde du corps.
- Permettez moi de vous féliciter, vous et vos soldats. Vous avez enduré la terreur que distille le plus grand Ennemi de l'humanité. pour cela recevez tous mon respect et ma sincère considération.
- Oui, ils ont été à la hauteur. Le Sonneur avait le regard dans le lointain. Mais ça a son prix.
- Oui, Albus avait murmuré son acquiessement, il se retira sur le champ."

Harkness fit mander les équipes de l'Adeptus Mecchanicus pour sécuriser les machineries avant la destruction des corps. Il redéploya les survivants dans leur position de réaction et compléta ses effectifs avec des sinophiens et des siskiens. Les Gangers avaient la responsabilité des quartiers de l'équipage, et des blessés.

albus a écrit:
La Duchesse aurait volontiers parler à la lady capitaine, mais elle tituba quand, sorti des hauts fonds,le navire était enfin en sécurité.
Elle n'esquissa qu'un :

- Bor...del..

Avant de s'effondrer.
Non, elle ne tenait pas le coup. Elle venait de naviguer sans Occulum, elle avait du jongler pour avoir assez de puissance afin de lire l'Empyrean, et pas assez pour carboniser l'équipage à côté d'elle qui ignorait qu'elle déployait des trésors de concentration pour canaliser la force Warp qui s'échappait de l'Oeil. Elle brûlait de fièvre.

Nylae, assise sur le trône encaissait de plein fouet sa première tempête Warp. Un exercice des plus épuisants. Les medicae multipliaient les drogues pour maintenir la cohésion de sa volonté, pour pallier à sa fatigue et pour adoucir son effort. L'Astronomican était à nouveau visible, mais la lueur de son Oeil faiblissait. Personne ne la remplacerait. Elle souffrait en silence, trahissant son malaise et sa douleur en contractant les poings par moment sur son siège.
Les auxiliaires calculaient des routes impossibles dans des paysages oniriques tentant de lire vainement avec précision des cartes d'astronavigation prévues pour les Navis.

On pouvait dire beaucoup de chose sur la situation actuelle. Mais pas que cela allait.

Albus fit alors son apparition sur la passerelle. L'odeur du sang des suivants de Khorne le suivait de prêt, de fer et de cuivre mêlé d'une incompréhensible fragrance aussi fascinante qu'étrange, il ne laissait aucun officier de bord indifférent. Ils peinaient à imaginer ce qui s'était passés.
Les équipes médicales ramassaient la Navigator pour lui prodiguer les soins d'urgence.

La première bonne nouvelles de ces derniers temps parvint enfin aux oreilles de la Lady Capitaine :

- Les hommes d'Harkness sont parvenus à contenir et repousser l'assaut des forces de la Ruine dans la salle des machines.
Les pertes sont ...importantes. Mais acceptables si on considère l'Ennemi auquel ils ont du faire face.


Plusieurs individus à bord devinrent blancs comme un linge. On a beau en parler, le Chaos reste un croquemitaine retenu par les forces de l'inquisition loin de l'humanité. Une légende, une sorte de cauchemar. Le simple fait de savoir qu'il s'était manifesté si prêt d'eux provoquait une vague de terreur parmi les plus émotifs.

- Je ne sais que trop bien combien le Capitaine d'Arme a pu vous décevoir ces derniers temps, votre grâce, mais je le dis sans complaisance aucune : il a souffert pour vous, perdu ses hommes pour vous, vécu l'enfer...littéralement...Pour vous. Sa loyauté vous est acquise, et les résultats sont à la hauteur de votre investissement.

Il y avait quelque chose de solennel et de respectueux dans le timbre de la voix d'Albus.
L'assassin reconnaissait le véritable courage quand il le voyait.
L'abnégation qu'il fallait pour faire face à ces choses...Presque personne sur la passerelle ne pouvait comprendre cela.
Lui avait vécu une vie entière de rituels et de violence ininterrompue pour le préparer à ce jour. Mais eux avaient vécu des vies de mortels et ne pouvaient compter que sur des coeurs mortels pour trouver la force de faire face au cauchemar.
Il était infiniment plus logique de louer leur combat que le sien propre.

- Avec votre permission, je vais me laver. je me tiens à votre disposition. Quelque soit votre demande.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
On pouvait reprocher bien des choses à Lonallyn, mais lorsqu'elle pose une question sur votre santé, c'est qu'elle s'en inquiète vraiment.
Elle rattrapa la duchesse in extremis d'une main ferme, ne pouvant guère pour l'instant quitter la bord.
"Faites venir une équipe Medicae. Timonier, reprenez votre poste".
Elle portait la Navis dans ses bras, reconnaissante du sacrifice qu'elle avait fait pour l'aider à sortir tous le monde de cet enfer.
En parlant de sacrifices... tel l'agneau sacrificiel, le blanc assassin maculé de sang qui revenait. Avec une bonne mais coûteuse nouvelle.
" Déception ? c'est un peu fort comme terme. Je me doutes que cela peut paraitre bien faible, mais qu'on lui transmettes nos plus chaleureuses félicitations, à lui et ses hommes. Qu'ils profitent d'un repos bien mérité. Qu'on sonne le glas à bord ! Qu'on honore le deuil des héros qui sont morts vaillament aujourd'hui pour la défense de ce vaisseau, et qui sont partis rejoindre les Bienheureux à Sa Droite. Qu'on triple les services et les messes à bord pour veiller à la bonne tenue de ce deuil."
Et bien entendu, la santé spirituelle des survivants...
Elle se tourna vers Albus.
"Faites donc, reposez vous de tout votre soul. Nombreux ici sont ceux qui ont donné beaucoup pour leur devoir."
Elle même se sentait quelque peu fatiguée, mais faisait tout pour le dissimuler. Elle quitta la passerelle, accompagnant la Duchesse avec l'équipe médicale, en direction de l'Occulum. Elle irait ensuite vers le capitaine d'armes.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Citation :
je me permets de répondre à ton mp ici Tancrace.

Ex Cathedra, poste Commercia

24 heures, pour mener des opérations commerciales et remplir les cales d'un mastodonte comme Ex Cathedra, c'était de la folie pure. Fort heureusement, les courtiers sous les ordres du Chancelier avaient anticipés un éventuel départ précipité, même si ce n'était pas dans un délai aussi drastiquement court.
Le plus gênant, c'était pour l'acquisition d'un comptoir au sein de la stations, ou des astéroïdes attenants, car ce genre d'opération ne pouvait s'improviser en si peu de temps, ne serait ce que le temps de valider le changement de propriétaire auprès de l'Administratum.
Fort à propos, le contact qu'avait la Libre Marchande à Port l'Errance, l'Intendante du dock spatial de réparations S/914 R IX, connaissant peut être quelqu'un qui serrait prêt à céder un terrain ad hoc, et avait accepté de faire service d'intermédiaire locale pour une telle opération, et de fournir un bureau pour la petite équipe de courtiers qu'Ex Cathedra sera obliger de laisser sur place.
De multiples contrats furent conclus prestemment, le post Commercia houspillant les intermédiaires pour obtenir les signatures en un délai dramatiquement court, ce qui réduisit de manière assez drastique les gains desdites opérations.
Depuis l'orbite de Skiri, jusqu'à l'approche de Port l'Errance, et le bref amarrage du croiseur à la station, ce fut une noria sans fin de dromons, venu proccéder au chargement et déchargement de biens.
La Colonelle Von Tödt, en connaisseuse de l'Expansion, avait raison : parmi les biens les plus demandés dans la zone étaient les pièces nécessaires pour l'entretien d'un vaisseau ou d'une station spatiale, qui ne pouvaient être usinés que sur un monde-forge. Composants, cogitateurs, serviteurs spécialisés, onguents et huiles saintes, liquide de refroidissement pour réacteurs à plasma, câblages... Mais ce n'étaient pas les seuls biens demandés. Machines-outils, camions, forges mobiles, plateformes minières, hab-blocs, semences, engrais, armes et munitions : le nécessaire pour l'établissement et la conquête de colonies, ou l'extension et la défense d'existantes, a une forte valeur dans l'Expansion.

Pour ce qui était du crime, les Janx et les courtiers du Commercia eurent bien du mal à avoir des contacts : il semblerait que le milieu était quelque peu distant à avoir affaire avec vous. D'après les Janx, outre le petit incident avec Finn - qu'il te révéla-, la faune locale est sur les nerfs, car il paraitrait qu'un Inquisiteur est à Port-l'Errance et enquête actuellement, d'où la timidité des "entrepreneurs" avec les nouvelles têtes. Toutefois, pour le crime, comme put te l'apprendre tes conversations avec les vendeurs interlopes qui t'abordèrent dans les Artères Dorées, les têtes se trouvaient plutôt à Castel, Hors Imperium, Port-l'Errance servant plus de plate-forme de distribution.
Les monstres xenos et le commerce froid et d'esclave semblent constituer le gros des flux, mais tu n'as guère le temps d'en apprendre plus sur la nature plus précise desdits flux.

Gaellus fut embauché sans trouble au sein du Sensorium de Port l'Errance.
Pour ce qui était des rumeurs, Tancrace entendit parler d'une prophétie par les Sept Soeurs, les sorcières de Castel, qui devrait bientot avoir lieu, avec les places mises aux enchères. Tu entendis également parler des troubles de Damaris. Pas d'information sur d'éventuels blocus ou planètes interdites.

Bientôt, avec les efforts méritoires des dockers et grutiers d'Ex Cathedra, sous la supervision de tes courtiers épuisés -l'un d'eux fut découvert mort à son post de burn out, après avoir traité plus de vingt-trois mille ordres, sans avoir quitté son poste en plus de 48 heures- , les opérations de ravitaillement et de chargement furent achevés, en seulement 23h et 34 minutes.

Ex Cathedra était prêt au départ.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 11:45

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Citation :
note du boucher final : 90 morts sur les 500 hommes déployés par Harknes, et 2 points de population dans l'assaut, soit environ 4000 morts.

Téméraire, à la prochaine sortie du Warp

https://www.youtube.com/watch?v=0GQLmqXUNrk&feature=related

Le Téméraire n'avaient que de modestes chapelles et autels privés, et son arboretum était purement utilitaire; aussi, pour la cérémonie qu'elle comptait faire en l'honneur des morts, Lonallyn dut se résoudre à réquisitionner un des terrains d'entrainement de la caserne de la corvette.
Le deuil avait été décrété à bord, et les cloches sonnaient le glas. L'essentiel de l'équipage avait été réuni, devant les milliers de cercueils en plombs, dans un silence respectueux, alors que les prêtres donnaient les derniers sacrements et l'ultime onction sur les sépultures, avant de les recouvrir d'un drapeau dynastique.
Les Lebensguard étaient en grand uniforme, formant une haie d'honneur impeccable, silencieuse, le fusil laser au pied, menant aux sas vers l'extérieur.

Sur la petite estrade ou elle se trouvait avec les officiers, Lonallyn s'avança lorsque les religieux eurent terminés.
Elle portait son grand uniforme de deuil, à la fois en hommage aux morts, mais également parce que celui un peu moins ostentatoire était resté sur Ex Cathedra. Elle ota son chapeau, et prit la parole.
"Soldats et Matelots du Téméraire." Sa voix portait loin, forte et claire, sans vraiment nécessiter l'aide du servo-crâne porte-vox à ses côtés, qui se contenta de transmettre son discours au reste du vaisseau.
Nous sommes réunis en ce jour pour un événément triste et joyeux à la fois.
Triste, car nous venons dire adieux à nos frères et soeurs qui ont péri lors de ce voyage Warp, dans une intrusion sanglante des monstruosités qui errent dans l'Aethyr. Triste car nous avons tous payé le prix du sang pour survivre à cette tragédie, et ceux qui nous ont quitté plus encore. Triste, car ces hommes et femmes ont du faire l'ultime sacrifice pour que nous vivions tous. Triste, car nombre de leurs actes héroïques nous sont inconnus. Pour nombre d'entre eux, leur dernier moment, leur ultime combat, leurs derniers mots, nous serons à jamais inconnu.
Pourtant, ils ne sont pas morts seuls. Le Téméraire tout entier était avec eux, comme chacun d'entre nous sera avec chacun des notres face au danger et la mort.
Ils ne seront jamais oubliés, et leurs actes commémorés à jamais, car le Téméraire vit. Nous ne vous oublierons jamais.
Ils seront à jamais récompensés, car le royaume des Cieux est à eux.

https://www.youtube.com/watch?v=5DJqVAO4lCo&feature=bf_prev&list=PL0119C4279AA1B45C&lf=rellist
Allez en paix, fils et filles du Téméraire. Seule la mort met fin au devoir, et vous l'avez accompli, au dela de ce tout ce que l'on aurait pu vous demander.
Elle descendait lentement de l'estrade.
Allez en paix, car votre sacrifice sera commémoré à jamais.
Elle marchait entre les tombes, avant de s'en arrêter devant une au hasard.
Allez en paix, car le flambeau va être transmis.
Elle souleva un des cercueils, seule, et le pris sur ses épaules.
Allez en paix, car le fardeau de votre devoir va être repris.
Elle commençait à marcher, lentement, le cercueil sur les épaules; les officiers, les matelots, tout les présent devant, par quatre, par six ou plus, prendre un des cercueils.
Allez en paix, car nos prières vous accompagneront dans votre dernier voyage.
Elle fut la première à s'engager dans la haie d'honneur des Lebensguard, qui pointèrent les armes vers le plafond, et tirèrent à l'unisson, deux fois, pour chaque cercueil.
Allez en paix, car l'Empereur-Dieu vous attend, et vous a gardé une place à Sa droite.
Elle avançait, lentement, penchée fortement. Le cercueil étant pesant, mais pas autant que le pois du deuil.
Allez en paix, servant fidèle des Razgriz. Votre sacrifice n'a pas été vain.
Elle déposa lentement le cercueil dans le sas, et s'agenouilla, lisant le nom marqué dessus. Matelot-fusiblier de 3 ème classe Riko Vaugi. Les circonstances n'étaient pas marqués sur la petite plaque, mais Lonallyn se souvenait du rapport. On n'avait trouvé que l'avant-bras de ce matelot, encore accroché sur l'intervox d'alerte du 41ème pont. C'était sans doute lui, qui avait déclenché l'alerte.
C'était le tatouage sur l'avant-bras qui l'avait identifié. Un condamné aux galères embarqué à Scintilla.
"Puisse l'Empereur vous absoudre et pardonnez de vos péchés." murmura t-elle, selon le rite, en saluant le cercueil de l'Aquila, laissant la place ensuite pour les autres porteurs.
Lonallyn resta sur le coté, regardant défiler les cercueils, solennelle. Elle ne bougea que pour donner le signal pour les tirs de macro batterie, deux coups, pour saluer chaque larguage des cercueils dans le vide, pour leur dernier voyage.

albus a écrit:
Citation :
La Duchesse.

Elle avait récupéré ses forces. Et connu comme tout le monde le prix de ce voyage. Quatre milles morts.

Au dessus du terrain d'entrainement dans l'une des quelques tribunes protégées par des parois en plastacier, elle considérait d'un air grave les résultats de la tragédie.
Elle repensait toute la logistique, tous les ordres, toutes les manoeuvres dont elle avait été témoin. Elle tentait de corriger les unes après les autres, les fautes de navigation depuis celle de Nylae, jusqu'aux embardées de la lady capitaine.
Elle serrait les dents en considérant sa propre responsabilité.

Elle avait exigé la plus parfaite solitude dans la tribune.

S'emparant de la bouteille de Sacra sur sa table, elle se servit un grand verre qu'elle avala cul sec après l'avoir dressé à l'attention des cercueils.

- Je suis désolée, dit-elle d'un ton aussi sombre que solennel.

Elle écrasa le verre de sa main d'acier, qui éclata comme si il n'était rien. Puis elle posa son lourd manteau sur ses épaules avant de repartir vers l'Occulum.

Citation :
Nylae.

Presque 20% des troupes déployées étaient passées dans les comptes des reîtres, rubrique " KIA ", un antique acronyme de la Sainte Terra pour les braves morts au combat.
Sans surprise, elle se sentait seule fautive. Parce qu'elle était à la barre, parce qu'elle n'avait pas su gérer avec la précision requise le voyage dans la Gueule, elle avait permis à l'Aethyr de s'infiltrer dans le navire.
Tout prenait du sens maintenant à ses yeux.
Depuis le visage froid et colérique de Lonallyn lors des abordages jusqu'à la cruauté du Capitaine Harkness à l'encontre des subordonnés peu zélés en passant par la majesté et l'exemplarité de la Matriarche.
Les demies mesures et le manque de sérieux coûtaient des vies. Une erreur si minces soit-elle avait des conséquences immenses.

Elle cherchait Harkness dans la nuit de sa cécité, son aura au milieu de celles de tous les hommes réunis ici. Elle bénissait le fait qu'on lui est pris ses yeux, personne ne pouvait savoir qu'elle pleurait à chaudes larmes.

Citation :
Albus.

L'assassin se tenait en lisière des cérémonies. Bras croisés, désormais propre, il conservait malgré la gravité de la situation, de nouveau, son sourire léger et enjôleur.
Il y avait quelque chose d'infiniment bouleversant dans le fait de voir les cercueils en plomb de ceux tombés au combat, parcourir désormais le vide sidéral.
Il jalousait en lui même cet honneur qui ne lui serait pas fait, au jour où l'Empereur le rappellerait.

Avec l'accord des maîtres des baies, une immense stèle commémoratives faites de l'acier des douilles et des armures des morts célébrait désormais un nouveau nom pour le quai à travers lequel les disparus rejoignant l'infinité spatiale.

Le quai Archiloque.

On pouvait lire au dessus de ce dernier, en haut gothique :

Citation :
[size=200]
"Je connais un grand art: à qui me blesse, je rends de cruelles blessures"
[/size]


Des mots dignes des hommes qu'il avait vu de ses yeux verser leur sang, sans faiblir face à l'enfer.

L'arrivée de la délégation Elrosienne à bord d'Ex Cathedra s'était déroulée à merveille... et ce, notamment, du fait de sa taille particulièrement réduite et de l'absence de tonnes métriques de bagages généralement associés aux nouveaux venus à bord.

Les responsables de l'intendance, après avoir pris connaissance des notes les concernant, particulièrement réduites, leur attribuèrent à défaut une série modeste de suites dans un secteur moyen du bâtiment, en périphérie du Palais... réservé aux visiteurs membres important de la suite d'un visiteur de plus grande importance.
... Et à ce jour, aucune remarque ni plainte n'avait été formulée.


Il n'avait fallut qu'une poignée d'heure pour que les occupants des appartements ne se sentent chez eux. Certains meubles avaient regagné les remises tandis que des tentures et coussins avaient été disposé et agencés sur les consignes de celui au turban. Les quelques malles furent entreposées, tout le monde pris possession de ses appartements personnels....

Après cela, la délégation repris son cheminement au travers des coursives pour gagner la passerelle, encadrés de gardes tant pour le decorum que pour garder un oeil sur l'étrange bande. Ayant été interdit de litière, le type en armure devait faire la tronche, mais son casque intégrale figurant une tête de lion ne permettait de s'en assurer.

Enfin, l'arrivée sur la passerelle se fit par la Grande porte d'honneur, en face du trône de commandement où siègeait temporairement Katje.

Presque aussitôt, l'emplumé pressa légèrement le pas, prenant un peu d'avance sur les autres.
Arrivé à portée de voix, il s'agenouilla littéralement et se prosterna à trois reprises avant de se redresser.
Sa voix de stentor parvint à couvrir l'agitation de la passerelle qui ne s'était pas réduite le moins du monde pour l'arrivée de ces gens.

-La Première lueur du levant, Brandon par lequel le Céleste Shahanshah brule les infidèles, Montagne inébranlable, Son Altesse Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal, fils du Mirza Ensari Bahadur Rifat ibn-Hakan Endal, petit-fils du Shah Rifat Devrim ibn-Hakan Endal, lui-même fils d'Ertugrul-Shah Nasim ibn Hakan Endal, qui fut engendré par le Shazadeh Maksut Bahadur ibn Hakan Endal, dont le père était Kemal-padisha Kemal ibn Hakan Endal, fils de Kemal-Padisha Huseyin ibn hakan Endal et petit-fils d'Husseyin-Padisha Halife ibn Hakan Endal dit le Juste, dont le règne fut grand, et qui fut le fils d'Halife-Padisha ibn Hakan Endal dit le Merveilleux, dont le règne fut prospère et éclairé, fils d'Hakan-Padisha dit le bâtisseur, celui au pied de qui tous se prosternent et qui apporte la paix des étoiles, dont le règne fut légendaire ; se présente à vous, Dame des Von Razgriz, pour prêter le serment qui fut celui de ses ancêtres et respecter ainsi les Anciens Pactes de "l'appel aux armes".

Il se prosterna à nouveau à trois reprises, mais ne se releva pas.

Ce fut le jeune homme en armure qui s'approcha et tira son épée, une belle épée, avant de la pointer vers le sol.

-Gloire aux Von Razgriz, gloire aux Endal, gloire au tout puissant Céleste Shahanshah et à son prophète Sebastian Thor !

Harkness a écrit:
Harkness avait passé son plus beau masque de plomb pour la cérémonie. Ses traits étaient tirés, ses phrases limitées, ses gestes concis.
90 reîtres, 4000 matelots. Les chefs de service était en vie, la Lady Capitaine aussi, les deux navis et les deux astropathes de même. Le Téméraire n'avait subit qu'un dommage "partiel" si on s'en référait aux quelques traités de commandement spatial qu'il avait survolé.

Il avait perdu 90 frères, 90 des siens. Des centaines étaient blessés. Plusieurs dizaines allaient mériter un versement dans les PNC.
90 des siens pour garder ce vaisseau intact. Le prix était faible tout compte fait.

La fête serait tonitruante. Il faudrait fêter ces morts, leurs payer le dernier canon. Lui, il irait écrire les 90 noms dans le Livre. Il ferait le compte rendu des faits héroïques des uns et des autres.

La cérémonie de la Capitaine lui rappelait beaucoup les offices religieux qu'il détestait tant. Beaucoup trop mais il faisait illusion... Portant le cercueil d'un matelot.

Passant près de Nylae il lui glissa "Se sacrifier pour son frère, c'est ce sacrifier pour soit même."

Plus tard, bien plus tard, les Reîtres se livrèrent à des libations quasi orgiaque dans les casernements et se laissèrent aller aux pires outrages de saoulard pour se vider la tête des images horrifiques qui s'étaient imprimés dans leurs esprits.

Katje von Tödt a écrit:
L'entrevue avec le chancelier s'était bien passée du point de vue de Katje. Il avait encaissé les reproches sans sourciller, et avait pris acte des remontrances formulées. Il semblait la considérer comme une alliée certaine face au capitaine d'arme. Grand bien lui fasse, si il n'avait pas compris que le seul parti que Katje prendrait était celui de la capitaine, il se métait le doigt dans le fondement jusqu'à s'en chatouiller les amidales.

Elle en revenait à peine et avait posé son postérieur sur le trône qu'une bande d'emplumés qu'elle se souvenait avoir autorisés à monter sur le navire arriva devant elle. Ils n'avaient visiblement pas saisi la teneur de son message qui indiquait pourtant clairement que la lady capitaine n'était pas actuellement présente ... et elle n'avait pas vraiment la patiente ou le temps pour réxpliquer les conditions de leur embarquement. D'un autre coté, se montrer inutilement rude face à des étrangers qui souhaitaient préter serment à la capitaine n'était pas lui rendre service ... Elle les acceuillit donc avec un demi sourrire, et pris le temps de leur expliquer que, même si elle était certaine que la capitaine accepterais leur serment en temps et en heure, elle ne pouvait le faire en son nom. Seule la capitaine pouvait leur faire préter serment dans les formes. En attendant, ils étaient les bienvenus à bord.

Elle pris une tablette de donnée pendant qu'elle s'adressait au pasha. Non qu'elle ne voulu lui manquer de respect, mais elle avait à faire. L'embarquement depuis port l'errance était pratiquement fini, et dans à peine quelques heures ils partiraient pour la gueule, revoir les étendues et leur capitaine. Une bonne chose selon l'avis de Katje, le bâtiment et son équipage s'étaient bien trop éternisés dans ce secteur, où ils avaient déjà réussit à se faire suffisement d'ennemis pour une vie. Elle avait transmit les ordres au manoir de navigation, leur demandant une trajectoire vers le point de rendez-vous fixé par la capitaine, à quelques années lumière du lieu de rendez vous prévu pour le téméraire & leur intermédiaire. Le but était d'être suffisement près pour intervenir en quelques heures si nécéssaire, mais suffisement loin pour ne pas se faire repérer inutilement. Les ordres pour le reste de l'équipage avaient déjà été donnés, et le vaisseau partirait à l'heure, opérations finies ou non. Hors de question de laisser attendre Lonallyn.

Citation :
OOC : honoria, tu peut te lancer, les demandes ont été transmises au manoir par l'intermédiaire du représentant de la navis sur la passerelle, Katje fait bien attention à passer par les voix diplomatiques Wink

Honoria a écrit:
Achillus serrait le poing. Il le serrait si fort que les jointures avaient blanchi.
La jalousie le rongeait profondément.

Elle opérait la cérémonie de l'Astronomican. Les relevés de la singularité indiquaient un protocole Neuf Béta.
A travers la tempête, elle voyait la lumière de l'Empereur comme un soleil au zénith d'une nuit profonde des mondes glacés sans étoiles.

Ce problème concernerait bientôt l'Ecclesiarchie à ce train-là. Voir l'inquisition...

- Nous amorçons la procédure de plongeon, releva un nébuleux qui officiait sur les cogitateurs.

La faille béante des enfers déchira le frêle voile de la Réalité devant l'Ex Cathedra. Un arc en ciel de couleurs impossibles qui menaient droit aux tréfonds du Warp.

- Temps de voyage optimisé par la Matriarche : vingt-six heures en plongée.

L'équipe de Medicae du bon docteur Vancreej s'activait pour stabiliser l'oiseau fragile qui les mènerait à travers l'obscurité.

Achillus, dont la flamme de colère ne cessait de croître, attisée par une jalousie mal dissimulée considérait désormais la forme psychique de la Navigator qui avait pris place en figure de proue de l'Ex Cathedra. Une femme immense et fantomatique...

Les lumiglobes, encore verdâtres quelques secondes après la plongée, repassèrent à une luminosité classique aussitôt que le cap fut engagé.

Le Postremo annonça d'une voix grinçante :

- Informez la passerelle : la Matriarche va côtoyer le phénomène de tempête qui s'agite dans le Warp, sauf indication contraire, que l'équipage se tienne prêt à tout moment dans les heures à venir à initier les procédures idoines à une soudaine entrée dans l'agitation Aetheryque. Le propre de ce genre d'anomalie, c'est tout de même leur imprévisibilité.

La commissaire de bord fut informée par le doux phébus des nécessités imposées par un voyage en bordure de tempête.
Mais bien que les sondes indiquèrent tout le voyage durant, les nombreuses perturbations qui menaçaient d'engloutir le navire, jamais la Matriarche ne permit au Warp de s'emparer de l'Ex Cathedra.

Ainsi donc, le voyage aurait pu être paisible mais...

Askuwetho, régulièrement immergé dans ses transes shamaniques, s'extirpa du puits dans lequel il officiait pour transmettre à la Capitaine par intérim, un message qui avait couru loin. Très loin dans paysage du grand ciel noir. Un minuscule fragment de l'esprit de chasse d'une barge stellaire était arrivé jusque dans son feu.

Von Todt put lire sur le papier qu'il lui tendait :

- SOS. Essuyons corruption. Dérive probable. Demande d'aide immédiate à tout navire à proximité du signal.

Le protocole de transcription était celui correspondant au téméraire.

Katje von Tödt a écrit:
Le départ de port l'errance se passa on ne peu mieux, les navigateurs faisant à nouveau preuve de leur compétence retrouvée, contrairement à leur dernier saut warp. A peine plus d'une journée pour rejoindre le point de rendez-vous, excelent selon les standards de Katje, habituée à travailler avec des familles moins "officielles" dans les étendues, et aussi moins fiables.

Pendant le voyage, alors qu'elle somnolait à moitié à cause de l'épuisement des derniers jours, le maitre des oracles vint la réveiller pour lui tendre un message en baraguinant à propos du "grand ciel noir" et d'autres choses, d'un message qui court et d'un feu. Elle n'avait rien compris, mais se saisit du papier qui lui était tendu et le lut rapidement. Elle dut cligner plusieurs fois des yeux pour se faire à l'idée que ce qui était écrit sur la feuille était bien ce qu'elle lisait.

Elle se leva, fonça vers le cercle de commandement et demanda au maitre des oracles de situer la source du message : changement immédiat de cap pour rejoindre le téméraire si le message était confirmé. Elle prévint le manoir d'un changement possible de cap dans le cas de la confirmation de l'alerte.

Citation :
Askuwetho est formel : le message est bien du Petit Chariot Téméraire. L'esprit messager porte les mêmes plumes et chante avec l'exact même voix, baragouine t-il... en montrant un schéma ou il montre en parallèle la signature vox du message et celle d'un message du Téméraire.

Gill Haddon a écrit:
"J'ai même pas demandé combien de temps... J'ai cru vingt ans... Enfin merci les filles d'être venu me récupérer."

Les deux jumelles le regardairnt bizarrement. Elles ne l'avaient pas reconnu. Elles avaient pris un petit coup. Forcément il avait perdu un peu de poids mine de rien.

Arwen : Tu fais... vraiment... jeune Gill.
Gill : J'ai toujours fait plus jeune que mon âge.
Haru : C'est dommage j'aimais bien tes cicatrices...
Gill : Ce n'était pas les miennes.

Haru et Arwen s'échangèrent un regard.

Haru : On t'a apporté une boite de tes cigares préférés et une bouteille d'Amasec que tu avais acheté sur Scintilla.
Gill : Merci c'est gentil.

Gill pris ces cadeaux et eu un vrai regard de gratitude pour les jumelles. Il posa la boite de cigare sur ses genoux et coinça la bouteille d'Amasec sous sa chaise roulante.

Gill : Et comment vont les mômes ?
Haru : Très bien. Talen a commencé sa formation de sous-officier. Il déteste l'autorité et n'en fait qu'à sa tête.
Arwen : Quand tu n'étais pas là... Janx à continué ton commerce. J'ai tout tenu à jour pour toi.
Gill : Merci Arwen, tu es une perle.

Il avait le regard perdu dans par delà le hublot. Il regardait Ex Cathedra grandir dans l'espace au fur et à mesure que le cotre s'en approchait. Il se passa une main sur son crâne encore chauve.

Haru : C'est sympa ton nouveau look. Ca me rappelle les petits moines de Sisk. Tu vas laisser repousser tes cheveux ou pas ?
Gill : Oui. J'ai froid au crâne, et j'aimais bien ma tignasse. Pareil sans ma barbe de trois jours j'ai l'impression de faire trop jeune premier.
Haru : Jeune, ça oui.
Gill : Et mes flingues ?

Silence...

Arwen : Ils ont du tomber dans l'océan. On ne savait pas quoi faire alors on...
Gill : Tant pis.
Pilote : Séquence d’amarrage à Ex Cathedra en cours.

La conversation mourut. Elle n'avait jamais vraiment démarré. Les jumelles étaient vraiment un peu perturbées. Gill avait l'air à moitié crever et carrément flippant. Le serviteur médical l'était tout autant avec son masque blanc imitation visage, ses six bras fins et élancées, deux pour pousser le fauteuil, quatre autres pour tenir les perfusions et divers instruments. Et Gill semblait se foutre allégrement de leurs présences… Comme d’un peu de tout on aurait dit…


« Quelle fête de merde. A peine plus merdique que les grandiloquences de Lonallyn. »

La porte de la cabine s’était à peine fermé que son humeur avait tourné à complètement merdique.

Haru alla se servir un verre au bar : tu avais l’air de t’amuser. Et tout le monde à était si gentil. Tu veux un verre ? Tu n’as rien bu et tu es toujours aussi désagréable lorsque tu es à jeun.

Gill se fit pousser jusqu’au plumard. Le serviteur médical l’aida pour se coucher.

- Et le Bosco capitaine intérimaire… Putain la farce ! Et puis quoi encore, toi Haru timonière !
- J’aimerais bien être timonière !
- Tu sais ce que c’est au moins ?
- Euh non… mais ça à l’air marrant.
- Ca l’est.
- Katje à été très gentil avec nous pendant que tu n’étais pas là.
- Tu l’as baisé ?
- NON !
- Ah ah tant mieux ! La nonagénaire imagine que carrer sa langue entre les cuisses de la capitaine lui donne des passes droits et une importance. L’idée même qu’elle se permette de me filer un ordre me fout la gerbe. J’suis bien content d’être cloué dans ce fauteuil à la CON !
De rage il attrapa l’accoudoir dénigrer et s’acharna jusqu’à le faire vaciller. Le serviteur médical le remis presque aussitôt en place.
- Comme la rouquine. Bande de gouines.
- T’es vraiment grincheux. Je pensais que t’aimais ça les gouines en plus. Surtout les mâter.
- J’ai perdu ce gout là aussi.
- Gill je peux te poser une question ?
- C’est déjà fait, alors continu l’interrogatoire.
- Tu es qui ?
- Ah ah !

Gill regarda la décoration.

- Fait moi virer ces merdes. Je veux plus rien ici. Un lit deux places, une grande pièce vide. Mur blanc, sol blanc, plafond blanc. Adieu marqueteries, moulures et conneries. Je veux que cette pièce me ressemble plus. Refaite, du sol au plafond. Du fondement au cerveau… Je suis Gill Haddon, Officier en second d’un vaisseau sans capitaine, coincer dans une chaise roulante comme le dernier des estropier. Et je peux même pas buter les gens que j’ai envi de buter.
- Où est Arwen ?
- Ah ah… Qui sait…
- Où est ma sœur Gill.
- Je l’ai donné.
- Tu l’as donné ! A qui ?
- Secret. Mystère et bolt tempête. De toute façon je ne suis plus en mesure de profiter. Et autant j’aimais la baise avec ta sœur, autant j’aime être avec toi.

Haru eu l’air conne.

- Tu dis que…
- Ouaip j’ai fait mon choix. Stop aux tergiversations. Faut que je reprenne ma vie en main comme on dit. Tu viens te coucher ?
- Mais et ma sœur ?
- Tu la reverras t’inquiètes pas. Je suis vanner, j’ai des milliers de rapports chiants comme la mort à lire, une rééducation médical à me taper, j’ai juste envi de roupiller.


Plus tôt…

Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci. Merci.

La musique plaisait, enfin elle était dans le ton. Les filles nues faisaient passer les petits fours. Le staff semblait s’amuser. Mais c’était marrant pour Gill parce qu’au fond il n’avait sympathisé avec presque personne.

Les officiers du 1er aéroporté étaient venus en petite pompe… C’était sa dernière action officielle avant le grand ratage complet et intégral. Il y avait les gens de la passerelle qui n’était pas de garde. Katje lui avait balancé son intérim. Il avait sourit, félicité, puis était partie avec Arwen voir Janx.

Il était revenu sans Arwen. Il avait pas mal regardé Haru flirter pour la déconne avec des sous-offs. Il ne goutait pas l’ambiance, mais, était tout sourire et remerciement. Il prétexta d’être encore faible. Dans le couloir le menant à sa cabine il se demandait si au moins la moitié de ces connards avait noté son changement de gueule.

Honoria a écrit:
L'annonce était faites sur l'Occulum.

Le Téméraire essuyait la Corruption de plein fouet dans les limbes de l'Aethyr.

Achillus était tout à son oeuvre, deux tempêtes symétriques s'étaient levées, une forme de frontière entre les deux anomalies permettait de naviguer avec une certaine sécurité.
Il était évident que le Téméraire avait été contraint de rentrer dans un des deux phénomènes, pour une raison ou une autre.

Le voyage allait prendre beaucoup plus de temps que prévu.

- Leur "sorcier" semble avoir pu trouver la source approximative de leur écho.
- Affichez les coordonnées sur les lecteurs de navigation, Postremo.

La voix d'Honoria était pleine d'autorité, celle d'une mère qui courait après ses enfants perdus, celle d'une matriarche qui voulait sauver des membres de sa famille.

- Fais. Il n'ont pas de timonier digne de ce nom, selon votre Navis prima, c'est une zone de hauts fonds.
- Je sais.

Phebus prévint la Passerelle, l'Ex Cathedra pénétrait volontairement la zone de tempête. Les équipes de canonniers devaient être sur le pied de guerre. Les soldats se préparaient au pire.
On chuchotta que les assassins eux mêmes daignèrent sortir de leur temple.

Les recherches commencèrent tandis que la Matriarche, quittant sa forme astrale éveillait son Oeil pour pister le Téméraire, un jeu pour lequel Septima avait plus de talent qu'elle, mais un jeu qu'elle ne perdrait pas cette fois.

Honoria a écrit:
C'est dans un style assez sobre qu'un nébuleux se présenta aux appartements du Premier office.

Il portait un lourd coffret d'acier et d'ébène stylisé sur lequel apparaissait l'Oeil de la Navis nobilite et l'arbre des Primigenes.

Il annonça dans le style morbide de ses esclaves sans visage qu'il s'agissait là d'un présent pour célébrer le retour du premier officier à bord d'Ex Cathedra.

En l'ouvrant, l'officier pu découvrir une paire de pistolets de duel portant la marque de fabrique Belasco.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 11:50

Aleksia Kovalsky a écrit:
"Qu'est ce que je suis allée faire dans cette galère, святое дерьмо!"grommellait Aleksia, en grand uniforme, sur la passerelle du Téméraire.
Rien n'allait pour elle depuis cettex expedition sur ces maudits vaisseaux d'antan, depuis qu'on lui avait privé de combat.
Au lieu d'aller à la station, il avait fallu se farcir à la place un arrêt chez les Têtes-d'écrous, sur un monde gelé , ennuyeux, sans aucune bagarre ou bistrot digne de ce nom.
La colonnelle Von Tödt avait filé sans elle sur Port-l'Errance, ce qui fait qu'elle n'avait pas pu profiter d'une permission... Alors même qu'Anya avait de fortes chances de trouver enfin ce qu'elle cherchait depuis si longtemps.
On l'avait réquisitionné pour venir sur le Téméraire, avec une promesse de bagarres et de combat spatial, et pour l'instant, RIEN. On ne l'avait même pas laissé rejoindre Harkness et l'autre Bellâtre pour aider à repousser les assaillants.
Bordel, si c'était juste pour tirer des bordées dans le vide pour des maccabées, il leur fallait juste un singe dressé pour appuyer sur un bouton, merde !
Ca se trouve, elle manquait le réveil d'Haddon, et si l'opération ratait, elle pourrait pas lui faire ses adieux... Et ça aussi, ça l'énervait. Elle espérait au moins qu'on avait pas oublier le cadeau pour Gill qu'elle lui avait commandé auprès des Tête d'Ecrou. C'était le plus beau pistolet bolter qu'ils avaient en stock, avec sa crosse en ébène damasquiné d'argent, qui datait de la Croisade d'Angevin. A défaut, ce serait une arme de choix pour son dernier voyage...
Elle pouvait pas se défouler avec les officiers du Téméraire, ils étaient stressés comme des bleus-bites devant leur premier assaut de brêche. Pas moyen d'aller picoler, ou de s'amuser un peu sur cette maudite coquille de noix ! Même avec Lon, c'était pas pareil, depuis qu'elle est mariée y a plus moyen de jouer...

Y avait intérêt à ce que l'arrêt à l'Hermitage soit animée, parce que sinon, ça allait chier !

Katje von Tödt a écrit:
'après ce que certains de ses agents lui avaient rapporté, le premier officier s'était éclipsé de la petite fête donnée pour lui ... étrange, et peu commun quand on connaissait le passif de l'homme sur le vaisseau. A se demander si les prêtres de la machine leur avaient bien rendu Gill, ou une pale copie destinée à l'imiter ... Elle en aurais le coeur net en temps et en heures. En attendant, le vaisseau était en route vers la dernière position connue du téméraire, pour leur porter assistance si nécéssaire.

Elle avait fait mettre les medicae de bord en alerte, ainsi que les prêtres aux ordres de markov. Si éffectivement il y avait contamination du téméraire, les deux seraient en haute demande pour régler la situation, qui échappait aux compétences strictement militaires de la collonelle. Elle nota un rapport pour la capitaine, sur les derniers évènements et l'attitude de Gill. Elle y mentiona un résumé des craintes du chancelier, dans une version édulcorée, sans les idées d'élimination pure et simple, pour le moment.

Citation :
OOC : Au MJ de nous dire quand on arrivera, Katje n'a plus grand chose à faire pour le moment. Mis a part se tracasser pour rien ^^

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Ex Cathedra
Suivre la trace du Téméraire va être ardu, notamment dans les hauts fonds. Fort heureusement, avec l'expérience de la Navis Primaris, et sa liaison forte avec l'Astronomican, ces derniers ne semblent guère provoquer de trouble pour le fier croiseur, les récifs et les prédateurs qui y rodent s'écartant de la route.
Toutefois, la navigation reste lente.

Téméraire
Après un arrêt bref à la quatrième station de passage pour proccéder à la cérémonie et faire le point, l'ultime saut jusqu'à l'Hermitage, qui se déroula, sans histoire, et dans les délais usuels pour un vaisseau dotés de tels moteur Warp.

Autrefois, cet arrêt s'appelait le Conclave, et les Libres Marchands s'en servait comme point de repère et de rencontre pour collecter des rumeurs sur ce qui se trouvait au dela de la Gueule, s'arrêtant dans l'orbite d'une géante gazeuse glacée, planète solitaire en orbite d'une naine blanche agonisante.
Mais un jour, le Libre Marchand Trame Lathimon eut assez des jérémiades de ses passagers, un ordre de moines à destinant de l'Expansion, dans leur station spatiale Hermitage. Le Libre Marchand les abandonna là, comptant sur un confrère pour les remorquer.
Depuis ce temps, la station orbite là, quasi abandonnée, si ce n'est par quelques anachorètes obstinés. C'est devenu un point de rendez vous pour les conclaves secrets, les libres marchands laissant des messages cryptés à l'intention de qui de droit à des endroits convenus.

Lors de votre arrivé dans le système, sur le canal prévu, était audible de la musique.
https://www.youtube.com/watch?v=pW1Uc-grcMs
Le Dies Irae convenu.

Harkness a écrit:
Harkness était comme les autres officiers principaux sur la passerelle quand le Téméraire sortit du Warp, en vue de l'Hermitage. Il avait eu droit à un cour magistral sur ce qu'était cette station monastique. Dans le temps, et son état présent avait été mentionné à demi-mot par le second du Captaine.
Il enchaîna les ordres, demandant que l'on affrète un Côtre, que se prépare une équipe de 15 hommes et que l'on lance une campagne de sondage auspex pour vérifier qu'aucun navire ne soit caché dans les alentours.

La musique résonnait sur le canal prévu, en réponse à la Chevauchée des Vendettas.

https://www.youtube.com/watch?v=Aghwpvanue8

Harkness se tourna vers La von Razgriz:
"Madame, je pense qu'il faut que vous restiez discrètes. Si c'est un piège il doit vous épargner."

Toutefois il attendait l'accord de la Lady Capitaine avant de décarrer.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Si piège il y a, il est en orbite, prêt à couper tout chemin de fuite. Un Libre Marchand n'irait peut être pas en personne à un tel rendez vous, mais resterait dans son vaisseau non loin de la station...Avant que vous descendiez, attendons d'avoir le retour de nos detectaugures.
"

Un temps.
"Descendez avec des servos crânes picts et vox, en liaisons directes avec la passerelle. Que nous puissions venir vous aider si cela tourne au vinaigre."

Harkness a écrit:
Harkness partit, entouré d'une douzaine de gardes, de cervo-crâne pics, com et vox relié à la passerelle du Téméraire.

Ils étaient en tenue spatiale, pour discuter le bout de gras.

Harkness espérait en silence que son pressentiment serait le bon, que le "présent" pour Lon et les Navigators était ce qu'il pensait. Qu'il pourrait éclaircir ses idées rapidement. Qu'il pourrait sévir si c'était bien ça.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Téméraire

D'après vos senseurs, vous étiez les seuls dans le système.

L'Hermitage


La place était glaciale, à l'humidité envahissante. Une couche de poussière d'une trentaine de cm recouvrait comme une chape le sol et la plupart des meubles, au point que vous ne faisiez à peine des marques de pas dans l'épaisse couche grisâtre. Des sections étaient inondés, ou n'étaient plus étanches, ouverts sur le vide et coupés du reste. Les fresques tombaient en morceaux, le marbre ne brillait pas et craquelait. les vitraux étaient quasi entièrement opaque.
De ci de la, vous trouviez une statue ou une icône un peu moins sale, des signes de vie, de dévotion tenu par les quelques ermites encore présents. La nef principale était dans le même état...

Jusqu'à ce que vous arriviez devant une chapelle ardente, non loin de l'autel.
Le vitrail donnant sur la planète, réverbérant la maigre lumière du soleil de ce système perdu, avait été nettoyé, donnant un large rayon de lumière permanent tombant sur un mausolée de marbre blanc.
Le tombeau, sur ses cotés, avait été gravé de diverses scènes symboliques évoquant la vie et les hauts-faits du héros qui gisait là.
la chapelle ardente était d'une propreté impeccable qui jurait avec le reste. De l'encens brulait pur parfumer la petite chapelle, et des bougies étaient allumées en permanence.
Un nom se trouvait sur la plaque de marbre.
[size=150]VINCENS ROMULUS AN'SAEVOTH PRIMIGENES[/size]


Harkness a écrit:
Harkness installa ses hommes dans l'église, répartis en défense, certains en haut, un dans la chaire, les autres dans la salle. Il prit une prieuré défoncé et antique qu'il posa au niveau de la chapelle ardente, dos au marbre et aux signes de dévotions.

Harkness discuta avec à ses hommes, ignorant les cervo-crânes espions, ils trouvaient l'endroit lugubre et il conclut en demandant si l'un d'entre eux avait un pied de biche pour ouvrir la tombe et si le medic avait son sac à viande avec lui...

Gill Haddon a écrit:
"Voilà monsieur, nous en avons terminer. J'espère que votre nouvelle décoration vous plaira."

C'était enfin fini. Adieu toute ces merdes inutiles.Ce clinquant presque gerbant que Viktor affectionnait tant. A la grande époque, alors qu'il régnait sur la sous ruche, Gill ne possédait que ses fringues et ses flingues, tout le reste était à d'autre.

- Ça fait vraiment vide. Il y a même un peu d'écho.
La nouvelle déco' déprimait un peu Haru.
- Aménage toi un coin derrière des paravents, mais interdiction de répandre des babioles partout. Fait un truc carré et discret. J'aime ce blanc presque aveuglant, avec cette lumière cela donne un effet vertigineux tu ne trouves pas ?
Visiblement non. Haru faisait la moue. Gill nota qu'elle ne parlait plus du tout d'Arwen, c'était parfait.
- Je file à la passerelle, Haru. Comment est mon nouvelle uniforme ?
- Tu as juste mis une nouvelle veste sur tes épaules. Tu comptes rester en pyjama perpétuellement ?
- Oui, ma cher et tendre. Et jusqu'à ce que j'ai le feu vert de mes nouveaux médecins, effectivement je compte bien me trimbaler en fauteuil et pyjama.
Il claqua des doigts, le serviteur médical pris position et commença à le pousser en direction de la sortie. Il fit un petit au revoir de la main à Haru et se fit pousser tout sourire.

---

Gill fit son transfert jusqu'à son fauteuil d'officier en second. Les officiers de la passerelle l'avait salué à son entrée. Attention des plus protocolaires. En même temps il avait furieusement l'impression que depuis Scintilla tout le staff officier partait en couille intégrale. Au moins la place n'avait pas bouger. Le second par intérim lui fit un rapport des plus détailler : "J'ai fait selon vos protocoles en tout point. Tout les évènement notable sont consultable dans le mémo confidentiel que je vous ai fait parvenir." L'officier repris son ancien poste. Gill ne le regarda même pas. Au moins je n'ai pas pris la peine de vouloir sympathiser se félicita-t-il.

Les rapports les plus récent étaient ceux de la petite excursion surprise de Lon' et du Téméraire. "Mouais..." Il survola ceux de Port-L'errance. "Mouais, mouais..." Il ordonna à son serviteur médicale de le pousser jusqu'au siège de capitaine.

"Katje ! J'ai beau lire tout ses rapports sur les "évènements" s'étant produit durant mon... indisponibilité... Bon, disons qu'il y a des choses qu'on ne met pas dans les rapports consultables. Et j'aimerais avoir votre sentiment sur... disons ce que justement on ne note pas dans les rapports."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

L'Hermitage

En effet, vous sembliez seul dans la grande nef.

Soudain, une grande lumière emplit la nef, soufflant certaines bouges dans la petite chapelle, dégageant un nuage de poussières.
Une vingtaine de personnes se tenaient devant l'autel, venant juste d'être téléportés.
Ils portaient tous une lourde armure carapace de couleur noir et bronze, sculptées pour former des ailes et des motifs d'aigles ; d'étranges ailes de métal semblables à celles d'un rapace pendaient derrière eux.
Ils étaient armés de pied et de cap : certains portaient des autocannons avec des suspenseurs antigrav, d'autres des lances à la lame energétique intégrant un fusil laser, d'autres encore des lances-flammes. Leurs armes étaient décorées, certes, mais sobrement, fonctionnelles, de l'équipement de professionnel.
Il était clair que ce n'était pas un groupe de bleusailles. Ils étaient déployés avec art, se tenaient vigilants : des brutes habitués au combat, visiblement des troupes de choc.
Au centre du dispositif, se tenait un géant.

Il mesurait plus de deux mètres de haut, tout en muscles, arborant fièrement une barbe fournie. Il irradiait de violence et de brutalité contenu : une magnifique bête de guerre, une machine à tuer bien huilé et rôdée. Il portait un gantelet énergétique sur la main gauche, de la droite, une lourde épée énérgétique ; son armure, similaire à celle de son escorte, était décoré d'or et plus ouvragée. Toutefois, elle était cabossée de ci de là, et semblait usée. Usée par des combats incessants, et maculée en certains endroits de trace de sang trop vieilles et incrustées pour être nettoyées.
Il chercha du regard celui qui devait être le chef de l'expédition... et se mit à sourire en voyant Harkness. Un sourire révélant des dents en métal, polies et aiguisées.
Un sourire de guerrier. Un sourire entre mâles dominants, entre chefs de meutes, qui se reconnaissent et se saluent.
L'homme se mit à rire. Il avait une voix qui portait, qui emplissait toute la nef, rétrécissant l'espace.
On aurait pu l'entendre depuis le Téméraire sans micro.
[size=150]
VOUS ETES LES GARS DES RAZGRIZ, PAS VRAI ? VOUS VOULIEZ CONTACTER LES PRINCES PIRATES, L'UN DES NEUF, L'UN DES SEIGNEURS DU VIDE !
VOUS AVEZ DE LA CHANCE, JE SUIS LA ! JE SUIS... [/size]

[size=200]HELLMAN CROCS D'ACIER, LE TYRAN DU VIDE,
LE CAPITAINE DU KLAIV'
ET CHEF DE LA MEUTE D'ARGENT !
[/size]
[size=150]VOUS VOULIEZ NOUS CONTACTER. PARLEZ DONC.[/size]


_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 11:54

Katje von Tödt a écrit:
Gill vint interrompre Katje qui ruminait son attente de pouvoir rendre sa charge à la capitaine et se concentrer sur ses devoirs propres, ne pas avoir à diriger tout le bâtiment ni à subir ce trône qui, si il paraissait classe de prime abord, lui froissait le postérrieur comme personne. Elle profita honteusement de son intéruption pour avoir une bonne raison de retourner à son bureau, l'entrainant en prétextant qu'elle avait les originaux sur place.

Une fois dans son petit chez elle, et se servit un verre, et raconta de son mieux au pistolero les évènements survenus depuis l'attaque à l'autocanon dont il avait fait l'objet. Le tout teinté par sa vision légèrement biaisée des choses, tout en éssayant de n'oublier aucun détail. Elle parla de Götz, d'Harkness, du départ de scintilla, des simagrés des navis, de l'attaque d'Harlock, de la séparation de l'ex cathedra et du téméraire, de la découverte des deux vaisseaux antiques - et de leur contenu - du débarquement de vitorio, et de l'arrivée à port l'errance, comme des différentes aquisitions qui y avaient été faites. Elle mentiona qu'il lui semblait bien qu'Aleksia avait trouvé un petit quelque chose au cas où il se réveillerais, mais elle n'avait aucune idée d'où elle avait pu le mettre.

Harkness a écrit:
Harkness se releva quand apparurent les pirates, il attendit que celui-ci se présente. A partir de maintenant, tout n'était que du bluff et de l'esbroufe.

Il leva ses mains pour signifier qu'il n'avait aucune intention belliqueuse et s'avança pour que le gros barbu l'entende bien à travers sa combinaison spatiale. Les cervo-crânes suivirent Harkness pour faire face à Hellman Croc d'Acier. Harkness n'avait pas sa seconde peau, le Sonneur de Gong était endommagé et son fusil à plasma avait besoin d'un coup de peinture.

"Salut à vous, Hellman Crocs d'Acier, Tyran du Vide, Capitaine du Klaiv, Chef de la Meute d'Argent. Je suis Harkness, Capitaine d'Arme de la Dynastie Von Razgriz, Capitaine de la Compagnie des Reîtres Gris, Capitaine du Téméraire.
Je viens vous demander un service. J'ai besoin d'être mis en relation avec Ajax Ordann, ancien membre de l'entourage de Lonallyn Von Razgriz."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

[size=150]AJAX ORDANN ? AH, LE FILS DE CE BON VIEUX ROUBLARD DE GUNN. VOUS SAVEZ, LE FISTON EST COMME SON PERE, IL A UNE SACREE BOUGEOTTE.
J'AI PEUT ÊTRE UNE PETITE IDEE DE OU QU'IL A PU ALLER CES DERNIERS TEMPS, CA OUI... MAIS C'EST PAS GRATUIT COMME RENSEIGNEMENTS."[/size]

Le seigneur pirate se mit à rire, à pleins poumons, suffisamment fort pour qu'une des statues au dessus de l'autel se décroche et se fracasse au sol. Hellman ne broncha même pas sous le bruit explosif de la pierre se fracasser ni la pluie de poussières qui en découlant, couvrant son armure.
Il exhiba la perle noire qu'avait donné Schneider à Finn.
[size=150]POUR COMMENCER, FISTON, SI TU NOUS RACONTAIS COMMENT TU AS REUSSI A METTRE LA MAIN SUR CA ?"[/size]

Harkness a écrit:
"Je pourrai rien vous dire, c'est pas moi qui l'ai refilé à Finn. Vous voulez quoi comme paiement?"

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]AH, JE VOIS. ET LES PLANQUES QUI NOUS MATENT BAVASSER BIEN AU CHAUD,[/size] [size=200]ILS TE L'ONT PAS DIT ?[/size]" rugit le colosse.
[size=150]J'AI UN PEU DE TEMPS A PERDRE, ALORS JE VAIS VOUS RAFRAICHIR UN PEU LA MEMOIRE. CE GENRE DE PETITES PERLES, C'EST LA SIGNATURE D'UN PUTAIN DE NAVIS COMPLETEMENT TARE QUI NOUS POURRIS LA VIE DEPUIS CINQ CENT ANS. TU CONNAIS L'HISTOIRE DU NAVIS FOU NOSTROMO, FISTON ?
ET BIEN, C'EST AVEC CE GENRE DE GRIS-GRIS QU'IL PAYE ET SIGNE SES FORFAITS. ON EN AVAIT PAS VU DEPUIS CENT ANS, ET ON LE CROYAIT CLAMSE... ALORS, JE RÉPÈTES MA QUESTION :[/size]

[size=200]OU AVEZ VOUS EU CETTE PUTAIN DE PERLE ![/size]

En fait, il était possible pour lui d'augmenter le volume, et de hurler.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Sur la passerelle.

"Mettez moi en ligne immédiatement avec l'Occulum, nous avons besoin de leur lumière sur ce point."Elle regrettait que la Navis Primaris ne soit pas là, elle aurait sans doute des choses à dire au sujet de cette perle.
"Et qui est l'officier qui a proccédé au contact avec les seigneurs pirates ? Qu'on me l'amène immédiatement !"

albus a écrit:
L'Occulum n'était pas si éloigné de la passerelle qu'il fut nécessaire d'ouvrir une voie de communication en urgence.

Septima se contenta de venir. Nylae alternait repos et période d'exercice.

La Duchesse, son lourd manteau sur les épaules, monta jusqu'au siège qu'occupait la petite femme et retira le porte cighalo qu'elle avait en bouche pour souffler des volutes de fumées odorantes en coin.

- Vous avez besoin des services de la Navis Nobilite, lady capitaine ? interrogea la navigator.

Dans le même temps, l'enseigne Larris se présenta, raide comme la justice, poing sur le cœur auprès de l'héritière Von Razgriz, après que les quelques lebensgards présents l'y autorise :

- Votre grâce, le capitaine Harkness a fait mettre le lieutenant Schneider aux arrêts, pour acte de félonie !C'est lui qui est à l'origine de la prise de contact avec les forces pirates du secteur, votre grâce !
Il est dans l'attente du jugement définitif du capitaine Harkness, votre grâce !


Albus, attentif à la conversation entre le capitaine d'arme et le pirate ria légèrement.

Harkness a écrit:
Harkness rit de son petit rire lugubre, celui qui venait du fond de son âme. Il ricana même.

"Pas la peine de hurler Hellman, je vois de qui tu parles. C'est un des agents de nos Navigators qui a contacté Finn et lui a remis ça dit Harkness en pointant du doigt la perle. Il a eu le nez creux ça a accéléré la rencontre. La localisation d'Ordann contre des infos sur Nostromo?"

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Qu'on le sorte de cellule immédiatement, et ammenez le ici, nous avons besoin de ses lumières."
Lonallyn prit son micro-vox, et avertit Harkness :
"Faites le patienter, on vous cherche les informations de ce qu'il veut savoir. Offrez lui à boire, faites la conversation, incitez le à raconter sa vie ou ses faits d'armes, bref, occupez le."
Elle se tourna vers la Navis.
"En effet, Duchesse. Il semblerait que notre contact cherche des renseignements sur les agissements de Nostromo. Si ma mémoire est bonne," avec un tapotement réflexe sur sa tempe pour désigner son implant mnémotique, "Vincens avait trouvé la preuve de l'implication de Nostromo sur Scintilla, en ayant retardé mon escorte lors de l'attentat de la Cathédrale, et il est venu à notre bord pour la bataille du Profit Express et l'assaut sur la passerelle.
Avons nous d'autres choses à ajouter à son sujet ? Y a-t-il des choses que les Primigenes préfèrent taire sur lui, ou d'autres informations qui doivent être partagés pour lutter contre lui ?
Et savez vous ce que c'est ?

Elle tapota les runes idoines pour montrer, sur un pict, la fameuse petite perle noire.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

[size=150]"VOUS SAVEZ QUI C'EST... PARCE QU'IL EST ENCORE EN VIE ?[/size]le colosse avait pali.
[size=150]"PAR LES COUILLES VELUES DE SAINTE SABBAT ! [/size]
[size=200]C'EST PAS POSSIBLE !!!"[/size]
Il hurla, donnant un coup de poing énergétique sous la frustation sur l'autel, qui se fendit en deux.
Le seigneur pirate se mit à secouer violemment la tête latéralement, émettant un BLBLBLBLBLBL fort bruyant. Il se tourna vers un de ses gardes.
[size=200]CHESWICK ! DU VIN[/size] Le garde déboucha un tonnelet qu'il portait dans son packetage, et le tendit au seigneur pirate. Qui sécha le contenu de la dite barrique en cinq gorgés, n'oubliant pas de servir abondamment sa barbe.
[size=150]OU EST CE QUE VOUS L'AVEZ RENCONTRE ? [/size] reprit-il.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 11:58

Harkness a écrit:
Harkness se rapprocha de lui.

"Sur Scintilla. Déjà rencontré l'oiseau?"

albus a écrit:
Septima réclama un lourd bourbon lorsque la lady capitaine l'apostropha au sujet de Nostromo.
Elle fit grise mine, mais conserva tout de même assez de sa légendaire morgue pour ne pas laisser paraître quoique ce sot du malaise qui s'emparait d'elle.

- Ce genre de problématique est du pur ressort de la Matriarche. Je ne crains pas de prendre la responsabilité de dévoiler ce que je sais à propos du vieil homme...
Mais, je ne suis pas habilitée à le faire.
Globalement, les Primigenes préfèrent taire jusqu'à son existence. Sa lignée a été bannie de nos livres. Je ne vais donc pas m'étendre : puisque vous êtes directement impliquée, vous devez savoir qu'il s'agit d'un Navigator désaxé. J'en tairai les raisons. C'est selon ce que j'en sais, un fou qui tente de soumettre les Primigenes, pour s'emparer du pouvoir sur la Navis Nobilite toute entière. Le Pater Nova a eu vent de son existence, et il a été assez clair sur le silence et les impératifs qui relevaient désormais de la responsabilité de ma famille.
C'est très probablement un individu qui œuvre en conjonction avec des héreteks et des sorciers. Son sang est malade, et il veut contaminer la Navis. J'imagine que s'il œuvre pour vos ennemis, c'est qu'ils lui apportent ce dont il a besoin. Je ne lui connais pas la réputation d'un mercenaire. Ni d'un trouble fêter chez les pirates. Mais sachez que qui ne lui obéit pas sans condition est traiter comme de la viande. Ce que je peux vous dire en revanche, c'est qu'il chasse régulièrement les Navigators pour accroitre les rangs de ses fidèles.



Le lieutenant arriva assez rapidement, mais après l'entretien de Septima avec Lonallyn.

Il devait composer désormais avec une barbe de trois jours. Il maintenait sa superbe néanmoins, solidement et élégamment habillé de son uniforme de la Navis, marqué des armoiries des Von Razgriz.

Des vêtements à la coupe et à la couleur similaires à ceux qu'affectionnaient le Navis Postremo.

C'est néanmoins menotté, et quelque peu humilié qu'il se présenta devant la Lady Capitaine. Il était encadré de deux réîtres.

Il avança de deux pas :

- Votre grâce.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

[size=150]SI JE L'AI RENCONTRE ? PPPPFFFFAAAAA ! EVIDEMMENT ! CET ENFLURE NOUS A EMMERDE DANS TOUT LE SEGMENTUM A CHASSE NOS NAVIS ET LES ABATTRE QUAND ILS REFUSAIENT DE REJOINDRE SA PETITE ARMÉE. ON EN A MARRE DE ÇA, ALORS LA DERNIÈRE FOIS, Y A CENT ANS, ON A RÉUNI LE GRAND CONSEIL ET ON LUI A ENVOYÉ TOUTE LA FLOTTE PIRATE D'OBSCURUS SUR LA TRONCHE. ON AVAIT MÊME RÉUSSI A RÉCUPÉRER UN ATOMIQUE.
ET CETTE ESPÈCE DE CHIURE DE GROX A RÉUSSI A SURVIVRE A ÇA !!!
[/size]


Harkness a écrit:
"L'enflure à la peau dure, ça c'est sur. Comment s'appelait son vaisseau à l'époque?"

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn écouta attentivement ce que raconta la Kel'Terran.
"Harkness, racontez lui qu'il est lié à un ennemi inconnu qui en veut à notre dynastie, et qu'il s'en est pris également à nos Navigators, en orbite de Scintilla. Dites lui que nous cherchons à l'arrêter."
Elle se tourna vers Schneider.
"Dites moi, Capitaine, si vous me racontiez comment vous avez obtenu ces perles, et ce que vous aviez négocié à Port- L'errance avec l'intermédiaire de nos "amis" pirates.
Au passage, Capitaine, honorée Navis, vous serrez sans doute ravis d'apprendre que nous avons retrouvé la dépouille de feu le Navis Prostremo. Il semblerait que le capitaine Ordann lui ait laissé une sépulture décente au sein de l'Hermitage."

Elle avait dit cela sur son ton le plus neutre possible, essayant de cacher toute émotion.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]
"IL S'APPELAIT LE SANG REAL, ET TU SERAIS PAS EN TRAIN DE TE FOUTRE DE MA GUEULE ET JOUER LA MONTRE ? J'ATTENDS UNE RÉPONSE ! "
[/size]

Les gardes du corps réagirent et à l'unisson, en un clin d'oeil, avaient les armes en main, et en joue.

Harkness a écrit:
"Non, du tout. Ecoutes mon gars, moi je connais que son petit nom de Nostromo. Lui et ses copains Xenos ont attaqué la passerelle d'Ex Cathedra en orbite de Scintilla. Il a failli descendre mon chef. Il a attaqué nos navigators. Ca leur a moyennement plut."

Harkness n'aimait pas du tout la réaction des mecs en face. Beaucoup trop sensible.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

[size=150]AH ! DOIS PAS ÊTRE AU MIEUX DE SA FORME S'IL TRAINE AVEC DES XENOS, MONSIEUR LE CHANTRE DE LA PURETÉ DU SANG HUMAIN. QUEL GENRE DE XENOS ?[/size]

Harkness a écrit:
"Un truc que j'avais jamais vu, pas genre Kroot, Ork ou Eldar. Autre chose. Enfin, ils ont laissé plusieurs milliers de péons sur le pavé. Ils ont blessé mon chef GVB et un paquet d'officier des Von razgriz."

edit: manquait chef entre mon et gvb

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]MOUAIS. IL RESSEMBLAIT A QUOI ? ET QUAND EST CE ARRIVE ? [/size]

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:03

albus a écrit:
Schneider marqua un temps d'arrêt à l'annonce de Lonallyn.

Il ferma les yeux et prit une longue inspiration. On annonçait pas tous les jours à un homme que le corps de celui qui lui avait donné une existence avait été retrouvé.

Il prit le temps de choisir ses mots.

- Je suis lieutenant, votre grâce. Et les statistiques jouent considérablement en ma défaveur en ce qui concerne une soudaine promotion.

Il serra et desserra les poings, du fait des menottes.

- Les perles ont été trouvées par mon Maître, le seigneur Vincens sur scintilla tandis qu'il enquêtait sur l'attentat dont vous avez été victime sur la place de la Cathédrale. Il a arraché ces objets à un homme corrompu par Nostromo. Il s'agit selon ses recherches d'une ancienne monnaie dont certains usaient dans des trocs, il y a très longtemps.

Septima posa le verre de bourbon alors que le lieutenant continuait sa narration. Elle devait annoncer la nouvelle à Nylae.

- J'avais accès aux biens du seigneur Vincens, comptant parmi ses gens de confiance. J'ai entrepris de récupérer une part de ces bijoux. La raison en est simple, ils ont de la valeur dans les transactions interdites. Or transiger avec les criminels de Port l'Errance ne pouvait se faire que dans des conditions où il m'était possible, à défaut d'endormir les soupçons, au moins d'éveiller l'intérêt de nos interlocuteurs.
L'usage des perles m'a semblé...Adéquat.

Il attendit un instant avant de reprendre.

- J'ai négocié avec un des contacts des pirates, afin d'obtenir une audience auprès de leur plus hautes instances. La raison en est simple, la traque d'Ordann. Le capitaine Harkness a soutenu ce plan, mais j'ai pris la malencontreuse initiative de précipiter les choses en risquant de mettre à bas, notre couverture. J'ai appris par la suite que nous n'avions jamais trompé les renégats du crû et que le capitaine Harkness déteste être pris de vitesse par ses subordonnés.

Harkness a écrit:
Harkness lui fit une description imagée du xenos aperçu sur la passerelle d'Ex Cathedra ainsi que du Nostromo.

"Pour la date, grosso modo il y a presque six mois, pendant qu'Ordann piquait deux vaisseaux au dessus de Scintilla. Alors, Ordann il est où?"

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

[size=150]C'EST BIEN LUI, AAAAH ! PAR CONTRE, JE LE VOYAIS PAS S'ACOQUINER AVEC EUX. UNE VRAIE SALOPERIE CES XENOS LA. TIREZ A VUE DANS LEUR CAS, ET A L'ARME LOURDE ![/size]
Un temps.
[size=150]"AJAX ORDANN, OU LE DARON ? VOUS LUI VOULEZ QUOI EXACTEMENT AU FISTON ? PARCE QUE BON, SON PATERNEL EST UN BON POTE A MOI. ET UN AMI LAISSE PAS UN FILS D'UN AMI AVOIR DES ENNUIS, SI VOUS VOYEZ CE QUE JE VEUX DIRE..."[/size]


Harkness a écrit:
"Le fils, on est en compte avec lui. On pensait le revoir avant mais notre trajet pour Port l'Errance a été trop long et on le cherche. On doit le remercier pour l'Orion et le coup porté aux Sabrehagens. Après, c'est les affaires de la Lady Cap."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]AH, ELLE LUI EN VEUT PAS POUR LE COUP DU VOL DE SON VAISSEAU CADEAU TOUT NEUF ? FAUT DIRE QU'IL COMBAT ENCORE AVEC LE RUBAN ROSE AUTOUR DE LA COQUE, BWAHAHAHAHAHAHAHAH ! [/size] il s'arrêta de rire pour tousser, s'étouffant presque.
[size=150]ON SE DISAIT DANS LE MILIEU QUE VOUS L'AVIEZ LAISSE FAIRE, COMME QUOI ON AVAIT VU JUSTE. REMARQUE, LA COURSE POURSUITE DANS LE SYSTEME DE SCINTILLA ETAIT CONVAINQUANTE, ON M'A TRANSMIS LES PICTS, IMPRESSIONANT, ON S'Y CROYAIT.
MAIS AU FAIT !! VOUS ARRIVEZ PAS A CONTACTER SON ASTROPATHE, POUR QUE VOUS LE CHERCHIEZ A LA MAIN ?"[/size]


Harkness a écrit:
"C'est pas discret de laisser des messages dans tous les postes astropathiques. La Cap' a sa petite réputation de chasseuse de pirate dans la Marine et si la rumeur venait à courir qu'elle court après eux, ça serai très moyen..."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]
"OH, CA JE SAIS. VOUS PENSEZ BIEN QUE JE SUIS PAS VENU ICI AVEC JUSTE MA BITE ET MON COUTEAU, PAS VRAI ?
A CE SUJET, VOUS LUI DIREZ QU'ELLE A BIEN FAIT DE QUITTER CE BUSINESS. DISONS QU'ON VA FAIRE UN PEU DE MENAGE DANS LE COIN POUR QUE LES AFFAIRES SE DEROULENT CORRECTEMENT ENTRE HONNETES PIRATES. PARCE QU'IL COMMENCE A Y AVOIR TROP DE BRIGANDS A HUIT BRANCHES DANS LE SECTEUR, VOYEZ ! ALORS J'PENSES QUE C'EST LE MOMENT IDEAL POUR LES AUTORITES DE FERMER LES YEUX... ON SE COMPREND, PAS VRAI ?

POUR EN REVENIR SUR VOTRE QUESTION, L'AJAX EST DU COTE DE BURNSCOUR, A FAIRE DES RAVAGES DANS LA FLOTTE SABREHAGEN, AVEC LA P'TITE MISS FORTUNE ET UN TROISIEME, UN MAGOS CHEZ PAS QUOI QUI DIRIGE LE NO BRAKE. UNE BELLE PETITE MEUTE TENUE PAR DES PROS, CA FAIT CHAUD AU COEUR.

BON, PUISQU'ON EST LA, SI ON EN PROFITAIT POUR PARLER BUSINESS ?" Le colosse eut un gros sourire malicieux.
[/size]

Harkness a écrit:
Harkness cracha par terre à l'énoncé des pirates à huit branche. Sa réaction de dégout était tout sauf feinte.

"Merci pour le renseignement. Sur Port l'Errance on a entendu parlé de ce bordel de nouveau pirate. Si vous n'aviez pas percé notre fausse identité on aurait probablement cherché à aider. Pour le sport. . . Vous avez une idée de leur base opérationnelle aux branchus? On sait jamais si on passe dans le coin, on peut l^cher une paire de bordée."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
[size=150]"T'ES UN PETIT NOUVEAU DU COIN TOI, CA SE VOIT, AHAH ! DEMANDE A TA PATRONNE DE TE RACONTER CE QU'IL Y A A INIQUITE. SI VOUS VOULEZ TENTEZ QUELQUE CHOSE, VOUS FAUDRA PLUS QU'UN CROISEUR ET UNE CORVETTE MES ENFANTS...
MAIS IL SE POURRAIT QU'UN JOUR ON ORGANISE UNE GROSSE FÊTE PAR LA... AJAX SERA AU COURANT ET VOUS DONNERA LA DATE ET LES INVITATIONS, BWAHAHAHAHAH ![/size]

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Bien, je vois. Merci de votre aide précieuse, Lieutenant Schneider."
Cela la désolait qu'il se trouve au mitard pour avoir pris une initiative, sans compter qu'elle était présente justement en raison d'une initiative un tantinet précipité. Il faudra qu'elle parle à Harkness à son sujet.
Elle du se retenir de rire nerveusement lorsqu'elle entendit Harkness parler d'aller nettoyer Iniquité avec juste le Téméraire et Ex Cathedra. Ce système était infesté de pirates sous le contrôle des forces de la Ruine, et il aurait fallu au moins toute la force combiné de la Flotte Calixis pour espérer un nettoyage correct a peu près assuré...
De surcroît, elle était inquiète. Elle n'aimait pas du tout cette histoire de Seigneurs Pirates, que ce genre de forbans soient organisés et disposent d'une hiérarchie... Et si ils sont capable de nettoyer Iniquité eux mêmes, d'obtenir des atomiques, que feraient-ils ensuite une fois leur rivaux détruits ?
Il allait lui falloir écrire un petit courrier confidentiel prioritaire à l'intention de l'Amiral Horne...

Citation :
L'Amiral Nathaniel Horne, Amiral de Battlefleet Koronus, bien entendu.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:07

Harkness a écrit:
"C'est entendu, si vous vous lancez à l'assaut de cet endroit, Iniquité, faites circuler l'info. Voulez-vous quelque chose en échange de vos informations?"

Gill Haddon a écrit:
Gill avait entendu l'explication de Katje sans bronché nullement.

"Parfait Katje, je suis fixé sur plusieurs points maintenant. Je retourne à la passerelle. Il me reste encore pas mal de lecture à faire."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Le Prince Pirate regarde Harkness, et se met à rire follement, avant de disparaitre dans un éclat de lumière avec le reste de son escorte.
Au niveau du Téméraire, toujours rien sur l'éventuel présence d'un vaisseau, même en essayant de suivre la trace du faisceau de téléportation.
La nef était de nouveau silencieuse.

Harkness a écrit:
Harkness s'adressa à un de ses hommes pour qu'il sorte son pied de biche et au médic pour qu'il prépare le sac mortuaire.

Il tapa la plaque de marbre à la recherche d'une faille puis se rendant compte qu'il y avait des cervo-crâne, il ordonna qu'on désactive la caméra. Pas besoin de filmer ça.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn se détendit quelque peu sur son siège, en voyant le départ du "Seigneur Pirate" ou du moins son émissaire.
"Duchesse, je penses qu'il serait bon que nous organisions le rapatriement du corps du Prostremo pour la Navis. Je ne sais si elle voudrait qu'il se trouve ici en cette station abandonnée, même si c'était une bonne intention.
Bon, au moins cela ne s'est pas trop mal passé... Minute. Que diable faites vous Harkness !? Réactivez la transmission et cessez immédiatement !"
Elle n'avait pas levé le ton, mais son timbre était devenu glacial, comme enfoui sous une avalanche de colère froide.
Par Saint Drusus, que lui prenait-il à essayer de profaner la tombe de Vincens ?

Harkness a écrit:
Alors qu'elle tergiversait prétant une oreille distraite à Harkness et ses hommes, celui-ci porta le premier coup à la plaque de marbre.

Son premier coup de pied de biche s'enfonça directement entre celle-ci et le mur. Et il tira comme un forcené, abîmant même l'acier trempé. La plaque jouait, mais de quelques millimètres tout au plus.

Il entendait la Lady Capitaine, les hommes l'entendait aussi. Il reprit son souffle.

Et répondit à Capitaine:

"On va pas laisser le frère de Nylae ici."

Bing! Bing! Bing! Le travail avait reprit. Les images ne montraient que les murs opposés, retransmettant le son de métal de la barre à mine. Il fallut dix minutes de travail harassant à Harkness pour sortir la plaque de marbre de sa place.

Il prit appui sur le bord du caveau et tira comme un ganger sous slaught sur le cercueil pour en dégager la tête. Il vit qu'il était scellé, couvert de sceaux de pureté, des litanies étaient gravées en haut et bas gothique. Tout un ensemble de signe de mauvaise augure.

Il saisit son micro qui pendait depuis un moment:
"Passerelle ici Harkness, envoyez moi une équipe de serviteur de manutention, le cercueil est en plomb scellé. Il faut le déplacer jusqu'à la baie d'accostage pour en contrôler le contenu. Terminé."

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Nous sommes d'accord, mais ce n'est pas un travail pour vous.... On va envoyer une équipe de manutention et des prêtres pour faire cela proprement. Hors de question que l'on profane sa tombe."
Elle fit signe aux officiers de la passerelle qu'on lui prépare un cortège funéraire adéquat prompto. Elle se tourna vers la Duchesse :
"Avez vous des suggestions des choses que pourrions nous faire pour assurer son repos éternel correctement, en attendant Ex Cathedra ? Vous connaissez la Navis Primaris mieux que moi, que préférerais t-elle pour son frère ? On que ne me parles plus de ces histoires de Caecus, c'est hors sujet."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Une équipe du Téméraire rejoignit relativement vite Harkness et ses hommes à la station. Il fallut près de trois heures pour emmener le cercueil de plomb massif contenant les restes de Vincens : le cercueil était scellé, couverts de sceaux de puretés et de litanies de protections. Le temps nécessaire fut donc seulement occupé à moitié seulement par les rites des prêtres du Téméraire, qui ne purent toutefois accompagner le cercueil dans la navette, celle ci ayant son PTAC atteint rien qu'avec le sarcophage de feu le Navis Prostremo.

Six heures plus tard, une déchirure Warp fut détecté en bordure du système : c'était l'Ex Cathedra qui venait de rejoindre l'espace réel.

Harkness a écrit:
Harkness repartit sur la dernière navette, il avait supervisé la zone durant tout le transfert. Il avait laissé une pleine caisse de ration dans le transept. On lui avait parlé de moines locaux, il fallait bien les remercier pour la location de la salle.

Il se replia dernier. Le coeur lourd et l'esprit en ébulition. L'arrivée d'Ex Cathedra fut une bonne, et une mauvaise nouvelle.


Il s'empressa de regagner le Téméraire pour préparer l'habituelle réunion qui allez subvenir. Il fallait aussi féliciter Klaus. Lui retirer ses chaines. Et pleins d'autres choses.

Katje von Tödt a écrit:
Citation :
Ex cathedra, 6h plus tard, en abord du système hermitage.

Le vaisseau venait de sortir du warp, l'empereur bénisse les navis pour leur éfficacité habituelle. Si elle ne méprisait autant leur habitudes de nobliaux, elle les aurait presque remerciés. Presque. Le court voyage warp avait été mis à profit par la capitaine par intérim pour contacter le père markov et lui indiquer que ses services seraient probablement demandés vu les épreuves traversées par le téméraire. Elle le briefa brièvement sur le contenu du message astropathique qui pouvait le concerner, et retourna à ses devoirs. Les rapports de la prévotée s'empillait sur l'acoudoir du trône, mais il n'y avait pas vraiment de soucis à se faire, l'absence de la capitaine n'ayant pas spécialement provoqué d'effet indésirable sur l'équipage, à première vue.

Dès qu'ils furent en mesure de comuniquer avec le téméraire, Katje envoya un message prioritaire encodé pour la Lady Capitaine, lui demande plus amples précisions quand à ce que le message astropathique avait décrit comme "Essuyons corruption". Tant qu'une réponse formelle n'était pas arrivée, elle laissa en stand by les équipages des docks du croiseurs, interdisant à une quelquonque navette de se poser sans autorisation préalable.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:10

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Une réponse parvint vite à Katje, sous le même codage vermillon.
"Avons subi une brêche de notre champ de Geller dans une zone de haut fonds. L'assaut des forces du Warp fut repoussé avec de lourdes pertes. Tout semble contenu, mais faites mander les équipes de Markov pour veiller à la santé spirituelle de l'équipage et des troupes qui furent en contact avec l'intrusion.
Informez le par ailleurs qu'une chapelle ardente doit être préparée à bord de la Cathédrale pour l'enterrement d'un officier de haut rang.
Avez vous fait bon voyage ?"

Un autre message codé de la part de la Libre Marchande était partie, à destination personnelle et urgente d'Honoria.

"Honorée Matriarche,

Je tiens à vous informer que nous avons récupérer la dépouille de votre frère le navis Prostremo. le Capitaine Ordann l'avait fait inhumé selon les règles dans l'Hermitage. Nous venons tout juste de récupérer son cercueil à bord du Téméraire.
Je sais parfaitement quel genre de cérémonie nous devrions exécuter pour lui au titre de son rang dans votre honorable et respectable famille, comme nous en avions discuté autrefois.
Toutefois, et avec tout le respect que je dois aux glorieuses coutumes des Primigénès, feu votre frère fut mon homme-lige, un de mes officiers ; et il est de mon devoir d'honorer sa mémoire comme il convient selon les traditions Razgriz.
Nous faisons le nécessaire pour qu'une chapelle ardente lui soit dédié au plus vite, afin que vous puissiez vous recueillir sur sa dépouille, et assurer le salut de Son Âme Eternel, qui, je n'en doutes aucunement, repose à présent sous Son Bienveillant Regard.

L'Empereur Protège,
Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, etc...

Katje von Tödt a écrit:
Katje envoya une réponse à Lonallyn en même temps qu'elle levait les interdictions d'amarage aux docks du navire.

"Madame,

Le père markov est déjà prévenu pour les risques de l'équipage du téméraire. Je vais lui faire parvenir votre requète pour la chapelle ardente. Le voyage a été sans remous.

Katje."


Elle fit suivre les demandes de la capitaine au père markov, indiquant les raisons de l'inquiétude de la Capitaine afin que celui-ci puisse préparer les mesures qui s'imposent.

Honoria a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=3d8yrdaUYX8&feature=fvst

Ils levèrent l’étendard.

Prêt de douze mètres de haut.

Ils étaient environ une trentaine réunis dans l’effort pour que se dresse l’immense drapeau sur lequel, pesant et stylisé était imprimé l’arbre des Primigenes sous l’œil de la Navis Nobilite.
Les chérubins s’envolèrent par dizaines, couverts de toges anciennes et rapiécées, noires, mêlant cendre et poussière qui se diffusaient autour du mat ainsi dressé. Chacun des petits êtres contrefaits portait un masque étrange et grotesque, moqueur et hideux, symbolisant la mort.

Diffus dans un premier temps, l’imposant cortège des nébuleux se manifesta sous la forme de centaines…et de centaines d’individus aux masques miroirs et aux robes immenses. Une impressionnante réunion de zélés esclaves qui avaient tirés de leurs bagages, leurs plus beaux atours.

La plupart se trouvaient là, capuches rabattus, silencieux et introvertis, murés dans les prières sans mot qu’ils adressaient au seul et unique maitre de l’univers.
Seule, enfin, elle se dressa à son tour.

La Matriarche avait fait ouvrir les portes de l’Occulum qu’elle ne quittait plus depuis des mois. Quelque chose avait vibré dans le navire tout entier quand les portes grincèrent sur leurs gonds ancestraux pour la libérer.

Elle fendit d’un pas solennel et cérémonieux l’horizon de ses suivants qui chacun à leur tour se prosternait sur son passage et se lamentait dans de profondes et déchirantes complaintes de condoléances.

Parce que c’était là tout le propos de cette subite et inattendue manifestation. De la part des gens de la Navis.

Le deuil.

Et à l’instar de l’Impérium lui-même, elle était sublime dans la célébration de la mort.
Ses vêtements, d’ordinaire d’ivoire et d’azur s’étaient teintés de touches d’ébène. Sa robe à traine aussi imposante que le sillon psychique que son image mentale à la tete du navire la suivant à la manière d’un torrent d’ombre et de nacre.

Son visage était au trois quart masqué par de riches plaques d’argent en suspension à moins d’un millimètre de sa peau. Ses tatouages étaient désormais d’un bleu glacé, ses lèvres soulignés d’un azur léger marqué de cendres.
Ses cheveux immenses étaient soutenus par une armature d’or formant ainsi un entrelacs élégant et austère digne de la noblesse de ces mondes froids si éloignés de leurs étoiles.
L’épaulette à l’Aquila d’or fin trônait toujours à son coté, tandis qu’Echo dans sa cage restait sage, soutenu par l’un des favoris de la Vénérable.

Les quais de débarquement avaient rarement connu pareille procession. Et il ne fallut guère de temps aux divers matelots pour comprendre qui se trouvait là. Pas plus qu’il ne fallut de temps pour prévenir les services du Commissariatus qui ne manquèrent pas de répercuter la nouvelle auprès de la commissaire elle-même. Il ne fallut pas bien longtemps non plus pour que la passerelle entière, sache qu’Elle avait quitté l’Occulum.

Le regard horrifié de Phebus ne dura qu’un bref instant au milieu de la cohorte d’officiers, il regagna rapidement son masque de diplomate et parti à son tour vers le profit express afin de la rejoindre.
Les quelques dockers qui étaient restés sur place, avaient pour la plupart retirés leurs couvres chefs.

Elle était là, la légende qui pouvait naviguer dans le Warp, la femme dont la beauté et la pureté attiraient le regard de l’Empereur lui-même au milieu de l’Aethyr.

Elle était là, immobile, fixant l’immense paroi qui cruellement, restait fermée.

Les secondes devenaient minutes, et les minutes se muaient en heure, alors qu’inlassablement les prières continuaient, que la procession se chargeaient de dévots sans rapport avec les nébuleux qui soupçonnait une tragédie à venir, voulant à leur tour appeler saints et anges à leur aide.

Bientôt la rumeur circula…

Le Navis Postremo serait bientôt de retour.

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

Ivan apprit les nouvelles par Katje et immédiatement mit tout en oeuvre pour dresser la chapelle ardente et enquêter sur une éventuelle corruption sur le Téméraire.

Il quitta la Passerelle non sans avoir envoyé un message à l'attention de la Lady-Capitaine

"Madame,

malgré la tristesse et l'inquiétude que ces nouvelles m'apportent, soyez informée que tout sera mis en oeuvre pour la cérémonie sur l'Ex Cathedra. D'autre part, j'arrive pour m'assurer que tout va bien sur le Téméraire.

Ivan Markov"


Il se rendit dans la cathédrale du vaisseau, fit mander de toute urgence les prêtres les plus importants de sa délégation.

"Frères et Soeurs, je viens d'être informé qu'une chapelle ardente doit être dressé pour le retour parmi nous du Navis Postremo. Veuillez préparer la Cathédrale pour une chapelle ardente et pour l'office que je tiendrai dans la soirée. C'est un membre de haut rang qui doit être célébré, je compte sur votre zèle à tous pour que tout se déroule bien et fasse honneur à la Lady-Capitaine."

Ivan donna quelques instructions sur les éléments qu'il souhaitait apporter à la cérémonie. Il fit également envoyer un messge à la Matriarche:

"Honorée Matriarche,

Je vous renouvelle tout d'abord toutes mes condoléances pour le triste événement qui a marqué nos coeurs. Sachez qu'une chapelle ardente sera installée dans la nef de la Cathédrale du vaisseau. Si vous souhaitez apporter une touche personnelle à la cérémonie, deux frères passeront dans une heure voir vos serviteurs, n'hésitez pas à leur demander tout ce qu'il vous plaira."


Markov fit ensuite appeler Kateryn et ses Soeurs, leur demanda de se préparer au plus vite pour se rendre sur le Téméraire. Pendant que les Combattantes de l'Empereur-Dieu se préparaient, Ivan se rendit dans ses appartements.
D'un crochet mural, il décrocha son immense marteau de guerre. Les servo-moteurs de suspension réagirent immédiatement et l'arme sembla gémir de plaisir à l'idée de goûter le sang des Impurs. Il reçut l'aide de ses acolytes pour passer son armure sacrée et revêtir ses habits de combat.
Accompagné des Soeurs de Bataille, il rejoignit le pont d'envol et fit préparer une navette afin de rejoindre le Téméraire.

"Madame,

Nous arrivons sur le Téméraire, je vous demande respectueusement de de bien vouloir faire respecter une quarantaine autour du cercueil jusqu'à mon inspection et de nous transmettre les rapports d'intrusion sur le Téméraire que mes Soeurs puissent aller enquêter immédiatement."


Citation :
MJ, deux actions donc:
- Markov souhaite examiner le cercueil, afin de vérifier qu'il n'a subi les assauts d'aucune entité corruptrice
- Kateryn et les Soeurs se rendent dans les zones touchées par l'intrusion et essayent de déterminer s'il reste des traces de corruption sur place. Ivan les rejoint dès qu'il a fini avec le cercueil.

albus a écrit:
Citation :
ACHILLUS

C'est le seigneur Achillus qui reçu en personne les deux envoyés de l'Ecclesiarchie.

- Une touche personnelle...

Il semblait irrité par l'entêtement de la Lady Capitaine à officier sans l'accord de la Navis et encore moins dans le prolongement de leurs coutumes.
Il laissa paraître l'écho de son ressentiment dans le cadre de sa voix uniquement. Son visage était caché par le masque de cristal qui le quittait rarement.

- J'ai plusieurs ...

Recommandations ? Non, il fallait plus de fermeté.

- ..Exigences. Ces dernières sont le fruit des coutumes de la Navis Nobilite.
Premièrement, la Matriarche devra disposer du corps de son frère sans que qui que ce soit ne le touche ou ne l'examine. Dans l'idéal, il serait préférable que personne ne le voit. C'est indispensable, agir dans un autre sens composerait un véritable crime à l'égard de la famille Primigenes.
Nous opérerons les rituels pour une éventuelle préparation de sa dépouille.
Deuxième point : son nom ne sera JAMAIS cité dans les textes que prononceront les divers intervenants lors de la cérémonie. Ni à l'oral, ni à l'écrit : il est indispensable qu'une copie des discours, textes, épitaphes, oraisons funèbres : TOUT ce qui encadrera le phrasé de de cette cérémonie soit remis à mon secrétaire pour étude préalable.
Nous tolérons uniquement qu'il soit nommé par son titre : Navis Postremo. Subséquemment, il est indispensable que le premier officier efface des registres toutes mentions au nom et aux origines du frère de la Matriarche sur ce navire. Rien ne doit laisser entendre qu'il ait jamais naviguer sur l'Ex Cathedra.
Enfin, et c'est un point crucial : son corps ne sera pas passé par le vide, ni enterré dans l'Arboretum. Il disparaîtra : incinérer selon nos propres rites sur un autel, dans le cadre d'une cérémonie intime à laquelle nous ne souhaitons la présence d'aucun membre de l'équipage. La Lady Capitaine ne fait pas exception à cette requête.


Achillus réajusta sa manche.

- Ce sera tout, messieurs.

Malakaï Zacharia a écrit:
Malakaï

Il observait les Eldars en méditation devant les Runes qui aidaient le vaisseau à traverser les périls du Warp. Soudain, une communication interrompit ses pensées

"Capitaine, ici la Passerelle. Les informations que vous aviez demandé sur l'Ex Cathedra sont compilées et disponibles. Terminé."

Malakaï remonta tranquillement sur la passerelle, prenant le temps de vérifier que tout se déroulait normalement pendant le trajet. Il lança quelques paris aux dés avec ses hommes, prit le temps de se laver et de se changer puis regagna son siège de commandement. Il fit apparaître des rapports sur les incidents récents impliquant l'Ex Cathedra. Il semblait donc que le retour des von Razgriz soit récent mais fort mouvementé.
Surtout, il apparaissait que des organisations puissantes se mêlaient du destin de leur nouveau Seigneur-Capitaine... ou de leur Lady-Capitaine! Lonallyn von Razgriz. "Intéressant, intéressant..." se dit-il. Une femme aux commandes d'un tel bâtiment, elle devait avoir une sacrée poigne.

"Second, rapport sur l'état du Champ Geller. Augure, préparez vous à transmettre un message à destination de l'astropathe de l'Ex Cathedra pour les prévenir de notre arrivée quand nous sortirons du Warp."

Ex Cathedra

Les deux acolytes se regardèrent furtivement à l'énoncé des exigences du représentant de la Navis Nobilite. Ils ne pensaient pas recevoir une telle liste d'exigences mais ils ne manqueraient pas de les transmettre au Père Markov et à la Lady-Capitaine.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Le Malaveldt avait décollé en urgence de l'Ex Cathedra, avec une petite escorte, pour rejoindre le Téméraire.
Il repartit peu de temps après, avec à son bord la Libre Marchande, en tenue de grand deuil, et une quarantaine de Lebensguard en uniforme d'apparats ; lesdits uniformes ayant été amenés par le petit vaisseau depuis le Palais.
Elle n'explosa pas lorsqu'elle reçu les exigences du seigneur Achillus. Toutefois, sa réponse fut on ne peut plus laconique, avec copie pour l'Archi-confesseur. Elle tenait en deux mots.
DES. NEFLES !

Devant la délégation de la Navis Primaris, le lourd côtre s'immobilisa dans un chuintement de fumés et un sifflement de turbines.
15 Lebensguard sortirent au pas de l'oie et formèrent une haie, les étendards en berne. Les autres apparurent, au son du roulement des tambours, au pas, portant le lourd cercueil de plomb, sur un catafalque tout de noir.
Et Lonallyn portait avec eux, en tête.

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

Lorsque les porteurs du cercueil arrivèrent dans la cathédrale du vaisseau, ils découvrirent le travail des religieux pour mettre en scène le départ du Postremo dans l'autre monde.
Des tentures noires avaient été suspendues entre les gigantesques vitraux de la nef, faisant d'autant plus ressortir les détails et les couleurs des Saints qui protégeaient l'Ex Cathedra. Sur ces draperies, on trouvait les symboles de la Maison Primigenes, de la Dynastie von Razgriz et bien sûr de la Missionaria Galaxia.

Un chemin de cierges hauts se dressait entre les bancs de la nef, encourageant les âmes pieuses à se diriger vers l'autel, où le cercueil du Postremo serait déposé. Au-dessus de celui-ci, une représentation figurative de l'Empereur-Dieu, veillant au salut des Siens, accompagnait le pêcheur dès son entrée dans l'édifice.

Des chorales se relayaient derrière l'autel, afin que jamais les chants à Sa gloire et à celle de son fils disparu, le Postremo, ne cessent.
Lorsque Lonallyn et ses hommes déposèrent le cercueil devant l'autel, quatre religieux s'approchèrent, s'inclinèrent devant la Dame-Capitaine et leur firent signe de prendre place un peu à l'écart.

Ce fut le moment choisi par l'Archi-confesseur pour entrer dans la cathédrale, le pas lourd dû au poids de son armure, le manche de son marteau résonnant sur la pierre dans le vaste espace à chaque pas.

Arrivé près de la Lady-Capitaine, il lui souffla
"Il semblerait que ma visite du Téméraire soit repoussée..." et il lui lança un sourire discret.

Il s'approcha ensuite du cercueil, examina attentivement les sceaux de protection en place. Puis il mit un genou en terre et commença à réciter les chants liturgiques destinés à repousser les forces du Mal.

Citation :
Tout en faisant ca, Markov tente de déterminer si la Corruption a touché ce cercueil.

Du coup, Kateryn et les Soeurs sont parties de leur côté sur le Téméraire pour enquêter.

Ajax Ordann a écrit:
Les nouvelles circulaient à une vitesse incroyable sur un bâtiment de ce genre, surtout pour quelqu'un qui savait écouter. Certes, ca aurait été encore plus vite s'il avait CONNU ce bâtiment et les gens qui en composait l'équipage, mais on ne pouvait pas trop en demander. Il n'était là que depuis quelques temps, à peine.

L'ancien officier de la cour d'Elros s'en retourna vers les appartements pour y découvrir Ahmet-pacha, fumant la pipe à eau, confortablement installé dans les coussins, profitant des talents de danseuse de sa maîtresse, la belle Elmas.
Il attendit patiemment qu'il ne soit plus disponible avant de prendre la parole, un verre de thé à la main.

-... Elle est Arrivé, mon Prince. Elle vient d'arriver à bord.
-Fort bien, mon bon.... Es-tu bien sûr que ce soit la bonne, hein ? Je ne compte pas paraître de nouveau stupide comme la dernière fois !
-Il s'agit bien de la Dame des Von Razgriz. Mais je vous conseil d'attendre encore un peu. Il semble qu'il soit arrivé quelque chose est l'un des leurs a été retrouvé dans un cercueil. Ils le rapatrie à bord pour lui donner les sacrements... Un certain Seigneur Vincens.

Le Prince se moquait des détails. Ca ne l’intéressait aucunement. Il pris un peu de thé, déjà à ce qu'il ferrait sous la bannière du Poing de fer ! Toutes ces occasions de combattre, de ce couvrir de gloire...

-Mon Prince ?
-Oui, oui... Nous ferrons comme il a été prévu.
-Euh... oui, bien sûr, mon Prince.

Il s'inclina profondément.

-Afrasiyab-aga, faites moi préparer mon armure, mais également des vêtements de deuil. Si La Dame juge l'officier digne de cette attention, alors qui suis-je pour la contredire. Et que l'on m'apporte mon nécessaire à écrire. Je dois prévenir mon Oncle que le Contact a eut lieu et que le Serment sera renouvelé.
-Bien, Mon Prince.

Malakaï Zacharia a écrit:
Kateryn

Les murs du couloir était encore brûlants par le souffle du promethium envoyé par les lance-flammes des Soeurs. Le carnage avait été terrible si l'on en croyait les vestiges. Du sol au plafond, les murs étaient éclaboussés de sang et des restes ... plus ou moins humains.
Kateryn et ses compagnes n'avaient rien détecté de suspect, que ce soit dans les couloirs ou sur les cadavres. Malgré tout, leur légendaire prudence impliquait que tout passe par le jugement de leurs saints lance-flammes.
Elle se saisit d'un vox et contacta le capitaine Harkness:

"Capitaine, ici la Soeur Kateryn, votre vaisseau est nettoyé et purifié. Nous quittons les lieux si vous n'avez plus besoin de nous".

Et les Soeurs de se diriger vers leur navette pour retourner sur l'Ex Cathedra.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:15

Honoria a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=73ufwrT_Ov4

Les chants et les plaintes se turent à l'arrivée de la délégation de la Lady Capitaine.

Les Nébuleux se redressèrent les uns après les autres, levant les bras à l'unisson vers le cercueil transportant la dépouille mortelle du frère de leur maîtresse.

Les porteurs se trouvèrent soudainement encadrés par les représentants de la Navis à bord. Ils ne les empêchaient d'avancer, bien sûr, mais réclamaient en silence de porter eux mêmes le défunt.
Voilà des semaines que les deux femmes en tête des cortèges respectifs ne s'étaient pas vus, des semaines qu'elles s'étaient au mieux adresser formellement l'une à l'autre dans le cadre strictement officielles de leurs attributions respectives.

Maintenant qu'un chagrin immense se lisait sur le visage de la Matriarche, les mots manquaient à l'une comme l'autre pour célébrer ces tristes retrouvailles.
Elle ne masquait pas, au contraire des autres, la peine qui la submergeait.
Parce qu'elle avait redouté cet instant depuis l'annonce de sa disparition à bord du Bonaventure, elle était incapable de jouer la comédie et de faire comme si tout cela ne la touchait pas.

Il était la dernière trace vivante de sa famille. Et bien qu'elle et lui ne naquirent ni au même instant, ni du ventre de leur mère, ils étaient jumeaux. Elle l'aimait parce qu'il était différent, parce que même prisonnier de son insupportable condition, il était plus libre que n'importe quel Navigator.
Il 'aimait en retour, elle le savait. Il ne fut jamais question un instant d'en douter. Elle était son Astronomican : de cela elle était persuadé. La cécité dont ses pairs l'avait affublé ne l'empêchait pas de nourrir cette relation lumineuse avec elle.
Cet homme, perfectionniste et sévère, dévoré par un mal qui le condamnait à la damnation était malgré une existence toute entière dédiée à la guerre, un bien meilleur protecteur qu'assassin.

Le lourd cercueil fut déposé sur le sol de la baie.

C'est à ce moment que le quai entier saisit qu'un officier de l'Ex Cathedra était mort. Il ne fallut pas longtemps pour que les activités s'arrêtent et que les prières retentissent au quatre coin de l'immense hangar.
Les officiers d'un batiment de plusieurs kilomètres de long n'étaient pas du tout venant.

Elle serra les dents un instant, mais il ne fut pas question pour elle d'obéir aux cruelles injonctions de sa famille.

elle s'agenouilla alors, pour s’affaisser contre le cercueil et l'étreindre de ses bras.

- [size=50]Vincens[/size]...murmura t-elle.

Nylae se fraya alors un passage entre les gardes pour rejoindre sa tutrice, et l'embrasser, à son tour.

Septima, tout en retenu, patientait sur le siège de la navette. Voir la matriarche ainsi bouleversée la marqua elle aussi. Les larmes interdites de sa reine, celle qu'elle ne pouvait pas verser elle même, n'empêchait pas la Duchesse d'être à son tour atteinte de la mélancolie communicative de la Vénérable.

Elle secoua la tête, parce que comme les morts sur le Téméraire celui là était mort pour quelque chose d'impalpable, mais d'immense. Quelque chose de plus grand...

Si frêle et vulnérable qu'elle en oubliait où elle se trouvait, et l'assemblée qui la considérait d'un oeil presque effaré : Phebus ne pouvait pas laisser une telle chose se produire : il invita les gardes à s'emparer du cercueil tandis qu'il déploya des trésors de douceur pour qu'Honoria consente à se laisser aller à sa douleur, dans le cadre plus intime de la Cathédrale.

Le cortège renforcé par les nébuleux, parti alors vers la Cathédrale.

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

Pendant qu'il examine le cercueil, récitant différentes prières prévues pour repousser la Corruption, Ivan semble irradier d'une lueur dorée qui envahit la cathédrale. Cette lueur se transmet aux sceaux liturgiques qui se trouvent encore sur le coffre de plomb. Au bout de quelques instants, il se relève, se tourne vers la Lady-Capitaine

"Madame, le cercueil est pur et ne représente aucun risque pour vous-même ou pour l'équipage. Par contre, je ne peux me prononcer pour ... ce qui se trouve à l'intérieur, tant que le cercueil n'aura pas été ouvert. Cette décision est la vôtre, je n'userai d'aucun stratagème pour imposer l'autorité de l'Ecclésiarchie sur ce sujet. Le cercueil est protégé mais on peut toujours avoir un doute pour le défunt."

Markov recule de quelques pas et laisse ceux qui le souhaitent se recueillir sur la dépouille.

Honoria a écrit:
Les mains jointes, Honoria était restée silencieuse durant l'intervention du père Markov.

Ce dernier pouvait se féliciter d'entretenir une paroissienne de la qualité de la Navis. Zélée au point d'en être une vestale véritable, sur le plan de la foi et de la régularité de la présence de cette dernière, il n'avait rien à redire.

Néanmoins, sa voix se fit glaciale malgré le respect qu'elle nourrissait à l'égard de l'homme de foi :

- Mon frère ne restera pas prisonnier de ce sarcophage.

Harkness a écrit:
Harkness était sur le Téméraire, il se faisait petit et discret. Il libéra tout de même Klaus de sa geole, lui réservant une walkyrie prioritaire pour filer sur Ex Cathedra à la suite de ses maitresses.

Il fit mander l'armurier du Téméraire pour que l'on remette en état son armure et le Sonneur de Gong.

Il fit quelques communications prioritaires à ses officiers commandants sur Ex Cathedra, demandant rapports et impressions sur l'ambiance à bord.

Depuis la passerelle du Téméraire, il pouvait voir les intenses échanges entre les deux navires des petites navettes en permanence, des communications, des demandes. Les Soeurs de Bataille qui brûlaient le charbon dans les coursives arrières lui demandèrent à partir, il leur donna son blanc seing.

Harkness était assis sur son siège de la passerelle du Téméraire, pensif.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Et bien, je crois qu'il ne nous reste plus qu'à l'ouvrir... J'ai cru comprendre que vous souhaitiez qu'ils n'y aient aucun témoin pour cela, Honorée Matriarche ? Ou bien était ce une initiative du seigneur Achillus ?"

Honoria a écrit:
Honoria se détourna un instant vers la Lady Capitaine avant de reprendre sa contemplation du sarcophage.

- Je ne tiens pas à ce que plus de monde qu'il ne le faut ne le voit dans un état déplorable.
Vous, moi, le père Markov, j'y tiens, mais uniquement pour le voir bénir sa dépouille.


Elle s'étreint, visiblement sur le point de basculer une fois encore.

- Pas...Pas de vivisection. Pas de recherche de corruption. Il avait une âme d'acier, Lonallyn. Je veux qu'on se souvienne uniquement de cela.
Je vous saurai grée de bien vouloir demander à monsieur Vancrel qu'il tienne à la disposition des miens, une salle d'opération. Quelque soit l'état de son corps, il sera exposé le temps de la cérémonie, mais nous le préparerons.


Elle baissa la tete.

- Ouvrez cette maudite boite, maintenant.[size=85] S'il vous plait. [/size]

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Qu'il en soit ainsi." Elle se tourna vers les Lebensguard, pour qu'ils évacuent la chapelle, et assurent que seule les Navis, elle et Markov soient témoins de l'ouverture. Elle voxa également Vancrel pour qu'une salle d'embaumement soit mise à disposition pour la toilette funéraire.
Elle s'approcha du sarcophage de plomb.
"Je penses que je vais avoir besoin d'aide pour ouvrir le couvercle..." Elle poussa un petit sifflement binaire.
Quelques instants plus tard, toute une volée de chérubins vint entourer la Libre Marchand, venant l'aider à ôter les scellés du sarcophage, puis à l'ouvrir doucement.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

A l'intérieur du sarcophage de plomb, se trouvait un cercueil en bois sculpté, avec le nom de son occupant inscrit en feuilles d'argent martelé, un luxe inestimable pour un habitant du vide, surtout pour sa dernière demeure.
Quand au corps de Vincens, dans sa bière, il n'avait guère bougé, et s'il était froid et complètement raide, il n'y avait aucun signe de nécrose. Le corps avait été embaumé avec compétence et un sérieux digne de louanges, surtout si l'on considère que cela avait été fait sans doute sur un vaisseau pirate et de ce fait, dépourvu d'un artisan digne de ce nom pour ce genre d'art mortuaire.


Harkness a écrit:
Harkness finit par joindre Ex Cathedra, discrétement et en n'ayant aucunement l'intention de se joindre aux pleureuses que décrivaient les communications de la sécurité. Son E.M. l'attendait dans la salle de réunion, il allait tater le poul de la troupe avant de reprendre ses affaires.

To be continued.

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

La vue du cadavre de Vincens secoua Ivan plus qu'il ne l'aurait imaginé. Il lui semblait revoir sa présence dans le vaisseau il n'y a pas si longtemps. Il se rappelait ses cours sur les bancs du monastère, lorsque ses professeurs lui parlaient des Navigateurs, de leur ... nature et de leur statut si particulier.

Il savait très bien ce qu'il trouverait s'il procédait à une recherche de Corruption...

Expirant à fond, il jeta un regard à la Matriarche plein de compassion, puis se tourna vers la Lady-Capitaine.
"Madame, si vous n'y voyez pas d'objection, je vais procéder aux derniers sacrements."

Markov procéda alors à une cérémonie simple, mais émouvante. Il récita les Grâces à Sa gloire, demandant à l'Empereur-Dieu de prendre sous sa protection l'âme du Postremo et commença alors ses bénédictions.
Une aura dorée apparut autour du prêtre, un halo qui bientôt illumina la nef elle-même. Lonallyn et Honoria ressentirent alors la force de conviction qui habitait le religieux et purent se faire une idée de l'intensité de sa Foi envers l'Empereur. Elle furent envahies par une sensation de calme et leurs esprtis furent plus clairs.
Le chagrin restait présent mais cette manifestation ne pouvait signifier qu'une chose: Markov avait guidé l'âme de Vincens à la droite de l'Empereur-Dieu lui-même.

Finalement, la lueur disparut et le prêtre se releva. Il jeta un dernier regard aux deux femmes
"je vous laisse à votre recueillement, Mesdames."
Et il alla prendre place un peu plus loin.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:19

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Elle hocha la tête avec gratitude envers l'archi-confesseur et son tact, ainsi que son ultime onction. Il fallait au moins cela pour assurer la paix de l'âme du Prostremo...
Elle ne disait rien. Elle resta droite, raide, presque au garde à vous, rendant hommage en un silence digne au défunt Navis. Après tout, qu'avait elle à lui dire de plus ? D'une certaine façon, elle lui avait déjà fait ses adieux auparavant.
Elle restait coit, juste à côté d'Honoria, s'assurant de son état à elle du coin de l'oeil . Après tout, Lonallyn avait durement subi le coup de la mort de Vincens, mais que dire de ce deuil précoce pour Honoria, sa propre soeur ?
Elle ne disait rien, mais offrait son épaule, ses bras et toute sa compassion à l'éplorée Navis Primari.
Elle restait silencieuse, parce que son regard, ses sanglots durement retenues et ses larmes muettes étaient suffisament éloquentes.

Honoria a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=haseluAw20M


Honoria s’agenouilla devant la dépouille mortelle de son frère, et joignant les mains, elle pria.

Elle pria longuement.

Assez pour forcer le respect des plus zélés dévots.

Quand elle se releva enfin, non sans certaines difficultés, les nébuleux emportèrent le corps du défunt dans les quartiers medicae.

Les portes se refermèrent derrière les suivants de la Navis, et c’est Phebus qui supervisa lui-même l’apprêtement du Navis Postremo.

On le mit nu pour le laver et c’est non sans dégout que les chargés de la toilette mortuaire découvrirent les marques uniques et dérangeantes qui parcouraient le corps du Caecus. Pour chacune d’entre elles, on prit soin de tracer un nouveau tatouage. Un tatouage qui englobait la marque, pour la confiner, et on coulait dans sa peau chauffée une rune d’argent semblable à celles qu’on trouvait sur les coques anti warp.

Ses cheveux furent soigneusement lavés, et égalisés. On prit deux longues mèches de ces derniers qui furent scellées dans de petites capsules d’or.

Son Œil véritable fit l’objet d’une extraction, on le remplaça par une bille d’acier, avant d’écorcher son front pour en retirer les serments et les malédictions qui parcouraient sa peau. Une peau synthétique fut habilement glissée en lieu et place de la chair retirée pour qu’enfin son visage entier fut marqué par la paix.

On habilla enfin le corps de Vincens.

Il était de tradition qu’il porte une longue robe mortuaire, marquée du symbole de la Navis, et que des sceaux de puretés épinglés parcourent son corps. Dans sa main droite devait se tenir le Codex Astronomicae. Dans sa main gauche, une aquila.

Sur la demande de la matriarche, Vincens fut vêtu du costume qu’il affectionnait sur la passerelle. Noir et rigoureux, il était redevenu un officier de l’Ex Cathedra. En guise de sceaux de pureté, il lui fut remis un certain nombre de médailles.

La croix pourpre, qui saluait le sacrifice au nom de l’Impérium. La Schwarzträne qui distinguait les officiers de bord pour service rendu à la lignée. On trouva aussi le poing de Céramite , qui était le fruit d’un exigence de Nylae qui avait réclamé au capitaine Harkness qu’il fasse l’honneur de cette distinction du monde d’origine des Reîtres au Postremo. Elle saluait les nobles tombés au combat.
Aucune distinction de la Navis n’apparaissait sur le torse du soldat, et si son épaule n’avait pas été décoré de l’œil, il y a fort à parier que nul apparat n’aurait distingué Vincens d’un officier lambda de l’Ex Cathedra.

Sa longue écharpe rouge lui fut passée autour du cou et masqua le bas du visage, devenu pourtant très doux.

Son corps fut dressé dans un cercueil de verre, aux contours d’argent et exposé dans la Cathédrale pour l’ultime office. La cérémonie revêtait autant un caractère protocolaire que religieux.

La cérémonie proprement dites fut initiée le lendemain de l’arrivée du corps.

Toute la passerelle et de nombreux gradés sur l’Ex Cathedra était présents pour l’ultime hommage au protecteur de la Lady Capitaine.

Cette dernière put compter sur l’efficacité de son commissaire pour retransmettre intégralement sur le navire les images de la cérémonie. Le faste se mêlait au solennel. Le spirituel se teintait d’une tristesse palpable.

Personne n’échappa à cette manifestation. Depuis les représentants de l’Ordre de Mars jusqu’au premier officier convalescent. Et le capitaine d’arme, comme sa lieutenante d’honneur se tenaient dans les loges réservés aux officiers militaire.

La Navis Nobilite était présente, naturellement, et ainsi que l’exigeait le nouveau Navis Postremo, un droit de regard et de correction sur les textes qui allaient être lus lui avait été offert. Ce qui avait remporté sa plus grande satisfaction.
Satisfaction qui vola en éclat, après la fin des premiers cantiques lorsque la Lady Capitaine commença son propre discours en ne tirant aucun papier bien qu’elle eut peu de goût pour les discours publique improvisée.

- Vincens An’Saevoth Primigenes n’était pas un simple officier, comme il n’était pas uniquement mon garde du corps, ni même le Navis Postremo de ce navire…commença-t-elle.

Lorsqu’il fut temps pour la Matriarche de prononcer son propre discours, la main de Nylae se glissa contre le poing énorme d’Harkness.

La voix de la Navis Primari était marquée par la résolution et le chagrin. Elle souhaitait rendre un hommage intime à son frère, mais contrairement à Lonallyn, elle était tenue par les coutumes des
Primigenes.

Elle ouvrit un petit livre, et choisit doucement une page :

« Chaque jour, ils me brisent. Ils veulent que j’oublie jusqu’à ton nom. Je ne possède ni nom, ni passé ici.
Mais ton image reste solidement chevillée à mon âme. Je ne t’oublie pas, comme je n’oublie pas mon nom et qui je suis. Ils peuvent me frapper, m’humilier et me faire taire.
Tant que je vivrais…Non, même dans la mort, tu seras toujours ma sœur. Nous nous retrouverons Aïshani…Je te le promets. »


Elle ferma le livre et considéra l’auditoire un moment avant de parvenir à reprendre la parole.

- J’ai reçu cette lettre de …Du Navis Postremo…quand j’avais onze ans. Je ne peux pas vous dire avec quel courage et quelle abnégation il est mort. Je ne peux pas vous dire non plus comment il a vécu. Mais je peux vous raconter combien je l’ai aimé, et combien je me suis languis de lui…

Nylae quitta bientôt le giron de son Capitaine pour chanter en l’honneur de Vincens, qui n’était ni son frère, ni son cousin, ni son amant…Mais bien plus que tout cela en un sens. Elle chanta avec autant de talent et de passion qu’elle en avait montré pour le concert dédié au Chevalier Général.

Quand la messe fut achevée, quand Markov fit taire les derniers chœurs, chacun fut libre de laisser un hommage, que ce fut un texte, un objet ou quoique ce soit qui semblait approprié.

La Duchesse déposa une bouteille d’alcool fort au pied du cerceuil et salua cet homme qui était le sosie de sa Reine.
Schneider déposa un masque miroir dans lequel se trouvait un texte qui n’était ni plus ni moins que la lettre de liberté signée du Postremo lui-même. Les larmes coulèrent drue sur le visage de celui qui serait à jamais l’esclave du Caecus. Mais ni sanglot, ni soubresaut n’agitèrent cette manifestation unique de peine.

Une procession morbide passa dans l’allée centrale pour emporter le cercueil, vers l’Occulum. Achillus ne fit pas d’esclandre. Aucune chance de sortir de la Cathédrale intact s’il haussait le ton.

Alors que la lourde procession emmenait le corps du défunt vers le lieu de sa crémation prochaine, l’artilleuse Primari fit tonner les plus lourds canons de Sa Majesté en l’honneur de celui qu’il convenait de pleurer en silence. Ce qui fut un affront de plus pour l’homme des Sabrehagen fut reconnu et saluer comme un immense honneur pour les officiers de bord qui ne rechaussèrent leurs casquettes que lorsque la procession disparu complètement.

La Matriarche fut la dernière à rentrer dans l’Occulum fermant la Marche funèbre.

Les lourdes portes d’acier et de céramite se fermèrent cruellement devant les quelques personnes qui avaient tenu à accompagner le Postremo jusqu’à la fin.

30 minutes de deuil furent exceptionnellement autorisées sur l’intégralité de l’Ex Cathedra.

Ce qui se passa derrière les portes resta le secret de la Navis Nobilite.

A la fin de la deuxième journée, un jeune nébuleux apporta à la Lady Capitaine, alors à son bureau, une boite contenant une petite capsule d’or où étaient gravés les symboles de la Navis Nobilite et de la lignée Von Razgriz. Il fut signalé à Lonallyn que c’était là tout ce qu’il restait de Vincens et que la Matriarche tenait à ce qu’elle en soit la dépositaire.

On dit alors que même l’autoritaire commissaire de bord ne râla pas lorsque l’Occulum fit savoir que le départ de l’Ex Cathedra serait retardé de six heures sur la demande de la Vénérable…

Harkness a écrit:
Une fois l'emploi du temps de Vancrel allegé, une fois pliée l'entrevue avec Nylae réclamant des médailles en chocolat pour son frère, une fois la cérémonie "instructive" dévolue à Vincens terminée, Harkness prit une heure pour discuter d'une affaire discrète avec le Maître des Chairs.

Harkness avait du encaisser les rodomontades du club des vieux de la vieille, les anciens des Reîtres, ceux qui savaient que GVB avaient été assassiné. Ils n'appréciaient pas vraiment qu'on décerne le Poing de Céramite, une médaille réserve aux natifs de Saxe Kessel, à un homme qui avait menacé le précédent Capitaine et qui n'avait pas combattu aux côtés de la compagnie.

Le Capitaine d'Arme avait été absent depuis son arrivée sur Ex Cathedra, à part la cérémonie il n'avait rencontré aucun des officiers, ni la Capitaine d'ailleurs.

Les officiers généraux avaient le moral en capilotade, les ingérences permanentes de la Commissaire de bord, le très long trajet, l'absence de mission adaptée, le manque de vision du futur, l'explosion de la chaîne de commandement entre deux navires, tout jouait contre eux. Du moins ils le pensaient. Leur patron remit les pendules à l'heure, promit de régler le soucis de la Commissaire de Bord.

Maintenant, Harkness était dans le labo de Vancrel, il se tassait sur sa chaise pliante en métal. Le Maître des Chairs lui adressait des trilles incompréhensibles et faisait ses analyses en Haut Gothique.
Le temps passait et H. Harkness se demandait s'il n'aurait jamais la réponse à ses questions.

Ajax Ordann a écrit:
Le Prince Ahmet avait assisté à la Grand'messe, bien évidemment, de même que ses amis et suivants, tous vêtus de blanc et le visage et les cheveux couverts de cendres ou voilées de gris, symbole du deuil sur Elros.

Bien entendu, ils avait dû se contenter de places bien peu prestigieuses et éloignées de tout, mais cela ne disconvenait pas au jeune homme qui ne voyait aucunement pourquoi il aurait eut une place d'honneur dans un drame qui ne le concernait en aucune façon. Ainsi se contenta-t-il de compatir à la douleur de tous et de réciter les prières qu'il connaissait pour le repos de l'âme du défunt... Certes, ses prières étaient dans sa langue natale, mais il les récita en silence, pour ne pas risquer de gêner ses voisins.

Après la cérémonie et le temps de deuil qui fut accordé à l'ensemble du bâtiment, le prince et sa suite se rendirent enfin au palais même de la lady-Capitaine pour se présenter et faire ce qu'ils étaient sensé faire depuis le début.

Ainsi, on annonça à Lonallyn qu'un certain "Son Altesse Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal" désirait lui présenter ses salutations, ses condoléances et son serment en vertus des Anciens Pactes et de l'Appel-qui-fut-jadis-convenu.
Le héraut en charge d'annoncer le visiteur indiqua par un petit haussement d'épaules que lui non plus n'avait pas tout bien compris.

Harkness a écrit:
Citation :
On frise le double post, mais c'est pour la gloire éternelle du boucher d'Ex Cathedra

L'Homme parlait au Petit-Homme, l'Homme Complet avait argué d'une visite médicale semestrielle pour sortir le Petit-Homme de sa géôle.

La conversation allait bon train.

"Si tu fais ça, je serais généreux avec toi demi-portion.
Votre Généralositééééé! Meeeeuuuu voici votre débiteur!
Tu acceptes donc?
Mooonnnseigneur! Biensur! Et puis comme on dit au pays ' Eu'l vaut mieux parcourir les champs que dormir au trou!
Bien, on va aller voir le coffre et tu me dira ce dont tu as besoin, je te trouve le matos et tu inspectes ça."


Trois heures passèrent, le Petit-Homme fit un signe depuis le bloc, il portait une blouse de caoutchouc, des gros gants de synthé-cuir et un masque de soudeur avec une double visière claire/obscure. Il demandait si l'opération pouvait démarrer.

L'Homme lui dit oui de la tête, ses bras étaient croisés contre son torse, l'attitude la plus fermée à son répertoire concis.
L'Homme-Complet regardait ça depuis son bureau, directement connecté aux caméras.

Le Petit-Homme se lançait dans l'opération, attaqua la plaque ventrale de la longue boîte avec un combi-tool. Il avait jeté un oeil à la serrure génétique, et avait lâché l'affaire aussitôt pour opter pour une opération de démontage du coffre.

Les plaques de plomb étaient scellées, il sortit sa pince à dé-sertir et son petit chalumeau réglé au plus bas.

[size=200]KKKRRRAAAKKK[/size]

La boîte explosa en mille morceau, les éclats fracassèrent les alentours, la vitre derrière la quelle l'Homme regardait et le Petit-Homme qui fut volatilisé ses morceaux s'éparpillant... au ralentit puis finissant par ne plus s'éparpiller. Ses chairs se ressoudèrent dans une brume électrique et des giclées de sang et d'humeurs malignes.

Son corps se déforma en une ou deux secondes, laissant apparaître un visage démoniaque, des longues griffes au bout de ce qui avait été de petites mains agiles et n'était plus que des battoirs sanguinaires.

La bête chargea instantanément vers l'Homme qui avait déjà dégainé son pistolet d'ordonnance et sa dague de combat, il tirait alors qu'elle sautait en direction de la fenêtre, ne ralentit pas en prenant un tir au torax, elle se hissait dans la salle de surveillance du bloc alors que l'Homme tirait à nouveau. Le Démon reçut un tir en plein visage mais la aussi, les chairs se ressoudèrent.

L'Homme et l'Animal se sont rentrés dedans, comme deux vieux grox males. Avant qu'elle ne lui déchire le ventre, il l'avait déjà enlacé à l'épaule en lui plantant son poignard dans les reins. Par reflexe.
Elle essaya de lui déchirer le dos mais ne lui fit qu'une seule vilaine estafilade le long de l'échine, recouvrant la plaie d'humeurs vertes et bleus.
Il replanta la miséricorde au même endroit, plus profondément, tourna la lame dans sa plaie en serrant contre lui la bête du warp.

Elle se dissipa dans son étreinte mortelle. Seul des quartiers de viande sanglante qui avaient été le Petit-Homme restaient dans ses bras. Ils glissèrent au sol, barrant son treillis d'une coulée rougeâtre.

L'Homme savait que ses voyages dans le warp serait surveillé par la bête.

La bête revenait dans les royaumes infernaux, après des siècles et des siècles d'asservissement. Elle entendait les siens se rire d'elle, l'aethyr riait d'elle, l'écho disait: "Nir'za petit bras...".

L'Homme ne sentait même pas son entaille dans le dos, l'Homme-Complet rentrait dans la salle avec son imposante hache dédiée à son culte prête à excommunier le Démon. L'Homme bondit par la verrière défoncée et saisit une morceau de métal venu du coffre, un éclat de lame. Il le jeta à l'autre.

"Analyses moi ça! Dis moi si c'est la bonne! Maquilles la mort du machin, genre injection défectueuse et destruction du corps dans la foulée, fais réparer le bordel par tes gars, rien ne dois sortir d'ici sinon notre enquête va être foutue, OK?!
*trille affolée*
Tu m'as compris,!
Oui, oui c'est bon, oui je le ferai, je vais le faire dessuite. Il va me falloir quelques jours pour la lame.
Bien, je reviens te voir pour les résultats. Et, tu peux me refermer toi même que personne n'en ait vent s'il te plaît?
L'Homme-Complet tendit un appendice médical, racla l'humeur, la ramena vers ses yeux augmentés, la sentit et livra son diagnostic.
Venins multiples et solutions acides, nettoyage grande eau, cautérisation chaude et perfusion cocktail 22-BzH.


Il s'occupa de l'Homme, fâché et perturbé par la situation, sa meilleure piste et hypothèse venait d'exploser sous ses yeux; Ordann n'aurait-il pas prévu la chose pour lui tendre un piège? A moins que les Navigators aient eux même préparé le piège pour liquider le successeur de GVB. Comme ils avaient liquidé GVB? A moins que la Lady Capitaine n'ait prémédité le coup avec Ordann, jouant les uns contre les autres? Gill aurait pu monter le coup avec le pirate, il avait abandonné Vincens sur le navire d'Ordann? Katje von Todt et la cabale des Tribades pouvaient concourir aussi?

Ses idées s'apaisèrent quand le médecin lui injecta la 6e dosettes d'analgésique. Il était terrifié par la résistance physique du patient.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Ah, un peu de paix, enfin...
Lonallyn s'enfonçait enfin dans le caldarium de son bain privé, s'immergeant dans l'eau bien chaude. D'une certain façon, c'était réconfortant d'être de retour chez soi, de profiter d'un petit moment de paix, entre les enterrements, les mauvaises nouvelles, l'attente des dernières analyses du Maître des chairs...
Aussi, le servant qui vint la voir et transmis la demande de réception de "Son Altesse" fut accueilli par un nuage de bulles quelques peu acerbes.
Surtout, ce qui était terriblement génant...
Que diable était cette histoire d'Anciens Pactes ?

Une petite demi-heure plus tard, s'étant habillée, maquillée et coiffée en toute urgence, Lonallyn attendait sur son trône, dans sa salle d'apparat, ayant sortie le grand jeu : Lebensguard en tenues d'apparats, fanfares, chérubins, encensoirs emplissant la salle d'encens, grand uniforme de cérémonie, son bicorne le plus ostentatoire et une perruque poudrée de frais.
Ses suivantes avaient même du sortir leurs tenues de soirées, incluant son chiffre personnelle, et pour celles de plus haut rang, son portrait sur le sein gauche, une icone imperiale sur le droit.

Elle avait beau interrogé les données que de ses implants mémoriels, fait compulser en urgence les archives familiales sur le vaisseau, elle ne savait toujours pas à qui elle avait affaire.
La seule chose qu'elle avait pu découvrir, c'est que les Anciens Pactes n'étaient mentionnés que dans les rares donnés datant de Vendigroth qui survécurent à l'attentat de 611 M41. Elles évoquaient les accords faits avec les anciens officiers et capitaines dynastiques lorsqu'Ex Cathedra dut atterir, et les autres biens mis sous séquestre...
Serait ce un descendant ? Peut être le vieil Askuwetho pourrait lui en apprendre plus, mais ce dernier était en transe mystique, et ne devait pas être dérangé.
Elle attendait donc la venue de cet inconnu au titre ronflant...

albus a écrit:
...Avec Albus à sa gauche, légèrement décalé derrière le trône.

Ajax Ordann a écrit:
Alors, les portes s'ouvrirent et la délégation entra.

Comme à son habitude, Afrasiyab-aga ouvrait la marche dans ses tenues surchargées de broderies et de soieries particulièrement colorées. Il portait de plus un impressionnant turban avec plumes retenues par une broche figurant le plus étrange aquila qu'il avait été donné de voir à Lonallyn, présentant deux somptueux rubis incandescents.

Suivaient immédiatement le Garde du corps, Kushi-bey, torse-nu, portant fièrement tatouages et peaux de prédateurs comme le voulait la tradition des tribues dont sa mère était issue et que son père avait tenu à lui enseigner. En plus de trois peaux judicieusement agencées pour que l'on puisse voir ses muscles saillants et dessinés huilés de frais, il portait le large pantalon retenu par une longue et large ceinture qui retenait également son tranchoir.

Venait ensuite le jeune Ahmet, dans son armure qui ne présentait plus toutes ces couleurs comme la dernière fois. Là où cela été possible, il avait échangé les couleur pour le blanc le plus pur.

Venaient enfin les deux jeune femmes, voilées. La première, toujours dans un ton sombre et sobre, mais dont le regard était perçant et presque aussi flamboyant qu'une étoile ; et la seconde, dont les soieries étaient presque aussi surchargées que celle d'Afrasiyab-aga, et qui restait sagement trois pas derrière la première.

Enfin, se trouvait le jeune homme que certains avaient commencé à croiser dans les coins où l'équipage aimait à se réunir, bon compagnon, buveur convenable et perdant honnête, il avait rapidement trouvé des compagnons et camarades.

Afraziyab pressa le pas pour se trouva au plus vite devant Sa Grace la Libre capitaine et s'agenouilla puis se prosterna à trois reprises.
Enfin, toujours prosterné, il parla aussi fort que possible pour que tous puisse entendre les paroles rituelles.

-L'éclair de l'orage d'été, Marteau frappant l'enclume du pêché, Pilier de la Foi, Son Altesse Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal, fils du Mirza Ensari Bahadur Rifat ibn-Hakan Endal, petit-fils du Shah Rifat Devrim ibn-Hakan Endal, lui-même fils d'Ertugrul-Shah Nasim ibn Hakan Endal, qui fut engendré par le Shazadeh Maksut Bahadur ibn Hakan Endal, dont le père était Kemal-padisha Kemal ibn Hakan Endal, fils de Kemal-Padisha Huseyin ibn hakan Endal et petit-fils d'Husseyin-Padisha Halife ibn Hakan Endal dit le Juste, dont le règne fut grand, et qui fut le fils d'Halife-Padisha ibn Hakan Endal dit le Merveilleux, dont le règne fut prospère et éclairé, fils d'Hakan-Padisha dit le bâtisseur, celui au pied de qui tous se prosternent et qui apporte la paix des étoiles, dont le règne fut légendaire ; se présente à vous, Dame des Von Razgriz, pour prêter le serment qui fut celui de ses ancêtres et respecter ainsi les Anciens Pactes de "l'appel aux armes".

Le Prince tira alors son épée et la pointa vers le sol.

-Pour le Céleste Shahanshah, pour les Von Razgriz, Pour les Endal !

Et il s'agenouilla.

-Je vous présente étalement toutes mes condoléances pour votre officier. Puisse son âme immortel cheminer sur les rayons de l'Oeil qui ne cille jamais et rejoindre le Céleste Shahanshah en son palais de lumière !

Il se prosterna à son tour.

-Ordonnez et j'obéirai. Vos paroles sont loi. Quelque soit la tâche je l'accomplierai... car ce n'est qu'ainsi que j'accomplirai mon Devoir et honorerai ainsi notre part du Pacte.

albus a écrit:
Albus qui ne perdait rien de son sourire, haussa un sourcil.
Impressionnant.

L'annonciateur au nom imprononçable était parvenu au bout de l'énoncé de ces titres plus pompeux les uns que les autres sans prendre sa respiration. Ça forçait le respect.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Il y eut un léger temps.
Le temps d'extraire de nouvelles données... Hakan Endal, ce nom lui disait quelque chose. Oui, c'est cela, le capitaine d'armes personnel de son ancêtre Vendigroth ?
En tout cas, elle nota la splendeur de leurs soieries. A son goût, l'ensemble était chargé, mais en n'en prenant qu'un seul type de motif, ou du moins en unifiant les couleurs....
Elle prit la parole, estimant que le nous de majesté était nécessaire au vue des circonstances.
"Nous vous saluons, Ahmet-Pacha Ensari ibn-Hakan Endal, digne descendant d'Hakan Endal die Grösse, Fléau des Yuva'th, Conquérant de Coseflamme, Téphaine et Tranch, Héro du siège de Luggnum. Heureusement que cela était restée dans les archives...
Il est bon que vous soyez venu honorer l'Ancien Pacte en cet heure, fidèle servant des Razgriz. Afin que votre dévouement soit clairement enregistré pour les générations à venir, et devant les témoins de cette Assemblée, nous aimerions vous entendre prononcer le Serment en son entiereté. Que l'Ancien Pacte soit clairement énoncé à nouveau, que l'Antique Alliance soit forgé de nouveau et que les ennemis du Céleste Shahanshah tremblent et pleurent de désespoir ! "

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:23

Honoria a écrit:
Iter Libro de l'Ex cathedra ( - Registre de voyage - )

Phase 4 : Préparation de la transition Warp. Compilation de données.

Rapport de l'Ordre de Mars : les augures Aetheriques ont montré une anomalie de seuil sept sur les singularités de l'Empyrean. Les suspicions immédiates se sont tournées vers le phénomène codé "Harlock" avant d'envisager, mais les capteurs n'ont détecté aucune brèche dans la réalité.
Il a été décidé en accord avec les protocoles d'urgence de vérifier les registres spatiaux pour trouver une redondance quelconque dans le phénomène enregistré. Aucun correspondance trouvée dans la zone.
Aucune empreinte de corruption n'a pu être clairement identifiée.
Trois rapports doivent être envoyés avec l'approbation du maître des augures et de la Lady Capitaine pour que le phénomène soit compilé non seulement dans les registres du secteur mais encore auprès des services du Pater Nova pour intégration aux cartes.

Enregistrement de l'officier de bord Ethan Warfinn (second du nom), sous lieutenant en charge des systèmes pics de la zone babord 35 de la proue du navire transmis au comissariatus et aux services de l'Ecclesiarchie à bord:

- J'ai déjà fait un rapport écrit à ce sujet.
- Contentez de vous répondre, officier.
- Nous étions avec mon équipe en train d'effectuer les visites de routine, nous contrôlions notamment le bon fonction des écrans de protection sur les baies, et la levée des boucliers anti warp. Aucun dysfonctionnement à signaler à ce moment là. J'ai fais mon rapport sur le cogiteur dédié afin de transmettre l'information à mon supérieur dans l'attente de la transition Warp.
- Que s'est-il passé ?
- L'enseigne Jung m'a signalé une anomalie dans...l'horizon immédiat.
- L'horizon ?
- Quelque chose filait droit vers nous, monsieur. Depuis le néant.
- Décrivez le phénomène.
- Au début j'ai cru qu'il s'agissait d'un rayon de lumière, et qu'on était pris dans le faisceau d'une lance Sabrehagen. J'étais en train de recommandé mon âme à l'Empereur, et puis je me suis figuré que ce n'était pas ça.


" L'officier cherche ses mots : pause de quinze secondes "

- Une étoile. Ça ressemblait à un soleil qui serait né non loin du navire et qui s'en rapprochait à une telle vitesse qu'il laissait une traînée lumineuse derrière lui.
C'était frappant et intense. Mais ça ne nous à jamais touché. C'était..J'ai du mal à le décrire.
- Qu'avez vous fait ?
- J'ai ordonné à mes hommes de poser genou à terre, et j'ai dis la Grâce de l'Empereur, monsieur.



Témoignage de Lady Reverentine, enfant du Choeur de la Navis. Disciple de Léana, suivante de la Matriarche.

" La Vénérable a perdu son frère, vous savez ? Nous aimions toutes et tous le Navis Postremo. Je n'ai pas le droit de dire son nom. Il était différent.
Je ne peux pas dire quelle cérémonie a eu lieu dans l'Occulum.
Je sais que la Vénérable est retournée quelques heures dans l'Arboretum pour s'y reposer.
Elle est revenue pour initier la transition dans l'Empyrean. Le seigneur Achillus n'a pas eu le droit de rester avec elle. Aucune d'entre nous n'a eu le droit de le faire. Les medicae aussi ont été priés de sortir. les nébuleux, pareillement oui. Elle voulait être seule pour célébrer le rituel de l'Astronomican.
Quand je suis sortie elle n'avait pas enfilé la couronne du Trône.
La cérémonie a lieu à heure fixe après une préparation spécifique. Elle dure entre vingt minutes et une demie heure d'ordinaire. Certains peuvent malheureusement prendre des jours avant de l'initier correctement.
Quand les portes se sont fermées, nous avons presque aussitôt sentis qu'elle cherchait Sa lumière.
Le contact avec l'Astronomican a été des plus rapide, elle y parvient toujours en moins de temps que les autres Navigators. Pour cela nous sommes fières !
Mais...Le contact ne doit dépasser quelques minutes. C'est éprouvant en un sens et le Trône sur Terra ne se focalise jamais très longtemps. Les cartes enregistrent les données psychiques, le Navigator effectue ses corrections et calcul le meilleur voyage.

...

Le contact a duré environ trois quart d'heure. Le seigneur Achillus m'a interdit d'en dire d'avantage.
Quand nous sommes rentré, le Navis Prima était éteint. Elle n'était pas sur le trône, mais devant la grande baie vitrée. Aucune donnée n'était rentrée et les fluctuations psychiques n'ont pas été enregistrées.
La Matriarche a ordonné la phase de transition dans le Warp malgré tout.
Oui, le seigneur Achillus s'y est opposé en pensant qu'elle voulait rejoindre son frère. A y réflechir, ce n'était pas très judicieux comme remarque. La transition a été initiée, normalement. Et nous sommes avancer plus loin dans la Gueule.
Comment s'est passé le voyage ? Elle a porté la couronne mais n'a pas usé des cartes.
Non ce n'est pas normal. Même un peu effrayant.
Oui le voyage devait durer quelques jours, mais...Nous arrivons sous peu. Et cela ne fait que quelques heures.
Elle est si triste, monsieur."


Rapport de transition dans l'espace matériel.

Point de sortie confirmé : coordonnées exactes.
Voyage : aucun incident n'est à déplorer.

* et nous voici à la station ! *

Malakaï Zacharia a écrit:
Markov

Le sol de la Cathédrale était glacé sous les pieds de Markov. Le Pater Superior du vaisseau était resté plusieurs heures à errer dans ses pensées, tout juste vêtu d'un pantalon, à se geler dans la nef désormais vide.
Il était habitué à certaines transgressions du credo après avoir agi comme missionnaire dans les mondes les plus reculés ... mais bénir le Postremo avait quelque chose de ... troublant. Il avait chassé tout le monde de la cathédrale, mis à part l'un de ses aides. Il avait ainsi réfléchi des heures sur la nature de sa mission au sein de l'Ex Cathedra et n'était plus persuadé de pouvoir remplir son office. Il se promit d'en parler à la Lady-Capitaine.

Il se rhabilla et confia un message à son acolyte.

"A destination de l'officier Haddon,
Je souhaiterai m'entretenir en privé avec vous d'une affaire que nous avons en suspens. Pouvons-nous convenir d'un rendez-vous une fois arrivé à Castel?

Archi-confesseur Ivan Markov."

Harkness a écrit:
Harkness avait passé le trajet jusqu'à Castel sur Ex Cathedra, il avait observé avec étonnement le délabrement de la structure de commandement suite à la découverte du cadavre de Vincens. Décidément, c'était une flotte de pied plats et de tendrons. . .

Il voulait rencontrer Haddon mais il était visiblement occupé et le Capitaine d'Arme ne voulait pas vraiment s'exposer en public.

Il finit par aller sonner à sa porte et Haru lui ouvrit et le fit pénétrer les appartements immaculés du Premier Officier...

Gill Haddon a écrit:
Assis sur son lit recouvert de flingues, de dossiers, de rapports, un plateau repas à peine touché, un bac d'un litre de glace saveur vanille, en peignoir de bain, Gill Haddon, premier officier, en plein travail.

Un gramophone tournait dans le vide. Le disque était depuis longtemps fini mais ni Gill, ni Haru, n'avait prit la peine de le remettre. Haru fit entrer Harkness et le laissa planté au pied du lit avant d'aller dans son petit salon aménager où l'attendait une paire d'enfant.

"Salut Hark". Gill jeta au loin un rapport qu'il était entrain de lire. "Merci de me sauver de ce tas de merde. Putain de militaire de carrière, c'est encore plus chiant à lire qu'à écrire j'ai l'impression. Que puis-je pour toi ?"

Ajax Ordann a écrit:
Ahmet-Pacha hocha doucement la tête. Son casque à face de lion restant parfaitement impénétrable.

- Moi-Ahmet-Pacha Ensari ibn-hakan Endal, descendant en droite ligne d'Hakan Endal, répond à l'Appel au Armes de la Maison Von Razgriz. Qu'il soit entendu de tous et de toutes, devant le regard de l'Aigle du lit d'étoile qu'après avoir veillé pendant 3 mois et 8 jours, c'est moi qui ait été choisit.

Afrasiyab-Aga se prosterna à nouveau, louant le Shahanshah dans sa langue maternelle.

-En vertus des anciens pactes, je prête serment devant vous que je fais de vos ennemis mes ennemis, qu'en se jour votre volonté est ma loi. Qu'il me soit donné la force de terrasser en combat singulier cent de vos ennemis, qu'il me soit donné la force de mener les troupes qu'il vous plaira de me confier sur autant de terrains que mon aïeul, puisse-t-il être bénie, qu'il me soit donné la force de verser le sang par sept fois au lieu du votre. Alors j'aurais accomplis ma part du Pacte.

A nouveau Afrasiyab-Aga se prosterna, récitant des versets du Grand Livre, celui qu'Hakan Endal avait apporté sur Elors il y a plus de 1000 ans de cela.

-Qu'il me soit donné la force de renouveler ces exploit à trois reprises, et alors je pourrais demander à ce que vous m'accordiez une faveur.

Le Jeune prince avait la gorge sèche... c'était malin, et vraiment pas le moment.

-En l'échange de tout ceci, qu'il soit dit que le représentant Endal sera accueilli par la Maison comme un vieil ami revenant après un long voyage. Il lui sera offert place et pitance, traitement honorable et juste, occasion de se montrer digne de son nom et remontrances si cela n'était pas le cas. Et dans la mesure où la maison Von Razgriz serait à nouveau débitrice, elle s'acquitterait de sa dette à la manière que le fils des Endal jugerait opportun.

Affrasiyab cessa de psalmodier.

-Serment fait ce jour sous vos yeux, par moi, Ahmet-Pacha, le jeune. Loué soit le Céleste Shahanshah sur son chariot d'or !

Harkness a écrit:
"Salut Gill"

Harkness s'approcha en cherchant du regard une chaise, inexistante. Il finit par s'assoir sur le rebord de l'immense lit.

"Ben je venais voir comment tu allais... On dirait que t'es en un seul morceau, mais t'as l'air... vachement... vachement jeune."

Le Capitaine d'Arme était mal à l'aise, le Gill face à lui avait indubitablement changé.

"Tu sais, héhé Harkness ricana nerveusement, je suis pas très bon pour le blabla mais si jamais tu veux qu'on parle n'hésites pas. Je sais ce que ça veut dire mourir et revivre, souffrir et guérir."

Le guerrier jeta son calot sur le lit et défit les deux premiers boutons de sa chemise de treillis.

"Bon, j'ai pas trouvé qui a monté le coup, la Capitaine n'a pas voulu qu'on en colle plein la tronche aux Sabrehagens pour le coup. Après, faut qu'on parle de Götz."

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Loué soit le Céleste Shahanshah et Sebastian Thor son prophête.

Qu'il soit dit que nous avons entendu, Ahmet-Pacha Ensari ibn-hakan Endal, et que vous avez justement parlé et ennoncé l'Ancien Pacte.

Qu'il soit écrit que Nous, Lonallyn Victrix IV Anastasia Von Razgriz, Descendante de Vendigroth Orestes Montoya Von Razgriz, Héritière de Mort Von Razgriz, Détentrice de la Lettre de Marque et de Son Sceau, Porteuse de Sa Voix et Garante de Sa Paix parmi les Etoiles, Pair de l'Humanité,

Acceptons votre serment, et ré-affirmons le nôtre, et que l'Ancien Pacte sera conclu comme l'avait voulu nos ancêtres, et que leurs paroles seront tenues.

Qu'il soit proclamé que nous vous accueillerons à bras ouverts en nos domaines et vaisseaux, et que logis et couvert vous seront offerts selon l'Antique Pacte et les lois sacrés de l'Hospitalité.

Qu'il soit affirmé que les Von Razgriz honorent et respectent tout les guerriers de l'Humanité, prêt à verser le sang et offrir le leur en Son Glorieux Nom, et que toute les épées seront toujours la bienvenue.

Qu'il soit chanté des Louanges pour Celui Sur Son Trône d'Or, car il nous manquait un guerrier valeureux pour porter Notre Bannière au combat, et Nos Couleurs sur les mondes à conquérir ; car il nous manquait une vigile inébranlable, un combattant intrépide pour veiller sur la chair de ma chair en toutes circonstances; et par Ses Desseins, il vient de nous être envoyé un tel combattant.
"


Elle se tut. Elle ne pouvait décemment le nommer à l'improviste Capitaine d'armes ; ses régiments avaient tous des généraux compétents à leur tête, et pour ses gardes du corps, elle en disposait déjà d'un ; en attendant qu'elle soit vraiment enceinte, elle nommait cet inconnu à un poste ronflant mais de sinécure, ce qui permettrait de le jauger et de l'évaluer.

Gill Haddon a écrit:
"Attention à mon bordel Hark' mine de rien il est organisé. Pour les Sabrehagen pas de soucis. Ce ne sont qu'une bande de connard visqueux ; Quand au responsable, ce paquet de merde gélatineux de Constantine, je me le réserve si je le croise."

Gill récupéra le seau de glace et commença à le déguster avec une petite cuillère négligemment posé sur un oreiller.

"Je suis à peu près en moitié de forme. ah ah. T'es pas près de me voir gambader follement dans les couloirs ou envoyer des coups de pieds aux culs des autres officiers. J'ai un serviteur médical qui me trimbale en chaise à écloper un peu partout pour le moment. D'après mes charmants médecins j'en ai encore pour quelques mois avant de pouvoir crapahuter gaiement. Alors j'en profite pour glandouiller avec ma femme au lit... Et me taper tout ces putains de rapports de merde farci de demi-vérité, de non-dits et de remplissage protocolaire. Comme on dit chez moi : GONA PUKE !"

Gill reposa la petite cuillère sur un des rapports de Katje.

"Bon donc on doit discuter de Götz... J'ai lu qu'il y avait eu une jolie cérémonie. J'ai même regarder les pixs. J'ai de suite noté l'absence de l'autre raclure de fond de chiotte. Mais j'ai aussi noté le geste d'Honoria. Ah ah. Les remords peut-être. Ah ah. Non plus sérieusement... Toi tu as fait des progrès dans la chasse à Nostromo et tu veux qu'on y aille dans notre coin ?"

Harkness a écrit:
"Constantine? Iago? Cet enfoiré... Tu as vu les pics? Tu as vu l'absence de ce salopard à mitre... jusqu'au bout il a été qu'un pauvre connard. Harkness avait un débit de plus en plus rapide, énérvé. Je serai bien descendu lui faire sauter le caisson sur Port l'Errance mais on me surveille. Si ça se trouve, c'est lui qui a liquidé GVB. Oui, c'est de ça dont je voulais te parler, il a été assassiné le vieux Götz. Une lame genre miséricorde ou épée, plantée là dans l'oeil, la brute montra l'oeil de son pouce en simulant le geste. Enfoncé jusqu'au cerveau. J'en ai parlé à personne, tout le monde me bassine avec la blessure mortelle mais je l'ai vu moi le trou dans l'oeil. La plaie bien profonde d'une lame, j'ai suffisamment enfoncé de baïonnettes pour reconnaître ça. C'est quelqu'un du navire Gill, je le sais, j'ai pas répandu l'affaire, c'est un d'entre eux, un des officiers. Dis moi si tu sais qui c'est. Qu'il paye en crédit ou en pinte de sang, il doit payer."

Harkness était tendu, nerveux, orageux même.

Ajax Ordann a écrit:
Le Jeune homme retira alors son casque, dévoilant un visage bien dessiné à la peau matte, des dread locks encadraient son visage sur lequel on avait laissé poussé un bouc qui lui donnait un petit air charmeur, et quelques années de plus.... Parce que ce qui surpris le plus Lon, c'était son âge.
Parler de Jeune prince était un euphémisme.

-Ce sera un honneur, Votre Grâce. Permettez moi de vous présenter ceux qui m'accompagnent depuis Elros dans mon périple. Tout d'abord, mon bon Afrasiyab-Aga, serviteur de la cour du Padisha et son représentant dans mon périple. C'est par lui que s'exprime le Padisha et Elros, et c'est par lui que seront transmis mes exploits.

Le Ministre se prosterna à nouveau avant de se lever.

-Voici mon épouse... ma première épouse.. Nagihan Ahmet bint Seyif Kerin bint Hakan Endal, fille d'une autre trés puissante maison d'Elros.

La jeune femme s'inclina respectueusement, gardant néanmoins une certaine attitude hautaine propre à l'éducation de la noblesse de l'Imperium.

-Elle a accepté de m'accompagner et je prie le céleste Shahanshah de cela.

-Il s'agit d'un grand honneur, Votre Grace, pour mon époux et moi de nous trouver en présence de la descendante de celui qui permis à Hakan-Padisha de pacifier notre Monde.

Sa voix était limpide, douce, et étouffée par les voiles.

-Je suis également accompagné de mon fidèle Kushi-bey, garde du corps et homme de confiance. De la douce Elmas, danseuse respectée de mon monde, et de ce jeune brigand du nom de Menelas Kern qu'il m'a été donné de rencontrer à bord de mon premier transport vers Port-l'errance.

Tous saluèrent.

-Et tous sont à votre entière disposition, Votre Grace.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:26

Gill Haddon a écrit:
"Ah c'était donc ça ! Hum... Je vois... Bon ça ne m'étonne pas, ce croiseur est un nid de vipère. Pas mal d'officier on envi de tuer leurs prochains sans trop réfléchir. Il n'y a pas de vrai esprit de cohésion et c'est un peu à qui poussera le plus l'autre à bout."

Gill prit sa cuisse droite et se fit croiser les jambes.

"Déjà tu me soupçonne pas. C'est un point en ma faveur. Je n'ai vu aucun ordre de ce genre dans la chaîne de commandement. Sinon j'aurais démissionner dans l'instant. J'ai très peu de limite mais on ne se prive pas d'un outil de qualité sans l'avoir presser jusqu'au trognon. Or, Götz était fait pour Koronus. J'y suis aller et crois moi avec lui on aurait fait de grande chose. Je vois de prime abord quatre noms. Lonallyn, Honoria, Katje et Vittorio. Si c'était moi qui avait fait le coup tu n'aurais pas trouver une preuve aussi merdique pour démarrer une piste. J'écarterais Vittorio de prime abord parce que les services d'espionnages des Von Razgriz ne m'ont rien fait remonter et je l'avais mis sous surveillance plus que serrer. Comme je le fliqué pour le tuer je pense qu'un truc comme ça me serais pas passer sous le nez. Donc il ne reste que trois candidates... marrant toutes des femmes... Lonallyn sont âme damné à liquidé des gens c'est un peu moi. J'suis aussi le patron de son service action secrète donc c'est vers moi qu'elle se serait tourné normalement. Bref reste les deux personnes qui ont des groupes que je n'arrive pas à surveiller pleinement. Honoria parce que c'est évident que je n'arrive pas à infiltrer des hommes dans ces nébuleux à la con. Et Katje parce qu'elle a des groupes infiltrés sur le vaisseau qui font de la police de bord façon musclé et qui d'après mes rapports n'agissent que sur son ordre. Or je sais que Katje déteste les Reîtres et qu'elle percevait Götz comme une menace. Je sais qu'Honoria ne pouvait pas voir Götz en peinture mais aussi que ce n'est pas vraiment son style. Surtout je fais serrer de très près ses agents à bord."

Gill capta le regard d'Haru et lui sourit.

"La personne qui s'occupe de la sécurité à bord c'est Katje. C'est aussi les troupes de Katje qui sont venu en renfort sur la passerelle après l'attaque de Nostromo et du Xenos. Ce sont ses troupes qui assurent la sécurité des secteurs sensibles en cas d'alerte. Götz était vivant en sortant de la passerelle, et il est arrivé vivant au centre de triage où Vancrel l'a soigné. Rien de plus aisé pour la chef de la sécurité de bord de mettre de faction la bonne personne, de faire éliminer Götz, puis d'écrire soi-même le rapport expliquant que tout va bien niveau sécurité. Après on fait disparaître son homme dans l'équipage en le faisant permuter de rôle. Le tour est jouer. J'aurais comme ça, sauf que j'aurais utiliser un surdosage de médicament pour ne pas créer de blessure. J'aurais même fait débarqué le bonhomme à une escale pour ne pas prendre de risque. Ce qui a été fait pour l'établissement des comptoirs commerciaux de Tancrace. Amusant non. En fait si on y réfléchit, et crois moi que dans mon aquarium j'ai eu du temps pour ça, tout devient très simple non. Evidemment je n'ai aucune preuve pour étayer mon hypothèse. Mais ne dit-on pas que la solution la plus simple est la meilleure."

Harkness a écrit:
"C'est pas ça, la sécurité c'était des péquenots de Vancrel. Un mec habillé en officier, connaissant les hommes et les systèmes de surveillance, rentre et se dérobe aux pics. Il fait sortir les gardes et rentre dans la chambre de Götz. Il lui enfonce son truc dans l'oeil, une lame très sale vu le rapport du medic. C'est pas elle, elle a pas des gars comme ça, elle ferait pas tout ce bordel pour vider la zone. Honoria? Lonallyn?"

Gill Haddon a écrit:
"Ah des éléments que je n'avais pas. Si tu étais plus prolixe aussi ! Honoria... Hum... Je ne pense pas. Je suppose que l'interrogatoire des péquins de factions n'a rien donner. Dans ce cas, et même si je pense que Katje peut l'avoir fait. Si c'est Honoria... Ce n'est pas elle, et c'est un homme. Soit c'est un nébuleux sans son masque et pour l'identifier c'est la baise (Gill mima élégamment un geste de pénétration avec ses mains), soit c'était Vincens. Bon si c'est Vincens c'est la baise aussi parce que le loustique agissait sans aucun ordre, et tu ne pourras jamais prouver que ce n'était pas une initiative personnelle. En plus il est mort ce qui te baise d'autant plus. Pour le coup je ne pense pas que ce soit une pièce sacrifier sur le vaisseau d'Ordann, ce serait trop de gaspillage pour trois fois rien. Non je pense que là c'est un bon gros cul de sac. Tu ne pourras jamais approcher assez les Primigenes pour enquêter, moi je pourrais mais cela va être chiant comme la mort. Après si c'est Lonallyn. Ah ah. Je ne sais pas à qui elle a put demander de le faire. Voyant comment elle se comporte, je dirais à n'importe qui qui passe entre ses cuisses. Je n'ose pas dire que la liste est longue... Mais ah ah ah. C'est marrant... Non non soyons sérieux deux minutes. Je suis Lonallyn j'ordonne juste à Götz des attaques suicides jusqu'à ce qu'il y passe... Bon on dit que c'est Honoria alors. J'y crois pas. J'ai assez bon flaire pour ce genre de chose. Tu sais c'est peut-être un cadeau de Constantine. Il avait laissé un espéce de téléportarium dans les cales. Il avait pu faire monter des assassins dans le croiseur aussi. Ce serait bien le style... Sauf que pour nous faire chier il vaut mieux des guerres entre officier. Ce qui était le cas Götz vivant mais plus une fois mort."

Gill tapota nerveusement le plateau repas.

"Si c'est un truc pas clair ceux qui ont du matériel bizarre dont je n'ai pas connaissance ce sont les Primigenes et les mecs d'Athenais. Mais comme les seconds sont arrivé après coup. Je dirais les Primigenes. Je pense que c'est une opportunité, ils ont trouvé GvB incapable de se défendre et ils ont sauté sur l'occasion pour le faire tuer. Pour l'esclandre au manoir Von Razgriz, pour l'esclandre du parvis de la cathédrale, pour éliminer un élément dont se rapprocher de trop la jeune protéger. Pour ne pas que le nouveau prodige familiale ne soit de trop influencer par un étranger. C'était l'occasion parfaite aussi pour diriger les Razgriz contre Nostromo et non contre les Sabrehagen. Bref ils ont le plus gagner dans l'affaire. Reste un moyen de s'en assurer. Ah la la, je crois que je vais devoir faire jouer mes privilèges de bord pour enquêter dessus. Bon Harkness, par contre il va falloir parler de mon intéressement dans l'affaire. Je ne suis pas motiver par la vengeance... Enfin pas de cette manière. Je considère que Constantine pour le moment oblitère toutes autres idées de rétribution. Donc pourquoi je t'aiderais alors que les Primigenes comme ça me sont utile ?"

Harkness a écrit:
"Tu m'aides parce qu'on ne tue pas un de tes frères pour rien. C'était comme mon frère."

Harkness se leva.

"On se revoit bientôt Gill. Bonsoir... Haru, je crois."

Il prit le calot, le fixe sur sa tête et referma sa chemise avant de prendre la direction de la sortie.

Gill Haddon a écrit:
Gill attendit qu'Harkness sorte de la pièce pour faire venir les domestiques ranger son bardât. Il invita Haru à le rejoindre avec les gamins.

"Alors l'histoire de ce soir : il était une fois un très grand et très méchant loup qui avait eu un père tuer par un obscur chasseur. Le loup se savait très grand et très fort, il se savait aussi très simple et très bête. Alors comme il ne pouvait pas trouver le chasseur tout seul, il alla voir son ami la belette..."

Tancrace a écrit:
Le Chancelier avait assisté péniblement aux funérailles de Vincens. Les cérémonies impliquant les Navigators le mettaient généralement mal à l'aise.

Il se tenait droit, raide plutôt, dans un long manteau de cuir noir à large col rabattu, fermé par des boucles d'argent. Il assistait, les yeux dans le vague, à la cérémonie. Il n'écoutait les discours que d'une oreille distraite. Son esprit se focalisait sur l'avenir de la dynastie Von Razgriz. Deux traîtres. Deux officiers décédés, des conséquences de ce qu'il qualifiait de "problèmes internes".

Ca n'avait rien de choquant pour quelqu'un de Malfi, on pourrait même considérer que ce n'était qu'un tour de chauffe sur le monde-ruche, et que les affaires avaient été menées proprement. Mais d'après les calculs des hommes du Chancelier, ces petites querelles minaient fortement les progrès de la dynastie. Retards, ingérence, imprévus... tout ça était mauvais pour les affaires, et renforçait les ennemis déjà nombreux de Lonallyn.

Tancrace se retira dans ses quartiers dès que la bienséance le lui permit. Il s'assit derrière son imposant bureau et se servit un amasec. On disait que le Premier Officier était sorti de sa "cuve", et qu'un certain Ahmet-Pacha était arrivé sur le vaisseau. Il lui faudrait rendre visite à ces deux-là, mais il préférait attendre un peu, les laissant prendre ou reprendre leurs marques sur Ex Cathedra. On se dirigeait désormais vers Castel, et, si aucun officier ne prenait d'initiative douteuse, il y aurait du travail là-bas.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

13ème station de passage

La 13ème station de passage était évitée habituellement, sauf en cas d'extrême urgence, par les vaisseaux traversant la Gueule. Des rumeurs couraient sur la planète gelée, abandonnée loin de toute étoile, perdue au milieu du vide. On racontait que c'était là où se retrouvait toute les âmes perdues, tout les morts, tout les équipages des vaisseaux disparus dans la Gueule, que les capitaines damnés y tenaient leurs cours, en attendant Son Jugement.
Adonc, on pouvait s'attendre à une translation sans histoire dans l'espace réel, puis une longue navigation au sein des anneaux gelés de la planète perdue pour retrouver la station dissimulée de Lythea Haarlock.

C'était loin d'être le cas.
L'espace était saturé d'explosions, de débris, de vaisseaux en perdition. Une véritable bataille rangée était en cours, embrassant le vide.
Une dizaine de vaisseaux impériaux, essentiellement des frégates et deux croiseurs, étaient en train de faire feu de toutes leurs lances, de toutes leurs torpilles et macro-batteries. Étrangement, les vaisseaux impériaux avaient leurs transcodeurs éteints, gardant leur identité secrète.
Entre eux, slalomaient d'étranges vaisseaux, visiblement de nature xenos.

Toutes de noir vêtues, ces frégates à l'architecture oblong zigzaguaient agilement, lançant des bordées dévastatrices de rayons étranges, aux signatures énergétiques inconnues. Il n'en restait plus qu'une quinzaine, une dizaine d'autres déjà réduites à l'état d'épaves.
Citation :
Jet de détection réussi par Askuwetho


Les vaisseaux xenos et impériaux ne se tiraient pas dessus, toutefois. Ils en avaient après une et une seule cible.
Une petite frégate qui ravageait leurs lignes avec des bordées ahurissantes, surnaturelles, ignorant les boucliers, et qui changeait de course, visiblement voulant s'approcher de l'Ex Cathedra, snobant superbement la flotte qui cherchait à la détruire.
Une frégate que vous aviez déjà eu l'occasion de rencontrer auparavant.
Une frégate dont l'identité fut on ne peut plus clair lorsqu'un cri psychique résonna sur toute les vox et à l'intérieur des crânes.
[size=200]XAANNNNDDRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ![/size]
C'était la voix d'Erasmus Haarlock, et la frégate, le Spear of Destiny.


Harkness a écrit:
Le Capitaine d'Arme était sur la passerelle, comme à chaque sortie du Warp. Il ne savait pas vraiment où le vaisseau arrivait mais il fut médusé par la vue de sa première bataille spatiale. Il y avait des cerceuils d'acier tournoyant sous ses yeux.

Des carcasses mourantes vomissaient des débris par des énormes déchirures dans leurs coques. Des vaisseaux impériaux et inconnus faisaient feu, l'espace était zébré de lasers, d'obus et de missiles. Des torpilles explosaient au milieu de nulle part, après avoir raté leur cible.

Au milieu de la cohue, le Maître des Augures désigna une Pirogue de Fer qui zig-zaguait à toute vitesse en délivrant un feu roulant et continu sur ses assaillants.

Instinctivement, Harkness appuya sur l'alarme générale des troupes.

La passerelle bruissait, la vue en gros plan sur l'écran tactique et les écrans généraux de la passerelle avait plombé l'ambiance.

Harkness ouvrit son canal des officiers.

"Madame Von Razgriz, on dirait qu'il est partout où vous êtes."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :
A la vue de la manoeuvre d'Haarlock, les autres vaisseaux semblent vous avoir repérer également. Ils se mettent à suivre le Spear of Destiny, cessant de tirer, mais naviguant lees armes prêtes à faire feu... Et Askuwetho vous signalent que des esprits hostiles essayent d'analyser votre Pirogue de fer.
Parmi toute la flotte, vous reconnaissez néanmoins un vaisseau.
L'un des croiseurs est de classe Dictator.
Il s'agit du DRAMATIC ENTRANCE.

Ajax Ordann a écrit:
Depuis sa prestation de serment, Ahmet-Pacha était toujours dans le sillage de la Lady-Capitaine, portant désormais, par dessus vêtements ou armure un brassard figurant les armes des Von Razgriz.

Bien sûr, il n'aurait de toute manière manqué leur sortie du Warp pour rien au monde.... et fit presque bond quand il vit dans quoi ils venaient de débarquer. Etait-ce toujours comme ça ? Non, à bien y regarder il était évident que c'était une bataille...

Une bataille avec quelques vaisseaux particulièrement agressifs qui attaquait un seul et unique bâtiment... qui se montrait plus qu'en mesure de riposter puis qu'il avait probablement été à l'origine de tous ces dégats, ces épaves, là dehors.
Un homme trés étrange qui ressemblait curieusement à un des personnages des anciennes légendes et contes de son enfance indiqua dans son étrange vocabulaire que le bâtiment qui, jusqu'à présent combattait avec force l'étrange coalition se ruait vers eux, qu'il s'agissait d'un bâtiment nommé Spear of Destiny, et que parmi les vaisseaux qui le suivaient, maintenant, après l'avoir combattu avec force, se trouvait un certain bâtiment nommé Dramatic Entrance. Cela sembla provoquer un certain émoi sur la passerelle.
... Du coup, histoire de savoir de quoi on parlait, il s'approcha aussi discrètement que possible du garde du corps de la Libre-marchande.

-... Et c'est si mal que ça, que ce soit le Spear of Destiny et le Dramatic Entrance ?

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:28

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :



voici la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement.

Légende :
- en bleu vos vaisseaux. E pour Ex Cathedra, T pour Téméraire.
-Haarlock est en rouge, S pour Spear of Destiny.
- le Dramatic Entrance est en vert, les vaisseaux impériaux en jaune. Je précises qu'à priori, ce ne sont pas des vaisseaux de la Navy, du moins les transcodeurs sont éteints. Le deuxième croiseur est le n° 8 jaune.
- les vaisseaux Xenos sont en orange.


albus a écrit:
Albus avançait à pas mesuré au milieu des officiers de passerelle, hallucinés par le spectacle qui se déroulait sur les auspex.

- Selon les rapports, prince, Le dramatic Entrance a manqué de peu de précipiter l'Ex Cathedra dans le Warp sans bouclier, et est largement lié à la menace la plus active et la plus dangereuse à l'égard de la vie de la Lady Capitaine. Xenos et Hérétek appuient considérablement les forces de ce navire.
Le Spear of Destiny appartient quant à lui à un capitaine qui semble s'être voué aux forces de la Ruine, et en tirer les plus grands bénéfice. Nous faisons donc face au pire de l'hérésie technologique, des Xenos et les puissances de la Ruine.


L'assassin offrit un léger sourire à son jeune interlocuteur :

- Si j'étais joueur, je dirai que les pronostics concernant notre victoire prochaine seraient assez bas.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Je ne veux pas entendre parler de pronostics ou de statistiques." fit Lonallyn, concentré sur les représentations holographiques de la situation, qui n'était franchement pas brillante du tout.
"Bien. Nous allons avoir des difficultés à les semer. Nous n'avons pas la puissance de feu pour les combattre de front ni les reins assez solides pour encaisser leurs tirs ensemble."
Elle poussa un long soupir.
"Et bien, nous allons passer outre tout cela. Mettez moi en contact avec l'Occulum, et préparez Ex Cathedra pour un saut aethyrique. Nous allons effectuer un bond intra-système.
Je ne sais pas ce que mijote ces vaisseaux autour de la station Haarlock, allons voir ce qui a provoqué cette bataille, nous eloigner du gros des combats, récupérer notre du, et nous offrir un vecteur de fuite sans ennemi à nos trousses.
Contactez le Téméraire, prévenez leurs en code de bataille crypté de nos intentions. Qu'il s'éloigne au plus vite des combats, et reparte dans l'Aethyr, rendez vous à Castel."

Harkness a écrit:
"Et le Téméraire Madame? Dois je regagner mon poste ou faire venir des troupes de choc ici?"

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Faites venir vos troupes d'assaut. Nous allons investir la Station Haarlock de force, récupérez ce qui nous y est du, voir la piéger pour assurer notre retraite. Qu'on équipe nos troupes à bord en conséquence. Timonier, faites virer notre vaisseau, qu'on s'éloigne pour l'instant des combats le temps que nous puissions faire le saut !"

Ajax Ordann a écrit:
Ahmet écouta avec attention le garde du corps qui le semblait terriblement sympathique. Quand celui-ci lui sourit, le jeune homme ne se priva pas de lui sourire en retour. Mais avant qu'il ne puisse lui répondre, la Lady-Capitaine était déjà en train de donner des ordres.... et quels ordres ! Ils allaient prendre d'assaut la station pendant qu'ils seraient sous le feu de l'ennemi, puisqu'il s'agissait visiblement d'un ennemi, très supérieur en nombre, d'ailleurs.

Une fois les consignes transmises, il s'inclina et se pressa pour se tenir prêt. Il rejoignit ses quartiers pour prendre ses affaires de combat puis avisa un garde pour qu'on lui indique le lieu où étaient remisée la bannière et où il pourrait également obtenir des armes à distance. S'il était plus efficace avec une épée à la main, il n'aurait certainement pas dit non à une arme lui permettant un tout petit peu plus de recul.... Juste au cas où.

On parvint à trouver un Fusil de combat et plusieurs chargeurs qu'il parvint à positionner sur son armure. Une fois prêt, l'étandard de la Libre-marchande dans la main, il rejoignit les autres qui avaient certainement dû se présenter dans l'un des hangars pour l'abordage à venir.

Harkness a écrit:
Harkness regarda de biais la Capitaine.

"Je suppose que la station Haarlock est ce truc la, dit-il en pointant la carte tactique du doigt. On va rentrer dedans avec une flotte hostile au dessus de nous et la visiter, puis repartir vers Ex Cathedra et s'échapper? Il est de mon devoir de Capitaine d'Arme de vous informer que j'estime ce plan hasardeux et reposant sur des éléments inconnus. En grand nombre."

Toutefois, Harkness commença a transmettre ses ordres, il ordonna le transfert de certaines unités d'assaut sur Ex Cathedra ainsi que de son matériel lourd. En échange, des non combattants se repliaient sur le Téméraire. Le pressentiment d'Harkness était TRES mauvais. Les archives des Reîtres étaient sur le Téméraire, en sécurité. Alpha repartit sur le Téméraire avec des consignes écrites déjà préparées.

Gill Haddon a écrit:
Des petites pilules. Bleu. Rouge et blanche. Jaune et verte. Noir.

"Un plan audacieux qui j'en suis sûr sera une fois de plus couronné de succès. Que quelqu'un m'apporte un grand verre d'eau. J'en avale tellement en ce moment qu'une fois sur deux j'en ai qui reste dans la gorge à lentement fondre en me donnant des aigreur d'estomac."

Gill se fit rouler jusqu'à son poste. Avant de prendre place à son poste, zyeutant celui de la lady-capitaine en sachant que même pour un court moment il serait à lui.

"PPPfffffffffff."

Il tapota un petit mémo à l'attention d'Harkness : "Alors qu'est-ce qui pourrait bien m'intéresser ?"

Il attrapa une ordonnance et lui demanda qu'on lui prépare une petite collation. Merde cette place c'était trop bien habitué à son absence on dirait bien. Il maugréa qu'il n'avait presque rien à faire si ce n'est signé les ordres qu'on lui présentait.

Il écouta les dernières directives... Est-ce que cet éjacula de mutant baiseur de fosse septique de Constantine traîne sur le Dramatic Entrance ? Est-ce que quelqu'un ici à part moi se souvient qu'ils ont un téléportarium ? Est-ce que quelqu'un en a quelques choses à foutre ? Non. Parfait.

"J'aimerais tellement que Iago vienne me dire bonjour."

Il claqua des doigts et une ordonnance s'enquérie de ses desiderata : se faire pousser jusqu'à la carte tactique. Une fois tout prêt il la regarda d'un oeil circonspect.

Honoria a écrit:
C'était l'effervescence dans l'Occulum : les nébuleux s'apprêtaient à une manœuvre audacieuse sans s'offrir de répit après le dernier depuis Port l'Errance.

Achillus s'était posté sur l'autel du Navis Prima, et comme n'importe quel Navis Postremo, il indiqua :

- Pour le saut Intra-système, il est à craindre que les cartes ne soient pas utilisables.

Et pour cause, un saut intra-système n'avait aucun sens, et était de surcroît ridiculement dangereux. Les portions de voyage étaient si marginales, qu'il était presque impossible de composer une route depuis des données précises d'un point vers l'autre.
S'il est possible de tracer une route sur un Océan, il est inenvisageable de le faire sur une flaque d'eau.
Le second et plus évident problème étaient les brèches. Elles étaient assez proches, dans la plupart des systèmes habités, les points de saut étaient clairement définis pour éviter tout impact sur le système lui même.
Enfin, le point le plus important, c'était bien entendu les manipulations rapprochés des forces du Warp. Non seulement on allait générer une certaine attention de l'Aethyr, mais encore les boucliers seraient-ils soumis à rude épreuve.

Bref on ne saute pas en intra-système : c'est la règle.
Mais chaque règle connait des exceptions et le seigneur Achillus qui savait lire une carte de combat comprenait qu'il s'agissait clairement d'une situation exceptionnelle, aussi ne rouspéta t-il pas. Il se permit néanmoins une question :

- Pourquoi ne pas choisir la fuite ? Dans un tel contexte, personne ne nous le rapprocherait.

Honoria qui enfilait à nouveau la couronne, et dont le goutte à goutte indiquait que de nouvelles drogues lui étaient dispensées arqua un sourcil :

- Je comprends d'où vous vient cette réputation d'immortel, Postremo.
- Et je comprends pourquoi ce navire à fait naufrage sur une planète...
- Trêve de bavardages. J'ai accepté la requête du capitaine. Les cartes classiques ne me serviront à rien, c'est certain, mais je veux que vous affichiez les différents points de sorties utilisés dans cette zone, je vais tenter de "topographier"...mentalement, cette zone.
- Je les affiche.
- Faites en sorte que les cogitateurs enregistrent notre manoeuvre, les résultats doivent être envoyés en direct sur le Téméraire.
- Vous voulez des admiratrices ?
- Que je réussisse ou que j'échoue, Nylae et Septima doivent tirer les enseignements de cette procédure pour corriger, améliorer ou apprendre cette manœuvre.


Achillus ordonna aux nébuleux de procéder à l'enregistrement.

La couronne se mit en marche, et rapidement, les lumières virèrent au vert sombre, les runes d'alertes
prévenaient l'équipage de la transition imminente.

- Boucliers et moteurs prêts dans dix sept-zéro-zéro, Vénérable !
- Runes activées !

Honoria posa les mains sur les bras du trône, et serra ce dernier alors que son Oeil s'ouvrait à nouveau pour éclairer la pièce d'une lueur violacée intense.
Personne ne pouvait imaginer à quelle vitesse et avec quelle puissance bouillonnait l'esprit de la Navigator à cet instant. Mais tous sentirent qu'un froid mordant envahissait la salle.

La voix de la Matriarche retentit alors, glacée et inhumaine :

- Faites prévenir la Lady Capitaine, à son signal, j'initierai le saut.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Le vaisseau était paré, visiblement. Les divers officiers de passerelle récitaient la longue litanie de sauts, des prières ferventes incluant les données de chaque section de l'Ex Cathedra.
boucliers parés. rideaux et volets fermés. Champ de Geller activé. Réacteurs Miroslav en fonction, prêts à être activés. Les cloches et les vox à prières sonnant et résonnants dans tout le croiseur. Les troupes, embarquées, parées à un déploiement rapide.
"Que l'Empereur Dieu nous garde. Navis Primaris, initiez le saut."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:31

Katje von Tödt a écrit:
Katje avait soupiré. Inutile d'essayer de dissuader la capitaine d'une telle folie, une fois qu'elle avait une idée, celle-ci était fixe jusqu'à sa réalisation. Elle se contenta donc de signifier qu'elle ne quiterait pas la dite capitaine d'un poil de cul pour s'assurer qu'elle revienne avec tout le morceaux aux bons endroits - si ce n'est en terme plus polis - et parti récupérer et son équipement, et mettre une compagnie de Gallantiens en alerte pour les accompagner. Après les reitres, ils étaient sûrement les meilleures troupes à bord, n'en déplaise aux troupes familliales.

Elle voxa "Katje, prète." en sortant de ses quartiers, en armure, avant de rejoindre la passerelle pour assister, impuissante, à une énième folie de Lonallyn.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Dans le sillage du Téméraire et de l'Ex Cathedra, la poursuite s'engage, les deux vaisseaux aliens et une frégate impériale inconnue en tête, en manœuvres d'esquive, alors que le SPEAR OF DESTINY donne ses moteurs et fait aboyer ses macrocannons spectraux sans discontinuer.
Les deux frégates xenos répliquent également, y compris derrière elle, ce qui dénote une architecture peu standard et un armement de quille. D'après les relevés de vos senseurs, les vaisseaux xenos déploient des armes énergétiques pouvant être classé comme des lances, mais leurs signatures est hautement étranges.
Anya, la petite aide de camp d'Aleksia, à la lecture des relevés, plongent dans les archives de la passerelle...D'après elle, il lui semble que cela ressemble, à plus grande échelle, au sceptre désintégrateur de la chose Xeno qui avait été détruite lors de la bataille du Profit Express.
Le DRAMATIC ENTRANCE, quand à lui, a déployé une bordée complète de torpilles, droit devant lui, visant sans doute le SPEAR ou à défaut, les vaisseaux Razgriz au dela.
Les torpilles passèrent à travers de la Frégate d'Haarlock, qui continuait de clignoter et à ignorer superbement le feu nourri qu'il subissait.

Honoria a écrit:
L'immense croiseur se mit à filer tête baissée vers les troupes ennemies. Les générateurs Warp accumulait autant d'énergie Aetheryque qu'ils leur étaient possible. Toutes les machineries du navire étaient à plein régime.
L'Ordre de Mars n'appréciait guère qu'on puisse mettre en danger un monument aussi rare et aussi précieux que ce croiseur, mais de bonne grâce veillait à ce que cela néanmoins fait en minimisant les risques.

Le Navire était encore "loin" du Spear of destiny quand dans un déchirement sonore, malgré le vide sidéral, la brèche du saut apparu.
Mais les tirs de lance et de missiles se rapprochaient dangereusement !

La forme spectral de la Matriarche apparu alors même que le croiseur n'était pas entré dans la fissure de la réalité.

Pour l'immense majorité des habitants du bord, ce fut une nouveauté.
Et plusieurs journaux et interventions de radios à bord parleraient...en mal...de cet évènement.

Imaginez que vous vous sentiez disloqués, à chaque jointure de vos os...Puis ré-amalgamer par un dieu sadique décidant de transfigurer votre forme initiale en quelque chose de parfaitement différent.
La douleur et l'horreur de la situation doivent vous sembler insoutenable...N'est ce pas ?
Imaginez que ça recommence, une seconde après : avec plus d'intensité encore.
Vous serez encore loin d'imaginer ce qu'ont ressenti les hommes et femmes du Navire lors de ce saut éclair.
L'Ex Cathedra ne parcouru pas le vide selon les senseurs et tous les cogitateurs, il resta entre deux brèches..en quelque sorte.
C'est faux. La Matriarche sait qu'ils ont parcouru entre un centimètre et un univers entier pour arriver au point théorique de sortie. Le temps et l'espace étant des données quasiment non exploitables, seul l'Oeil lui permettait de savoir ce qui s'était passé. Et ses constantes vitales qui s'affolaient.

Les medicae étaient au pied du trône et lui injectaient des doses massives de drogues diverses destinés à la délivrer de la douleur de l'anxiété et forcer son coeur à continuer de battre. L'effort produit en un instant était le même que pour un voyage complet. Un tiers des nébuleux étaient groogy et la moitié rendaient leur repas à travers des orifices camouflés de leur masque.

Achillus manqua de défaillir.

Le croiseur sortait du Warp en un instant, les runes des boucliers indiquaient de multiples alertes, tandis que navire tout entier fumait littéralement alors que ses protections psychiques et physiques avaient été poussés jusqu'à leur point de rupture.

Malgré toute l'urgence de la situation, il fallut au moins une minute pour que l'enseigne en charge des données d'astronavigation se redresse et reprenne suffisamment de force pour le confirmer :

- Saut réussi. Point de sortie atteint. Aucun dommage structurel ou de personnel à déplorer. Les boucliers ont tenu, lady capitaine. La station est en vu.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Le cri de rage d'Haarlock fut audible, même en orbite de la station. Le Téméraire pu voir la frégate commencer à faire demi tour, en direction de la station, droit au milieu des vaisseaux adverses.

La station spatiale était de taille modeste, au milieu des débris glacés et des astéroïdes formant l'anneau de la planète perdue.
Elle semblait en fort mauvais état, et cela n'allait pas en s'arrangeant, percé de trous béants sur le vide par les tirs de deux frégates xenos en orbite.
Qui furent on ne peut plus surprises par l'arrivée inopinée d'un croiseur émergeant par un saut Warp intra-système.

Citation :
Round de surprise pour l'Ex Cathedra.

Citation :
Edit

Les canaux vox du croiseur se mette à capter le signal d'une balise de détresse, une capsule de survie non loin de la station. En plus du signal de détresse, il contient le code secret d'alerte des Janx : il s'agit de Stragen.

Aleksia Kovalsky a écrit:
"Comment ça on fuit ? Vous rigolez ? J'allais vous en faire des épaves de tout ça ! On ne va quand même pas laisser ENCORE le Dramatic Entrance s'en sortir ?"
Aleksia grommelait dans son coin, boudeuse qu'on lui ôte une opportunité d'améliorer son tableau de chasse. Le saut warp éclair n'améliora pas son humeur, ni les remarques d'Anya. Des rayons désintégrateurs ? Pffff... Pourquoi ces maudits xenos ont toujours ce genre de jouets ? Il faudrait qu'un jour elle discute avec Vancrel, ou la petite mago timide toute mignonne, comment qu'elle s'appellait déjà... Connaissant les cog-boys, elle était prête à parier un Bazilick contre un pistolet
à bouchon qu'ils gardaient les armes les plus puissantes et destructrices rien que pour eux.
Elle vit les relevés des auspex à la sortie du saut, et poussa un vrai miaulement de plaisir en voyant la silhouette des deux frégates xenos. des proies. Du sport, enfin !
"Aeronautica, preparez vous à babord pour un bombardement sur celui à babord, je n'aurais qu'une bordée pour cette cible là, je ne sais pas du tout ce qu'elles valent.
batteries de proue et tribord, à mon signal...
[size=200]ОГОНЬ! [/size]
Et à son signal, le Fer et le Feu plut sur les deux vaisseaux xenos.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Citation :
c'est parti pour les jets de la bouchère de Vladivostock.
Jets de CT : cible 75+25 = 100.
batteries de proue : 51. 4 DoS. 2 touches, donc 4 impacts car Storm. 3 touches au final après bouclier.
batterie tribord : 49. 5 DoS. 3 touches, donc 6 impacts car Storm. Critique : 5 Incendie.
batterie babord : 98. relance par point de fortune. 21. 7 Dos. 3 touches, donc 6 impacts car storm. 5 impacts au final après bouclier. Critique : 5. Incendie.

Dommages :
batterie joviens : 1d10+2 *3. 6+2 =8. 7+2 =9. 10+2 =12.
batterie mars latéral tribord : 1d10+3 *6. 7+3 = 10 (x5). 9+3= 12. Critique :
batterie mars latéral babord : 1d10+3 *5. 10+3 = 13. 6+3 = 9. 7+3 = 10. 10+3= 13. 8+3= 11.

Les deux vaisseaux xenos subirent un déluge d'obus dévastateurs, à peine atténué par leurs boucliers qui saturèrent quasi immédiatement sous les bordées mortelles de la Hetman. Le premier vaisseau, le plus proche, sous le feu conjoint des batteries tribord et de proue, fut mis hors de combat quasi immédiatement, en proie à un terrifiant incendie.
Son congénère eu plus de chance, si l'on peut dire. Lui aussi souffrant d'un incendie lui léchant ses flancs, le vaisseau restait néanmoins encore en état de combattre, et se préparait pour pouvoir répliquer sur le croiseur...
Du moins, avant que la chasse de l'Ex Cathedra ne fonde sur lui pour l'achever.

Citation :
Gill,tu veux gérer la chasse ? un jet de commandement suffit depuis la passerelle pour coordonner leurs efforts.
A fortiori, je penses que la frégate va être coulée promptement.



Gill Haddon a écrit:
Okay. Félicitation pour la maison Primigenes. Je sens que les choses vont devenir excessivement amusante d'ici peu.

Citation :
Ca marche !

Hop on commute un truc, on bidulle un machin, et on susurre : "Chefs d'escradrilles ici Passerelle Ex Cathedra conformez-vous aux trajectoires d'attaques pré-établies. Correction par pilotes transmises depuis passerelle selon vecteur de tir d'Ex Cathedra."

Citation :
Jet de commandement
Spoiler:
 


"Madame si vous me permettez de prendre le commandement je vous propose que vous alliez rejoindre les troupes d'assaut de la station. Nous allons placer Ex Cathedra entre la station et les vaisseaux ennemis et pendant que vous explorerez tranquillement la structure pendant que nous établissons un périmétre de sécurité avec l'aide d'Aleksia."

Citation :
Comme l'on pouvait s'y attendre, sous le commandement du Premier Officier qui pouvait anticiper les vecteurs d'attaques des tourelles désintégrantes du vaisseau xenos, les bombardiers Razgriz firent des ravages. Le vaisseau, couvert d'explosions, prenant feu de toute part, venait de finir en épave, définitivement irréparable.

albus a écrit:
Albus fixa les protections du casque de son équipement de survie en milieu spatial. Impossible de dire si la station était respirable, mais les chances qu'elle le soit étaient plus que ténues si l'on considérait les bombardements dont elle avait fait l'objet.

Une nouvelle armure paraît désormais Sibilla. Elle semblait fine au premier abord, faites d'un alliage léger et presque mobile. De nombreux symboles de l'Ordre de Mars émaillaient les plaques de protection. Le symbole d'Athénais se trouvait sur son coeur, et celui des Razgriz sur son épaule.
Les reflets bleuâtres sur l'argent poli de ce qui ressemblait bien plus à une oeuvre d'art qu'à une armure basique de la Garde soulignait les formes délicates de l'assassin.
L'artilleuse aurait pu feuler de rage devant pareil création.

De l'acier de Lathès. Une véritable rareté qui avait la propriété de rendre la plupart des projectiles inefficaces.
L'assassin s'assura que ses lames jumelles étaient correctement placées à son flanc avant de se diriger dans la navette d'assaut qui partirait sous peu en direction de la station Haarlock.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn avait sortie son armure énérgétique, qui brillait de milles feux. Sur la céramite, des centaines de petites diodes clignotaient selon des rythmes variées, affichant des citations des Livres Saints et de grands héros de l'Imperium, des scènes tirées des livres dorées, et bien entendu, ses propres couleurs.
C'était absolument loin d'être discret, mais indéniablement classe. Pratique aussi pour transmettre des ordres si besoin.

"Mes félicitations, Hetman, pour cette bordée, et le premier Officier pour ce bombardement. Gill, tenait moins au courant des événéments à l'extérieur, je vous confie la barre.
Bien, embarquons. Nos troupes sont elles parées, Colonelle, Général ?"
fit elle, en montant à bord du Malaveldt, se tournant vers Katje et Harkness, sa masse énergétique sur l'épaule.

Ajax Ordann a écrit:
Ahmet était paré... au moins le croyait-il...

Quand il vit les hommes se présenter, et vérifier leur combinaisons, il compris alors qu'il avait oublié quelque chose. Il se pressa de nouveau à travers les coursives pour essayer d'en trouver une qui lui permettrait de partir au combat sans risquer une mort idiote par absence d'oxygène.

Aussi, quand il revint, il était en train de fixer consciencieusement son armure sur la combinaison qu'on l'avait aidé à passer. Il était surprenant que ca passe... ce n'était pas aussi esthétique que sans, mais ca lui donnait également une carrure plus impressionnante. Par contre, il ne pouvait plus porter son casque en forme de tête de Lion en même temps que le casque de la combinaison... à son grand regret.

Il put rejoindre le Malaveldt avant son décollage.

Il était fin prêt.... autant que possible, vu le contexte...

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:34

Katje von Tödt a écrit:
Katje était aussi prète que possible, compte tenu de la situation. Elle avait revétu sa vieille armure carapace scéllée. Bardée d'armes et de grenades par sacs entiers portés en bandoulières, elle ramassa son nouveau jouet, imita la pose de la capitaine avec une éxagération volontaire.

"Prète comme jamais madame."

Elle monta à bord à sa suite, vérouillant son casque intégral avec un siflement discret du à la pressurisation interne. Elle pris le temps de vérifier une par une ses armes, huilant, graissant, chargant chacune une par une.

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

A bord du Dramatic Entrance.

"Cet Haarlock commence à se montrer... horripilant. Et fort couteux de surcroît." fit le Maître, en examinant la projection holographique du combat alentour.
"Et la catin a encore une fois le cul bordée de nouilles."jura dans sa barbe le Lieutenant.

-Sornettes !"coupa le Navigateur."Ma petite fille est simplement digne de son rang et de son sang.
-Bah, je ne me préoccupes pas de cette fichue garce Razgriz pour l'instant, surtout vu ce qui l'attend, si elle est bien partie à la station. Le plus génant, c'est de mettre fin à la colère de ce maudit Erasmus Haarlock. Par l'Empereur, c'est un maudit fantôme !fit il en tapotant un tube de stase qu'il tenait précieusement à la main.
Il n'a plus besoin de sa Lettre Marque, bon sang !
- Pour un fantôme, il est bougrement vivant et tient à ses possessions. Et si nous le lui rendions ? Je veux dire, Constantine fit une pause sous le regard noir du Maître, même si elle nous a chèrement couté, il ne nous faut pas spécifiquement la Lettre d'Haarlock. Si nous lui promettions de rendre sa chère Lettre de Marque, en échange de celle de la Catin Razgriz ? après tout, dès qu'elle est arrivée, il est partie en gueulant après, et il la poursuit. Il semble la haïr bien plus qu'il nous en veux.
-Ça se tient. Essayons d'entrer en contact avec lui et de négocier un cessez le feu. Le Maître soupira, en ouvrant le tube de stase. Si prêt du but pour- il s'arrêta, visiblement en proie à une colère noire.
"Qu'on fasse venir immédiatement le chef des prévôts et de ma garde personnelle. Immédiatement."
Il jeta le champ de stase violemment sur la table.
A l'intérieur du champ de stase, un parchemin obscène, représentant le Maître subissant les derniers outrages de bien de façon avec de multiples bêtes.
Collé en tête, une petite carte de visite.

Station de Lythea Haarlock

La station était en piteuse état, dépressurisée, la proie d'un puissant bombardement. Les tourelles de défenses avaient été détruite à coups de lances ; le corps blindé ouvert sur le vide, percé de multiples tirs de macro-obus.
A l'intérieur, nul lumière si ce n'est quelques arcs électriques venant de cloisons défoncés, plus d'air et une température proche à celle du vide. Pas un mouvement.


Ajax Ordann a écrit:
Pendant tout le voyage, Ahmet se tenait fermement...
Voir son visage à ce moment aurait pu indiquer à l'observateur qu'il était clairement sujet à de violentes nausées.

Enfin, le cotre accosta la station et les runes semblèrent indiquer qu'il n'y avait plus d'oxygène, plus d'air, à l'intérieur parce que tout le monde se mis à fixer casques et verrières sur leurs combinaisons. Aussi, soucieux de ne pas paraître comme le dernier des provinciaux arriéré, il fit de même avec le casque de la combinaison.

Bientôt le sas s'ouvrit et tout le monde pu sortir.
Et si il ne lui revenait pas de poser le premier le pieds sur la station, il serait probablement le troisième, brandissant la bannière bien haut... ou aussi haut que possible en cas de coursives.

... Et le fusil de combat paré et réglé sur rafales.... plus prudent en close-fight.

Harkness a écrit:
Harkness avait revêtu sa carapace remise à neuf ces derniers jours. Elle était peinte de frais, le Sonneur avait été démonté et remonté en y fixant le vannaheim remis en état.

Il était mutique sur le sol de la baie d'envol, au pied de la navette de la Lady Capitaine, sur de la folie des ordres de la Lady Capitaine. Il avait une pensée pour GVB qui aurait probablement vécu cette bataille comme sa consécration.

Sur le canal interne des 11, 4 et 5 s'échangeaient les blagues les plus grasses et les plus noires de leur répertoire.

Au pied d'un autre cotre, un peloton de Bringuere vérifiait son matériel, eux aussi participant involontaire de cette promenade mortelle.

La Lady Cap' avait posé une question à la cantonnade.

"Madame, la moitié des Bringueres est prête pour la première vague, les troupes d'assauts du 3e R.I.M. sont dispersés sur les échellons de soutien. Nous sommes parés."

Gill Haddon a écrit:
Gill avait troqué son fauteuil roulant pour celui du capitaine. Il avait ordonné l'édification des barricades de défenses, l'ouverture des augures en mode passif pour ne pas risquer de rater quoique ce soit mais surtout le suivit actif du Dramatic Entrance. Il n'était pas nécessaire de surveiller Haarlock, il serait là bien assez tôt...

Il ne cessait de passer d'un canal vox sécurisé à un autre. Parlant plutôt que hurlant, parfois chuchotant presque les ordres. La passerelle était un peu perturbé. Ce n'était clairement pas le mode de fonctionnant de stentor du premier officier qui de mémoire hurlé et vociféré, harangué, insulté et menacé à tout bout de champ.

Une enseigne lui apportait les rapports à tout bout de champ.
- Tiens Talen. Depuis quand tu es sur la passerelle toi ?
- Depuis qu'un petit coup de piston m'a fait prendre du galon... Premier officier... Tenez voilà le rapport d'avarie des escadrons. Tout frais du hangar.
- Merci.

Gill prit la chose et le survola. Une nouvelle conversation vox sécurisé et encore plus de nouvelle barbante. "Oui... Oui... Parfait. Je tiens la lady capitaine au courant alors."

Il débarrassa la carte tactique, l'éloignant afin d'avoir une vue du système. Il estima les routes et les trajectoires les plus rapides. Et retint une série de point facilement atteignable pour tenter un saut.

D'une petite commutation il se brancha sur la fréquence de l'Occulum. "Passerelle a Occulum. Ici Gill Haddon, Premier Officier et Capitaine de l'Ex Cathedra en l'absence de Lonallyn Von Razgriz. Nous vous demandons la conception et la préparation immédiate d'un saut warp à destination de Castel depuis la série de coordonnées qui vont suivre."

Gill commuta encore une fois. Décidément... Mais à destination de Lonallyn pour le coup.
"Madame. Dans l'ordre. Nos escadrilles n'ont reçu aucune perte. C'est un sans faute. Nos adversaires se dirigent sur notre position actuel. Il est aussi confirmé que la station est piégé. En l'attente de votre réponse."

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn venait de mettre le pied sur la station lorsqu'elle reçut la communication du premier officier.
"A toute les forces, mettez vous en stand-by, que plus personne d'autre n'entre dans la station Haarlock.
Maître Haddon, vous confirmez ? la source est-elle fiable ?"

Un petit temps, un long soupir.
Bien reçu. A toute les unités, retrait immédiat, et retour en vitesse à bord d'Ex Cathedra !"

Harkness a écrit:
Harkness bascula sur la fréquence des Reîtres, il ordonna de se mettre en position de défense autour de lui.

Puis il passa sur la frèquence privée de la Lady Capitaine.

"Madame, c'est Harkness, j'ai une question importante à vous poser..."

Il laissa sa phrase en suspend.

Gill Haddon a écrit:
"Une confirmation absolu n'est pas possible. Il existe toujours le risque que ma source soit griller et sous l'emprise de l'ennemi. Mais au vu de recoupement avec d'autres informations je la pense fiable. Je ne peux que vous recommandez une prudence excessive si vous pénétrez la station, la nature du piège n'étant pas préciser."

Gill tendit une dataslate à Talen en lui soufflant de la donner au timonier.

"J'ai aussi calculé un itinéraire de fuite sûr qui devrait nous permettre en usant de ce système de gagner une avance relative sur Haarlock. L'occulum calcul un saut warp depuis les coordonnées transmises. Nous sommes prêt à partir Madame."

Le Maître du Jeu a écrit:
Citation :

Passerelle du Dramatic Entrance, cinq minutes auparavant

La tête du chef des prévôts vola dans une jolie gerbe sanglante, atterrissant devant le Directeur dans un bruit mouillé, alors que l'Administrateur grignotait déjà la cervelle du capitaine d'armes.
"BANDES D'INCAPABLES ! RETROUVEZ MOI CETTE LETTRE DE MARQUE, ET JE VEUX SAVOIR A QUI APPARTIENT CETTE CARTE DE VISITE !"
Un ton plus bas.
quel est la situation à la station ?"
"Monseigneur, les deux frégates slaughts d'arrière garde ont été détruites. Nous détectons un déploiement lourd de petits vaisseaux du coté d'Ex Cathedra. fit le Lieutenant.
Parfait. Ils vont sans doute investir la station en urgence. Lieutenant Constantine, dans 10 minutes, veuillez déclenchez les explosifs que nous avons laissé en cadeau d'adieu. La Catin aime les feux d'artifices, nous allons lui en offrir un beau."

Station de Lythea Haarlock

Les chasseurs dynastiques avaient fini de quitter la station en toute hâte, si la Libre Marchande décide de la retraite, c'est qu'il devait y avoir une raison...
La raison fut rapidement explicable par la gigantesque explosion qui aveugla les senseurs brièvement des petits vaisseaux, en faisant tomber quelque uns en panne, leurs animas ne répondant plus ainsi que leurs commandes. Ce n'était pas une détonation ordinaire, surchargée de rayonnements de type gamma haut énergétiques.
La station vient de subir ce qui ne peut être une destruction par des atomiques.


Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"Je penses que nous pouvons tous remercier le Premier officier et l'Empereur Dieu pour cette évacuation providentielle.
Oui, général, je vous écoutes?"

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   Mer 9 Mai - 12:37

Ajax Ordann a écrit:
-Du coup, on y va pas ?

Le porte-étandard essayait de faire le point...
Mais quand le hublot afficha la station réduites en débris par ce qui était la plus grosse explosion qu'il n'ait jamais vu il se rassit plus sereinement dans son siège.

-Finalement, on a bien fait....

Il retira son casque, afficha un large sourire.

-Tant pis, ca sera pour une prochaine fois. C'était positivement excitant !

Il était peut-être un peu trop enthousiaste pour son propre bien.

Harkness a écrit:
Harkness se redressa et s'approcha de la Lady Capitaine, puis répondit:

"Qui a assassiner Götz? Et pourquoi?"

albus a écrit:
L'assassin retira son casque dans un bruit de dépressurisation caractéristique avant de le tendre à une enseigne.
Il passa méthodiquement sur le flanc gauche de la Lady Capitaine, quand Harkness s'approcha avec une question qui, si elle ne manquait pas de naïveté, n'avait rien d'innocente.
Connaissant les excès du colosse, le garde du corps anticipait une bavure. Sa main s'était posée au niveau de sa ceinture, à un pouce exactement de la garde de ses épées.

Il souriait à Harkness.

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
Lonallyn se tourna vers Harkness, avec un haussement de sourcils interrogatif.
"A ce que je sais, ce que m'ont dit mes rapports, il s'agirait du Nostromo, le Navis qui sert celui qui cherche à m'assassiner depuis quelque temps. Je ne connais pas ses motifs, mais je comptes bien le lui faire arracher lors de ses confessions avant son exécution dans un joli petit bucher. Quoique si nous l'abattions directement lors d'un combat, je crois que les manes de feu le Chevalier-Général seront satisfaites.
Mais pourquoi diable vous me posez cette question maintenant ? A ce sujet, passerelle, j'aimerais savoir quel est l'état du Dramatic Entrance. Je préférerais couler ces bougres de pendards moi-même, mais si Haarlock s'en charge, tant mieux. Ils ne valent même le macro-obus pour les envoyer au Jugement."

Harkness a écrit:
"Madame, je parle de celui qui s'est introduit dans l'hôpital, à fait sortir les gardes, s'est introduit dans sa chambre et lui a enfoncé une lame dans l'oeil. Pas de celui qui l'a blessé sur la passerelle. Et je ne crois pas que ce soit le même qui soit venu achevé, vu que vous étiez blessée à quelque chambre de la, sans que l'on ne vous attaque. Le tueur est quelqu'un de l'équipage dont je cherche l'identité depuis 6 mois."

ndlr: Harkness est débout, n'a pas retiré son casque, il a un gantelet énergétique dans une main et son autre main est occupée par un gantelet anti-recul supportant un lance plasma.

Katje von Tödt a écrit:
Katje avait suivi le replis de la capitaine suite aux révélations de Gill avec calme. Au moins, le plan suicidaire n'aurait pas à être mis en éxécution, ce qui lui évitait de devoir prendre des balles - ou quoi que ce soit d'autre - a la place de Lonallyn. Tout allait pour le mieux. Elle avait gardé ses armes au cas où un contre ordre ou un abordage survienne, et les Gallantiens armés jusqu'au dents qui l'avaient accompagnée aussi.

Elle assista aux questions puis révélations d'harkness avec un certain intérêt. Alors le vieux avait été assassiné sur son lit de mort ? Surremploi à son avis. Il y était déjà presque passé, envoyer un assassin dans sa chambre était comme chasser la mouche au bazooka. De plus, cela s'était produit sous la garde du mechanicus. Cela suggérait déjà que sa responsabilité n'était pas en jeu, et que la personne ayant fait le coup occupait un haut poste : si même les gardes de l'hopital lui obéissaient ...

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
" je n'ai pas eu vent qu'il avait été achevé. En outre, il me semble, si ma mémoire est bonne, que je sois arrivée à l’hôpital APRÈS le chevalier-général. Si il a été vraiment achevé, peut être était ce une attaque d'opportunité d'un tueur en maraude qui a visé le plus haut gradé disponible, qui après s'est enfui ?
Après tout, Constantine et Nostromo se sont enfuis également par téléportation peu avant que nous détruisions leur machine infernale, ainsi qu'une partie de leurs troupes, et ils pouvaient agir de partout.
Vous pensez bien que j'ai fait faire écumer l'écumage pour déceler la présence d'un éventuel traitre. Vous estimez qu'il serait encore à bord ?"


Citation :
Lon est elle même toujours avec sa tenue de combat complète, le casque inclu : armure énérgétique, le mantelet de Saint Aspira, le champ de force et le bouclier flou, avec son marteau-tonnerre, son épée energétique de Lois et son pistolet laser.

Par contre, cette discussion a lieu où ? dans le côtre en revenant ? dans les baies de chargement ?

Harkness a écrit:
"De ce que je sais, c'est le coup d'un des hauts officiers d'Ex Cathedra Madame. Il connaissait les gardes, il avait l'autorité pour les faire sortir. Il les a manipulé pour qu'ils oublient son identité. Puis-je compter sur vous pour découvrir son identité?"

Ajax Ordann a écrit:
Le Prince s'était levé, lui aussi... Pas trop certain de ce qu'il se passait, mais désireux une fois de plus de faire, ses preuves.

Cela dit, le type en face, qu'il ne connaissait pas bien, semblait quand même sacrément costaud...

Aussi, sa main se tenait sur la poignée de son fusil... parce qu'il avait quand même des doute de l'abbattre en cas de besoin avec son épée.... ou alors sur un coup de chance... mais c'était le genre de situation où s'appuyer sur la chance était la pire bêtise à faire.

Mais quand même, c'était bizarre... peut-être était-ce une blague... un bizutage... si c'était ça, ca aurait été follement divertissant. Si c'était ça, il les remercierait tous en cadeaux et fêtes, comme à la maison, là-bas, à Elros !

Lonallyn Von Razgriz a écrit:
"C'est très grave ce que vous me dites là Harkness. Bien évidemment que je vais enquêter. Il me faudra vos sources, vos preuves et vos témoins pour commencer."

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 4 : Ad Augusta, Per Angusta
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III
» L'histoire d'Augusta du server2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds. :: IN MEMORIAM :: CVM HISTORIA MVTATE VALDE RAZGRIZ-
Sauter vers: